Opposition (politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manifestation d'opposants politiques durant le mouvement des Gilets Jaunes en France

En politique, l'opposition désigne l'ensemble des mouvements qui contestent les décisions des détenteurs du pouvoir.

Définition[modifier | modifier le code]

En politique, l'opposition désigne l'ensemble des mouvements et des partis qui s'opposent aux forces politiques qui dirigent l'État[1]. Dans un régime représentatif (avec un parlement élu les citoyens), l'opposition est l'ensemble des partis qui n'appartiennent pas à la majorité parlementaire ou à la coalition au pouvoir[2].

Dans le système anglo-saxon, en particulier dans le système de Westminster, l’opposition officielle est constituée par le premier parti d’opposition au parlement.

Organisation[modifier | modifier le code]

Dans les royaumes du Commonwealth, l'opposition est souvent désignée sous le terme d'« opposition loyale de Sa Majesté » (Her Majesty's Loyal Opposition), « loyale » signifiant ici que si ses membres critiquent le gouvernement en place, ils ne remettent pas en cause sa légitimité ou celle du monarque.

Dans les années 1960, la France a connu la mise en place d'un contre-gouvernement, organisé selon la même idée que les cabinets fantômes britanniques. Celui-ci était dirigé par François Mitterrand (CIR), principal opposant politique au général de Gaulle[3].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Opposition politique.