Neuillé-le-Lierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuillé-le-Lierre
Neuillé-le-Lierre
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Amboise
Maire
Mandat
Blandine Benoist
2020-2026
Code postal 37380
Code commune 37166
Démographie
Gentilé Noviliaciens
Population
municipale
801 hab. (2018 en diminution de 1,96 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 00″ nord, 0° 55′ 00″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 122 m
Superficie 16,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tours
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Amboise
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Neuillé-le-Lierre
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Neuillé-le-Lierre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuillé-le-Lierre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuillé-le-Lierre

Neuillé-le-Lierre est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Neuillé-le-Lierre.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 22,92 km, comprend un cours d'eau notable, la Brenne (4,765 km), et huit petits cours d'eau dont la Quintame (0,2 km) et le Madelon (5,819 km)[1],[2].

La Brenne, d'une longueur totale de 54,2 km, prend sa source à près du lieu-dit Le Moulin à Vent sur la commune de Pray[3] et se jette dans la Cisse à Vernou-sur-Brenne, à 50 mètres d'altitude, à l'est de Vouvray 15 communes[4]. La station hydrométrique de Villedômer [Bas Villaumay Amont] permet de caractériser les paramètres hydrométriques de la Brenne. Le débit mensuel moyen (calculé sur 51 ans pour cette 127 mètres d'altitudestation) varie de 0,39 m3/s au mois d'août à 2,83 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 72,6 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 2,08 m ce même jour[5],[6]. Sur le plan piscicole, la Brenne est classée en première catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de salmonidés (truite, omble chevalier, ombre commun, huchon)[7].

Trois zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « l'étang du Bois Curé », « la vallée de la Brenne de Château-Renault à Neuillé-le-Lierre » et « l'étang de la Fosse aux Cercles »[8],[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuillé-le-Lierre est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[10],[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tours, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (51,1 %), prairies (23,4 %), forêts (14,1 %), zones agricoles hétérogènes (11,4 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Neuillé-le-Lierre a toujours été très proche des communes de Reugny (ils se partagent les sapeurs-pompiers, la musique lors des défilés, leurs feux d'artifice ne sont jamais le même jour...) et de Montreuil-en-Touraine (l'école : les maternelles sont à Montreuil et les primaires sont à Neuillé).

Un ouvrage consacré à la localité a été publié en 2005 par le professeur Gérard Troupeau, membre de la Société archéologique de Touraine : Neuillé-le-Lierre : Une paroisse tourangelle de l'ancien régime, Éditions CLD, Chambray-lès-Tours, ainsi que plusieurs articles dans le bulletin de cette société savante[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1995 Alain Falempin SE  
1995 2001 François Salle    
2001 2001 Claude Odier    
2001 2014 Jean-Pierre Schubert    
28 mars 2014 Damien Foratier DVD Cadre supérieur
mai 2020 En cours Blandine Benoist    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 801 habitants[Note 4], en diminution de 1,96 % par rapport à 2013 (Indre-et-Loire : +1,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494526631581600600565603575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
580564583536519539545594575
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
539530539503507494452469460
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
440417372404514582695711809
2017 2018 - - - - - - -
794801-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Neuillé-le-Lierre se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription d'Amboise.

L'école élémentaire accueille les élèves de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de Forge a été construit au XVIe siècle, c'est un long bâtiment, à fenêtres ornées de pilastres à chapiteaux Renaissance. Sa moitié sud est en ruines.
  • L'église : La nef, dont la façade est moderne, a conservé ses murs gouttereaux du XIe siècle, parementés en petit appareil. Chœur du XIIe siècle avec abside semi-circulaire voûtée en cul de four. Elle possède une statue de la Vierge du XIXe siècle. La paroisse formait jusqu'en 1789 un prieuré, cure dépendant de l'abbaye de Saint-Georges-des-Bois dont les titulaires chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin furent inhumés dans le chœur. Les traces d'une porte qui a été murée sont visibles sur le mur sud de la nef. Sous l'Ancien Régime, cette ouverture donnait accès au cimetière entourant l'église. Réfection de son berceau en plein cintre, primitivement en bois au XVIIIe siècle. Elle possède aussi un tableau du Baptême du Christ de la fin du XVIIIe siècle.
  • La Maison Bellevue est une maison du XIXe siècle, qui a appartenu à un grand courtier en vin et maire de Neuillé le Lierre, de grandes caves y sont aménagées.
  • Le château de la Roche s'appelait au XVIe siècle la Roche-Bouteiller ou la Roche-Lopin, et était un fief relevant de Château-Renault. Le logis seigneurial date de cette époque, mais a été très modernisé. Il reste trois tours circulaires ainsi qu'une porte charretière et un guichet.
  • Bourot a été reconstruit au XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Neuillé-le-Lierre

Les armes de Neuillé-le-Lierre se blasonnent ainsi :

D’azur à deux fleurs de lis d’or en chef (qui sont de Lavardin) et une étoile de même pointe (qui est de Bridieu), au chef palé d’or et de gueules de six pièces (qui sont d’Amboise)[23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019).
  2. « Carte hydrologique de Neuillé-le-Lierre », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019).
  3. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 24 janvier 2018).
  4. « Fiche Sandre - la Brenne », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019).
  5. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 3 février 2019).
  6. « Station hydrométrique K4873120, la Brenne à Villedômer [Bas Villaumay Amont] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 3 février 2019).
  7. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019).
  8. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019).
  9. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. « Publications de Gérard Troupeau », sur Société archéologique de Touraine, .
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération[1]
  23. Communauté de communes Val d'Amboise [PDF] Neuillé-le-Lierre