La Trinité (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Trinité
La Trinité (Alpes-Maritimes)
Le monastère Notre-Dame de Laghet.
Blason de La Trinité
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Ladislas Polski
2020-2026
Code postal 06340
Code commune 06149
Démographie
Gentilé Trinitaires
Population
municipale
9 985 hab. (2018 en diminution de 2,41 % par rapport à 2013)
Densité 670 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 30″ nord, 7° 18′ 53″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 700 m
Superficie 14,9 km2
Unité urbaine Nice
(banlieue)
Aire d'attraction Nice
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Nice-7
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
La Trinité
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
La Trinité
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Trinité
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Trinité
Liens
Site web http://www.ville-de-la-trinite.fr

La Trinité (la Ternita-Vitour en Niçois) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle a aussi été appelée La Trinité-Victor en l'honneur de Victor-Emmanuel Ier (Albertville doit aussi son nom à la Maison de Savoie). Ses habitants sont appelés les Trinitaires. Jusqu'en 1860, le nom officiel en italien était Trinità Vittorio.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune touche le bord nord-est de la commune de Nice proprement dite.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La Trinité se trouve dans la vallée du Paillon.

La commune est membre du parc de la Grande Corniche situé sur le territoire des communes de La Trinité, Villefranche-sur-Mer, Èze et La Turbie[1]

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval :

  • torrent le Paillon,
  • vallon de Laghet.

La Trinité dispose de la station d'épuration intercommunale de Nice d'une capacité de 650 000 équivalent-habitants[2].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Commune desservie par l'autoroute A8. Sortie Nice est, puis départementale 2204.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Lignes de bus desservant La Trinité :

  • ligne 14 : Les Chênes Verts - Centre-ville → Vauban ;
  • ligne 85 : Les Chênes Verts - L'Oli - La Cité du Soleil ;
  • ligne 86 : Bertagnia - Le Négron - L'Église - La Plana.

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Trinité était située dans la communauté urbaine Nice Côte d'Azur dès sa création en 2002. Elle a rejoint la métropole Nice Côte d'Azur lorsque celle-ci a été créée le .

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée dans le plan local d'urbanisme métropolitain approuvé le 25 octobre 2019[7].

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, La Trinité est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Nice, une agglomération intra-départementale regroupant 51 communes[8] et 942 886 habitants en 2017, dont elle est la banlieue. L'agglomération de Nice est la septième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse et Bordeaux[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[13].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Trinité
Cantaron Drap Peillon,
Peille
Nice La Trinité La Turbie
Nice Èze La Turbie

Histoire[modifier | modifier le code]

Construite le long du fleuve côtier Paillon, La Trinité est aujourd'hui une commune industrialisée de la banlieue niçoise, avec un habitat moderne et dispersé. Ancien hameau de la commune d'Èze dont il fut détaché en 1818, appelée d'abord La Trinité-Victor en l'honneur de Victor-Emmanuel Ier, roi de Sardaigne, avant de devenir simplement La Trinité en 1951.

La Trinité possède une église de style néo-classique (qui serait une copie de l'église Gran Madre di Dio de Turin), d'une fontaine datée de 1654, de placettes tranquilles, de quelques façades colorées repeintes de couleurs pimpantes… et même des ruines d'un château médiéval. Il faut emprunter le vieux chemin de Laghet pour découvrir les restes d'une tour de garde et d'un pont-levis, tous deux datant du XIe siècle Enfin, une borne milliaire témoigne encore du passage de l'antique via Julia Augusta.

Le sanctuaire Notre-Dame de Laghet[14], qu'on atteint par une petite route qui serpente dans les oliviers, est un monastère qui fut construit au XVIIe siècle, à la suite de l'apparition de miracles en ce lieu. Une réputation « miraculeuse » qui ne fit que croître, jusqu'à devenir aujourd'hui le principal centre de pèlerinage de Provence orientale et d'Italie du nord[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs à partir de 1908
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1908 1919 Gaston Arnulf    
1919 1924 Marius Scoffier    
1924 1925 Emile Bottau    
1925 1929 Victor Rebat    
1929 1932 Antoine Toesca    
1932 1935 Alexandre Scoffier    
1935 1936 Antoine Toesca    
1936 1944 Joseph Gayol    
1944 1947 Victor Asso    
1947 1959 Louis Lepeltier    
1959 1965 Philémon Giaume    
1965 1983 Albert Sclavo    
mars 1983 mars 2001 Louis Broch[Note 3] PCF Cadre commercial
Conseiller général du canton de Nice-13 (1979 → 1994)
mars 2001 mars 2014 Jean-Louis Scoffié[Note 4] UMP Retraité
mars 2014 mai 2020 Jean-Paul Dalmasso UMPLR Chef d'entreprise
13e vice-président de la Métropole Nice Côte d'Azur
mai 2020 En cours Ladislas Polski MRC Médecin
18e vice-président de la Métropole Nice Côte d'Azur

