Saint-Laurent-du-Var

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Laurent-du-Var
Saint-Laurent-du-Var
L'Hôtel de ville de Saint-Laurent-du-Var.
Blason de Saint-Laurent-du-Var
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Joseph Segura
2020-2026
Code postal 06700
Code commune 06123
Démographie
Gentilé Laurentins
Population
municipale
28 453 hab. (2017 en diminution de 3,03 % par rapport à 2012)
Densité 2 814 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 05″ nord, 7° 11′ 17″ est
Altitude Min. 0 m
Superficie 10,11 km2
Unité urbaine Nice
(banlieue)
Aire d'attraction Nice
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Cagnes-sur-Mer-2
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Var
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Var
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Var
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Var
Liens
Site web saintlaurentduvar.fr

Saint-Laurent-du-Var est une commune française, limitrophe de Nice, située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Laurentins.

Sous la Révolution, la commune est nommée Laurent-du-Var.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal de Saint-Laurent-du-Var bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle sur les bords de la mer Méditerranée, le long de la baie des Anges, à proximité de Nice et à mi-chemin entre Cannes et Monaco.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Ville construite entre mer et collines, elle s'étire face à Nice le long de la rive droite du Var, sur 7 km.

Construit à l'embouchure du Var, son port de plaisance est l'un des plus importants du littoral azuréen avec, dans son prolongement, la promenade piétonne des Flots-Bleus et l’esplanade des Goélands.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Le site de Saint-Laurent-du-Var vu d'avion.

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[2] :

  • Fleuve Var à son extrémité est (frontière avec Nice)

Saint-Laurent-du-Var dispose d'une station d'épuration d'une capacité de 80 000 équivalent-habitants[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csa dans la classification de Köppen et Geiger[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-du-Var
La Gaude La Gaude Nice
Cagnes-sur-Mer Saint-Laurent-du-Var Nice
Cagnes-sur-Mer Mer Méditerranée Nice

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'origine de Saint-Laurent remonte à la création, au XIe siècle, d'un hospice destiné aux voyageurs placé sous la protection de Saint-Laurent. Le village s'est développé autour de l'hospice et à l'activité du gué sur le Var : des gueyeurs étaient chargés de transporter, à dos d'homme, les voyageurs sur l'autre rive du Var jusqu'à la construction d'un pont en 1792[5]. La plupart du temps, les voyageurs et les commerçants utilisaient le bac, permettant d’emporter des charges plus lourdes, des véhicules et des animaux de bât ou de trait[6].

Saint-Laurent-du-Var est la première bourgade de France en Provence en venant de l'est, ville-frontière historique avec le Comté de Nice.

Cité moderne, Saint-Laurent-du-Var n'en oublie pas pour autant ses racines qui font la fierté de ses habitants. Le témoignage le plus probant de cette pérennité du passé reste sans aucun doute le « Vieux-Village », avec ses rues pittoresques et son église romane datant du XIe siècle.

Lieu de transit et de passage commandant la traversée du Var, fleuve alpin particulièrement capricieux, Saint-Laurent-du-Var a subi les aléas de cette situation géographique et stratégique singulière qui a profondément marqué son destin.

Les inondations, les invasions, les épidémies (notamment la peste qui décima toute la population de Saint-Laurent-du-Var), les guerres ont rythmé au long des siècles les étapes successives de la formation de Saint-Laurent-du-Var.

Saint-Laurent-du-Var pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1941, le régime de Vichy nomme comme maire un ancien légionnaire, Louis Ravet. Profondément patriote, ce dernier tente de faciliter la vie de ses concitoyens. Dans le même temps, il mène de nombreuses activités pour la Résistance : cache d'armes dans un coffre dans son bureau de la mairie, faux-papiers pour les réfractaires au STO, trafic de cartes d'alimentation... Il rejoint le mouvement Combat (résistance) et organise un groupe dans la commune. Une école maternelle et une avenue portent aujourd'hui son nom dans la commune.

La ville subit 23 bombardements de la part de l'aviation américaine entre 1943 et 1944, notamment celui du 26 mai 1944. Ces bombardements visent le pont sur le Var. Au total, 70 habitants sont tués par ces bombardements. Un espace de recueillement a été aménagé place Adrien Castillon "à la mémoire de nos morts victimes civiles de l'Occupation". On y trouve deux stèles qui comportent les noms des victimes de bombardement. Une stèle entière est dédiée au bombardement du [7],[8]. Dans l'église du vieux village, certains habitants ont financé une plaque commémorative qui remercie Notre-Dame du Laghet pour les avoir protégés lors des 23 bombardements subis par la commune entre 1943 et 1944.

