Jacques Gruber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jacques Grüber)
Jacques Gruber
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Enfants
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Maîtres
Distinction
Archives conservées par
Marque ou logotype
signature de Jacques Gruber
Signature

Jacques Gruber, né le à Sundhouse (Bas-Rhin) et mort le à Paris, est un maître-verrier, ébéniste et décorateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Fils d'Émile Gruber, aubergiste, et de Madeleine Mathis, son épouse, Jacques Gruber naît en 1870 à Sundhouse[2] — commune dont son grand-père paternel Jean-Jacques est maire de 1840 à 1873[3] — peu avant le début de la guerre franco-allemande.

Acte de naissance de Jacques Gruber.

Après la signature du traité de Francfort et l'annexion de l'Alsace-Moselle, les Gruber choisissent de quitter l'Alsace[4]. Ils s'installent à Nancy en 1877. Ce n'est qu'en 1886 qu'ils retrouveront par décret la nationalité française, perdue en 1871[5].

En 1902, domicilié 5, rue des Jardiniers à Nancy, Jacques Gruber épouse Suzanne Jagielski. Ancienne brillante élève de l'École des Beaux-arts de Nancy, elle collabore avec son mari[6],[7]. Le couple a deux fils : Jean-Jacques Gruber en 1904, futur maître-verrier ; Francis Gruber en 1912, futur peintre.

Jacques Gruber est le grand-père de Jeannette Weiss-Grûber, maître-verrier, née en 1934[8]. Celle-ci a déposé aux Archives des Monuments Historiques et de l'Archéologie (94220 Charenton-le-Pont) plusieurs dizaines de cartons de vitraux de son grand-père, qui constituent, avec les siens, le fond Grûber.

Formation[modifier | modifier le code]

Élève du peintre Théodore Devilly à l'école municipale de dessin de Nancy[9], Jacques Gruber poursuit sa formation artistique à l'École des beaux-arts de Nancy, sous la direction de Jules Larcher[10]. Une bourse de la ville de Nancy lui permet d'étudier à l’école des Beaux-Arts de Paris, où il a été reçu 22e sur 95 en 1890. Il y suit les cours de Gustave Moreau[11]. Établi avec ses parents à Paris au 7 bis, rue Laromiguière, il est provisoirement dispensé du service militaire en raison de son statut d'étudiant[12].

En 1892 et 1893, tandis qu'il effectue son service militaire au 69e régiment d'infanterie, il expose un panneau décoratif en bois brûlé au Salon de Nancy, puis reçoit la première médaille au concours de composition décorative des Beaux-Arts (section peinture)[12],[13],[14].

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Jacques Gruber revient à Nancy en 1893 où il devient enseignant à l'École des beaux-arts, chargé du cours de « composition décorative, étude de la plante et stylisation »[4]. Il compte parmi ses élèves Rose Wild, Frédéric Wielhorski ou encore Berthe Mouilleron[15].

Vase Tristan et Yseult, manufacture Daum en collaboration avec Jacques Gruber, 1897, musée des Beaux-Arts de Nancy.

Jacques Gruber est engagé en tant qu'artiste décorateur à la verrerie Daum de 1893 à 1897. Il est ainsi l'un des premiers à rejoindre le département artistique de la manufacture crée par Antonin Daum en 1891 dans le but de sortir des fabrications traditionnelles de gobeleterie bon marché pour orienter la production vers des créations plus artistiques. Jacques Gruber sera secondé par Henri Bergé dans ce poste en 1895[16].

Réalisant des décorations de vases pour la maison Daum, des meubles pour Louis Majorelle et des couvertures de livres pour René Wiener, il participe en 1894 à l'Exposition d'art décoratif et industriel lorrain, dans les galeries Poirel[11],[17].