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 12 052 000 , soit 1 177  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 12 143 000 , soit 1 186  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 3 334 000 , soit 326  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 3 393 000 , soit 331  par habitant ;
  • endettement : 20 536 000 , soit 2 005  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 18,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 19,93 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 26,97 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 588 [17].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1838. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[18],[Note 5]

En 2018, la commune comptait 9 985 habitants[Note 6], en diminution de 2,41 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : −0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1838 1848 1858 1861 1866 1872 1876 1881 1886
1 3931 4241 4511 4591 4681 3491 2351 2501 301
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
1 4431 2821 3381 4191 6641 4042 6252 8752 941
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
2 5893 1023 6254 7877 0688 27910 19710 0469 925
2011 2016 2018 - - - - - -
10 23010 0839 985------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune est classée dans son ensemble depuis 2012 en zone de sécurité prioritaire, avec renforcement des effectifs de la police nationale. En effet, la commune « souffre plus que d’autres d’une insécurité quotidienne et d’une délinquance enracinée »[21] et « connaît depuis quelques années une dégradation importante de ses conditions de sécurité »[21].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[22] :

  • Écoles maternelles[23] et primaires[24],
  • Collège,
  • Lycées à Gassin, Nice, Drap.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[25] :

  • Médecins,
  • Pharmacies,
  • Hôpitaux à Cap-d'Ail, Nice.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Il y a majoritairement plus d'employés et d'ouvriers que de professions intermédiaires ou cadres.

En 2017, 62 % des 10 242 Trinitaires sont propriétaires de leur logement.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Activités agricoles et sylviculture[27].

Animations-Tourisme[modifier | modifier le code]

Animations :

  • Astrorama : animations autour des étoiles et du ciel.
  • Manifestations culturelles : fête du livre, de la jeunesse, de la musique.
  • Le jeudi de l'octave de la Fête-Dieu : procession aux limaces, coutume datant du XIVe siècle.
  • À Noël, veillée et messe provençale avec procession de l'agneau.

Tourisme :

  • Hôtels,
  • Restaurants,
  • Gites.

Commerces-artisanat[modifier | modifier le code]

  • Expositions artisanales.
  • Commerces et services de proximité[28].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pèlerinages permanents à Laghet, de Pâques à la Toussaint, les trois principaux ayant lieu le dimanche de la Trinité, le et le .
  • Parc naturel départemental de la Grande Corniche (598 ha) qui s'étend du Mont Vinaigrier jusqu'au Mont Bataille : sentier nature, sentier de promenade, gouffre près de la maison de la Nature (spéléologie), table d'orientation.
  • Fort de La Drète[34],[35]. Avec son homologue le Fort de la Revère, il défendait les voies de pénétrations par les vallées[36].
  • Reste d'une tour de garde en bordure du vieux chemin de Laghet[37].
  • Tours à signaux[38].
  • L'Astrorama, situé au fort de la Revère.
  • Monuments commémoratifs :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Trinité (Alpes-Maritimes).svg

Les armoiries de La Trinité se blasonnent ainsi :

