Prévision des crues en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La prévision des crues est la modélisation des quantités de précipitations, solides ou liquides, reçues dans un bassin hydrographique et de leur effet sur l'écoulement dans les cours d'eau. Dans une approche plus globale, la prévision des crues en France couvre la surveillance, la prévision et la transmission de l'information sur les crues aux maires, responsables de la sécurité publique sur le territoire communal, afin qu'ils puissent prendre toutes mesures propres à en atténuer ou à en éviter les conséquences dommageables.

Cette prévision des crues est assurée par l’État, mais peut être complétée par des systèmes locaux mis en place par les collectivités territoriales. L’organisation est définie pour chaque bassin hydrographique par un schéma directeur de prévision des crues.

Le réseau de prévision des crues, dénommé Vigicrues, est constitué du Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI) situé à Toulouse, de 22 services de prévisions de crues (SPC), de 28 unités d'hydrométrie et des cellules de veille hydrologique en Corse et dans les départements et régions d’outre-mer. Il assure une veille hydro-météorologique permanente 24 h sur 24 sur l’ensemble des cours d’eau suivis par l’État.

Ce réseau émet des bulletins de vigilance crues permettant de prévenir le public et les autorités qu’il existe un risque de crue.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

De l'annonce des crues ...[modifier | modifier le code]

Après la crue catastrophique de la Loire de 1846, le Conseil général des ponts et chaussées met en place un programme d'études sur le cours de la Loire et un effort métrologique avec la mise en place d'échelles de crue. Il entreprend également une cartographie de la vallée de la Loire avec le report des limites de la crue et des suivantes (1856 et 1866), au 1/20 000, en seulement 4 ans, de 1848 à 1852, en mobilisant plusieurs promotions de l'École nationale des ponts et chaussées. Un peu plus tard, en 1854, l'ingénieur Eugène Belgrand est chargé de créer, sur la Seine, le premier service hydrométrique de transmission cle prévisions aux ingénieurs riverains. En une vingtaine d'années, des services d'annonce de crue sont créés sur les principales rivières de France (Loire, Rhône, Saône, Isère, Drôme, Durance, Garonne, Seine, Aisne, Marne, Oise, Meuse). Pour la crue de la Seine de 1876, le service fondé par Belgrand a ainsi été capable de produire une alerte à échéance de cinq jours[1].

Avec l'avènement de la microinformatique à la fin des années 1980 et des données topographiques à haute résolution toujours plus détaillées, comme celles acquises par laser aéro-porté[2],[3], les modèles hydrauliques et hydrologiques sont de plus en plus performants et permettent de simuler des scénarios de crue toujours plus détaillés. Couplés à des systèmes d'information géographiques eux-aussi toujours plus puissants, la représentation de ces scénarios est d'autant plus lisible et précise. Trois types de modèles hydrauliques sont utilisés[4],[5] :

  • Modèle 1D où on privilégie une dimension d’espace par rapport aux deux autres (modèles de rivière, de réseaux de conduites). Des quantités moyennes sont calculées sur une section en travers ;
  • Modèle 2D où on privilégie deux dimensions d’espace (ex. : plaines d’inondation, modèles maritimes) et où on calcule des quantités moyennes sur la verticale ;
  • Modèle 3D où les paramètres et les variables sont des fonctions des trois directions de l’espace (ex. : plaines d’inondation, modèles maritimes, modèles détaillés de circuits hydrauliques). Ils utilisent très peu de lois empiriques (par rapport au 1D et 2D).

Sur le plan organisationnel, une réforme est mise en place en 1984, faisant suite aux conclusions d'une commission interministérielle chargée d'examiner les conditions de transmission des alertes aux crues pendant les inondations catastrophiques de 1983 sur la Saône, le Doubs et la Moselle[6]. Des services d'annonce des crues (SAC) sont créés et définis par deux arrêtés du , l'un réorganisant l'annonce des crues et la transmission des avis, l'autre les services d'annonce des crues eux-mêmes. L'État, sans en avoir l'obligation légale, organisait l'annonce des crues et la transmission des avis de crues. L'alerte aux crues et les informations sur leur évolution devaient permettre aux maires, responsables de la sécurité publique sur le territoire communal, de prendre toutes mesures propres à en atténuer ou à en éviter les conséquences dommageables. Contrairement à l’alerte météorologique, qui concernait l’ensemble du territoire national, l’annonce des crues ne concernait qu’un nombre limité de sections de cours d'eau équipés de dispositifs de surveillance en amont et seules les communes situées en aval de ces dispositifs étaient alertées[6].

En 2000, les services d'annonce des crues sont présents sur 16 000 kilomètres de rivières et 300 000 kilomètres de cours d'eau en France. Le préfet est responsable de l'organisation de l'annonce des crues dans le département : leur mise en œuvre est confiée à 52 services différents (40 directions départementales de l'équipement (DDE), trois directions départementales de l'agriculture et de la forêt, quatre directions régionales de l'environnement, cinq services de navigation), dont aucun n'a compétence sur l'ensemble d'un bassin : il y a par exemple 13 DDE et un service de navigation compétents pour l'annonce des crues sur le bassin de la Loire, de plus la DIREN Centre joue également un rôle. Les SAC emploient alors 400 à 500 personnes sur l'ensemble du pays, ce qui correspond à environ 200 personnes en équivalent temps plein. Toutefois le rapport sur les causes et conséquences des inondations répétitives ou exceptionnelles de la fin des années 1990 et en particulier de celles de la Somme en 2001 est très critique sur les ce réseau. D'abord le réseau n'est pas exhaustif mais surtout, la simple annonce des crues assurée par ces services bien que déjà peu ambitieuse est mal remplie. Il y a en fait un décalage entre l'information disponible, les progrès scientifiques en matière de modélisation, de connaissance des inondations et l'absence d'organisation structurée de la prévision[7]. Ces observations rejoignent celles du rapport Mariani sur les causes des inondations et les moyens d'y remédier établi en novembre 1994[8].

... à la prévision des crues ...[modifier | modifier le code]

En 2002, le ministère du Développement durable engage une réforme du dispositif de l’annonce des crues dont les objectifs sont définis dans la circulaire du 1er octobre 2002 : il s'agit de regrouper les moyens disponibles autour d'un nombre réduit de centres, « fiables en toutes circonstances », afin qu'ils acquièrent une taille critique pour pouvoir mettre en œuvre les outils et les techniques les plus performants en matière des prévisions de crues. l'organisation jusqu'alors basée sur « des services ayant une responsabilité le plus souvent limitée à des tronçons de cours d'eau » doit évoluer vers « une organisation où les nouveaux services seront attachés à des territoires sur lesquels, pour renforcer leur mission de prévision des crues, ils disposeront de compétences élargies à l'analyse des caractéristiques des bassins versants et à l'observation des phénomènes d'inondation »[6],[9].

Chronologie simplifiée
  • 2002 : Réorganisation des services de prévision des crues qui passent de 52 à 22
  • 2003 : création du Schapi et début de la structuration du réseau pour la prévision des crues et l’hydrométrie
  • 2006 : mise en place de la procédure de vigilance crues
  • 2007 : intégration de la vigilance crues dans la carte de vigilance météorologique pour le volet « pluie-inondation »
  • 2010 : évolution de la prévision des crues et de l’hydrométrie
  • 2011 : mise en place d’un volet « inondation (sans forte pluie locale) » dans la carte de vigilance météorologique
  • 2011 : mise en place de la mission de référent départemental pour l’appui technique à la gestion des crises d’inondation
  • 2012 : mise en place de l'application mobile Avertissement Pluies Intenses à l’échelle des Communes (APIC)[10]
  • 2015 : création de la marque Vigicrues[11]
  • 2018 : prévision de l'ouverture au public de la banque Hydro[12]

Le support législatif de la réforme consiste en trois articles du code de l'environnement, les articles L. 564-1 L. 564-2 et L. 564-3, créés par l'article 18 la loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages[13] dont les principales dispositions sont que :

  • L’organisation de la surveillance, de la prévision et de la transmission de l’information sur les crues est assurée par l'État ;
  • Pour chaque bassin, un schéma directeur de prévision des crues (SDPC) est arrêté en vue d'assurer la cohérence entre les dispositifs mis en place par les collectivités avec ceux de l'État et de ses établissements publics;
  • L’organisation de la surveillance, de la prévision et de la transmission de l’information sur les crues par l'État, ses établissements publics et, le cas échéant, les collectivités territoriales ou leurs groupements fait l’objet de règlements arrêtés par le préfet.

Le décret d'application de ces articles est signé le 12 janvier 2005[14]. Il définit les objectifs, les modes d'élaboration et les contenus attendus des deux documents définis dans la loi de 2003 : le schéma directeur de prévision des crues ainsi que le règlement relatif à la surveillance et à la prévision des crues et à la transmission de l'information sur les crues. Il est complété par la circulaire du 9 mars 2005 qui précise les conditions d'application de ces textes et met en place une procédure de vigilance crue inspirée de la procédure de vigilance météorologique[15] et par l'arrêté du 26 janvier 2005 qui précise la nouvelle organisation des services d'annonce des crues[16]. D'une part 22 services de prévisions des crues (SPC) remplacent les 52 services d’annonce des crues (SAC) pré-existants sur les principaux cours d’eau. D'autre part est créé à Toulouse un service d'appui et de coordination de ces SPC, le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SChAPI)[17], qui établit, en synergie avec Météo-France, une veille hydrométéorologique 24 heures sur 24 sur les bassins rapides[18],[19].

En décembre 2007, Météo-France met en place une nouvelle carte de vigilance pluies-inondations afin d’améliorer l’efficacité de la chaîne d’alerte et la communication relative aux risques par des bulletins de suivi et des conseils de comportement (disponibles sur le site internet de Météo-France). Il s'agit d'un système d’information en continu fournissant au grand public et aux autorités de tous les échelons une information qualitative et graduée sur le risque de crues et des prévisions hydrologiques sur les cours d’eau du territoire métropolitain faisant l’objet d’une surveillance[20],[21].

En 2010 l’organisation pour la prévision des crues et l’hydrométrie connaît une évolution importante : les territoires couverts par des SPC qui se situent en dessous des dimensionnements définis ci-dessous font l’objet de redistributions et de regroupements :

  • un nombre maximal de six à huit départements majoritairement couverts, dans des cas de crues rapides ;
  • un nombre maximal de dix départements simultanément et fortement concernés par des crues lentes.

