Village People

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le premier album du groupe, voir Village People (album).
Village People
Description de cette image, également commentée ci-après
Le groupe en 1978.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Disco[1],[2],[3]dance[1]pop[1]
Années actives Depuis 1977
Labels Casablanca Records
Black Scorpio
RCA
Polygram
Site officiel www.officialvillagepeople.com

Village People est un groupe de musique disco américain produit par deux Français, Jacques Morali et Henri Belolo.

Le nom du groupe est une référence directe à Greenwich Village (« The Village » pour les New-Yorkais), lieu où le groupe a été fondé par l'indien India Mike et qui compte également une grande communauté gay. Les thèmes des chansons et le style du groupe, notamment vestimentaire, feront des Village People un symbole du mouvement gay à l'époque.

Connaissant un grand succès à la fin des années 1970, ils ont vendu plus de 80 millions de disques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe en 2006.

Alors que les producteurs français Henri Belolo et Jacques Morali enregistrent en 1977 l'album African Queens de The Ritchie Family à New York, l'arrangeur Horace Ott leur suggère Victor Willis pour ajouter des chœurs. Victor Willis jouait The Wiz à Broadway et s'est révélé tellement bon en studio pour Henri Belolo et Jacques Morali, qu'ils lui proposent d'être le chanteur principal de quatre nouvelles chansons d'un tout nouveau projet[4].

L'album Village People est enregistré en 1977 avec des choristes de studio et, puisqu'il devient un hit international — avec notamment San Francisco (You've Got Me) — il est demandé au groupe d'apparaitre à la télévision et en concert. Cependant, le groupe n’est alors que Victor Willis. Avec Felipe Rose, un danseur rencontré dans les rues de Greenwich Village (New York) portant un costume d'Indien, ils ont l'idée de constituer un groupe réunissant les clichés masculins les plus appréciés dans le monde gay et inspiré de l'œuvre de Tom of Finland, icône gay de l'époque. Victor Willis invite Alex Briley. Ils font ensuite appel à Mark Mussler (en ouvrier chantier), Dave Forrest (en cowboy), Lee Mouton (homme en cuir) et Peter Whitehead (l'un des paroliers) et peuvent enfin se produire à la télévision et réaliser le premier clip, San Francisco (You've Got Me)[5].

Il s'agit désormais de constituer le groupe de ses membres permanents pour les tournées et les albums à suivre. Henri Belolo raconte la genèse : « J'étais à New York avec mon associé Jacques Morali. On se baladait dans le quartier du Village et on a vu un Indien jouer des cloches dans le rue. Intrigués, on l'a suivi dans un bar où il était serveur, et faisait un numéro de disco toutes les vingt minutes. Parmi les clients, était attablé un type avec un chapeau de cow-boy. Ce fut le déclic : créer un groupe avec tous les stéréotypes du mâle américain[6] ». Henri Belolo et Jacques Morali publient alors cette annonce : «  Macho Types Wanted for World-Famous Disco Group -- Must Dance and Have a Moustache » Recherchons des machos pour un groupe mondialement célèbre -- savoir danser et porter la moustache. Randy Jones, Glenn Hughes et David Hodo sont choisis lors de ces auditions.

Village People enchaînera de nombreux hits pendant la période disco : Y.M.C.A., Macho Man, Go West, Can't Stop the Music, San Francisco, In the Navy

L'US Navy a utilisé la chanson In the Navy comme outil de promotion. Elle a ainsi mis à disposition du groupe un destroyer, plusieurs avions et des centaines de Marines sur un bateau pour le tournage de la vidéo à San Diego. À la sortie du clip, couplée à une campagne publicitaire de l'US Navy, de nombreux journaux américains protestèrent contre l'utilisation de fonds publics et la mobilisation de tels moyens pour sa réalisation. Le scandale accrut la notoriété de la chanson.

En 1981, Victor Willis a quitté le groupe depuis 1979 et leur long métrage Rien n'arrête la musique (Can't Stop the Music) (1980) n'a pas eu de succès. Constatant le déclin de la mode disco, les producteurs tentent de réorienter le groupe : maquillage théâtraux pour rejoindre la mode des Nouveaux Romantiques, musique rock voire carrément punk… L'album censé symboliser ce nouveau départ, Renaissance, est en fait une impasse, et le groupe revient à la formule qui a fait son succès, l'imagerie macho/gay, en modernisant un peu sa musique par l'adjonction d'instruments électroniques. Mais les années de gloire sont derrière eux. Le groupe fait une pause en 1986, avant de fonder sa propre maison de production pour réaliser des tournées. Le dernier album de chansons originales est sorti en 1985, et si, depuis, le groupe continue d'exister, avec de nombreux changements de membres, ils ne jouent plus que sur la nostalgie de leur époque de gloire.

Glenn Hughes — le motard de la première heure (de 1977 à 1995) – est mort le , à l'âge de 50 ans. En plus d'être un des chanteurs du groupe, il était à la tête de la Company Village People qui sillonnait l'Amérique avec un spectacle disco à la hauteur des revues sur Broadway. Malade depuis plusieurs années, le chanteur avait quitté le groupe en 1995, et avait été remplacé sur scène par Éric Anzalone.

En 1981, Randy Jones — le cow-boy — quitte le groupe pour se consacrer à sa carrière solo laissant ainsi la place à Jeff Olson.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

À noter que contrairement à l'image d'icône gay véhiculée par le groupe, tous les membres de Village People n'étaient pas ouvertement homosexuels, tel Victor Willis (marié deux fois), Ray Simpson (en) (marié, deux enfants), Miles Jaye (en) (deux enfants).

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations et autres albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Postérité, reprises[modifier | modifier le code]

La chanson Go West a été reprise par le groupe Pet Shop Boys en 1993. Elle a également été repris par le groupe BEYOOOOONDS en version japonaise en 2019.

On peut entendre la chanson Y.M.C.A. dans le film Wayne's World 2, ainsi que dans la série populaire espagnole des années 2000 intitulée Un, dos, tres dans l'épisode 12 de la saison 3.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]