Gilette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gilette
Gilette
Vue sur le village en venant du pont Charles-Albert.
Blason de Gilette
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Yann Priout
2020-2026
Code postal 06830
Code commune 06066
Démographie
Gentilé Gilettois
Population
municipale
1 594 hab. (2018 en augmentation de 5,42 % par rapport à 2013)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 01″ nord, 7° 09′ 52″ est
Altitude Min. 108 m
Max. 808 m
Superficie 10,18 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nice
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vence
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Gilette
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Gilette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gilette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gilette

Gilette est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Gilettois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Gilette comprend deux zones urbaines et son territoire se partage entre la vallée du Var (Bec le l'Estéron, zone urbaine du Pont Charles-Albert à 132 m d'altitude en bordure du Var) et la Vallée de l'Estéron, partie où se situe le village à 459 m d'altitude en bordure de l'Estéron)[1]. Les deux zones urbaines sont distantes de 8 kilomètres.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Village perché dont le territoire se partage entre la Vallée du Var et la Vallée de l'Estéron.

C'est une des 45 communes[2] du Parc naturel régional des Préalpes d'Azur[3].

Catastrophes naturelles - Sismicité[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 2020, de nombreux villages des diverses vallées des Alpes-Maritimes (Breil-sur-Roya, Fontan, Roquebillière, St-Martin-Vésubie, Tende...) sont fortement impactés par un "épisode méditerranéen" de grande ampleur[4]. Certains hameaux sont restés inaccessibles jusqu'à plus d'une semaine après la catastrophe et l'électricité n'a été rétablie que vers le 20 octobre. L'Arrêté du 7 octobre 2020 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle a identifié 55 communes, dont Gilette, au titre des "Inondations et coulées de boue du 2 au 3 octobre 2020"[5].

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[6].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[7] :

  • fleuve le Var,
  • rivière l'Esteron,
  • ruisseau le latti,
  • ravins du ray, de li baus,
  • les cascades du Lati[8].

Gilette dispose de deux stations d'épuration :

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[11].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Accès par la M 901 à partir de la Route nationale 202[12].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transport en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis le , Gilette fait partie de la métropole Nice Côte d'Azur. Elle était auparavant le siège de la communauté de communes de la vallée de l'Estéron, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gilette est une commune rurale[Note 1],[16]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[19],[20].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (90,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (21,6 %), zones urbanisées (9,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,6 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est occupé depuis mille ans avant J.-C., par les peuples celto-ligures au départ, puis par les Romains.

Le Château de Gilette a été construit par le comte de Provence Alphonse Ier, au XIIIe siècle.

Les 18 et , la bataille de Gilette voit la victoire de l'armée française contre les armées sardes et autrichiennes[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gilette Blason
De gueules à la tour d’argent maçonnée de sable, soutenue et supportée à dextre par un ours contourné d’or et à senestre par un lion du même[25].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1993 René Morani RPR Conseiller général du canton de Roquesteron
1993 2014 Pierre-Guy Morani[26] UMP Conseiller général du canton de Roquesteron
2014 octobre 2020 Patricia Demas LR Sénatrice des Alpes-Maritimes (depuis 2020)
Réélue pour le mandat 2020-2026
octobre 2020 En cours Yann Priout   Élu à la suite de la démission de Patricia Demas élue sénatrice

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[27] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 641 000 , soit 1 041  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 293 000 , soit 757  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 1 170 000 , soit 752  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 1 190 000 , soit 755  par habitant ;
  • endettement : 1 356 000 , soit 860  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,57 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 4,42 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 26,33 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 830 [28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[30].

En 2018, la commune comptait 1 594 habitants[Note 3], en augmentation de 5,42 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +0,5 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
632646618728808851936803774
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
728679682634679627664709720
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
605550534532429470506521504
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 -
6181 0241 2541 4251 4491 5161 5961 594-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[33] :

  • Écoles maternelle et primaire[34],
  • Collèges à Saint-Martin-du-Var, Carros,
  • Lycées à Vence.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[35] :

  • Médecins à Gilette, Levens, Bouyon, Saint-Martin-du-Var,
  • Pharmacies à Gilette, Levens,
  • Hôpitaux à Villars-sur-Var, Saint-Jeannet.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Oliviers.
  • Coopérative oléicole[37].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Gilette accueille le village vacances du domaine de l'Olivaie[38] situé dans une ancienne olivaie[39].
  • Chambres d'hôtes, Gîtes.
  • Restaurants[40].

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité[41].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le village est dominé par les ruines de son ancien château de l'Aiguille[42], qui offre un panorama sur la vallée de l'Estéron et son point de jonction avec le Var, plus bas dans la vallée. Le château est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [43].
  • On peut également y visiter :
    • l'église Notre-Dame-de-l'Assomption et Saint-Pierre[44], datant du XVIIe siècle. On peut voir dans l'église, au-dessus du maître autel, un tableau de Jacques Viany, peintre ayant travaillé à Vence entre 1614 et 1653, daté de 1640, Assomption de la Vierge et Apôtres[45], ainsi qu'un tableau de Louis-Abraham van Loo daté de 1707, Saint Pierre délivré par l'ange[46], dans la chapelle latérale dédiée à ce saint.
    • la chapelle Saint-Pancrace[47],
    • la chapelle Saint-Roch[48],
    • la chapelle Saint Honoré[49].
  • Monument aux morts[50].

Patrimoine rural :

  • Le vieux pigeonnier[51].
  • Fontaine, lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La commune de Gilette dans la Métropole Nice Côte d'Azur
  2. Les 45 communes du PNR
  3. Parc naturel régional des préalpes du sud
  4. Alex : Épisode méditerranéen en Provence en octobre 2020
  5. Communes reconnues en état de catastrophe naturelle - Alpes-Maritimes et Côtes-d'Armor
  6. Didacticiel de la règlementation parasismique
  7. L'eau dans la commune
  8. Les cascades du Lati
  9. Description de la station GILETTE Pont Charles Albert
  10. Description de la station GILETTE Ste Anne
  11. Table climatique
  12. Accès vers Gilette
  13. Ligens d'Azur
  14. Navette séniors de la commune de Gilette
  15. Gares des Chemins de fer de Provence
  16. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  17. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  21. Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune de Gilette a été approuvé par délibération du Conseil Municipal du 26 avril 2011
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. la «Bataille de Gilette» du 18 octobre 1793
  25. Vallée de l'Estéron : Gilette, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  26. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  27. Les comptes de la commune
  28. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. Établissements d'enseignements
  34. École maternelle et élémentaire
  35. Professionnels et établissements de santé
  36. Paroisse Notre-Dame de Miséricorde
  37. Coopérative agricole (coopérative oléicole) dite Coopérative oléicole de Gilette
  38. Le Domaine de l'Olivaie
  39. Hébergements
  40. Restaurants
  41. Commerces de proximité
  42. Château de l'Aiguille
  43. « Château », notice no PA00080724, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. L'église paroissiale
  45. Église Saint Pierre et de l’Assomption
  46. Notice no PM06001628, base Palissy, ministère français de la Culture tableau, cadre : Saint Pierre délivré par l'ange
  47. Chapelle Saint Pancrace
  48. Chapelle Saint-Roch
  49. La chapelle Saint Honoré
  50. Monument aux morts : Conflits commémorés : 1914-1918 - 1939-1945
  51. Pigeonnier octogonal
  52. Le palais Caïs de Gilette
  53. (en) Natja Igney, Come Fly With Me, and With Auguste Maïcon, sur http://riviera-buzz.com, 10 septembre 2016 (consulté le 8 septembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]