Patrice Gélard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gélard.

Patrice Gélard
Illustration.
Fonctions
Sénateur de la Seine-Maritime
Élection
Réélection
Maire de Sainte-Adresse
Prédécesseur Jacques Dubois
Successeur Hubert Dejean de la Batie
Conseiller général du canton du Havre-6
Prédécesseur Antoine Lagarde (UDF)
Successeur Brigitte Dufour (RPR)
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Toulon (Var)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP (LR)
Diplômé de Faculté de droit de Paris
Institut national des langues et civilisations orientales
Profession Professeur des universités

Patrice Gélard, né le à Toulon (Var), est un juriste et homme politique français, membre du RPR puis de l'UMP.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrice Gélard a fait des études de droit et sciences politiques à la faculté de droit de Paris[1] (agrégé de droit public, docteur en sciences politiques) et de russe et de grec moderne à l'Institut national des langues et civilisations orientales.

Universitaire de profession (professeur à l'université du Havre et à l'université de Rouen), il est spécialiste de l'URSS et de la Yakoutie. Il préside le groupe d'amitié France-Russie et entretient des liens avec l'administration de Vladimir Poutine[2].

Il a été élu sénateur de Seine-Maritime le 24 septembre 1995 et réélu le 26 septembre 2004. Il a été conseiller général de Seine Maritime de 1985 à 1992, conseiller municipal puis adjoint au maire du Havre de 1983 à 2008 ainsi que vice-président de la Communauté d'agglomération havraise de 2002 à 2014. Patrice Gélard est tête de liste UMP aux élections municipales à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) les 9 et 16 mars 2008. Finalement, il est élu maire de la commune dès le premier tour avec 2 204 voix (soit 66,01 % des suffrages).

Il est le président de la COCOE (Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales) lors de l'élection interne de l'UMP de 2012, qui proclame les résultats du scrutin opposant les deux candidats au poste de président du parti sans intégrer les résultats de trois territoires ultramarins (Nouvelle-Calédonie, Mayotte, Wallis-et-Futuna)[3].

Depuis 2014, il a cessé tout mandat politique.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Patrice Gélard[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SUDOC 023137118
  2. « Alexandre Bastrykine sifflé à La Sorbonne », lemonde.fr, (consulté le 21 novembre 2013)
  3. « UMP : "Je m'en veux. J'aurais dû vérifier le nombre de votants" », NouvelObs.com, (consulté le 7 décembre 2012)
  4. Stéphane Siret, « Patrice Gélard met un terme à sa carrière de sénateur de la Seine-Maritime : Après dix-neuf ans de mandat, Patrice Gélard a mis hier un terme à sa vie de sénateur. Le professeurde droit constitutionnel fut l’un des plus assidus au palais du Luxembourg et est à l’origine de nombreux textes », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  5. « Sainte-Adresse : les adieux courroucés de Patrice Gélard : Pour son dernier conseil municipal en tant que maire, Patrice Gélard a félicité ses collaborateurs mais aussi fulminé », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  6. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/receo_0338-0599_1977_num_8_3_2106

Liens externes[modifier | modifier le code]