Publicité "Jacques Gruber, atelier de travaux d'art et vitraux"

Intéressé par toutes les techniques des arts décoratifs, il expose ses premiers vitraux Art nouveau en 1896[9]. L'année suivante, il monte son propre atelier et participe à la création d’un cours du soir de dessin et modelage, destiné aux ouvriers d’art[4]. En 1898, il est définitivement réformé de l'armée pour « bronchite chronique, emphysème pulmonaire et asthme »[12]. Au tournant du siècle, il se consacre pleinement au vitrail[18]. Il est notamment l'auteur de vitraux pour la chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselle, la villa Majorelle et la villa Bergeret. On lui doit également la grande verrière des Galeries Lafayette de Paris. Mais ce n'est pas le seul Grand Magasin pour lequel il a travaillé. Il a en effet participé à la décoration des Magasins réunis de Nancy pour lesquels il réalise les baies du premier étage en verre gaufré orné de motifs végétaux mais aussi les vitraux du département bijouterie dans un style et des thèmes proches de l'estampe japonaise (motifs de paons, pommiers du Japon et papillons)[19]. Il devient par ailleurs en 1901 l'un des fondateurs de l'École de Nancy, dont il est membre du comité directeur.

En 1914, le déclenchement de la guerre l'oblige à cesser son activité à Nancy et il installe son atelier à Paris, au no 10 de la villa d’Alésia, ce qui lui permet de faire reconnaître son travail de décorateur auprès de plusieurs architectes parisiens[17]. Après-guerre, il participe à la décoration du paquebot transatlantique Île-de-France, dont il conçoit l'éclairage, et crée de nombreux vitraux d'église pour remplacer ceux que le conflit a détruits[20].

Hommage et distinction[modifier | modifier le code]

Il reçoit la Légion d'honneur en 1924[17],[Note 1]. L'année suivante, il est nommé président de la classe du verre lors de l'Exposition des arts décoratifs.

Jacques Gruber meurt en 1936, en son domicile de la villa d'Alésia[21]. Un de ses vitraux, intitulé Saint Laurent et les déshérités, est présenté à titre posthume dans le pavillon des vitraux, lors de l'exposition universelle de 1937 à Paris[22].

Il est considéré comme le maître-verrier le plus prolifique en vitraux de style École de Nancy.

Œuvres[23][modifier | modifier le code]

« Ondoyant et précis, un et multiple, Jacques Gruber résume assez et toujours avec bonheur, les dernières conquêtes de l'art décoratif lorrain d'aujourd'hui »[24]

Arts décoratifs[modifier | modifier le code]

Dessin

Arts graphiques, affiches, peintures

Nombreux menus pour mariages et banquets

Publicités

Couvertures de revue

Affiches pour galas, bals, manifestations diverses

Peintures de paysages, pastel, crayon gras, huile

Nombreux dessins préparatoires aux vitraux

Reliure

Reliure Au gui l'an neuf (1896)

Reliure Au gui l'an neuf (1896): maroquin, décor mosaïqué et pyrogravé, motifs émaillés

Reliure pour Racontars illustrés d'un vieux collectionneur (1894): maroquin, décor mosaïqué et pyrogravé

Cristallerie[modifier | modifier le code]

Collaboration avec la cristallerie Daum

Période: 1895-1897

Nombreux vases

Vase Tristan et Iseult, manufacture Daum, coll. musée des Beaux-Arts de Nancy.

Céramique[modifier | modifier le code]

Collaboration avec la manufacture de céramique de Rambervillers

Période: 1904-1906

Nombreux vases en grès cérame émail flammé à reflets métalliques, notamment Fougères(1904, Musée d'Orsay)

Objets divers: pieds de lampes, encriers, balustres…

Mobilier[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Jacques Gruber comprend des tables, fauteuils, canapés, buffets, dessertes, bibliothèques, bureaux, vitrines, canapés… ainsi que de petits objets tels que coffrets, miroirs, plateaux, panneaux décoratifs.

