Peymeinade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Peymeinade
Peymeinade
La place Gervais Court.
Blason de Peymeinade
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Grasse
Maire
Mandat
Philippe Sainte-Rose Fanchine
2020-2026
Code postal 06530
Code commune 06095
Démographie
Gentilé Peymeinadois
Population
municipale
8 192 hab. (2019 en augmentation de 2,34 % par rapport à 2013)
Densité 839 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 35″ nord, 6° 52′ 36″ est
Altitude Min. 29 m
Max. 326 m
Superficie 9,76 km2
Unité urbaine Nice
(banlieue)
Aire d'attraction Cannes - Antibes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grasse-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Peymeinade
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Peymeinade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peymeinade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peymeinade
Liens
Site web http://www.peymeinade.fr/

Peymeinade est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Peymeinade est située à 5 minutes en voiture de Grasse, à 20 minutes de Cannes et 40 minutes de Nice.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les espaces naturels sont situés au sud-est du territoire. Les forêts collinaires représentent le principal réservoir de biodiversité, en continuité avec les autres réservoirs forestiers de la région (corridor écologique). Elles sont reconnues pour leur richesse écologique et classées parmi les sites Natura 2000[1].

La commune est également concernée par deux Zones Naturelles d’Intérêt Floristique et Faunistique.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune se trouve en zone de sismicité modérée[2].

Hydrographie et eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

Peymeinade dispose d'une station d'épuration d'une capacité de 20 000 équivalent-habitants[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[6].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Commune desservie :

  • par la départementale D 2562 depuis Grasse ;
  • par les départementales D 11 puis D 13 depuis Cabris.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par divers mode de transports en commun, en direction des communes et villes environnantes[7].

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté d'agglomération du Pays de Grasse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Peymeinade est une commune urbaine[Note 1],[8]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nice, une agglomération intra-départementale regroupant 51 communes[11] et 942 886 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Nice est la septième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse et Bordeaux[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cannes - Antibes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

Peymeinade dispose d'un plan local d'urbanisme[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (62,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (40,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (62,9 %), forêts (31,5 %), zones agricoles hétérogènes (4,4 %), prairies (0,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,4 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1868, l'histoire de Peymeinade était, depuis le Moyen Âge l'histoire de Cabris.

Du Ve siècle à 1350, les moines de Lérins remontèrent les cours de la Siagne et fondèrent des établissements agricoles dans la région. Notamment « le Grenier », aujourd'hui Quartier de Grange Neuve, et une autre exploitation dont le nom est « Prouveyresse » est resté.

En 1348-1350, survint la première grande épidémie de peste. La contrée fut dépeuplée. Les moines cédèrent leurs terres au seigneur. Les villageois émigrèrent. En 1400, Cabris fut porté comme « lieu inhabité ».

1416-1451, la peste frappa encore. Mais bientôt la région tout entière allait revivre. Les seigneurs attirent 52 familles du Pays de Vintimille par des « Actes d'habitation ». Celui de Cabris date du .

1709, le gel détruisit à peu près tous les oliviers.

1734-1752, à la suite de la nomination, en 1725, d'un vicaire au hameau de Peymeinade, vicaire qu'il fallait rétribuer et loger, une église et un presbytère furent bâtis.

1786, désir d'indépendance. Un procès allait opposer les habitants du hameau de Peymeinade aux maire et consul de Cabris.

1790, 1824, et 1838, des demandes de séparation furent formulées, mais ce n'est qu'en 1866 que la demande de séparation n'allait prendre son véritable caractère. Les habitants de Peymeinade avaient évolué depuis qu'une route départementale[19] reliant Grasse à Brignoles avait été construite en 1846.

Le , le conseil municipal de Cabris acceptait le projet de partage.

Le , le préfet des Alpes-Maritimes publiait l'arrêté qui créait la commune de Peymeinade. Jean Giraud en fut le premier maire.

Dans les années 60-70, le laboratoire de physique moléculaire des hautes énergies était en activité sur les hauteurs de Peymeinade.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1868 ? Jean Giraud    
1925 1929 Pierre Court    
? ? Joseph Cauvin RG Conseiller général du canton de Saint-Vallier-de-Thiey (1934-1940)
1954 1995 Régis Capponi Centriste Conseiller général du canton de Saint-Vallier-de-Thiey (1961-1992)
Vice-président du Conseil général
1995 2008 Florent Lerebour UMP  
2008 2014 Françoise Brousteau SE  
2014 2020 Gérard Delhomez LR puis DVD[20]
puis LR[21]
Avocat
2020 En cours Philippe Sainte-Rose Fanchine SE  

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

La mairie de Peymeinade.