Les SPC devront compter un effectif minimum de 6 prévisionnistes, dont au moins 5 chargés d’études permanents au SPC. Par ailleurs pour faire bénéficier ces services d’un soutien technique plus solide et d’une plus forte proximité avec les unités d’hydrométrie et les services traitant d’hydrologie, les SPC antérieurement rattachés à une DDT ou à un service de la navigation, seront rattachés à une DREAL correspondant soit à l’échelon régional, soit à l’échelon du bassin[22].

... puis à la prévision des inondations[modifier | modifier le code]

En situation de crise, les informations fournies par Vigicrues ne permettent pas toujours aux gestionnaires de crise d’en évaluer les conséquences à l’échelle de leur territoire. D'où le souhait du Schapi de passer de la prévision des crues à la prévision cartographique des inondations visant à faciliter la gestion de la crise par les autorités locales, en diffusant, notamment, des cartes de zones inondées potentielles (ZIP), ou emprises des inondations, correspondant à des hauteurs d’eau prévues en certains points du cours d’eau. C'est l'objet du nouveau portail Viginond dont le Schapi a finalisé l’architecture en 2014. Ce portail serait alimenté par les services de l’État et les collectivités, notamment pour inventorier et capitaliser les données existantes[23].

Organisation[modifier | modifier le code]

Schéma directeur de prévision des crues[modifier | modifier le code]

Le schéma directeur de prévision des crues prévu à l'article L. 564-2 du code de l'environnement fixe les principes selon lesquels s'effectuent la surveillance et la prévision des crues et la transmission de l'information sur les crues et détermine les objectifs à atteindre. Son contenu et ses modalités d'élaboration sont définies par le décret du et la circulaire du 9 mars 2005 [24],[25] :

  • Il identifie les cours d'eau ou sections de cours d'eau pour lesquels l'État assure la transmission de l'information sur les crues et leur prévision, ainsi que ceux pour lesquels il prévoit de le faire;
  • Lorsque la superficie du bassin le justifie, il délimite des sous-bassins pour chacun desquels la mission confiée à l'État est assurée par un service déconcentré ou un établissement public ;
  • Il décrit l'organisation des dispositifs de surveillance, de prévision et de transmission de l'information sur les crues mis en place par l'État et ses établissements publics ou par les collectivités territoriales et indique les évolutions propres à en améliorer l'efficacité ;
  • Il définit les conditions de la cohérence des dispositifs que mettent en place les collectivités territoriales ou leurs groupements, sous leur responsabilité et pour leurs besoins propres, afin de surveiller les crues de certains cours d'eau ou zones estuariennes, avec les dispositifs de l'État et de ses établissements publics ;
  • Il établit le calendrier prévisionnel de mise en œuvre des principaux objectifs à atteindre.

Ce document est élaboré par le préfet coordonnateur de bassin avec l’assistance du DIREN délégué de bassin et avec le concours des préfets de zone de défense et des préfets de département. qui émet un arrêté après assure la consultation auprès des personnes morales intéressées [26]. Une révision d'ensemble du schéma doit intervenir dans un délai de dix ans à compter de la publication du premier schéma ou de sa dernière révision[27].

Règlement de surveillance, de prévision et de transmission de l'information[modifier | modifier le code]

Un règlement relatif à la surveillance et à la prévision des crues et à la transmission de l'information sur les crues (RIC) est élaboré pour chacun des bassins, ou le cas échéant des sous-bassins, par le préfet compétent, en association avec les autres préfets intéressés. Ce règlement met en œuvre le schéma directeur de prévision des crues du bassin, notamment[28] :

  • il dresse la liste des communes et des groupements de communes qui bénéficient du dispositif de surveillance et de prévision des crues mis en place par l'Eta,
  • il fixe les valeurs des précipitations, des hauteurs des cours d'eau, nappes et estuaires ainsi que des débits des cours d'eau à partir desquelles les autorités de police sont informées du risque d'inondation ;
  • il détermine les informations recueillies et les prévisions élaborées grâce aux dispositifs de surveillance mis en place ;
  • il détermine les informations recueillies et les prévisions élaborées par l'État et, le cas échéant, par les collectivités locales, ainsi que les modalités techniques de mise à disposition et la fréquence d'actualisation de ces informations ;
  • il définit les règles techniques que doivent respecter les collectivités territoriales ou leurs groupements disposant ou installant des dispositifs de surveillance des crues de certains cours d'eau ou zones estuariennes, pour garantir la cohérence des dispositifs qu'ils mettent en place avec ceux de l'État.

Après avis des différentes personnes morales de droit public compétentes, le préfet arrête le règlement et définit les modalités de sa mise à disposition. Celui-ci doit être révisé dans un délai de cinq ans à compter de la publication du premier règlement ou de sa dernière révision[29].

Réseau national de prévision des crues et d'hydrométrie[modifier | modifier le code]

Organisation de l'État - Chiffres clés 2014
  • 19 Services de prévision des crues : ~ 190 agents
  • 28 Unités d'hydrométrie : ~ 240 agents
  • Le Schapi : ~ 30 agents
Les informations de prévisions sont publiées sous la marque Vigicrues, sur le site www.vigicrues.gouv.fr, édité par le Schapi.

Le réseau national de prévision des crues et d'hydrométrie est constitué des organes suivants[30] :

  • le service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (Schapi), situé à Toulouse et rattaché au service des risques naturels et hydrauliques de la direction générale de la prévention des risques ;
  • les services de prévision des crues (SPC) en région (19 SPC : 16 rattachés aux DREAL, un à la Direction sud-est de Météo-France et deux à la Direction régionale et interdépartementale de l'Environnement et de l'Énergie d'Ile-de-France) ;
  • les unités d’hydrométrie (UH) en région (28 rattachées aux DREAL) ;
  • les cellules de veille hydrologique en Corse et dans les départements et régions d’outre-mer.

La marque Vigicrues qui regroupe l’ensemble des informations de prévision des crues des services du ministère est créée en février 2015[11].

En 2015 le linéaire des cours d’eau surveillés par l’État dépasse les 21 720 km et comprend 280 tronçons, Un service qui couvre 75 % de la population vivant en zones inondables[31]. La Creuse amont (Creuse et Indre), l'Arroux Bourbince (Saône-et-Loire), la Sèvre niortaise (Charente-Maritime et Vendée), le Drac aval et l'Isère moyenne (Isère) sont les cours d'eau ajoutés en 2014[32].

Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations[modifier | modifier le code]

Le service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI) est créé en 2003 pour assurer au plan national la coordination opérationnelle, scientifique et technique de la prévision des crues et de l’hydrométrie[33]. Il comprend quatre entités[33] :

  • le secrétariat général ;
  • le pôle veille hydrométéorologique et modélisation, chargé de l'établissement de la carte de vigilance inondation et la mission continue de conseil et d'expertise auprès des services de prévision des crues situés dans des zones de crues à caractère torrentiel dont la liste est définie par arrêté du ministre chargé de l'environnement ;
  • le pôle qualité et méthodes qui qualifie les procédures du service et gère les banques de données ;
  • le pôle retour d'expérience-appui aux services de prévision des crues, chargé de dresser un bilan post-crue du fonctionnement de la chaîne d'alerte, de s'assurer de la mise en place de programmes de formation des agents des services de prévision des crues et de la diffusion des outils de modélisation.

Services de prévision des crues[modifier | modifier le code]

Bassin désignation du SPC définition du territoire de compétence Service support Centre de prévision
Loire-Bretagne Allier Bassin de l'Allier DREAL Auvergne-Rhône-Alpes[Note 1] Clermont-Ferrand
Loire - Cher - Indre Bassin de la Loire en amont du Bec de Vienne, à l'exception du bassin de l'Allier DREAL Centre-Val de Loire Orléans
Maine - Loire aval Bassin de la Loire en aval du Bec de Vienne à l'exception du bassin du Thouet, et bassins côtiers sud-Loire hors Marais poitevin DREAL Pays de la Loire Nantes
Vienne-Charente-Atlantique Bassins de la Vienne, du Thouet, du Marais poitevin situés dans le bassin Loire-Bretagne, ainsi que ceux de la Charente et de la Seudre situés sur la partie nord du bassin Adour-Garonne. DREAL Aquitaine Limousin Poitou-Charente[Note 2] La Rochelle
Poitiers
Vilaine et côtiers bretons Bassins côtiers du nord de la Loire, jusqu'au Couesnon inclus DREAL Bretagne Rennes
Adour Garonne Gironde-Adour-Dordogne Bassin de l'Adour, bassin de la Nivelle, la Garonne girondine et l'estuaire de la Gironde, la confluence Garonne-Dordogne, le bassin de la Dordogne. DREAL Aquitaine Limousin Poitou-Charente[Note 3] (Bassin Dordogne)
(Bassin Gironde de Adour)
Garonne Tarn Lot Ensemble du bassin versant de la Garonne à l'amont de la limite entre les départements de la Gironde et du Lot-et-Garonne DREAL Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées[Note 4] Toulouse
Rhone Méditerranée Grand Delta Tiers aval du fleuve, à savoir pour les communes riveraines des secteurs suivants :
-en rive droite : départements de l’Ardèche à partir de la commune de Peyraud, et du Gard en totalité
- en rive gauche : départements de la Drôme, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône en totalité.
DREAL Auvergne-Rhône-Alpes[Note 5]. Nîmes
Alpes du Nord Bassins versants géographiques suivants : l’Isère et ses affluents, notamment l’Arc, le Drac et la Romanche ; les affluents rive gauche du lac Léman et du Rhône, de la frontière suisse au Guiers, avec notamment l’Arve et le Fier ; les affluents rive gauche du Rhône, du Dolon à la confluence avec l’Isère. DREAL Auvergne-Rhône-Alpes[Note 5] Grenoble
Méditerranée Est Bassins versants des cours d'eau côtiers situés à l’Est du Rhône Direction sud-est de Météo-France Aix-en-Provence
Méditerranée Ouest Les grands bassins des Pyrénées-Orientales : Agly, Têt, Réart et Tech, le bassin de l’Aude et ses principaux affluents Orbieu et Cesse, le bassin de la Berre, le bassin de l’Hérault, le bassin de l’Orb, le bassin du Lez. DREAL Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées[Note 6] Carcassonne
Rhône amont-Saône Bassins versants de la Saône et du Rhône jusqu'à son entrée en Drôme DREAL Auvergne-Rhône-Alpes[Note 5] Lyon
Seine-Normandie Seine amont-Marne amont DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine[Note 7] Châlons-en-Champagne
Seine aval-Côtiers Normands Unités hydrographiques des fleuves côtiers normands (Vire, Orne, Dives, Touques, Risle), ainsi que la Seine en aval de Poses et ses principaux affluents (Epte, An-delle, Eure) DREAL Normandie[Note 8] Rouen
Seine moyenne-Yonne-Loing Bassins du Loing, de l'Yonne, Bassin de la Seine en Ile-de-France à l'exception des sous-bassins de l'Eure et de l'Epte, et le fleuve Seine de l'Ile-de-France au barrage de Poses. Direction régionale et interdépartementale de l'Environnement et de l'Énergie d'Ile-de-France Paris
Oise-Aisne Bassin versant de l’Oise hormis la partie située en Île-de-France) Compiègne
Corse Corse Cours d'eau principaux de Corse DREAL Corse Aix-en-Provence
Rhin-Meuse Meuse-Moselle Bassins français de la Meuse et de la Moselle DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine[Note 9] Metz
Rhin-Sarre Ensemble des bassins versants qui affluent avec le Rhin sur le secteur franco-allemand et la Sarre française. Ce territoire peut être découpé en plusieurs sous-bassins versants : la Sarre et ses affluents; l'Ill et ses affluents; la Moder et ses affluents; le Rhin. DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine[Note 10] Strasbourg
Artois-Picardie Artois-Picardie Cours d'eau suivants : Liane, Hem, Aa supérieure, Lys amont, Lawe et Clarence amont, Plaine de la Lys, Sambre, Helpe Mineure, Helpe Majeure, Solre, Somme. DREAL Nord-Pas de Calais et Picardie Lille
Carte des services de prévision des crues en France métropolitaine.