Vitraux[modifier | modifier le code]

Bretagne[modifier | modifier le code]

Champagne[modifier | modifier le code]

Île-de-France[modifier | modifier le code]

Lorraine[modifier | modifier le code]

Vitrail du serveur au musée de la bière de Saint-Nicolas-de-Port.
Coloquintes et nymphéas maison paul luc.
  • Verrières du musée de l'École de Nancy (six éléments différents : le vitrail représentant un visage féminin sur la porte d'entrée, la verrière à décor de pommes de pin, la partie centrale de la véranda, dite de la Salle, la verrière de la cage d'escalier, le vitrail Luffas et Nymphéas et les vitraux des impostes et de la porte d'entrée de l'aquarium).
  • Verrière du Crédit lyonnais de Nancy (1901).
  • Vitraux pour la brasserie Excelsior à Nancy (1910-1911).
  • Vitraux de la villa Majorelle (1901-1902).
  • Vitraux de l'immeuble Georges Biet (1901-1902).
  • Vitrail de l'hôtel de ville d'Euville (1901-1903).
  • Vitraux de la maison du Docteur Paul Jacques (1905).
  • Vitraux de la Chambre de commerce et d'industrie de Nancy (1???-1909).
  • Vitrail de la maison Paul Luc de Nancy.
  • Vitraux de la porte et du grand escalier de la villa Barthélemy, 266, rue du Montet (1910).
  • Vitraux de la villa Bergeret.
  • Nombreuses restaurations de vitraux d'églises lorraines au début du XXe siècle.
  • Vitraux du pavillon de Nancy et l'Est à l'Exposition des arts décoratifs de Paris (1925).
  • Vitraux de l'escalier d'honneur du siège des fonderies de Pont-à-Mousson SA, Nancy (1926-1928).
  • Vitraux de l'abbaye de Montbenoît (1927).
  • Vitraux de l'église d'Ancerviller.
  • Vitraux de l'église Saint-Barthélemy de Mont-Saint-Martin.
  • Vitraux de l'église Saint-Éloi de Réhon-Heumont.
  • Vitraux de l'hôtel des Postes à Bar-le-Duc.
  • Vitraux pour le musée de la bière à Saint-Nicolas-de-Port.
  • Vitraux de l'église de Bouxières-aux-Chênes. L'église a été reconstruite en 1923-1924 après sa destruction complète pendant la guerre 14-18. Un des vitraux représente Saint Nicolas dans une posture inhabituelle: arrêtant l'ennemi avec sa main, à la sortie du village. Il illustre la bataille du Grand-Couronné en septembre 1914 où l'armée allemande fut stoppée à Bouxières-aux-Chênes. On y voit le ciel obscurci et rougi de nuages de fumées, deux villages embrasés, les volutes blanches des coups de canons; à gauche, l'auberge du Cheval Rouge, à la sortie de Bouxières vers Lanfroicourt; en bas, l'ennemi tapi et contenu. On remarque la précision du dessin des mains et du visage ainsi que l'harmonie des nuances de couleurs.

Paris[modifier | modifier le code]

Expédition des profilés par le chemin de fer, vitrail, coll. musée des Arts décoratifs.