La ville est libérée le par les alliés. Les premières unités arrivent vers 18 heures. Il s'agit de soldats canadiens. La libération est malheureusement marquée par le décès de deux FFI domiciliés au quartier des Vespins : Jean Ledieu et Gabriel Abonnel. Ces deux hommes faisaient partie d'un groupe de cinq F.F.I. membres du groupe du maire Louis Ravet du mouvement Combat (résistance). Les cinq hommes sont à vélo et tiennent un drapeau tricolore. Ils indiquent aux premiers chars l'emplacement d'une mitrailleuse allemande en batterie. La mitrailleuse ouvre le feu sur eux. Gabriel Abonnel[9] et Jean Ledieu[10] se trouvent inscrits sur le Monument Aux Morts de la commune. Une plaque commémorative rappelle leur décès au niveau du 557 avenue de la Libération[11]. Il existe une avenue Gabriel Abonnel et une allée Jean Ledieu à Saint-Laurent-du-Var. Saint-Laurent-du-Var sert d'avant-poste aux unités alliées lors de la Libération de Nice du 28 au .

La commune de Saint-Laurent-du-Var a obtenu une citation à l'ordre de la Brigade avec attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze. Elle a en effet subi 23 bombardements au cours desquels 103 maisons ont été détruites et 782 endommagées. Plusieurs dizaines d'habitants ou de réfugiés ont été tués dans ces bombardements, notamment dans celui du . Cette citation est inscrite sur une plaque commémorative visible dans le hall de la mairie de Saint-Laurent-du-Var, esplanade du Levant[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Var est une commune aujourd'hui en pleine expansion. Longtemps, les cultures florales et maraîchères ont constitué l'essentiel de son activité économique, mais cette image d'un passé proche ne correspond plus à la réalité d'aujourd'hui.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Une zone touristique internationale (ZTI), où les commerces de détail peuvent déroger au repos dominical des salariés, a été délimitée sur une partie du territoire de la commune par un arrêté en date du [13].
  • Chambres d'hôtes.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Doté d'un parc d’activité industriel actif et moderne au nord (32 ha) et d'un front de mer très dynamique au sud avec le centre commercial Cap 3000 (inauguré en 1969, c'est le plus ancien de cette importance en France) et le port de plaisance, la cité est résolument tournée vers l'avenir grâce aux nombreux immeubles en construction.[non neutre]
  • Commerces et services de proximité[14].

Transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Ville desservie par l'Autoroute A8 (France).

La RD 6202, ancienne RN 202, assure une desserte complète de la plaine du Var.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

TGV Duplex pour Nice passant sans arrêt en gare de Saint-Laurent.
  • La commune est également proche de la frontière italienne et des Alpes. De nombreux bus et trains desservent Saint-Laurent-du-Var.
  • Ville desservie par le réseau Lignes d'Azur, réseau de l'agglomération niçoise[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Récapitulatif de résultats électoraux récents[modifier | modifier le code]

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e %
Européennes 2014 FN 37,81 UMP 24,86 PS 7,30 EELV 6,46 Tour unique
Régionales 2015 FN 42,14 UMP 35,18 PS 9,48 AEI 4,91 UMP 52,86 FN 47,14 Pas de 3e
Présidentielle 2017 FN 33,29 LR 25,15 EM 17,31 LFI 12,73 LREM 52,65 FN 47,35 Pas de 3e
Législatives 2017 MoDem 32,38 FN 24,65 LR 23,14 FI 7,20 LR 57,03 MoDem 42,97 Pas de 3e
Européennes 2019 RN 34,80 LREM 18,68 EELV 10,10 LR 9,80 Tour unique

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    François Layet    
    François Berenger    
1921   Léon Berenger    
    Louis Benes    
1965 1995 Marc Moschetti DVD puis RPR Conseiller général (1979-1998)
1995 2014 Henri Revel RPR puis UMP Conseiller général (1998-2015)
2014 En cours Joseph Segura DVD-LR Conseiller départemental du Canton de Cagnes-sur-Mer-2 (depuis 2015)
Vice-Président de la Métropole Nice Côte d'Azur

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 39 975 000 , soit 1 366  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 38 235 000 , soit 1 306  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 8 897 000 , soit 304  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 8 883 000 , soit 303  par habitant ;
  • endettement : 35 327 000 , soit 1 207  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 17,97 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 17,80 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 18,60 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 191 [17].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Laurent-du-Var faisait partie de la communauté urbaine Nice Côte d'Azur. Elle rejoint la métropole Nice Côte d'Azur dès sa création le .