Unités d'hydrométrie[modifier | modifier le code]

Il existe 28 unités d'hydrométrie (UH) en métropole et cinq en Outre-mer, réparties au sein des DREAL, qui mesurent, ajustent, archivent (dans la base nationale BD HYDRO) et analysent les niveaux et débits des cours d'eau[34].

Services de prévision et d'alerte locaux des collectivités[modifier | modifier le code]

En complément du dispositif de l’État, des collectivités locales ont mis en place des dispositifs de surveillance et d’alerte sur les inondations. Leurs données sont mutualisées avec celles des dispositifs nationaux. Ils sont listés dans les Règlements d'information sur les crues.

Bassin désignation du SPC Cours d'eau Maître d'ouvrage Dép. Nom/commentaires
Loire-Bretagne Loir-Cher-Indre Cens SIBCCA : Syndicat Intercommunal des bassins versants de la Bionne, du Cens et de la Crénolle et de leurs Affluents [35] 45 Le système a été mis en place par le conseil départemental du Loiret
Furan, Ondaine, Gier Communauté urbaine Saint-Étienne Métropole[35] 42 SAPHYRAS : mis en place en juin 2010, il s'agit d'un outil d’alerte permettant d’informer les communes sur le risque de crue afin d’anticiper ces évènements à l’échelle des 3 bassins versants (Furan, Gier, Ondaine). Les calculs sont établis sur la base de la pluie tombée, de la prévision de pluie attendue dans les 70 minutes à venir, de la saturation en eau des sols, des débits des capteurs au sol, une prévision de débit sur des tronçons de rivière. Le coût de mise en place des stations et l’achat du matériel est financé entre 2008 et 2012 par Saint-Étienne Métropole avec l’aide de l’Établissement public Loire, la Région Rhône-Alpes, l’État et l’Europe[36],[37].
Bourbince (de Blanzy à Paray-le-Monial) SIBVB : Syndicat Intercommunal du Bassin Versant de la Bourbince[35] 71
Vienne-Charente-Atlantique Vienne en amont de Limoges Commune de Saint-Léonard-de-Noblat[38] 87
Boivre Ville de Poitiers[38] 86
Antenne Syndicat mixte des bassins Antenne, Soloire, Romède et Coran (SYMBA)[38] 17
Vilaine et côtiers bretons Le Trieux Ville de Guingamp[39] 22
Adour Garonne Garonne Tarn Lot Thoré amont Syndicat Mixte du Bassin de l’Agout et les communes du bassin du Thoré[40] 81
Rhone Méditerranée Grand Delta Ruissellement urbain et de débordement des cadereaux de Nîmes Ville de Nîmes[41] 30 ESPADA : Dispositif d'aide à la gestion de crise opérationnel depuis 2005. La pluie et le ruissellement sont observés par 3 moyens complémentaires à ceux de Météo-France : Le radar météorologique de Nîmes Manduel, 30 stations de mesure de la pluie et des hauteurs d’eau, réparties sur les bassins versants des cadereaux et dans les retenues amont et des caméras placées sur quelques sites stratégiques[42]. En 2010 une alerte concernant la saturation de l'aquifère a été ajoutée suite à la caractérisation du fonctionnement du système karstique et notamment son comportement lors des fortes précipitations[43].
Le Lez Syndicat Mixte du Bassin Versant du Lez (SMBVL)[41] 84
affluents des Gardons SMAGE des Gardons[41]. 30 Teste des dispositifs spécifiques d’aide à la décision vis-à-vis des crues rapides
Cance, Deume Syndicat des 3 rivières (Cance, Deume..)[41] 07 Dispositifs à l'état de réflexion en 2013
Eze Syndicat du bassin de l’Eze (affluents de la Durance à Pertuis)[41] 84
Buech Syndicat du Buech[41] 05
Ouvèze Syndicat Mixte de l’Ouvèze Provençale[41] 84
Méditerranée Est Aygalades, Jarret et Huveaune Ville de Marseille et la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole[44] 13
Siagne Syndicat Intercommunal de la Siagne et ses Affluents (SISA)[44] 06
Paillon Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur[44] 06
Méditerranée Ouest Lez SPCMO Montpellier[45] 34 Bien que le Lez soit un cours d’eau réglementaire, ce système est complémentaire à celui du SPC car il intègre les autres cours d’eau, les retenues, les canaux du territoire communal.
Agglomération de Montpellier[45] 34 « Ville en alerte » - Point en janvier 2015 : Conçu et mis en œuvre dans une première phase de test, sous la forme d’un projet de recherche et développement, sur le territoire restreint de l’EcoCité (communes de Castelnau-le-Lez, Montpellier, Lattes et Pérols), le système s’étendra, à terme, sur l’ensemble du territoire de la CAM.
Rhône amont-Saône Bassins du Gier, du Furan et de l'Ondaine Saint-Etienne Métropole[46] 42 Saphyras (le système concerne également le bassin Loire-Bretagne).
le Durgeon Ville et Communauté d'Agglomération de Vesoul[46] 70
la Bienne Centre Opérationnel Départemental d'Incendie et de Secours (CODIS) du Jura[46]. 39
le Garon SMAGGA (Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion du bassin versant du GAron)[46] 69 en projet en 2013
la Brévenne SYRIBT (Syndicat de Rivières Brévenne Turdine)[46] 69 en projet en 2013
la Chalaronne SRTC (Syndicat de Rivères des Territoires de Chalaronne)[46] 01 en projet en 2013
Seine-Normandie Seine amont-Marne amont Cours d'eau du Châtillonais Syndicat Intercommunal des cours d'eau du Châtillonais (SICEC)[47] 21
120 km de cours d’eau Grand Troyes assure, depuis le 1er janvier 2012, les missions précédemment dévolues au Syndicat d’Aménagement de la Vallée de la Seine dans l’Agglomération de Troyes[48] 10 Système de téléalerte mis en place en 2014[49]. Lors des crues de mai-juin 2016, le premier message de télé-alerte informant les habitants des zones potentiellement inondables du risque a été diffusé le lundi 8 mai à 18h44[50].
Seine aval-Côtiers Normands La Lézarde, le Saint-Laurent, la Rouelles, la Curande, la Pissotière à Madame Communauté de l'agglomération havraise (CODAH)[51] 76
Seine moyenne-Yonne-Loing Yerres et ses affluents Syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l'Yerres (SYAGE)[52] 91-94
Cours d'eau entre Esbly et Boissy-le-Châtel Syndicat intercommunal du Grand Morin [53] 77 En cas d'alerte, le système peut avertir 1600 personnes en 10 minutes.
Orge Syndicat mixte de la vallée de l'Orge aval (SIVOA)[53] 91 VIGI'ORGE : Ce système alerte environ 600 foyers, soit environ 1500 personnes sur 7 communes par 2 canaux, l’appel téléphonique et le SMS. Si l’appel n’aboutit pas, un message sur répondeur est enregistré[54],[55].
Rhin-Meuse Meuse-Moselle la Houille (affluent de la Meuse dans les Ardennes). Communauté de communes Ardenne-Rives-de-Meuse[56]. 08
Houille Givet[56] 08 Système d’alerte local basé sur la station de Landrichamps
Madon Mirecourt [56] 88 Système d’alerte local basé sur la station de Begnécourt
Mortagne Rambervillers[56] 88 Système d’alerte local basé sur la station d'Autrey
Rhin-Sarre principaux cours d’eau du département Conseil Général du Haut-Rhin (CG68)[57] 68 Système d’annonce et de prévision de crue pour les afin d’assurer la gestion des ouvrages (ponts, vannages) en période de crue à l’échelon d’un syndicat pour les communes du Haut-Rhin (prévision de la formation d'embâcles).
Canal de la Bruche Conseil Général du Bas-Rhin (CG67)[57] 67 station de mesure à Russ pour la de l’alimentation du canal de la Bruche.
la Mossig, affluent principal de la Bruche. commune de Wasselonne[57] 67 Automate d’appel téléphonique lié à une station
Artois-Picardie Artois-Picardie la becque de Saint-Jans-Cappel Syndicat Mixte du SAGE de la Lys (SYMSAGEL)[58] 59 système d’alerte local, alerte les communes de Saint-Jans-Cappel et Bailleul

Services de prévision locaux et d'alerte privés[modifier | modifier le code]

La société Predict Services est créée en décembre 2006 et est détenue à part également par Météo-France, le groupe BRL et Infoterra France du Groupe EADS Astrium. Elle regroupe ainsi des expertises dans les domaines météorologique avec Météo-France, hydraulique et hydrologique avec BRL et spatial avec Infoterra France[59]. En 2015 elle lance une application gratuite pour smartphones et tablettes appelée "My Predict" destinée à alerter les particuliers des risques hydrométéorologiques pendant les intempéries. Elle fait suite à celle créée en 2013 pour les maires pour laquelle plus de 20 000 municipalités sont clientes à travers la France, à qui elle permet de suivre en direct l'évolution de la situation et donne des conseils sur les mesures à prendre[60].

