Forces françaises hors de la métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les forces françaises hors de la métropole sont les détachements de l'armée française localisés hors de la France métropolitaine (territoire européen de la France). Environ 3 750 militaires français sont répartis, en 2021, dans les opérations extérieures (OPEX), de forces de présence[1]. En complément, 5 700 militaires sont engagés dans des interventions militaires majeures au Levant (Opération Chammal en Syrie-Irak, 600 soldats), au Sahel dans la bande sub-saharienne (Opération Barkhane, 5 100 soldats)[1]. Enfin, environ 1 300 militaires sont déployés dans des forces internationales, 540 soldats sous mandat de l'ONU, 400 dans l'OTAN et 150 pour l'UE[1]. En ajoutant aux OPEX les forces dites de « présence » et de « souveraineté » stationnées dans la France d'outre-mer, on obtient un total d'environ 30 000 soldats stationnés hors de la métropole[1]. Marie Récalde et Alain Marty, députés membres de membre de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées à l'Assemblée nationale, traitent plus spécifiquement dans un Rapport de 2015 du maintien en condition opérationnelle (MCO) et des OPEX [2],[3],[4],[5].

Ces chiffres ne prennent pas en compte les effectifs de la Marine nationale dont les bâtiments patrouillent en permanence sur toutes les mers du globe.

Historique[modifier | modifier le code]

Au début d'octobre 2011, on recense 229 opérations extérieures depuis 1963 et la fin de la guerre d'Algérie ; 616 militaires y sont morts au service de la France[6].

Classement chronologique[modifier | modifier le code]

En 2003[modifier | modifier le code]

En 2005[modifier | modifier le code]

En 2006[modifier | modifier le code]

En 2008[modifier | modifier le code]

En 2009[modifier | modifier le code]

En 2010[modifier | modifier le code]

En 2011[modifier | modifier le code]

[14]

En 2012[modifier | modifier le code]

En 2013[modifier | modifier le code]

En 2014[modifier | modifier le code]

En 2015[modifier | modifier le code]

En 2016[modifier | modifier le code]

En 2017[modifier | modifier le code]

En 2018[modifier | modifier le code]

En 2020[modifier | modifier le code]

Autres présences et actions ponctuelles[modifier | modifier le code]

Birmanie[modifier | modifier le code]

À la suite du cyclone Nargis en 2008, le BPC Mistral fut envoyé sur place pour acheminer du matériel humanitaire[23].

Géorgie[modifier | modifier le code]

Des Airbus A-340 de l'armée de l'air ont effectué plusieurs rotations entre Paris et Tbilissi pour y acheminer de l'aide humanitaire à la suite de la guerre d'Ossétie du Sud de 2008[23].

Islande[modifier | modifier le code]

De à fin , quatre Mirage 2000-5 du groupe de chasse 1/2 « Cigognes » de la base aérienne 102 de Dijon se sont posés sur l’aéroport international de Keflavík en Islande pour assurer la sécurité aérienne de l'île. Cette opération est baptisée « Air Islande 2008 ».

Historiquement, les États-Unis assuraient la défense de leur espace aérien dans le cadre d’un accord bilatéral datant de 1951. À la suite du retrait des forces américaines en septembre 2006, l’Islande a sollicité l’OTAN pour assurer la mission de police du ciel au-dessus de son territoire[23].

Liban[modifier | modifier le code]

Sous mandat de l'ONU, participation à la FINUL, jusqu'à 2 000 militaires français depuis 1984 au Liban. En 2017, l'effectif est de 653.


Il y a eu aussi l'opération Amitié, une opération militaire ponctuelle d'assistance, suite aux explosions au port de Beyrouth, qui se déroule du 4 août au 23 septembre 2020. Elle comprend environ 750 militaires français dont 68 pompiers.

Pakistan[modifier | modifier le code]

80 personnels étaient déployés au Pakistan à la suite du séisme du 8 octobre 2005[23].

Sahara occidental[modifier | modifier le code]

Pays baltes[modifier | modifier le code]

Depuis 2010 et dans le cadre de la mission Baltic Air Policing, la France prend part à la sûreté de l'espace aérien à la frontière orientale de l'OTAN au dessus des pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) ; la première rotation est assurée par 4 Mirage 2000 C RDI de l'escadron de chasse 01.012 Cambrésis de la base aérienne 103 de Cambrai[24].

