Saint-Sauveur-sur-Tinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur et Tinée.

Saint-Sauveur-sur-Tinée
Saint-Sauveur-sur-Tinée
Vue du village depuis la route de Roubion.
Blason de Saint-Sauveur-sur-Tinée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Nice
Canton Tourrette-Levens
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Josiane Borgogno
2014-2020
Code postal 06420
Code commune 06129
Démographie
Gentilé Blavets ou Sansavornins
Population
municipale
323 hab. (2016 en diminution de 6,38 % par rapport à 2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 05″ nord, 7° 06′ 20″ est
Altitude Min. 432 m
Max. 2 708 m
Superficie 32,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-sur-Tinée

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-sur-Tinée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-sur-Tinée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-sur-Tinée

Saint-Sauveur-sur-Tinée est une commune française (San Salvaour en Gavot) située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Par décret du 17 mai 1957, Journal officiel du 22 mai 1957 avec effet au 23 mai 1957, Saint-Sauveur est devenu Saint-Sauveur-sur-Tinée[1].

Ses habitants sont appelés les Blavets ou encore les Sansavornins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur-sur-Tinée se situe à 64 km de Nice et à 30 minutes des stations d'Isola 2000, Auron. Ainsi que 20 minutes de Roubion-les-Buisses et Valberg.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

C'est une commune du Parc national du Mercantour située au confluent de la Tinée et de la Vionène[2].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

  • rivière la Tinée,
  • rivière la Vionène,
  • vallons de mollières, du romarinier, de la figaïrasse,
  • ruisseaux de longon, de gaudissart,
  • rious merlier, chaunis.

Saint-Sauveur-sur-Tinée dispose d'une station d'épuration d'une capacité de 750 équivalent-habitants[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[6].

Article détaillé : Climat des Alpes-Maritimes.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Par la RD 6202, ancienne RN 202, puis par la route de la Tinée, la départementale M 2205 E.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transport en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Commune desservie par le réseau Lignes d'Azur[7].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Sauveur-sur-Tinée
Isola Isola Valdeblore
Roure Saint-Sauveur-sur-Tinée Rimplas
Ilonse Ilonse Rimplas

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Métropole Nice Côte d'Azur[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village semble avoir pour origine le prieuré bénédictin Saint-Sauveur-de-Roure, dépendant de l’Abbaye Saint-Eusèbe de Saignon, dite d’Apt, et placé sous l’égide du Christ transfiguré.

En 1353, le fief comprenait déjà Saint-Sauveur, Roure, Rimplas, Marie, avec Pierre BALB, fils de Rostaing, comme seigneur[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Le village a perdu sa vocation exclusivement agricole pour devenir un centre administratif de moyenne importance[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces et services[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité[11].
  • Saint sauveur sur tinée comprend une caserne de Peloton de Gendarmerie Haute Montagne (PGHM). Celle-ci gère le secteur alpes environnant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Sauveur-sur-Tinée

De gueules à la croix tréflée d'or, cantonnée en chef à dextre d'une étoile d'argent et en pointe à senestre d'une fleur de lys du même[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1989 Mars 2008 Josette Auvaro-Bourgue UMP  
Mars 2008 En cours Josiane Borgogno DVD Retraitée Fonction publique

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

Mairie

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[13] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 104 000 , soit 2 453  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 612 000 , soit 1 360  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 991 000 , soit 2 201  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 819 000 , soit 1 821  par habitant ;
  • endettement : 373 000 , soit 829  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,25 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,74 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 12,75 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 351 [14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2016, la commune comptait 323 habitants[Note 1], en diminution de 6,38 % par rapport à 2011 (Alpes-Maritimes : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
480229335513550541541618635
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
669714728754686697759733674
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
6851 089680654532610420386386
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 - -
368337337346346347323--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[19] :

  • Écoles maternelle et primaire[20],
  • Collège,
  • Lycée à Valdeblore.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[21] :

  • Médecins à Saint-Sauveur-sur-Tinée, Isola, Saint-Martin-Vésubie,
  • Pharmacies à Isola, Saint-Martin-Vésubie,
  • Hôpitaux à Saint-Martin-Vésubie, Villars-sur-Var, Roquebillière.

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Code officiel géographique 1999, Paris, Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 13e édition, 1999, pagination multiple, 30 cm (ISBN 2-11-066875-X), page 06-6
  2. Situation et histoire
  3. Didacticiel de la règlementation parasismique
  4. L'eau dans la commune
  5. Description de la station SAINT SAUVEUR SUR TINEE
  6. Table climatique
  7. Saint-Sauveur-sur-Tinée réseau Lignes d'Azur
  8. Saint-Sauveur-sur-Tinée dans la Métropole Nice Côte d'Azur
  9. Les seigneurs de Saint-Sauveur
  10. Un village aujourd'hui centre administratif de moyenne importance
  11. Commerces et services de proximité
  12. La Tinée : Saint-Sauveur-sur-Tinée, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  13. Les comptes de la commune
  14. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. Établissements d'enseignements
  20. École élémentaire
  21. Professionnels et établissements de santé
  22. Paroisse Notre-Dame de la Tinée
  23. Une église Saint-Sauveur est citée en 1154
  24. Chapelle des Pénitents Blancs
  25. Chapelle Saint Blaise
  26. Chapelle Saint Roch
  27. Chapelle Notre Dame du Villars
  28. Monument aux morts : Conflits commémorés 1914-1918 - 1939-1945 - Indochine (1946-1954) - AFN-Algérie (1954-1962)
  29. Le petit ouvrage de la Frassinéa
  30. Le site du fort
  31. Passeurs de mémoire - Vallée de la Tinée
  32. Paul Pacotto, l’artiste de l’ombre et de la lumière
  33. Monuments et Bâtiments remarquables