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Laurent-du-Var est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Nice, une agglomération intra-départementale regroupant 51 communes[18] et 942 886 habitants en 2017, dont elle est la banlieue. L'agglomération de Nice est la septième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse et Bordeaux[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

La ville dispose d'un plan local d'urbanisme[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[24],[Note 3]

En 2017, la commune comptait 28 453 habitants[Note 4], en diminution de 3,03 % par rapport à 2012 (Alpes-Maritimes : -0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293258405581751836837780824
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7777748067137529441 1701 2301 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5301 7912 2052 5233 2154 1124 8254 0065 623
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8 18610 15615 50320 67824 42627 14130 07629 94228 645
2017 - - - - - - - -
28 453--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[27] :

  • Écoles maternelles et primaires[28],
  • Collèges[29],
  • Lycées à Nice, Cagnes-sur-Mer.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[30] :

  • Médecins,
  • Pharmacies,
  • Hôpitaux à Saint-Laurent-du-Var, Cagnes-sur-Mer, Nice.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cœur historique de la ville, promenades piétonnes en bord de mer sur l'esplanade des Goélands et la promenade des Flots-Bleus avec restaurants et lieux de détente. Par ailleurs, une piste cyclable a été ouverte récemment permettant d'aller jusqu'au centre-ville de Nice.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent[35], rue de l'Église, Xe siècle, romane. Un campanile remplace depuis 1925 le clocher primitif[36].
  • Église Saint-Joseph[37], montée des Grimonds, XXIe siècle.
  • Chapelle Sainte-Pétronille, chemin de la Chapelle, XVIIe siècle[38].
  • Chapelle Sainte-Jeanne-d'Arc, avenue De Lattre, moderne, vitraux contemporain[39].
  • Chapelle Sainte-Geneviève, chemin du Fahnestock[40].
  • Chapelle Notre-Dame des sept douleurs, boulevard de Provence[41].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Var est jumelée avec les villes suivantes :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Laurent-du-Var Blason
De gueules au gril d’argent la poignée en chef accostée de deux lettres L et S capitales d’or[43],[44].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didacticiel de la règlementation parasismique
  2. L'eau dans la commune
  3. Description de la station SANT-LAURENT-DU-VAR
  4. Table climatique
  5. Gallica - Anonyme. [Le voyageur français (français). 1765-1795]Le voyageur françois, ou La connaissance de l'ancien et du nouveau monde. 1765.
  6. Lucien Stouff, « Ports, routes et foires du XIIIe au XVe siècle », carte 12 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  7. Voir le relevé des stèles commémoratives pour les victimes des bombardements sur Saint-Laurent-du-Var.
  8. Voir Photos de l'espace de recueillement et des stèles commémoratives à Saint-Laurent-du-Var
  9. Voir la fiche S.G.A. de Gabriel Abonnel
  10. Voir la fiche S.G.A. de Gabriel Abonnel
  11. Voir le relevé de la plaque commémorative pour Gabriel Abonnel et Jean Clément Ledieu
  12. Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la deuxième guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Éditions Serre, Nice, 1997, page 111.
  13. Arrêté du 5 février 2016 délimitant une Zone touristique internationale à Saint-Laurent-du-Var, sur le site www.legifrance.gouv.fr.
  14. Commerces et services de proximité
  15. Réseau Lignes d'Azur
  16. Les comptes de la commune
  17. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  18. « Unité urbaine 2020 de Nice », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 novembre 2020)
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  23. Le plan local d’urbanisme de la commune de Saint-Laurent-du-Var a été approuvé le 21 juin 2013 par délibération du Conseil Métropolitain
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  27. Établissements d'enseignements
  28. École élémentaire
  29. Collèges
  30. Professionnels et établissements de santé
  31. Paroisse Saint Laurent
  32. Monument aux morts
  33. Monuments aux morts - Alpes-Maritimes
  34. Monument aux morts
  35. Église Saint-Laurent
  36. Patrimoine religieux recensé par l'Observatoire du patrimoine religieux
  37. Église Saint-Joseph
  38. La chapelle Sainte-Pétronille se pare de nouveaux vitraux
  39. Chapelle Sainte-Jeanne-d'Arc
  40. Monuments chrétiens de Saint-Laurent-du-Var
  41. Chapelle Notre-Dame des sept douleurs
  42. Voir le site d'Henri Pouillot.
  43. L S ("Laurenti Sancto") signifie Saint-Laurent en latin. Le gril rappelle le martyre de Saint Laurent.
  44. Nice Côte d'Azur 1 : Saint-Laurent-du-Var, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]