Parti : au 1er de gueules au pin d'argent terrassé de sinople, surmonté d’une jumelle ondée d’argent et au chef de gueules à la croix d'argent, au 2e d’azur au monastère d’argent, essoré de gueules brochant sur une montagne de deux pics de sinople, le tout posé sur un pont d'argent de deux arches enjambant une rivière d'azur, les berges de sinople, et au chef tiercé en pal d’azur, d’argent et de gueules[41].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nekfeu, rappeur, est né dans la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en 1989 et 1995.
  4. Réélu en 2008.
  5. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parc de la Grande Corniche
  2. Description de la station NICE-HALIOTIS
  3. Didacticiel de la règlementation parasismique
  4. Table climatique
  5. TER
  6. Ligne 05 Nice – Breil sur Roya – Cuneo
  7. Plan local d'urbanisme métropolitain (PLUm)
  8. « Unité urbaine 2020 de Nice », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 novembre 2020)
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  13. Le plan local d’urbanisme a été approuvé le 19 décembre 2011 par délibération du Conseil Métropolitain
  14. « Sanctuaire de Laghet », notice no PA00080888, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notre-Dame de Laghet (La Trinité)
  16. Les comptes de la commune
  17. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. a et b [PDF]« Création de 49 nouvelles Zones de Sécurité Prioritaires (ZSP) - dossier de presse », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur, (consulté le 24 novembre 2012).
  22. Établissements d'enseignements
  23. École maternelle
  24. Écoles primaires
  25. Professionnels et établissements de santé
  26. Paroisse Bienheureux-Amédée-IX-de-Savoie
  27. Activités agricoles et sylviculture
  28. Commerces et services de proximité
  29. Église de la Sainte-Trinité
  30. Monuments chrétiens de La Trinité
  31. Chapelle Sainte Anne
  32. Chapelle Sainte-Anne, Soutien de la Fondation du patrimoine à sa restauration
  33. Sanctuaire Notre-Dame de Laghet
  34. Le fort de La Drète ou fort Créqui
  35. Fort de la Drète, de la place forte de Nice
  36. Fort de La Drête
  37. Reste d'une tour de garde
  38. Tours à signaux. La Trinité : Tour du rocher de l'Abei à La Trinité - quartier Figour; Tour du Tercier; Tour de Sus Li Aiga
  39. Conflits commémorés : 1914-1918 - 1939-1945 - Indochine (1946-1954) - AFN-Algérie (1954-1962).
  40. Monument du bicentenaire de la Révolution française
  41. Nice Côte d'Azur 1 : La Trinité, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Delserre-Tabaraud, De l'Ariana d'Ysia à La Trinité. Une ville est née, Serre éditeur (collection les régionales), Nice, 1989 (ISBN 978-2-86410-126-0) ; p. 200
  • Archives de La Trinité
  • Collectif (dir.), Le patrimoine des communes des Alpes-Maritimes en deux volumes, vol. II : Cantons de Roquebillière à Canton de Villefranche-sur-Mer, Paris, Flohic Éditions, coll. « Le Patrimoine des Communes de France », , 574 p. (ISBN 2-84234-071-X)
    Canton de Nice : pp. 707 à 711 : La Trinité
  • Philippe de Beauchamp, Photographies Loïc-Jahan, L'art religieux dans les Alpes-Maritimes, architecture religieuse, peintures murales et retables, Aix-en-Provence, Édisud, , 143 p. (ISBN 2-85744-485-0)
    Vallées de la Roya et de la Bévéra : Laghet, L'église du sanctuaire de Npotre-Dame-de-Laghet, pp. 29 à 34
  • Coordination générale : René Dinkel, Élisabeth Decugnière, Hortensia Gauthier, Marie-Christine Oculi. Rédaction des notices : CRMH : Martine Audibert-Bringer, Odile de Pierrefeu, Sylvie Réol. Direction régionale des antiquités préhistoriques (DRAP) : Gérard Sauzade. Direction régionale des antiquités historiques (DRAH) : Jean-Paul Jacob directeur, Armelle Guilcher, Mireille Pagni, Anne Roth-Congés Institut de recherche sur l'architecture antique (Maison de l'Orient et de la Méditerranée - IRAA)-Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Suivez le guide : Monuments Historiques Provence Alpes Côte d’Azur, Marseille, Direction régionale des affaires culturelles et Conseil régional de Provence – Alpes - Côte d’Azur (Office Régional de la Culture), 1er trimestre 1986, 198 p. (ISBN 978-2-906035-00-3 et 2-906035-00-9)
    Guide présentant l'histoire des monuments historiques ouverts au public en Provence – Alpes – Côte - d'Azur, avec cartes thématiques (traduit en allemand et anglais en septembre 1988). Trinité-Victor (La), pp. 77-78
  • La Trinité Histoire, sur www.departement06.fr/patrimoine-par-commune/
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Trinité (La), p. 1186
  • La Trinité, sur le site Montagnes niçoises
  • La Trinité (Sanctuaire Notre-Dame de lageth)
  • Trinité (La) : abris sous roches; sites du 18ème; Via Julia la turbie Nice; chapelle Sainte Anne, sur www.archeo-alpi-maritimi.com/villages.php
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]