Picardie[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

Rhône-Alpes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Vitrail à l'Exposition internationale des arts décoratifs, Paris, 1925, 4 p. 42 pl.
  • Agnès Acker (dir.), Encyclopédie de l'Alsace, 13 vol., p. 3533.
  • Jean-Charles Cappronier et Michel Hérold, « Jacques Gruber et les vitraux du ministère du Travail : un bienfait imprévu de la loi sur les assurances sociales », Monumental. Revue scientifique et technique des monuments historiques, no 1, 2004, p. 56-61.
  • Françoise Dierkens-Aubry, Francis Roussel et Anne Kennes-Roolant et al., Jacques Gruber, ébéniste et maître-verrier, 1871-1936, Bruxelles, 1983, 66 p.
    Catalogue de l'exposition au Musée Horta de Bruxelles.
  • Michel Hérold, « L'atelier parisien de Jacques Gruber », Monumental. Revue scientifique et technique des monuments historiques, no 1, 2004, p. 50-55.
  • Claire Pélissier, « Un génie des matériaux. Jacques Gruber et la conception d’un coffret à souvenirs », Arts nouveaux, no 23, , p. 18-23.
  • Jacques Gruber et l'art nouveau, un parcours décoratif, Gallimard, , 230 p. (ISBN 978-2-07-013494-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son nom ne figure toutefois pas dans la base Léonore.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ark:/36937/s005b005fb540294 », sous le nom GRUBER Jacques (consulté le )
  2. Acte de naissance no 8, , Sundhouse, Archives départementales du Bas-Rhin.
  3. « Sundhausen, 20 octobre », sur Gallica, Journal d'Alsace, (consulté le ), p. 4.
  4. a b et c Hervé Doucet, « Collectif, Jacques Gruber et l’Art nouveau. Un parcours décoratif », Revue d’Alsace, no 139,‎ , p. 499–502 (ISSN 0181-0448, lire en ligne, consulté le ).
  5. « Décrets de naturalisation de l’année 1886 », Archives nationales, cote 643 X 86 (numéro du dossier à consulter en sous-série BB/11), sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Jagielska, Suzanne – École nationale supérieure d'art et de design de Nancy » (consulté le )
  7. Sylvestre Urbain, « Chronique régionale. Notes sur la vie en Lorraine. Jacques Gruber », sur kiosque.limedia.fr, L'Est Républicain, (consulté le ), p. 2
  8. « Art du vitrail  : le fonds Gruber à la MAP », sur mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr (consulté le ).
  9. a et b Francis Roussel, La Route du vitrail, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-307-16519-4, lire en ligne).
  10. « Beaux-arts », sur Gallica, L'Est républicain, (consulté le ), p. 2.
  11. a b c d et e Gruber, Jacques, 1871-1936., Jacques Gruber et l'art nouveau : un parcours decoratif, Gallimard, (ISBN 978-2-07-013494-6 et 2-07-013494-6, OCLC 1249928711, lire en ligne).
  12. a b et c Feuillet matricule, no 1392, 1890, recrutement militaire de la Seine, 3e bureau, [lire en ligne] Archives de Paris.
  13. « Le panneau en bois brûlé de M. Jacques Gruber », La Lorraine artiste,‎ , p. 7 ; 17 (lire en ligne).
  14. « École des beaux-arts », sur kiosque.limedia.fr, L'Est républicain, (consulté le ), p. 3.
  15. « Jacques Gruber, professeur », École nationale supérieure d'art et de design de Nancy (consulté le ).
  16. Patrick-Charles Renaud, Daum. Du verre et des hommes, 1875-1986, Colmar, Éditions place Stanislas, , p. 29
  17. a b et c « La croix de Jacques Gruber », sur kiosque.limedia.fr, L'Est républicain, (consulté le ), p. 1.
  18. Musée de l'École de Nancy, « Jacques Gruber et l'Art nouveau. Un parcours décoratif », sur Ville de Nancy, (consulté le ).
  19. Émile Nicolas, « Un grand magasin moderne », L’Art décoratif,‎ , p.143-153
  20. René d'Avril, Nancy, la région lorraine / [préface par Henry Brun], (lire en ligne), « L'art du vitrail », p. 303-307.
  21. Acte de décès no 5788, , Paris 14e, Archives de Paris [lire en ligne] (vue 22/31).
  22. Exposition internationale des arts et des techniques dans la vie moderne. Paris, 1937 . Tome I (2e édition). [Liste des exposants.] "Catalogue" général officiel. [Tome II. Catalogue par pavillons], (lire en ligne), p. 310.
  23. Claire Pélissier et al., Jacques Gruber et l'Art nouveau. : un parcours décoratif, Paris, Gallimard, , 238 p. (ISBN 978-2070134946)
  24. R. d'Avril, « Les vitraux de Jacques Gruber », Revue lorraine illustrée,‎ , p. 41 (lire en ligne).
  25. Jacques Gruber, « Frise de rinceaux », École nationale supérieure d'art et de design de Nancy (consulté le ).
  26. « Jacques Gruber - Réunion des musées nationaux », sur www.photo.rmn.fr (consulté le )
  27. « Décor de chèvrefeuille et paysage vosgien | Paris Musées », sur www.parismuseescollections.paris.fr (consulté le )
  28. Musée de l'Ecole de Nancy (Nancy), Auteur., Le Musée de l'Ecole de Nancy œuvres choisies, Somogy éditions d'art, impr. 2009 (ISBN 978-2-7572-0248-7 et 2-7572-0248-0, OCLC 495367018, lire en ligne).
  29. a b et c « Les vitraux, emblèmes de l’Art nouveau », sur Site Internet Ville de Nancy (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :