Bonson (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonson.

Bonson
Bonson (Alpes-Maritimes)
Bonson
Blason de Bonson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Canton Vence
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Jean-Marie Audoli
2014-2020
Code postal 06830
Code commune 06021
Démographie
Gentilé Bonsonnois
Population
municipale
737 hab. (2016 en augmentation de 7,43 % par rapport à 2011)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 49″ nord, 7° 11′ 26″ est
Altitude Min. 119 m
Max. 841 m
Superficie 6,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Bonson

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Bonson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonson
Liens
Site web bonson.org

Bonson est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Bonsonnois. En langue niçoise (Georges Castellana), son nom est Bounsoun est ses habitants sont appelés lu Bounsounenc ou lu Bounsoulenc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village perché de Bonson, vu de la vallée du Var.

Bonson est situé à une demi-heure de la côte et une heure des stations de sports d’hiver d’Auron et Isola 2000.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Village perché sur un contrefort du mont Vial, le village de Bonson domine la vallée du Var et la vallée de l'Estéron du haut d'un éperon rocheux de plus de 300 mètres[1].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[2],[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

  • fleuve le Var,
  • rivière la Vésubie,
  • vallon des hirondelles,
  • ravin de villar,
  • ruisseau le latti.

Bonson dispose de deux stations d'épuration :

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[7].

Article détaillé : Climat des Alpes-Maritimes.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Départementale 17 La Roquette-sur-Var, pont Charles-Albert, à partir de la Route nationale 202.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transport en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Métropole Nice Côte d'Azur.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune disposait d'un plan d'occupation des sols et s'est engagée dans le PLU métropolitain[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bonson a toujours appartenu au comté de Nice et faisait partie du grand diocèse de Glandèves.

Jusqu'à la construction de la route menant à Puget-Théniers en longeant le Var, les voyageurs souhaitant aller de Nice à Puget-Théniers devaient passer par Aspremont, Castagniers, Saint-Martin-du-Var et franchissaient le Var sur les épaules d'un habitant ou sur une barque, puis grimpaient jusqu'à Bonson qui était un village d'étape, et continuaient par Revest-les-Roches, Toudon, Ascros et Puget-Théniers[11]. De Bonson, on pouvait remonter l'Estéron. De Puget-Théniers, on accédait au val d'Entraunes. En 1675, les habitants demandent la construction du pont de Bonson, sur le Var, en 1675. Le seigneur de Gilette, qui possédait le droit de barque sur le passage du Var, s'opposa à cette construction. Le gouverneur de Nice, Antoine de Savoie, y est favorable pour améliorer le commerce. Le pont est construit à partir de 1677, mais n'a pas résisté aux crues du Var et n'existe plus en 1700. Un nouveau pont avait été construit, mais il s'effondre en 1829. Il a été remplacé par le pont Charles-Albert, pont suspendu construit à partir de 1849, jusqu'à sa réception en novembre 1852[12]

À partir du XVIIIe siècle, la seigneurie de Bonson passe à plusieurs titulaires tels que les Liti, les Lascaris, les Chabaud et les De Gubernatis.

Au milieu du XIXe siècle, avec l'avènement d'une république durable, l'oppression des seigneurs disparaît mais les catastrophes naturelles persistent ; le 23 février 1887, un tremblement de terre endeuille la commune. Il faut compter également avec les maladies et les invasions d'insectes destructeurs de récoltes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bonson Blason D’azur au mont escarpé de six coupeaux d’argent, mouvant de la pointe et surmonté d’une flèche tombante du même[13].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le village est également connu pour l'huile d'olive qui y est produite. La commune est située dans l'aire de l'appellation d'origine contrôlée « Huile d'olive de Nice ».

  • Moulin à huile[14].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Gîtes à Carros, Levens, Saint-Martin-du-var.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[16] En cours Jean-Marie Audoli DVG Fonctionnaire

Depuis le 1er janvier 2014, Bonson fait partie de la métropole Nice Côte d'Azur. Elle était auparavant membre de la communauté de communes de la vallée de l'Estéron, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

Mairie, médiathèque, agence postale.

