Jean-Philippe Dallaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Québec image illustrant un peintre image illustrant canadien
Cet article est une ébauche concernant le Québec et un peintre canadien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Philippe Dallaire
Jean Dallaire.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
VenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Philippe Dallaire, né le dans le secteur de Hull, dans la ville de Gatineau au Québec, Canada et mort le à Vence, France, est un artiste-peintre du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Dallaire est né à Hull au Québec, Canada, le 9 juin 1916[1]. Il commence à dessiner à l'âge de 11 ans[2].

Jean Dallaire fait ses études primaires et son cours commercial à Hull.

En 1936, Georges-Henri Lévesque l'invite au monastère des Dominicains à Ottawa ; il y installe son studio et réalise une murale pour la chapelle. En 1938, il fréquente l'École des beaux-arts de Montréal pendant six mois. Il épouse Marie-Thérèse Ayotte d'Ottawa. Il reçoit une bourse du Gouvernement du Québec pour aller travailler à Paris avec Maurice Denis et André Lhote; puis il a son atelier rue de Vaugirard.

En 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier des Allemands pendant quatre ans. En prison, il étudie le dessin et l'italien[2]. En 1944, il s'initie aux techniques de la tapisserie. Un an plus tard, il expose à la Galerie de la Maison des Beaux-Arts de Paris.

Une plaque rappelle que Jean Dallaire a vécu au 320 rue De Bernières à Québec.

En 1946, il est nommé professeur de peinture et de dessin à l'École des beaux-arts de Québec ; il y enseigne jusqu'en 1952[2]. Ensuite, il travaille à Ottawa pour l'Office national du film du Canada jusqu'en 1957.

En 1957, il s'installe à Montréal. En 1959, il retourne en France, à Paris puis à Vence.

Dallaire a admiré le travail d'Alfred Pellan. « Dallaire était un artiste exigeant, minutieux à l'extrême et ne laissait aucun détail au hasard. »[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

  • Portrait de jeune homme, 1935 ;
  • Autoportrait, 1938 ;
  • La vieille demoiselle, 1945 ;
  • Murale Québec, 1951 (histoire de la ville de Québec) ;
  • Coq licorne, 1952 ;
  • Habitants de la Lune, 1958 ;
  • L'Oiseau jongleur, 1960 ;
  • Des illustrations de Jean Dallaire sont reprises dans le film Félix Leclerc chante Cadet Rousselle[4]

Célébrations entourant le 100e anniversaire de naissance de Jean Dallaire[modifier | modifier le code]

La galerie Montcalm de Gatineau a présenté une exposition en l'honneur du peintre qui a eu lieu entre le 9 juin et le 14 août 2016. De plus, les organismes du milieu et plusieurs commerces se sont joints à la ville de Gatineau pour offrir une quarantaine d'activités qui ont mis en valeur les œuvres du peintre[5].

Hommage[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet 1999, Postes Canada lui rend hommage en reproduisant sa toile Coq licorne sur un timbre de la collection « Chefs-d'œuvre de l'art canadien »[6].

À Gatineau (Québec), la rue Jean-Dallaire, avec les coordonnées GPS 45.42667,-75.72916[7]

À Laval (Québec), la rue Jean-Dallaire, nommée en son honneur, est dans le quartier de Sainte-Rose.45° 35′ 32″ N, 73° 47′ 58″ O

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]