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[22] :

  • total des produits de fonctionnement : 7 473 000 , soit 911  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 6 018 000 , soit 733  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 2 606 000 , soit 317  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 2 264 000 , soit 276  par habitant ;
  • endettement : 5 151 000 , soit 628  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 13,29 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,84 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 48,00 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 23 005 [23].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Jusqu’au milieu du XXe siècle, la commune était essentiellement rurale, la culture de la fleur y est importante et approvisionne les usines de parfums de Grasse. Progressivement les terres cultivables disparaissent au profit de constructions résidentielles.
  • Agriculteurs éleveurs[24].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Maison du tourisme[25].
  • Hôtels[26],
  • Chambres d'hôtes.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Commerces et services de proximité[27].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le village de Peymeinade est jumelée avec la ville de Souffelweyersheim située dans le département du Bas-Rhin, en Alsace.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2019, la commune comptait 8 192 habitants[Note 3], en augmentation de 2,34 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +1,25 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
516511476515513526481533545
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
5117057016796868181 2471 7653 229
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019 -
4 4796 2937 1207 6817 7337 8678 1168 192-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,3 % la même année, alors qu'il est de 30,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 910 hommes pour 4 263 femmes, soit un taux de 52,16 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (52,72 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
1,6 
10,2 
75-89 ans
12,1 
19,8 
60-74 ans
21,6 
21,8 
45-59 ans
21,6 
16,3 
30-44 ans
17,1 
13,6 
15-29 ans
10,7 
17,2 
0-14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département des Alpes-Maritimes en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
9,2 
75-89 ans
12 
17,4 
60-74 ans
18,7 
20,4 
45-59 ans
19,9 
18,5 
30-44 ans
17,6 
16,6 
15-29 ans
14,7 
17 
0-14 ans
14,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements :

  • Écoles maternelles[34], élémentaires et primaires[35],
  • Collège[36],
  • Lycées à Grasse.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[37] :

  • Médecins,
  • Pharmacies,
  • Hôpitaux à Cabris, Grasse.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Humakos V, Jean Yves Lechevallier.
  • Église saint-Roch, construite en 1724[39].
  • Chapelle Saint-Marc, édifiée vers 1760[40],[41].
  • Chapelle des Jaïsous[42].
  • Chapelle Saint-Jean de la Prouveresse.
  • Oratoires :
    • Oratoire Saint-Gabriel (sur la façade de la maison Dostillio).
    • Oratoire Saint-Lazare aux Jaccourets.
    • Oratoire Saint-Jean-Baptiste votif (sur le chemin vicinal n° 6).
  • Tombe de Prosper Merle[43].
  • Monuments commémoratifs :
    • La sculpture Humakos V placée au carrefour du Maréchal Juin est une œuvre de l'artiste Jean-Yves Lechevallier.
    • Monument aux morts, Conflits commémorés 1914-1918 et 1939-1945[44],
    • Stèle commémorative la mémoire du F.F.I. Antoine Van Schoorisse[45],
    • Plaque commémorative à la mémoire de deux F.F.I.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Bardot possédait, à partir de 1957, une bastide appelée « Le Castelet »[46] mise en vente en 2020 au prix de 6 millions d'Euros[47].
  • Lolo Ferrari n'a, contrairement à ce que l'on a dit, pas habité Peymeinade. Elle vivait dans un quartier limitrophe de la commune, Sainte-Anne à Grasse, à deux kilomètres du centre de Peymeinade.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Peymeinade Blason
D’argent à l’écusson d’azur chargé d’une croix du champ accosté et supporté par deux moines affrontés de carnation, habillés d’une bure au naturel et posés sur une terrasse isolée de sinople, celui de dextre tenant sans sa main dextre une faucille renversée d’argent et celui de senestre tenant dans sa main senestre une houe du même, le fer reposant à terre[48].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

En 2015, les enseignants de la commune ont alerté l’inspecteur d’académie en faisant valoir que les deux moines du blason de la commune posaient un cas « d’atteinte à la laîcité »[49].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Rapport du commissaire enquêteur dans le cadre de l'instruction du PLU, p.14
  2. D.I.C.R.I.M : Dossier d'information communal sur les risques majeurs
  3. L'eau dans la commune
  4. Canal de la Siagne
  5. Description de la station
  6. Table climatique
  7. Transport en commun sur Peymeinade
  8. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Nice », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. Le PLU a été approuvé le 14 décembre 2017
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. car jusqu'en 1860, Grasse faisait partie du département du Var
  20. « Régionale 2015 : Le maire de Peymeinade quitte Les Républicains », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Municipales : LR investit de nouveaux candidats », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Les comptes de la commune
  23. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  24. Agriculteurs éleveurs
  25. Bureau d'Informations Touristiques Communautaire du Pays de Grasse
  26. Hôtels
  27. Commerces et services de proximité
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Peymeinade (06095) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Alpes-Maritimes (06) », (consulté le ).
  34. École maternelle
  35. Présentation des écoles
  36. Établissements d'enseignements
  37. Professionnels et établissements de santé
  38. Paroisse Saint Jean Cassien
  39. Le vieux village, avec l’Eglise Saint-Roch
  40. Chapelle Saint-Marc
  41. L’origine et l’évolution de Peymeinade
  42. Les églises et édifices religieux recensés par l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR) à Peymeinade
  43. Inscriptions pathétiques et maximes : Peymenade
  44. Monument aux morts
  45. Monument auxmorts
  46. La villa de Brigitte Bardot est mise en vente par Christie’s
  47. À vendre, l’ancienne bastide de Brigitte Bardot sur la Côte d’Azur
  48. Terres de Siagne : Peymeinade , Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  49. Thomas Peyrot, « Le Blason de Peymeinade offense-t-il la laïcité à l’école ? » in Nice-Matin du lundi 9 février 2015, page 22. Fac simile de l’article disponible en ligne : [1] ; consulté le 1er octobre 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]