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[17] :

  • total des produits de fonctionnement : 774 000 , soit 1 041  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 475 000 , soit 639  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 273 000 , soit 367  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 107 000 , soit 145  par habitant ;
  • endettement : 552 000 , soit 743  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,52 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 22,51 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 67,98 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 280 [18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2016, la commune comptait 737 habitants[Note 1], en augmentation de 7,43 % par rapport à 2011 (Alpes-Maritimes : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
350352374409497472440408420
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
375372405381381392393404409
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
371291319328201201210232235
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016 -
288456601660669677727737-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[23] :

  • Écoles maternelles et primaires,
  • Collèges à Saint-Martin-du-Var, Carros, Levens,
  • Lycées à Drap, Nice, Vence.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[24] :

  • Médecins à Levens, Gilette, Saint-Martin-du-Var,
  • Pharmacies à Levens, Gilette, Saint-Martin-du-Var,
  • Hôpitaux à Villars-sur-Var, Saint-Jeannet, Vence.

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Benoît.
Le retable de saint Benoît, patron de l'église, avec la Vierge de Pitié au-dessus.
Tableau de la Cène dans la chapelle Saint-Hospice.
  • Église paroissiale Saint-Benoît du XVIe siècle et son mobilier classé au titre des monuments historiques dont trois retables du XVIe siècle[26],[27],[28] :
L'église comprend d'autres tableaux datant du XVIIe siècle - une Sainte Trinité - au XIXe siècle - Mort de saint Joseph.
  • Chapelle Saint-Hospice dédiée à saint Hospice. La Saint-Hospice est l’occasion d’une procession où l’on porte la statue de saint Hospice sculptée par Marius Giacobi [29].
  • Chapelle du Passet, dédiée à saint Antoine de Padoue. Elle a été construite par le révérend Ludovic Aimardo et inaugurée le 4 mai 1704. Elle a été restaurée par Édouard Scoffier et son fils, en 1921. La municipalité l'a récemment restaurée pour s'en servir dans le cadre des activités culturelles de la commune. Grâce à des dons, elle a reçu une peinture en 2007 représentant Notre-Dame du Rosaire réalisée par Igor Mustinov[30].
  • Monument aux morts[31],[32].

Culture[modifier | modifier le code]

La commune de Bonson organise depuis 2003, en partenariat avec les associations et les entreprises locales, un festival d'art contemporain. Né du concept de l'art du peu développé par Jean Mas, membre de l'École de Nice, le Festival du Peu... repose sur le principe suivant : avec un peu, on peut faire beaucoup.

Le thème du festival[33] est différent chaque année et les habitants de la commune sont invités à produire leurs œuvres qui sont exposées pendant le festival.

Chaque année, les Bonsonnois et une vingtaine d'artistes contemporains de renommée nationale exposent leurs œuvres dans cinq lieux de la commune.

Des concerts, des spectacles pour enfants, des pièces de théâtre, des ateliers et des repas dans la rue sont organisés pendant cette quinzaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tristan Garner est un DJ international qui a passé son enfance à Bonson.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Situation de Bonson
  2. Didacticiel de la règlementation parasismique
  3. Le risque sismique dans les Alpes-Maritimes
  4. L'eau dans la commune
  5. Description de la station BONSON Village
  6. Description de la station BONSON Le Gabre
  7. Table climatique
  8. Réseau Lignes d'Azur
  9. Le T.A.D. (Transport à la demande)
  10. PLU métropolitain
  11. Joseoh Giordan, Notes sur Bonson, p. 172-189, Nice-Historique, année 1928, no 471 Texte
  12. Jean-Bernard Lacroix, Les ponts des Alpes-Maritimes du Moyen Âge au XXe siècle, p. 215-273, Nice-Historique, année 2005; no 446 Texte
  13. Vallée de l'Estéron : Bonson, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  14. Oliviers, moulin à huile communal
  15. Commerces et services de proximité
  16. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  17. Les comptes de la commune
  18. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. Établissements d'enseignements
  24. Professionnels et établissements de santé
  25. Paroisse Notre-Dame de Miséricorde
  26. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site du ministère français de la Culture (Bases Mérimée, Palissy, Palissy, Mémoire, ArchiDoc), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service régional de l'inventaire général de la Région Provence – Alpes - Côte d’Azur
  27. Base Palissy : Bonson
  28. Luc Thévenon, Le patrimoine religieux de la vallée de l'Estéron, p. 342-344, Nice Historique, 2008, no 4 (lire en ligne)
  29. J.-M. Moreau, « Bonson : Fêtez la Saint-Hospice dimanche », page 8 in Nice-Matin (support papier ; édition « Nice Vallées ») n° 23205 du jeudi 13 octobre 2011.
  30. Nouvelles de Bonson, juin 2007, no 22, p. 16
  31. Monument aux morts
  32. Conflits commémorés : 1914-1918 - 1939-1945
  33. Le Festival, les Artistes, le programme