Autres acteurs[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la variété des types d'inondations et de leurs causes aux territoires concernés, de nombreux autres acteurs interviennent en appui ou aux côtés des services de prévision de crues de l'État, ce qui ne contribue pas à une grande lisibilité et à une fluidité des échanges d'information[61].

Organismes Missions générales Missions relatives aux crues
Météo-France Prévisions météorologiques (notamment des précipitations) Publication des cartes de vigilance météorologique en coordination avec le SCHAPI - Gestion d'un réseau de 1 200 pluviomètres destiné à la mesure des hauteurs d'eau - Gestion du réseau de radars ARAMIS.
Centre d'études techniques maritimes et fluviales (CETMEF) Développement des modèles hydrauliques pour la prévision et la gestion des crises (Osiris-Inondations, aide à la réalisation de PCS, plate-forme cartographique AMICE d'échange de données entre gestionnaires de la crise) - Appui aux services de l'État pour la planification de la prévention des risques. Inondations à cinétique lente et submersions marines en lien avec le SCHAPI.

Inondations en milieu urbain, notamment leur interaction avec les phénomènes associés.

Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) Phénomènes géologiques, risques associés et développement des outils nécessaires à la gestion du sol et du sous-sol. Coordination avec les services de l'État au travers d'une convention avec le SCHAPI.
Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA) Pilotage et soutien de la recherche dans le domaine de l'eau - Mise en place et coordination du système d'information sur l'eau - Contribution à la police de l'eau de manière préventive et répressive - Appui technique à la prise en compte des enjeux écologiques dans les documents de planification et de programmation de la politique de l'eau (SDAGE et SAGE notamment). Pas de rôle direct en matière de prévention des inondations. Proximité de ses missions avec celles du SCHAPI, notamment en matière de recueil de données.
Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) Prévention du risque de submersion marine. - Outils d'observation et de modélisation du niveau de la mer, campagnes d'océanographie de la mer et modélisation numérique de terrain.

- Référent national pour l'observation des hauteurs d'eau et partenaire de deux dispositifs d'alerte et d'avertissement en cas de submersion marine : le dispositif Vigilance Vague Submersion avec Météo- France et le Centre national d'alerte au tsunami en Atlantique nord et en Méditerranée.

IRSTEA (anciennement Cemagref) Étude des aléas et risques liés au cycle de l'eau, notamment en montagne (érosions torrentielles et avalanches) et en région méditerranéenne (crues éclair et feux de forêts). - Travaux sur les facteurs de déclenchement et la dynamique des phénomènes dangereux engendrés par les précipitations

- Développement de modèles hydrologiques alimentés par les prévisions pluviométriques de Météo-France, comme GRP[62] pour les rivières jaugées et AIGA[63] pour les rivières non jaugées

Développement, en partenariat avec Météo-France, de la plateforme RHYTMME[64] de déploiement de radars adaptés aux zones montagneuses.

Mesures en hydrométéorologie[modifier | modifier le code]

Le problème de la prévision des crues consiste à évaluer la quantité d’eau additionnelle qui alimente un cours d’eau le long de son tracé, hors de ses sources, puis prévoir quel sera le comportement du cours d’eau compte tenu de cet apport. Il convient donc de disposer de données météorologiques et hydrométriques.

Mesures des précipitations et alerte des communes[modifier | modifier le code]

Besoins en observations météorologiques[modifier | modifier le code]

Trois besoins en observations météorologiques peuvent être identifiés[65] :

  • Avoir une connaissance des précipitations : Il s'agit de déterminer ce qui tombe du ciel, à savoir le type de précipitant (pluie, neige, autre ?), la position de l'isotherme zéro degré (frontière fictive entre deux masses d'air de températures négative et positive) et la gravité du phénomène. La répartition spatiale du phénomène ainsi que sa chronologie doivent également être précisés.
  • Estimer au sol la quantité d’eau qui va ruisseler vers les cours d’eau : Il s'agit ici de déterminer si le sol est sec ou saturé en eau en évaluant en particulier l'évapo-transpiration potentielle du sol, combien et où a-t-il plu et depuis combien de jours, ou s'il est enneigé et à cet effet déterminer la température, la hauteur de neige et la position de l'isotherme zéro degré dans le sol.
  • Estimer les sollicitations sur l’écoulement du cours d’eau à son embouchure : les mesures doivent permettre d'indiquer s'il y a du vent, s'il est contraire au sens de l’écoulement, s'il y a des surcotes marines et quel est le gradient de pression.

Réseaux météorologiques[modifier | modifier le code]

Météo-France dispose d'un réseau de stations météorologiques et de radars lui permettant de mesurer les hauteurs de précipitations observées, d'estimer la lame d'eau et de développer un service d'avertissement des communes.

Le réseau de stations météorologiques opéré par Météo-France comprend trois types de réseaux[66],[65] :

  • le Réseau d'Acquisition de Données d'Observations Météorologiques Étendues de Météo-France (RADOME) qui comprend en 2012 554 stations météorologiques sur le territoire métropolitain (une tous les 30 km) et 67 en Outre-Mer ;
  • Le réseau Salamandre dédié spécifiquement à la prévision des crues : un ensemble de 106 stations en 2013 mesurant deux paramètres (pluie et température), complété ultérieurement pour atteindre 290 stations, opéré pour le compte de la Direction générale de Prévention des Risques du MEEDDAT qui les a financés ;
  • un ensemble de 680 points de mesure (pluviographes) gérés en partenariat avec d'autres partenaires que le MEEDDAT.

Aux mesures issues de ces réseaux de Météo-France viennent s'ajouter celles issues des réseaux opérés par les services de l’État (services de prévision des crues et DIREN) correspondant à environ 570 points de mesure[65].

Réseau ARAMIS

Le réseau de radars météorologiques de Météo-France, le réseau ARAMIS, permet de détecter en temps réel les précipitations et de déterminer en permanence leurs trajectoires et leurs évolutions, c’est-à-dire de localiser les zones de précipitations et d'en évaluer l’intensité. En 2002, il comprenait 18 radars. Le nombre a été porté à 24 en 2007 grâce aux investissements engagés dans le cadre du projet PANTHERE (Projet Aramis Nouvelles Technologies en Hydrométeorologie Extension et REnouvellement). Sur la période 2010 – 2013, trois nouveaux radars en bande X ont été rajoutés dans le cadre du projet RHYTMME pour améliorer la couverture hydrologique sur le Sud-Est[67]. Un concentrateur au sein de la Direction de la Prévision à Toulouse recueille en temps réel ces données et élabore à l’échelle de la France des images « mosaïque » de détection des échos et de lame d’eau toutes les 5 minutes. Ces données sont transmises en temps réel aux services de prévision des crues des Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL)[68].

Les données provenant à la fois des pluviomètres et des radars sont exploitées pour élaborer la lame d’eau ANTILOPE, au pas de temps horaire, meilleure estimation possible des précipitations venant d’intervenir[69],[70]. Toutefois en 2014, la précision des estimations est encore insuffisante face à l'attente des professionnels. Les réseaux de pluviomètres habituels, de par leurs faibles densités ne peuvent en effet capturer la variabilité des précipitations à échelle fine. Le radar restitue par ailleurs mal les cumuls de pluie notamment lors d’événements convectifs. Seule l’utilisation d’une lame d’eau composite radar/pluviomètre, ou l’implantation d’un réseau de pluviomètres de haute densité, comme le réseau de 45 pluviomètres Hydravitis implantés sur une zone de 28 km2 en terrain viticole située au nord de Beaune (Bourgogne), peut donner des résultats à la hauteur des attentes des viticulteurs de la zone[71].

Les données pluviométriques temps réel, les images radars, les avertissements précipitations et bulletins précipitations et les cartes vigilance météorologiques et leurs bulletins de suivi sont diffusées par Météo-France aux collectivités territoriales, EPTB, syndicats mixtes... agréés au Règlement d'Information sur les crues, après signature d’un protocole spécifique[69].

Données météorologiques[modifier | modifier le code]

Météo-France conserve l'ensemble de ces données dans la Base de Données Climatologiques (BDClim) qui contient le patrimoine climatologique de la France pour les observations de surface conventionnelles[72].

Alerte des communes[modifier | modifier le code]

Par ailleurs cette connaissance en temps quasi-réel des précipitations en cours a permis à Météo-France de développer un service d’Avertissement aux Pluies Intenses pour les Communes nommé APIC[69]. Après une expérimentation en 2011, cette application est mise à disposition des communes en 2012. L’avertissement, diffusé par message vocal, SMS et courriel, signale l’aggravation de l’aléa pluviométrique sur la commune. Deux niveaux de sévérité sont définis : intenses et très intenses. La préfecture est avertie en même temps que la première commune concernée par des pluies intenses sur son département. En 2013, les communes averties ont en outre un accès temporaire à la carte depuis un lien dans le courriel. Environ 3 290 communes étaient abonnées en février 2013[10].

Mesures des écoulements - jaugeages[modifier | modifier le code]

Besoins en observations hydrométriques[modifier | modifier le code]

Les besoins en observations hydrométriques consistent à estimer la quantité d’eau dans le cours d’eau (hauteur d’eau) et la façon dont l’eau s’écoule de l’amont vers l’aval (débit, vitesse de l'écoulement)[65].

Réseaux hydrométriques[modifier | modifier le code]

Limnimètre classique

La hauteur d'eau est mesurée soit par des limnimètres soit par des limnigraphes. Le limnimètre est l'élément de base des dispositifs de lecture et d'enregistrement du niveau de l'eau : il est constitué le plus souvent par une échelle limnimétrique qui est une règle ou une tige graduée en métal, placée verticalement, et permettant la lecture directe de la hauteur d'eau à la station. Le zéro de l'échelle limnimétrique doit être placé au-dessous des plus basses eaux possibles dans les conditions de creusement maximum du lit dans la section de contrôle, et ce pour ne pas avoir de cotes négatives[73]. Le limnigraphe quant à lui est un appareil qui permet d'enregistrer automatiquement les variations du niveau d'eau au lieu d'une mesure humaine de visu. L'enregistrement de la variation des hauteurs en fonction du temps se fait sur des diagrammes appelés limnigrammes. Les principaux types utilisés actuellement sont les limnigraphes à flotteur, les limnigraphes à pression et les limnigraphes électroniques[74].

