Jean-Philippe Dallaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Philippe Dallaire
Jean Dallaire.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
VenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Philippe Dallaire, né le dans le secteur de Hull, dans la ville de Gatineau au Québec, Canada et mort le à Vence, France, est un artiste-peintre du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Dallaire est né à Hull au Québec, Canada, le [1]. Il commence à dessiner à l'âge de 11 ans[2].

Jean Dallaire fait ses études primaires et son cours commercial à Hull.

En 1936, Georges-Henri Lévesque l'invite au monastère des Dominicains à Ottawa ; il y installe son studio et réalise une murale pour la chapelle. En 1938, il fréquente l'École des beaux-arts de Montréal pendant six mois. Il épouse Marie-Thérèse Ayotte d'Ottawa. Il reçoit une bourse du Gouvernement du Québec pour aller travailler à Paris avec Maurice Denis et André Lhote; puis il a son atelier rue de Vaugirard.

En 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier des Allemands pendant quatre ans. En prison, il étudie le dessin et l'italien[2]. En 1944, il s'initie aux techniques de la tapisserie. Un an plus tard, il expose à la Galerie de la Maison des Beaux-Arts de Paris.

Une plaque rappelle que Jean Dallaire a vécu au 320 rue De Bernières à Québec.

En 1946, il est nommé professeur de peinture et de dessin à l'École des beaux-arts de Québec ; il y enseigne jusqu'en 1952[2]. Ensuite, il travaille à Ottawa pour l'Office national du film du Canada jusqu'en 1957.

En 1957, il s'installe à Montréal. En 1959, il retourne en France, à Paris puis à Vence.

Dallaire a admiré le travail d'Alfred Pellan. « Dallaire était un artiste exigeant, minutieux à l'extrême et ne laissait aucun détail au hasard. »[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

  • Portrait de jeune homme, 1935 ;
  • Autoportrait, 1938 ;
  • La vieille demoiselle, 1945 ;
  • Murale Québec, 1951 (histoire de la ville de Québec) ;
  • Coq licorne, 1952 ;
  • Habitants de la Lune, 1958 ;
  • L'Oiseau jongleur, 1960 ;
  • Des illustrations de Jean Dallaire sont reprises dans le film Félix Leclerc chante Cadet Rousselle[4]

Célébrations entourant le 100e anniversaire de naissance de Jean Dallaire[modifier | modifier le code]

La galerie Montcalm de Gatineau a présenté une exposition en l'honneur du peintre qui a eu lieu entre le 9 juin et le 14 août 2016. De plus, les organismes du milieu et plusieurs commerces se sont joints à la ville de Gatineau pour offrir une quarantaine d'activités qui ont mis en valeur les œuvres du peintre[5].

Hommage[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet 1999, Postes Canada lui rend hommage en reproduisant sa toile Coq licorne sur un timbre de la collection « Chefs-d'œuvre de l'art canadien »[6].

À Gatineau (Québec), la rue Jean-Dallaire, avec les coordonnées GPS 45.42667,-75.72916[7]

À Laval (Québec), la rue Jean-Dallaire, nommée en son honneur, est dans le quartier de Sainte-Rose.45° 35′ 32″ N, 73° 47′ 58″ O

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]