Depuis 2017, des forces françaises sont également présentes par rotation en Estonie dans le cadre de la Présence avancée renforcée de l'OTAN en Europe de l'Est.

Libye[modifier | modifier le code]

Mali[modifier | modifier le code]

Centrafrique[modifier | modifier le code]

Sahel[modifier | modifier le code]

Tchad[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

FRONTEX[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (fr-FR) [vidéo] [PEDAGOPS Le dispositif opérationnel français à travers le monde] sur YouTube (consulté le )
  2. « N° 3323 - Rapport d'information de M. Alain Marty et Mme Marie Récalde déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission de la défense nationale et des forces armées, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur les conséquences du rythme des opérations extérieures sur le maintien en condition opérationnelle des matériels », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 14 avril 2021).
  3. [vidéo] OPEX : un rapport parlementaire veut consacrer 200 millions d'euros par an au renouvellement du matériel militaire sur Dailymotion
  4. L'intensité des OPEX entraîne des surcoûts et des faiblesses dans la préparation opérationnelle, Blog Défense globale de Olivier Berger, grand reporter à la Voix du Nord, 16 décembre 2015
  5. Opex: le douloureux/coûteux mais crucial maintien en condition opérationnelle des matériels, Blog Lignes de défense de Philippe Chapleau, journaliste à Ouest-France, 15 décembre 2015
  6. Philippe Chapleau, « 616 noms sur un monument place Vauban », sur Lignes de défense, (consulté le 12 octobre 2011).
  7. a b c d e f g h et i AFP/AP), « La France renforce son aide militaire au gouvernement de Djibouti », sur Le Monde, (consulté le 17 juin 2017)
  8. a et b [url=https://www.defense.gouv.fr/ema/layout/set/wai/enjeux_defense/operations_exterieures/carte_des_opex/carte_deploiement_opex Carte des OPEX
  9. https://www.defense.gouv.fr/ema/layout/set/wai/decouverte/commandements_operationnels/forces_de_presence Forces de présence sur le site du ministère
  10. https://www.defense.gouv.fr/ema/layout/set/wai/decouverte/commandements_operationnels/forces_de_souverainete Forces de souveraineté sur le site du ministère
  11. Cour des comptes
  12. (fr) Audition du général Elrick Irastorza, chef d’état-major de l’armée de terre, sur le projet de loi de finances pour 2010
  13. « Commission des Finances, de l’économie générale et du Plan Mission d’évaluation et de contrôle Opérations militaires extérieures, notamment sous mandat international Jeudi 30 avril 2009 Séance de 9 heures 30 Compte rendu n° 29 », sur http://www.assemblee-nationale.fr, Assemblée nationale française, (consulté le 6 mai 2011)
  14. a et b [1]
  15. (fr) La BA104 décolle, Le mamouth, 11 septembre 2001
  16. (fr) La guerre en Afghanistan coûte 1,3 million par jour aux contribuables français, Secret Défense, 29 septembre 2010
  17. « La Libye pèsera bientôt plus que l'Afghanistan », sur blogspot.com (consulté le 9 octobre 2020).
  18. les chiffres clefs de la défense nationale en juin 2013
  19. Dont les hommes de l'opération Boali.
  20. « Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées : compte rendu de la semaine du 14 décembre 2015 », sur www.senat.fr (consulté le 2 février 2016)
  21. a b et c « Carte des opérations extérieures », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 décembre 2018)
  22. https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/les-chiffres-cles-de-la-defense-2020
  23. a b c et d [2]
  24. Air Baltic 2010, la France prend la relève, sur defense.gouv.fr.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julian Fernandez et Jean-baptiste Jeangene Vilmer, Les opérations extérieures de la France, CNRS Éditions, , 300 p. (ISBN 978-2271134578).
  • Charles Janier, Dictionnaire Opex : Opérations extérieures de l’armée française depuis 1945, éditions SPE Barthélemy, , 105 p. (ISBN 979-1094311059)