L’actuel réseau d’hydrométrie de l’État est issu de la fusion :

  • du réseau du ministère de l’agriculture. Il était organisé autour d'une banque de données gérée par le ministère de l’agriculture. L’actuelle banque des données hydrologiques, la banque HYDRO est directement issue de cette banque centrale. Les observations étaient faites par les services régionaux d’aménagement des eaux (SRAE) et plus rarement par des directions départementales de l’agriculture et de la forêt (DDAF). Toutes ces stations étaient tarées. Les stations étaient très généralement installées sur le réseau hydrographique pour lesquels la police des eaux était de la compétence du ministre de l’agriculture. Ce réseau relevait de l’aménagement agricole des eaux et de la connaissance générale des ressources en eaux mobilisables en étiage, en particulier pour l’irrigation.
  • des réseaux d’hydrométrie du ministère de l’Équipement créés dans le cadre de l’annonce de crue, gérés dans les départements par les directions départementales de l’équipement (DDE) et dans les bassins par les services hydrologiques centralisateurs (SHC). C’étaient des réseaux de limnimétrie (mesure de la cote) adaptés aux crues dont certaines stations étaient utilisées en hydrologie générale quand leur tarage hauteur/débit était possible. Des SHC ont centralisé les données hydrologiques et limnimétriques sur leurs réseaux, ainsi quedes DDE sur leurs propres réseaux. Les stations étaient généralement situées sur les cours d’eau ayant des impacts sur la sécurité publique[75].

Ces deux réseaux ont par ailleurs hérité de la plupart des stations des réseaux hydrologiques des circonscriptions hydroélectriques du ministère de l’industrie.

En 2006, une circulaire remet à plat les stations, organisations et moyens associés sur l'ensemble du territoire[76]. Le délégué de bassin est le chef de projet du plan de réorganisation, qui est donc de la compétence des DIREN de bassin[77].

Le réseau hydrométrique télétransmis en temps réel opéré par les services de l’État (services de prévision des crues et DIREN) comprend environ 1 500 points de mesure visibles sur Vigicrues. Il existe d’autres opérateurs (EDF, CNR…).

En général, il existe une relation univoque entre les niveaux d’eau et les débits, c’est-à-dire que pour une hauteur donnée il n’existe qu’un seul débit et inversement. La correspondance est assurée par une courbe de tarage (ou courbe d’étalonnage) établie à partir d’un certain nombre de jaugeages : mesures du débit ponctuelles et manuelles effectués à différentes hauteurs d’eau. Ces jaugeages sont réalisés au droit, ou à proximité, de la section de contrôle de la station, au moyen d’un moulinet, d’un courantomètre ou d’un sondeur de type « doppler ». Ces appareils permettent de connaître de manière plus fine l’écoulement de la rivière en donnant une mesure des vitesses[78].

Par ailleurs la situation estuarienne de nombreuses communes bretonnes, notamment Morlaix et Quimperlé, fait que le niveau marin peut, selon le coefficient de la marée, influer plus ou moins fortement sur l’écoulement des rivières à l’aval voire générer à lui seul des débordements. La mesure du niveau de l’océan est réalisée grâce à un réseau de marégraphes géré par le Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM). Météo-France assure le traitement et l’exploitation des données provenant de ce réseau[79].

Données hydrométriques[modifier | modifier le code]

Le Ministère de l'Écologie, du développement durable et de l'énergie conserve l'ensemble des mesures de hauteur d'eau (à pas de temps variable) en provenance d'environ 5 000 stations de mesure dans la base de données Hydro. Le site, administré par le Schapi, calcule pour chaque station les débits instantanés, journaliers, mensuels... à partir des valeurs de hauteur d'eau et des courbes de tarage (relations entre les hauteurs et les débits). Ces valeurs sont actualisées à chaque mise à jour d'une hauteur ou d'une courbe de tarage (addition, précision supplémentaire, correction...). Il fournit également à tout moment les valeurs d'écoulement les plus exactes possibles compte tenu des informations que les gestionnaires des stations lui communiquent[80]. Depuis l'origine, les données hydrométriques au niveau français sont collectées et mises à disposition via deux systèmes d’information distincts, initialement pour répondre à deux objectifs différents : d’une part la prévision et la surveillance des crues, d’autre part le suivi des régimes hydrologiques des cours d’eau et de la ressource en eau. Une évolution majeure lancée en 2013 est l'unification de ces deux systèmes d'information pour aboutir à une Plate-forme HYDRO Centrale (PHyC), dans le cadre d'une opération dénommée Hydro3, il est prévu d'ouvrir ce nouveau système unifié au grand public en 2018[81],[82] .

Prévisions météorologiques[modifier | modifier le code]

Les prévisions météorologiques sont réalisées par Météo-France à plusieurs niveaux, principalement le niveau national et le niveau inter-régional, et à différentes échelles géographiques depuis le scénario global national jusqu’à la traduction en « temps sensible » local.

Prévisions générales[modifier | modifier le code]

Les prévisions météorologiques nationales sont établies par les prévisionnistes de la Direction de la Prévision (DP) de Météo-France, sous la responsabilité d’un Chef prévisionniste, à partir d’un scénario choisi au moins quotidiennement comme le plus probable parmi différents scénarios issus de modèles numériques mis en œuvre par la DP, parmi lesquels ARPEGE, le modèle de prévision planétaire conçu par Météo-France[83],[84], mais également ceux des organismes de météorologie américain, anglais, européen (modèle CEP[85]). Le choix du scénario de référence est effectué lors de conférences des chefs prévisionnistes national et régionaux de Météo France. Il y a une conférence matinale suivie d’autres dans la journée (2 ou 3/jour). L’analyse globale des prévisions météorologiques conduit à constater qu’elles s’améliorent de manière constante : le gain en fiabilité est estimé à une journée tous les dix ans. Elles restent toutefois empreintes d'une incertitude liée à la complexité des phénomènes météorologiques[86].

Prévisions dédiées au Service de prévision des crues[modifier | modifier le code]

Sur un Extranet Météo-France dédié au SCHAPI et aux Services de prévision des crues, de nombreuses informations météorologiques générales sont disponibles : données et cartes « RR3 » — il s’agit de la décomposition des prévisions de précipitations en 24 h au pas de temps de h (huit lames d’eau sur 24 h) —, bulletins climatiques quotidiens, cartes d’isohyètes, suivi radar des précipitations, images satellite, cartes de l’atmosphère, etc.

Chaque territoire de service de prévision de crues est découpé en zones géographiques homogènes en caractéristiques hydrométéorologiques. Pour chacune d'entre elles un seuil d’avertissement est défini, à savoir une hauteur de précipitation sur une période de cumul donnée (souvent de 24 h) pour un bassin versant. Les périodes de cumul sont quelquefois de durées inférieures à 24 h) essentiellement pour le Sud-est et le Sud-ouest de la France (notamment dans le contexte des phénomènes orageux). Un même bassin versant peut disposer de plusieurs couples périodes-seuil. En cas de franchissement de ce seuil, un Avertissement Précipitations (AP) est émis à l'attention du service de prévision des crues concerné par appel téléphonique, fax et mail[87].

Des bulletins de précipitations sont en outre établis par les centres régionaux de Météo-France à destination des services de prévision des crues, à la fréquence biquotidienne avec une actualisation toutes les trois heures , contenant (a minima)[88] :

  • une valeur moyenne par zone, par période de 24 h (h/h), et si nécessaire le cumul maximal envisagé dans la zone (cas de foyers orageux prévus sur zone par exemple) ;
  • une « fourchette » d’estimation de la moyenne (exemple : moyenne comprise entre 20 et 30 mm), ainsi qu’un maximum ;
  • un commentaire textuel sur la situation météorologique et/ou les systèmes pluvieux attendus ; le degré de fiabilité estimé de la prévision peut être inséré dans ce commentaire ;
  • en option et suivant le type de bassin, tout phénomène pouvant influer sur l’écoulement et le niveau des cours d’eau : la limite pluie/neige, l’isotherme zéro degré, la fonte nivale, les vents (contraires à l’écoulement), les surcotes marines, etc.

Prévision hydrologique des crues[modifier | modifier le code]

Prévision des cotes et débits aux stations de référence[modifier | modifier le code]

Modélisation des crues classiques[modifier | modifier le code]

Schéma de fonctionnement d'un modèle de prévision hydrologique des crues en mode "simulation" et en mode "prévision".

La prévision des crues est établie avec l'appui de modèles numériques qui intègrent les données de pluie, hauteur d’eau et débit des cours d'eau concernés. Ils permettent de travailler soit en mode simulation, soit en mode prévision. En mode simulation, le modèle dispose en entrée des pluies observées et on obtient à chaque pas de temps de calcul un débit simulé pour le pas de temps courant. En mode prévision, on dispose en plus des débits observés jusqu'à l'instant de prévision, que l'on peut assimiler afin d'avoir des prévisions les plus proches possible de ce que sera la réalité. La prévision va alors permettre, à partir de ces observations passées et d'un éventuel scénario de pluies futures, de calculer les débits futurs sur la plage de prévision[89]. Dans le cas général, les outils de modélisation hydrologique permettent de prévoir des débits, qui sont traduits en cotes au niveau de stations de références.

Les Services de prévision des crues disposent de divers outils de modélisation des crues par type de cours d’eau, sur lesquels le SCHAPI apporte une assistance pour la maintenance et les évolutions[90] :

  • La plate-forme de modélisation SOPHIE, pour modèles simples ;
  • Le GRP[62] : modèle hydrologique pluies/débits à réservoirs ;
  • ATHYS : plate-forme hydrologique spatialisée ;
  • MASCARET et MOISE (utilisé pour la prévision des crues sur la Meuse) : modèles hydrauliques 1D ;
  • TELEMAC : modèle hydraulique 2D.

Les modèles opérationnels spécialisés pour la prévision des crues, qu'ils soient purement hydrauliques - transfert de l'onde de crue - ou pluie-débit nécessitent peu de moyens de calcul mais leur potentiel d'amélioration est limité. Seuls les modèles « hydro-géo-agro-météorologiques » sont susceptibles d'apporter des améliorations notables. Ceux-ci prennent en compte le relief (modèles numériques de terrain), la géologie, la pédologie, l'occupation des sols, la pluviométrie passée, la prévision des précipitations, la simulation des flux entre les sols superficiels, la végétation et l'atmosphère, ainsi que la modélisation des aquifères. Seuls peuvent actuellement prétendre les utiliser de manière opérationnelle quelques services météorologiques nationaux et des organismes internationaux : en Europe le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) et le Joint Research Centre (JRC) de la Commission européenne. En France des développements de ce type sont effectués à titre expérimental avec le modèle SIM. Couplé avec la prévision météorologique d'ensemble, SIM permet d'estimer le débit horaire probable et sa dispersion jusqu'à plusieurs jours d'échéance. En 2010, il n'existait toutefois pas encore, comme en Angleterre, d'un projet organisé, avec un échéancier et des financements, visant à la mise en place d'un dispositif opérationnel utilisant ce modèle SIM (ou d'autres), pour la prévision des crues[91].

