Aspremont (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aspremont
Aspremont (Alpes-Maritimes)
Vue d'Aspremont.
Blason de Aspremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Pascal Bonsignore
2020-2026
Code postal 06790
Code commune 06006
Démographie
Gentilé Aspremontois
Population
municipale
2 230 hab. (2018 en augmentation de 3,15 % par rapport à 2013)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 47′ 03″ nord, 7° 14′ 42″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 855 m
Superficie 9,44 km2
Unité urbaine Nice
(banlieue)
Aire d'attraction Nice
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Tourrette-Levens
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Aspremont
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Aspremont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aspremont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aspremont
Liens
Site web auribeausursiagne.fr

Aspremont (Aspermont en graphie classique, Aspermount en graphie niçoise mistralienne) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Aspremontois.

Jusqu'en 1860, le nom officiel était en italien : Aspromonte.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aspremont est située à 554 mètres d'altitude, au-dessus des gorges qui ferment la vallée au-dessus de Nice qui est distante de 13 km.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur un piton et sur les contreforts du Mont Chauve et du Mont-Cima.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans une zone de sismicité moyenne[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Points d'eau sur la commune[2] :

  • 7 sources,
  • 3 forages,
  • 5 puits.

Aspremont dispose de la station d'épuration intercommunale de Nice d'une capacité de 650 000 Équivalent-habitants[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le Réseau Lignes d'Azur.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Métropole Nice Côte d'Azur.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée dans le plan local d'urbanisme métropolitain approuvé le 25 octobre 2019[5].

Typologie[modifier | modifier le code]

Aspremont est une commune urbaine[Note 1],[6]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nice, une agglomération intra-départementale regroupant 51 communes[9] et 942 886 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Nice est la septième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse et Bordeaux[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (77,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (44,3 %), forêts (32,8 %), zones urbanisées (22,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,3 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Aspermum en 1060[17].

L'adjectif occitan aspre, directement dérivé du latin asper, désigne, comme le français âpre, ce qui est dur, rude, rêche, au sens propre ou figuré. Un « aspre mont » est une montagne d'aspect rude. Aspre mont « mont escarpé »[17]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'habitat fortifié dénommé Aspremont est mentionné à partir du XIe siècle. Au Moyen Âge, la famille Rostaing construit le château, la chapelle et les enceintes et l'occupent durant deux siècles[18]. En 1325 Daniel Marquesan en devient propriétaire.

Ce village anciennement fortifié fut bâti en cercles concentriques au pied du Mont-Chauve sur une colline dominant une voie de passage entre le Var et la vallée du Paillon de Tourrette. En 1426, le seigneur Ludovic Marquesan proposa aux habitants de déplacer le village[19].

En 1874, Aspremont voit son territoire amputé pour créer les nouvelles communes de Colomars et de Castagniers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie d'Aspremont.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1981 Léon Astraudo    
1981 mars 2001 Honoré Trastour DVD  
mars 2001[20] mai 2020 Alexandre Ferretti LR-DVD[21] Retraité
mai 2020 En cours Pascal Bonsignore    

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[22] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 807 000 , soit 831  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 235 000 , soit 569  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 628 000 , soit 289  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 609 000 , soit 280  par habitant ;
  • endettement : 921 000 , soit 424  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,45 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,95 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 30,00 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 27 360 [23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2018, la commune comptait 2 230 habitants[Note 3], en augmentation de 3,15 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +0,5 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 2751 2911 5071 5351 5901 7971 8631 6801 713
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 565513727512711615579611591
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
510424437327220311465698771
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 - -
1 1501 4961 8532 0342 1732 1462 230--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[28] :

  • École maternelle,
  • École primaire[29],
  • Collèges à Tourrette-Levens, Carros, Nice.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[30] :

  • Médecins,
  • Pharmacies à Aspremont, Tourrette-Levens,
  • Hôpitaux à Saint-Jeannet, Nice.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le sol et l’ensoleillement ont favorisé la culture de la vigne, de l’olivier et d’arbres fruitiers, les figuiers notamment ; sa production d’huile d’olive et de vin était réputée dans le comté jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité[34].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques le Majeur d'Aspremont.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Aspremont

D'argent à l'aigle de gueules empiétant une montagne de trois coupeaux de sable mouvant de la pointe, surmontée d'une étoile d'azur [47].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Montechiaro d'Acqui (Italie) depuis 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didacticiel de la règlementation parasismique
  2. Points d'eau sur la commune
  3. Description de la station
  4. Table climatique
  5. Plan local d'urbanisme métropolitain (PLUm)
  6. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Nice », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. Plan local d'urbanisme
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - page 1164 - (ISBN 2600001336).
  18. ASspremont : Le site médiéval et la grotte
  19. Patrimoine culturel des Alpes-Maritimes : Aspremont
  20. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  21. « Aspremont », sur http://www.acteurspublics.com/, Acteurs Publics (consulté le )
  22. Les comptes de la commune
  23. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Établissements d'enseignements
  29. École maternelle et élémentaire
  30. Professionnels et établissements de santé
  31. Paroisse Saint-Pons
  32. Hébergement à Aspremont
  33. Restauration à Aspremont
  34. Commerces et services de proximité
  35. Un château ruiné témoin du passé
  36. Église Saint Jacques le Majeur
  37. Monuments chrétiens d’Aspremont
  38. Chapelle Notre-Dame des Salettes
  39. Chapelle Sainte Croix des Pénitents Blancs
  40. Fort du Mont Chauve
  41. Plaque commémorative
  42. Christian Vander: "Faire de la musique qui n'existe pas"
  43. Biographie de Claire Moucadel
  44. La championne d'équitation de travail Claire Moucadel au domaine de Massac, p.15
  45. Les effets de lumière de Paul-Louis Rebora, p. 31
  46. Biographie de Paul-Louis Rebora
  47. Nice Côte d'Azur 2 : Aspremont, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau