Saint-Martin-du-Var

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
image illustrant une commune des Alpes-Maritimes
Cet article est une ébauche concernant une commune des Alpes-Maritimes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Martin-du-Var
La place et l'église
La place et l'église
Blason de Saint-Martin-du-Var
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Nice
Canton Tourrette-Levens
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Hervé Paul
2014-2020
Code postal 06670
Code commune 06126
Démographie
Population
municipale
2 735 hab. (2013)
Densité 489 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 24″ Nord 7° 11′ 34″ Est / 43.8233, 7.1928
Altitude Min. 88 m – Max. 403 m
Superficie 5,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Martin-du-Var

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Martin-du-Var

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-du-Var

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-du-Var

Saint-Martin-du-Var est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Saint-Martinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur les terrains gagnés sur le Var par les endiguements réalisés au milieu du XIXe siècle et sur les collines de l'ancien terroir de La Roquette-Saint Martin, et couvre 559 ha. Elle est située à proximité de la RD 6202, voie qui s'engage dans le massif alpin quelques kilomètres plus au nord en empruntant de profondes gorges, à 26 km de Nice. Outre le Var, la commune est traversée par la rivière l'Esteron. Elle est structurée par les vallons de l'Ubac et de Récastron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martin-du-Var
Gilette La Roquette-sur-Var La Roquette-sur-Var
Le Broc Saint-Martin-du-Var Saint-Blaise
Le Broc Carros Saint-Blaise

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est née en 1867 du démembrement de la commune de La Roquette-Saint Martin. Le nom de Saint-Martin est celui d'une villa de l'abbaye Saint-Pons de Nice fondée à l'époque carolingienne, d'autres parlent de l'abbaye de Lérins.

Grandes crues[modifier | modifier le code]

Les grandes crues du Var des années 1750 ont emporté les hectares de jardins gagnés sur le fleuve au cours des siècles, l'église paroissiale et quelques maisons. L'église est reconstruite un peu plus haut, à l'est du village. Une crue du Var s'est produite en 1994 ne faisant pas de dégâts humains.

Bataille de Gilette[modifier | modifier le code]

La bataille de Gilette[1] en septembre 1793 symbolise l'arrêt des reculs des armées révolutionnaires face aux pays coalisés contre la France. Le maréchal de Wins, commandant les troupes piémontaises et niçoises, ne parvient pas à prendre le village fortifié de Gilette bien défendu par le général Dugommier. La bataille, en plusieurs combats, a causé plusieurs centaines de tués.

L'épisode a été représenté par le peintre Roehn et figure dans la Galerie des batailles à Versailles. Saint-Martin a joué un rôle de base arrière pour les Français dans ces combats. Les gueyeurs du lieu ont facilité le passage du Var pour les hommes de Dugommier. On rapporte que les boulets qui sont scellés dans la façade de l'église ont été offerts par le général français en reconnaissance de cette aide.

Endiguement de la rive gauche[modifier | modifier le code]

Inauguration avec faste le 11 février 1845 au Baou-Roux du début des opérations d'endiguement de la rive gauche du Var.

Séparation des deux villages[modifier | modifier le code]

Séparation en 1867, après une longue et difficile procédure, des deux villages de la commune de La Roquette-Saint Martin. La demande de séparation a été faite par une majorité des habitants de La Roquette dirigés par l'avocat Prosper Raybaud, futur maire du lieu. L'opération coupait artificiellement le terroir en deux.

Combats d'août 1944[modifier | modifier le code]

Combats d'août 1944 dans le cadre de la contre-offensive allemande sur Levens. Plusieurs résistants sont tués entre le 19 et le 24 août.

La rue principale porte depuis le nom de monsieur ANTONIUCCI René mort pour la France à l'âge de 20 ans en combattant contre les Allemands.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Martin-du-Var Blason D’or au pont d’une arche et deux demies d’azur sous lequel serpente une rivière du même, surmonté d’un globe terrestre enflammé de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1872 Félix Raybaudi
1872 1875 Honoré Baudoin
1875 1878 Maurice Martiny
1878 1878 Louis Bottin
1878 1879 François Missonier
1879 1881 Auguste Raybaud
1881 1884 Honoré Baudoin
1884 1885 Auguste Raybaud
1885 1888 Joseph Martiny
1888 1888 André Raybaud
1888 1900 Honoré Baudoin
1900 1906 Joseph Laurens
1906 1908 Edouard Baudoin
1908 1919 Martin Missonier
1919 1932 Edouard Baudoin
1932 1937 Victor Bottin
1937 1944 Léon Canestrier
1944 1944 Alexis Maiffredi
1944 mai 1945 Anatole Baudoin
mai 1945 1947 Léon Noble
1947 1957 Alexis Maiffredi
1957 mars 1971 Liso Albertini
mars 1971 1971 Denis Vaucherey
1971 mars 1977 Joseph Martin
mars 1977 mars 1983 François Zucca
mars 1983 juin 1995 Michel Malausséna
juin 1995 mars 2001 Fernand Mélani PCF
mars 2001 en cours[2] Hervé Paul SE Employé

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 735 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
431 507 514 506 548 447 560 656 796
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
874 934 932 794 791 892 1 072 1 180 1 318
1982 1990 1999 2008 2013 - - - -
1 528 1 869 2 197 2 541 2 735 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Iconographie des lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Principaux quartiers[modifier | modifier le code]

La commune participe de l'Éco-vallée de la plaine du Var, qui affectera en particulier le futur "éco-quartier" de La Digue. Outre le centre ville, on distingue également les quartiers Saint-Joseph et Les Condamines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Édouard Baudoin a créé la célébrité de Juan-Les-Pins, au début des années 1920. Il lança la saison d'été sur la Côte d'Azur qui connut son essor populaire après 1936.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]