169e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

169e Régiment d'Infanterie de ligne
Image illustrative de l’article 169e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 169e régiment d'infanterie de forteresse (1939).

Création 1913
Dissolution ?
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Fait partie de la 73e Division d'Infanterie d'août à juin 1915
de la 128e Division d'Infanterie de juin 1915 à novembre 1918.
Entre deux guerre puis en 1939, il fait partie des Troupes de Forteresses du Secteur fortifié de Thionville de la Ligne Maginot.
Surnom Division des loups
Devise Dignité et discipline
Inscriptions
sur l’emblème
Trippstadt 1794
Luxembourg 1795
Verdun 1917
L'Aisne 1918
L'Ailette 1918
Vauxaillon 1918
La Lys 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Fourragères Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
5 palmes

Le 169e régiment d'infanterie (169e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir de la 169e demi-brigade de première formation.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Il n'existe pas, avant 1912, de régiment ayant porté ce numéro.
  • 1913 : 169e Régiment d'Infanterie
  • 1914 : À la mobilisation, il met sur pied son régiment de réserve, le 369e Régiment d'Infanterie

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 22 juillet - 11 septembre 1914 : Lieutenant Colonel Brault.
  • 15 septembre 1914 - 13 août 1915 : Lieutenant Colonel Mondain.
  • 13 août - 25 septembre 1915 : Lieutenant Colonel Duchaussoy.
  • 25 septembre 1915 - 25 juillet 1916 : Lieutenant Colonel Saint-Germain.
  • 25 juillet 1916 - 1917 : Lieutenant Colonel Jacob.
  • 1917 - 11 novembre 1918 : Colonel Allie.
  • Juillet 1919 : Colonel Mellier.

Historique des garnisons, combats et batailles du 169e RI[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas, avant 1912, de régiment ayant porté ce numéro.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 ; Casernement : Toul, Bourlemont, Pont-Saint-Vincent Régiment affecté à la défense de la forteresse de Toul

Brigade active de Toul (sept.- déc.) (?)

Rattachements :

1914[modifier | modifier le code]

  • Victoires de Lorraine : Sainte-Geneviève, Forêt de Champenoux (fin août début sept)
  • Bataille de la Woëvre et des Hauts-de-Meuse : Hauts-de-Meuse (6 novembre), Maucourt sur Orne (7 novembre) Mogeville et St Rémi (8 novembre)
  • Reprise de l'offensive : Bois le Prêtre (7-15 décembre)
  • Le régiment s'immortalise en héritant du titre « Des loups » donné par l'Allemand lui-même.

1915[modifier | modifier le code]

  • Woëvre (janvier-juin) : bois le Prêtre, Croix des Carmes, tranchée de Fay, Quart en Réserve
  • Offensives de Woëvre : Fey en Haye (1er avril)
  • Argonne : bois de la Gruerie (juil-septembre), Secteur de Saint-Thomas, La Harazée
  • bataille de Champagne : Binarville, bois Beaurin (septembre)
insigne de béret d'infanterie

1916[modifier | modifier le code]

  • Lorraine (jusque juin) : Emberménil
  • Bataille de Verdun (juillet) : Vaux Chapitre, Souville, Chapelle Ste Fine

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

  • Lorraine (déc. 17-avril) : Badonviller
  • Marne (mai-juillet) ferme St Paul, Corcy, Louatre, les Brussettes
  • Soissons (août) : Autrèches, Morsain, fermes St Léger et Mareuil, Montécouvé, Moulin de Laffaux (sept.)
  • Flandres : Staden, La Lys, Nokere, Audenarde.
  • Belgique : Chechateine

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le secteur fortifié de Thionville regroupe sous un même commandement les différents éléments, servis en temps de paix par l’effectif d’un Régiment d’Infanterie de Forteresse (RIF), effectif qui se trouve réparti en temps de guerre en trois régiments affectés chacun à un sous-secteur. Dans le cas de Thionville, les sous-secteurs d’Angevillers le 169eRIF. D’Hettange-Grande le 168e RIF et d’Elzange le 167e RIF. Les sous-secteurs correspondant aux casernements créés pour l’occasion.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé le 27 août 1939 le 169e régiment d'infanterie de forteresse, il fait partie des Troupes de Forteresses du Secteur fortifié de Thionville de la Ligne Maginot. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A RIF type Metz/Lauter ; il est mis sur pied par le CMI 61 Thionville.

fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille Militaire

Faits prisonniers le 30 juin 1940 à Angevillers, les combattants sont arrivés en Allemagne au stalag II-D le 15 août 1945 et libérés le 11 juin 1945.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1] :

Drapeau du 169e régiment d'infanterie de l'armée française, avec ses batailles.

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec 5 palmes.

Il porte la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire décernée le 29 novembre 1918.

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Dignité et discipline

Insigne[modifier | modifier le code]

Ovale loup progressant dans les bois.

Personnages célèbres ayant servi au 169e RI[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le 169e RI de 1914 à 1918.