À partir de 2012, le SCHAPI développe une nouvelle plate-forme de modélisation, la POM (Plate-forme Opérationnelle pour la Modélisation), généralisant les acquis de SOPHIE avec des modules d’alimentation en données (notamment de la banque HYDRO3), prenant en compte plusieurs types de modèles et avec des interfaces d’expression des résultats. En 2013, la POM est interfacée avec plusieurs modèles de prévision. À partir de 2014, elle est déployée successivement au sein du Schapi, puis dans les SPC[92].

Modélisation des crues soudaines[modifier | modifier le code]

En Europe, les crues éclair affectent principalement les régions méditerranéennes et montagneuses. Les bassins concernés sont le plus souvent de petite taille (inférieure à 100 km2), et non-jaugés, leur temps de concentration est très court. Anticiper ce type de phénomène est difficile et constitue un enjeu pour les années à venir[93]. En France, le SCHAPI différencie deux types de crues au temps de réponse très court : la crue éclair qui se produise sur les bassins versants en moins de 2 heures comme cela se produit sur le Gardon d'Anduze et la crue soudaine dont le temps de réponse se situe entre 2 heures (délai en deçà duquel seuls des dispositifs locaux très spécifiques permettent une anticipation) et une demi-douzaine d'heures (délai au-delà duquel on entre dans le champ de la prévision des crues classique)[93].

En France, le système d'alerte APIC a été mis en place en 2011 pour les crues éclair et soudaine. Ce système est basé sur les pluies et compare les précipitations en temps réel, sur plusieurs durées de cumul, avec des seuils de référence. Une fois qu'une alerte est détectée sur une commune, le maire est averti par mail, SMS ou message vocal. Pour les bassins non-jaugés, la méthode AIGA (« Adaptation d'information géographique pour l'alerte en crue ») est développée par IRSTEA, depuis l'an 2000 pour modéliser les crues[93]. En 2016, elle est opérationnelle dans les Services de prévision des crues (SPC) de Méditerranée-Ouest, Grand Delta et Méditerranée-Est ainsi que dans la plateforme multirisque du projet RHYTMME[64]. En mars 2017, AIGA a été intégrée au nouveau système d’avertissement national Vigiecrue flash. "Ce système d’avertissement permet de surveiller treize mille tronçons de cours d'eau du territoire métropolitain soit plus de trente mille kilomètres de cours d'eau qui n'étaient pas couverts par la Vigilance Crues. Il est disponible, gratuitement et sur abonnement, pour les dix mille communes traversées par ces cours d'eau"[63]. Le nombre de communes couvertes est amené à s'étendre avec la progression de la couverture radar Météo-France et l'amélioration des modèles hydrologiques.

De la prévision hydrologique à la prévision d’inondation[modifier | modifier le code]

Objectifs d'évolution[modifier | modifier le code]

La traduction opérationnelle des prévisions de cotes maximales de crues pour la mise en sécurité des biens et des personnes nécessite qu’un lien soit fait entre ces cotes et des secteurs inondés, avec les enjeux qu’ils contiennent. Il importe donc d’avoir élaboré, en anticipation des situations de crise inondation, des cartographies permettant, pour différentes cotes de crues de référence, un zonage des secteurs inondés avec des indications de hauteur de submersion et une localisation des enjeux humains et socio-économiques (écoles, maisons de retraite, industries…). Ceci est rarement fait[94].

En situation de crise, les informations fournies par Vigicrues ne permettent pas toujours aux gestionnaires de crise d’en évaluer les conséquences à l’échelle de leur territoire. D'où le souhait du Schapi de passer de la prévision des crues à la prévision cartographique des inondations visant à faciliter la gestion de la crise par les autorités locales, en diffusant, notamment, des cartes de zones inondées potentielles (ZIP), ou emprises des inondations, correspondant à des hauteurs d’eau prévues en certains points du cours d’eau. En 2014, le Schapi a finalisé l’architecture de la base de données VIGInond, qui contient outre ces ZIP, des zones d’iso-classes de hauteurs d’eau (ZICH) et des lignes d’iso-cote de niveau d’eau (LIC). L’alimentation de VIGInond requiert une collaboration étroite entre les services de l’État et les collectivités, notamment pour inventorier et capitaliser les données existantes[23],[95].

Base de données Inondations[modifier | modifier le code]

La base de données Inondations en élaboration stockera trois types de données[96] :

  • ZIP : zone inondée potentielle (enveloppe de l'inondation) ;
  • ZICH : zone iso-classe de hauteur de submersion (0–50 cm, 50 cm-1 m ;
  • LIC : ligne iso-cote (courbe de niveau sur la surface en eau).

Début juin 2015, la moitié des SPC alimentent VIGInond et 123 stations sont associées à des ZIP. 850 ZIP et 380 ZICH sont définies. 1 400 communes sur 45 départements sont référencées dans le système[96].

Niveaux de vigilance[modifier | modifier le code]

En 2001, à la suite de la tempête de décembre 1999, est créée la carte de vigilance météo, suivie en 2006 de la carte vigilance crues[97]. Désormais les données des deux cartes sont regroupées et répondent aux mêmes lignes directrices. Dans les deux cas, la procédure consiste à exprimer les prévisions d’occurrence des phénomènes à venir (en général dans les 24 heures) sous une forme compréhensible par tous, permettant aux acteurs d’adopter une attitude de vigilance proportionnée à l’aléa (par exemple «pluie-inondation» ou «crues»). Les destinataires en sont tant le grand public que les acteurs institutionnels impliqués dans la mise en œuvre des secours[98].

La circulaire du 28 septembre 2011 relative à la « procédure de vigilance et d’alerte météorologiques » permet d’appréhender les principes communs aux deux cartographies de vigilance météorologique d’une part, de crues d’autre part. Elle donne à certains services (en tout premier lieu à Météo-France et au SCHAPI) mission de « susciter et favoriser une attitude de vigilance partagée par le plus grand nombre d'acteurs possible » et, aux services chargés de la sécurité civile, mission de « simplifier et recentrer l'alerte des autorités sur des phénomènes vraiment intenses (couleurs orange et rouge) »[99].

Le formalisme adopté dans les deux cas consiste (prévision météo et crues) en l’édition d’une carte nationale de vigilance localisant les niveaux de vigilance suscités par les prévisions exprimées selon une gamme de quatre classes de couleur :

Niveau Définition
Vert Pas de vigilance particulière requise.
Jaune Risque nécessitant une vigilance particulière.
Orange Risque important nécessitant une grande vigilance.
Rouge Risque majeur mobilisant une vigilance absolue.

Vigilance hydrométéorologique[modifier | modifier le code]

Carte de vigilance établie parc Météo-France le 24 décembre 2013 à 16h lors du passage de la tempête Dirk.

La vigilance météorologique et hydrologique, disponible sur le site de Météo-France à l’adresse http://vigilance.meteofrance.com, qualifie le risque hydrométéorologique global dans les 24 h à venir. Elle est établie à l’échelle des départements qui se voient affectés de la couleur la plus sévère des vigilances attachées à chaque type de phénomène, qu’il soit météorologique ou relatif aux crues. À partir du niveau orange de vigilance, des pictogrammes précisent le risque, tels que « pluies-inondations » en cas de fortes pluies pouvant conduire à des inondations, ou « inondations » en cas d’inondations sans pluies[100]. Lorsqu’un département est cartographié en vigilance orange ou rouge au titre d’un ou plusieurs paramètres météorologiques, le prévisionniste « amont » régional établit les bulletins de suivi, appelé dans les faits « bulletin de vigilance », suivant un format national. Ces bulletins sont destinés aux différentes instances locales et sont publics.

Suite aux événements hydro-météorologiques de septembre 2005 dans le Gard et leurs dramatiques conséquences, le ministre de l’Intérieur demande à Météo-France et au ministère chargé de l’écologie de renforcer la perception du risque d’inondation par les populations et d’améliorer l’aide à la décision des services chargés de la protection civile. Les travaux entrepris par la Direction de l’Eau (DE) du ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, Météo-France et la Direction de la Défense et de la Sécurité civiles (DDSC) du ministère de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales aboutissent à la circulaire interministérielle du 15 octobre 2007 qui crée le concept de vigilance « pluie-inondation » en remplacement de celui de vigilance « fortes précipitations » en raison notamment de la difficulté pour les populations à percevoir le risque d'inondation associé aux fortes pluies[101]. La circulaire interministérielle du 28 septembre 2011, qui abroge la précédente, innove par la prise en compte de la distinction entre les deux phénomènes « pluie-inondation » et « inondation »[102].

En octobre 2011, Météo-France complète le dispositif de prévision par la nouvelle vigilance « vagues-submersion (marine) » (en partenariat avec le SHOM, et en lien avec le Ministère du développement durable et le Ministère de l'Intérieur)[103]. Les submersions marines sont liées à une élévation extrême du niveau de la mer due à la combinaison de plusieurs phénomènes[104] :

  • l’intensité de la marée (niveau marin dû principalement aux phénomènes astronomiques et à la configuration géographique) ;
  • le passage d’une tempête produisant une surélévation du niveau marin (appelée surcote) selon trois processus principaux :
    - la forte houle où les vagues contribuent à augmenter la hauteur d’eau ;
    - le vent qui exerce des frottements à la surface de l’eau, ce qui génère une modification des courants et du niveau de la mer (accumulation d’eau à l’approche du littoral) ;
    - la diminution de la pression atmosphérique. Le poids de l’air décroît alors à la surface de la mer et, mécaniquement, le niveau de la mer monte[Note 11].

Ainsi à partir de l’automne 2011, les avis de très fortes vagues à la côte (ATFV), destinés essentiellement aux autorités, ont été remplacés par le volet vagues-submersion qui vient compléter la carte de vigilance météorologique de Météo-France accessible au grand public, qui comporte désormais neuf aléas météorologiques et hydrologiques différents : vent violent, neige-verglas, pluie-inondation, inondation, orages, vagues-submersion et, selon la saison, grand froid, avalanches et canicule[104].

Vigilance « crues »[modifier | modifier le code]

L’information de vigilance crues consiste à affecter à chaque tronçon de cours d’eau surveillé par l’État une couleur (vert, jaune, orange ou rouge) en fonction du niveau de danger potentiel attendu dans les 24 heures et donc de vigilance nécessaire. La signification de chacun des niveaux est la suivante[100] :

Niveau Définition Caractérisations
Vert Pas de vigilance particulière requise. Situation normale.
Jaune Risque de crue ou de montée rapide des eaux n’entraînant pas de dommages significatifs, mais nécessitant une vigilance particulière dans le cas d’activités saisonnières et/ou exposées. Perturbation des activités liées au cours d’eau (pêche, canoë...).

Premiers débordements dans les vallées. Débordements localisés, coupures ponctuelles de routes secondaires, maisons isolées touchées, caves inondées.
Activité agricole perturbée de façon significative.
Évacuations ponctuelles.

Orange Risque de crue génératrice de débordements importants susceptibles d’avoir un impact significatif sur la vie collective et la sécurité des biens et des personnes. Débordements généralisés.

Vies humaines menacées.
Quartiers inondés : nombreuses évacuations.
Paralysie d’une partie de la vie sociale, agricole et économique :

  • Itinéraires structurants coupés ;
  • Hôpitaux et services publics vitaux perturbés voire inopérants ;
  • Réseaux perturbés (électricité, transports, eau potable, assainissement, télécommunications...).
Rouge Risque de crue majeure. Menace directe et généralisée sur la sécurité des personnes et des biens. Crue rare et catastrophique.

Menace imminente et/ou généralisée sur les populations : nombreuses vies humaines menacées.
Crue exceptionnellement violente et/ou débordements généralisés.
Évacuations généralisées et concomitantes (plusieurs enjeux importants impactés en même temps sur le tronçon).
Paralysie à grande échelle du tissu urbain, agricole et industriel :

  • Bâti détruit ;
  • Itinéraires structurants coupés ;
  • Hôpitaux et services publics vitaux perturbés voire inopérants ;
  • Réseaux perturbés voire inopérants (électricité, transports, eau potable, assainissement, Telecom...).

Chaque tronçon de cours d'eau surveillé par les services de prévision de crues est affecté d'une couleur correspondant au risque d'inondation tel qu'il ressort des modèles de prévisions. La carte diffusée par le Schapi le 4 juin 2016 à 10 h 12 est ainsi la suivante.

Carte Vigicrues du 4 juin 2016 à 10h12

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. DREAL Auvergne jusqu'au 1er janvier 2016, puis DREAL Auvergne-Rhône-Alpes à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  2. DREAL Poitou-Charente jusqu'au 1er janvier 2016, puis Aquitaine Limousin Poitou-Charente à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  3. DREAL Aquitaine jusqu'au 1er janvier 2016, puis Aquitaine Limousin Poitou-Charente à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  4. DREAL Midi-Pyrénées jusqu'au 1er janvier 2016, puis Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  5. a b et c DREAL Rhône-Alpes jusqu'au 1er janvier 2016, puis DREAL Auvergne-Rhône-Alpes à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  6. DREAL Languedoc-Roussillon jusqu'au 1er janvier 2016, puis Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  7. DREAL de Champagne-Ardenne jusqu'au 1er janvier 2016, puis DREAL ACAL à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  8. DREAL Haute-Normandie jusqu'au 1er janvier 2016, puis DREAL Normandie à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  9. DREAL de Lorraine jusqu'au 1er janvier 2016, puis DREAL ACAL à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  10. DREAL Alsace du 28 janvier 2012 au 1er janvier 2016, puis DREAL ACAL à la suite de la réforme territoriale des régions administratives définie par la loi du 16 janvier 2015.
  11. Une diminution de la pression atmosphérique d’un hectopascal (hPa) équivaut approximativement à une élévation d’un centimètre de la hauteur d’eau. Exemple : un centre dépressionnaire de 980 hPa (soit une différence de 35 hPa par rapport à la pression atmosphérique moyenne de 1015 hPa) génère une surélévation d’environ 35 cm.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Roche, Miquel, Gaume, Hydrologie quantitative: Processus, modèles et aide à la décision, p. 447
  2. « Utilisation des techniques sonar et laser dans le cadre de la connaissance des zones d’inondations », sur http://voies-hydrauliques.wallonie.be/ (consulté le 2 août 2016)
  3. Julein Vallet, « La lasergrammétrie aéroportée - approches théoriques, concepts, méthodes » [PDF], sur http://www.helimap.com/, (consulté le 2 août 2016)
  4. Patric Rousselot, David Vetsch, Roland Fäh, « Modélisation numérique des cours d’eau » [PDF], sur http://www.bafu.admin.ch/, (consulté le 2 août 2016)
  5. V. Guinot, « Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique » [PDF], sur http://perso.ens-lyon.fr/, (consulté le 2 août 2016)
  6. a b et c CGEDD, Prévision des crues et hydrométrie, p. 15
  7. « Rapport sur les causes des inondations répétitives ou exceptionnelles et sur les conséquences des intempéries afin d'établir les responsabilités, d'évaluer les coûts ainsi que la pertinence des outils de prévention, d'alerte et d'indemnisation », sur http://www.risquesmajeurs.fr/ (consulté le 18 août 2016)
  8. Thierry Mariani, « Rapport de la commission d'enquête sur les causes des inondations et les moyens d'y remédier », sur http://www.risquesmajeurs.fr/, (consulté le 18 août 2016)
  9. « Circulaire du 01/10/02 relative à la création de services de prévision des crues », sur http://www.ineris.fr/ (consulté le 18 septembre 2016)
  10. a et b « Circulaire du 29 avril 2013 - nouveau service APIC », sur http://www.allier.gouv.fr/ (consulté le 17 octobre 2016)
  11. a et b « Ségolène Royal à Toulouse pour lancer la marque Vigicrues et sensibiliser les Français aux bons gestes en cas d’inondation. », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 21 septembre 2016)
  12. « Présentation de la Banque HYDRO et des évolutions en cours », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 20 septembre 2016)
  13. Loi no  2003-699 du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages.
  14. Décret no  2005-28 du 12 janvier 2005 pris pour l'application des articles L. 564-1, L. 564-2 et L. 564-3 du code de l'environnement et relatif à la surveillance et à la prévision des crues ainsi qu'à la transmission de l'information sur les crues.
  15. « Circulaire du 09/03/05 relative aux schémas directeurs de prévision des crues et aux règlements de surveillance, de prévision et de transmission de l’information sur les crues et à la mise en place des services de prévision des crues dans les bassins Adour-Garonne, Artois-Picardie, Loire-Bretagne, Rhin-Meuse, Rhône-Méditerranée et Seine-Normandie », sur http://www.ineris.fr/ (consulté le 17 septembre 2016)
  16. Arrêté du 26 janvier 2005 modifiant l'arrêté du 27 février 1984 modifié portant réorganisation des services d'annonce des crues.
  17. « Arrêté du 2 juin 2003 portant organisation du service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 octobre 2016)
  18. MEDDE, Démarche française de prévention des risques majeurs , p. 17
  19. « Le service sentral d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations » [archive du ], sur http://www.rdbrmc.com/ (consulté le 3 août 2016)
  20. MEDDE, Démarche française de prévention des risques majeurs , p. 19
  21. « La première stratégie nationale face aux risques d’inondation » [archive du ], sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 18 août 2016), p. 14
  22. « Circulaire du 4 novembre 2010 relative à l’évolution de l’organisation pour la prévision des crues et l’hydrométrie », sur http://www.bulletin-officiel.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 24 octobre 2016)
  23. a et b BRGM, « Le réseau de la prévision des crues prévision des crues et de l'hydrométrie et de l'hydrométrie (PC&H) », sur http://www.reseau.eaufrance.fr/ (consulté le 20 octobre 2016), p. 12-24
  24. « Circulaire du 09/03/05 relative aux schémas directeurs de prévision des crues et aux règlements de surveillance, de prévision et de transmission de l’information sur les crues et à la mise en place des services de prévision des crues dans les bassins Adour-Garonne, Artois-Picardie, Loire-Bretagne, Rhin-Meuse, Rhône-Méditerranée et Seine-Normandie », sur http://www.ineris.fr/ (consulté le 20 septembre 2016)
  25. Décret no 2005-28 du 12 janvier 2005 pris pour l'application des articles L. 564-1, L. 564-2 et L. 564-3 du code de l'environnement et relatif à la surveillance et à la prévision des crues ainsi qu'à la transmission de l'information sur les crues, art.2.
  26. Décret no  2005-28 du 12 janvier 2005 pris pour l'application des articles L. 564-1, L. 564-2 et L. 564-3 du code de l'environnement et relatif à la surveillance et à la prévision des crues ainsi qu'à la transmission de l'information sur les crues, art.3.
  27. Décret no  2005-28 du 12 janvier 2005 pris pour l'application des articles L. 564-1, L. 564-2 et L. 564-3 du code de l'environnement et relatif à la surveillance et à la prévision des crues ainsi qu'à la transmission de l'information sur les crues, art.4.
  28. « Décret n° 2005-28 du 12 janvier 2005 pris pour l'application des articles L. 564-1, L. 564-2 et L. 564-3 du code de l'environnement et relatif à la surveillance et à la prévision des crues ainsi qu'à la transmission de l'information sur les crues », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 22 octobre 2016), art. 6
  29. « Décret n° 2005-28 du 12 janvier 2005 pris pour l'application des articles L. 564-1, L. 564-2 et L. 564-3 du code de l'environnement et relatif à la surveillance et à la prévision des crues ainsi qu'à la transmission de l'information sur les crues », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 22 octobre 2016), art. 7 et 8
  30. « Le réseau VIGICRUES », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 19 septembre 2016)
  31. BRGM, « Le réseau de la prévision des crues prévision des crues et de l'hydrométrie et de l'hydrométrie (PC&H) », sur http://www.reseau.eaufrance.fr/ (consulté le 20 octobre 2016), p. 2
  32. Bilan d'activité 2014 du Schapi - page 8
  33. a et b Arrêté du 2 juin 2003 portant organisation du service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations.
  34. M. Pierre-Yves COLLOMBAT, fait au nom de la Mission commune d'information Inondations dans le Var, « Rapport d'information n° 775 (2011-2012) : "Se donner les moyens de ses ambitions : les leçons des inondations du Var et du sud-est de la France" », sur http://www.senat.fr/, (consulté le 25 octobre 2016)
  35. a b et c RIC Loire-Cher-Indre, p. 12
  36. François DELORME, « Le dispositif d’alerte aux crues mis en place par Saint-Etienne Métropole », sur http://www.irma-grenoble.com/, (consulté le 23 octobre 2016)
  37. « SAPHYRAS : Le système d’alerte de crue de Saint-Etienne Métropole », sur http://www.meteo.fr/, (consulté le 23 octobre 2016)
  38. a b et c RIC Vienne-Charente-Atlantique, p. 25
  39. RIC Vilaine et côtiers bretons, p. 13
  40. RIC Garonne Tarn Lot, p. 36
  41. a b c d e f et g RIC Grand Delta, p. 30
  42. « Dispositif Espada », sur http://www.nimes.fr (consulté le 23 octobre 2016)
  43. BRGM, « Intégration de la composante « eaux souterraines karstiques » dans le système d’alerte crue de la Ville de Nîmes », sur http://infoterre.brgm.fr/, (consulté le 23 octobre 2016)
  44. a b et c RIC Méditerranée Est, p. 28
  45. a et b RIC Méditerranée Ouest, p. 30
  46. a b c d e et f RIC Rhône amont-Saône, p. 47
  47. RIC Seine amont-Marne amont, p. 10
  48. RIC Seine amont-Marne amont, p. 11
  49. « Grand Troyes : inondations ou canicule, l'alerte téléphonique veille au grain », sur http://www.lest-eclair.fr/ (consulté le 24 octobre 2016)
  50. « Ville de Troyes - Supplément : La Seine en crue », sur https://www.ville-troyes.fr/ (consulté le 24 octobre 2016)
  51. RIC Seine aval-Côtiers Normands, p. 22-23
  52. RIC Seine moyenne-Yonne-Loing, p. 15
  53. a et b RIC Seine moyenne-Yonne-Loing, p. 16
  54. « Crue de l'Orge et de la Salemouille du 30 mai au 6 juin 2016. », sur http://portes-essonne-environnement.fr/ (consulté le 24 octobre 2016)
  55. « Vigi'Orge-plaquette », sur http://www.juvisy.fr (consulté le 24 octobre 2016)
  56. a b c et d RIC Meuse-Moselle, p. 21-22
  57. a b et c RIC Rhin-Sarre, p. 20
  58. RIC Artois-Picardie, p. 33
  59. « Filiales de Météo-France », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 22 octobre 2016)
  60. Fabrice Dubault, « La société montpelliéraine Predict lance une application qui prévient des inondations », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 22 octobre 2016)
  61. Sénat, Rapport sur les inondations qui se sont produites dans le Var en 2011, p. 73
  62. a et b « Modèle de prévision GRP », sur Irstea, (consulté le 30 mai 2017)
  63. a et b C. Fouchier et al., « Mises en œuvre opérationnelles de la méthode AIGA pour anticiper les crues sur les cours d'eau non surveillés », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 8 pages (ISSN 1775-3783, lire en ligne)
  64. a et b « Surveillance des risques liés à la météo en montagne et en climat méditerranéen grâce à la plateforme du projet RHYTMME », (consulté le 30 mai 2018)
  65. a b c et d CETMEF, « 7èmes Journées Scientifiques et Techniques du CETMEF - Données et produits d’observation actuels et futurs », sur www.eau-mer-fleuves.cerema.fr/, (consulté le 18 octobre 2016)
  66. « Observation météorologique : les stations en surface », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2016)
  67. J.-L. Chèze, J.-L. Champeaux, P. Tabary (Météo-France), « Forum des utilisateurs de radars hydrométéorologiques - Le réseau radar : Situation actuelle et perspectives », sur http://www.meteo.fr/, (consulté le 18 octobre 2016)
  68. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 à février 2014 en Bretagne ", p. 53
  69. a b et c "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 à février 2014 en Bretagne", p. 54
  70. « Estimation d'une pluie de bassin par observation RADAR », sur http://wikhydro.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 16 octobre 2016)
  71. Basile PAUTHIER, Benjamin BOIS, Thierry CASTEL et Yves RICHARD, « Note technique d'implantation d’un réseau de pluviomètres en terrain viticole sur la côte de Beaune (France) », Climatologie, vol. 11,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  72. BRGM, « La Climatologie à Météo-France - BRGM », sur www2.brgm.fr/ (consulté le 18 octobre 2016)
  73. « Les débits », sur http://mon.univ-montp2.fr/ (consulté le 18 octobre 2016)
  74. « La mesure hydrologique », sur http://echo2.epfl.ch/ (consulté le 18 octobre 2016)
  75. CGEDD, Prévision des crues et hydrométrie - Évaluation des réseaux et perspectives, p. 66
  76. « Circulaire du 13 avril 2006 relative à l’organisation de l’hydrométrie dans les DIREN et les SPC (services de prévision des crues) », sur http://www.bulletin-officiel.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 26 octobre 2016)
  77. CGEDD, Prévision des crues et hydrométrie - Évaluation des réseaux et perspectives, p. 69
  78. « Hydrométrie », sur http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 18 octobre 2016)
  79. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 a février 2014 en Bretagne ", p. 55
  80. « Base de données Hydro », sur http://www.hydro.eaufrance.fr/ (consulté le 21 octobre 2016)
  81. « De Hydro à Hydro3 », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 21 octobre 2016)
  82. « Descriptif Hydro3 Hydro », sur http://www.meteo.fr/ (consulté le 21 octobre 2016)
  83. « Arpège », sur http://www.cnrm-game-meteo.fr/ (consulté le 18 octobre 2016)
  84. « Arpège - vidéo de démonstration », sur http://www.cnrm-game-meteo.fr/ (consulté le 18 octobre 2016)
  85. « Prévisions en temps réel issues du modèle CEP pour l'Europe », sur http://meteodu03.free.fr/ (consulté le 18 octobre 2016)
  86. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 a février 2014 en Bretagne ", p. 56
  87. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 a février 2014 en Bretagne ", p. 59
  88. « Circulaire du 31/01/08 relative aux avertissements pluviométriques et à l’information régulière pluviométrique transmis par Météo-France aux services de prévision des crues (SPC) », sur http://www.ineris.fr/ (consulté le 19 octobre 2016)
  89. « Sensibilité des performances d'un modèle de prévision des crues au critère de calage », sur https://webgr.irstea.fr (consulté le 19 octobre 2016)
  90. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 a février 2014 en Bretagne ", p. 64
  91. CGEDD, Prévision des crues et hydrométrie - Évaluation des réseaux et perspectives, p. 30-31
  92. « SCHAPI - bilan 2013 », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 20 octobre 2016), p. 8
  93. a b et c Dimitri Defrance. Adaptation et évaluation d'un système d'anticipation de crues éclair sur des bassins de montagne non-jaugés. Sciences de la Terre. Université Pierre et Marie Curie - Paris VI, 2014. Français, page 25
  94. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 à février 2014 en Bretagne ", p. 66
  95. Bilan d'activités 2014 du Schapi - page 11
  96. a et b « Le réseau de la prévision des crues prévision des crues et de l'hydrométrie et de l'hydrométrie (PC&H) », sur http://www.reseau.eaufrance.fr/ (consulté le 20 octobre 2016), p. 11-12
  97. « La vigilance "pluie-inondation" : un nouvel outil de prévention des risques », sur http://www.localtis.info/ (consulté le 20 octobre 2016)
  98. "Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 a février 2014 en Bretagne ", p. 68
  99. « Circulaire interministérielle du 28 septembre 2011 relative à la « procédure de vigilance et d’alerte météorologiques », sur http://circulaire.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 octobre 2016)
  100. a et b Règlement d'information des crues (RIC) Loire-Cher-Indre, p. 18
  101. Météo-France, « Vigilance pluie-inondation - Plaquette d'information », sur http://www.var.gouv.fr/ (consulté le 20 octobre 2016)
  102. « Circulaire interministérielle n°IOC/E/11/23223/C du 28 septembre 2011 relative à la procédure de vigilance et d'alerte météorologiques. », sur http://www.secourisme.net/ (consulté le 20 octobre 2016)
  103. Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer, « Xynthia, 3 ans après : Quelles actions de l’État ? », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 10 août 2016)
  104. a et b « Vagues-submersion : un nouveau dispositif de vigilance », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 20 octobre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Règlement de surveillance, de prévision et de transmission de l’Information sur les Crues (RIC)[modifier | modifier le code]

Rapports[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Chauvière, Jean-Jacques Lafitte, Michel Le Quentrec, Jean-Louis Ravard, Claude Truchot, Pierre Verdeaux, Conseil général de l'Environnement et du Développement durable, Prévision des crues et hydrométrie - Evaluation des réseaux et perspectives, , 129 p. (lire en ligne)
  • Pierre-Yves Collombat, Rapport d'information fait au nom de la mission commune d’information sur les inondations qui se sont produites dans le Var, et plus largement, dans le sud-est de la France au mois de novembre 2011, Paris, Sénat, , 388 p. (lire en ligne)
  • Tristan Florenne, Hugues Ayphassorho, Philippe Bellec, Françoise Gadbin, François Colas-Belcour, Michel Penel, Mission d’expertise sur les crues de décembre 2013 a février 2014 en Bretagne, Paris, Ministère de l'Intérieur, , 370 p. (lire en ligne)
  • Maria-Helena Ramos, Qualité et valeur des prévisions hydrologiques d’ensemble, Paris, Université Sorbonne Université, , 102 p. (lire en ligne)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Démarche française de prévention des risques majeurs, Paris, Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, , 82 p. (lire en ligne).
  • 30 ans de politique inondation - Regard sur la politique de prévention des inondations et sa mise en œuvre par les gestionnaires de milieux aquatiques, Aix-en-Provence, Agence régionale pour l'environnement - Provence-Alpes-Côtes d'Azur - Réseau régional des gestionnaires de milieux aquatiques, , 70 p. (lire en ligne)
  • Première évaluation nationale des risques d’inondation - Principaux résultats - EPRI 2011, Paris, Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, , 9 p. (lire en ligne)
  • Jean-Yves Chauvière, Jean-Jacques Lafitte, Michel Le Quentrec, Jean-Louis Ravard, Claude Truchot, Pierre Verdeaux, Prévision des crues et hydrométrie - Évaluation des réseaux et perspectives, Paris, Conseil général de l'environnement et du développement durable, , 129 p. (lire en ligne)
  • Centre européen de prévention des inondations (CEPRI), Prévision et anticipation des crues et des inondations, Paris, , 70 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]