368e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

368e Régiment d'Infanterie
Création Août 1914
Dissolution Juin 1916
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
BOIS-LE-PRÊTRE 1915
Guerres Première Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1914-1918

Le 368e régiment d'infanterie (368e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les bataillons de réserve du 168e régiment d'infanterie.

À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Août 1914: 368e Régiment d'Infanterie
  • 5 juin 1916 : Dissolution. La revue de dissolution du régiment est passée par M. le surintendant Bourdaire, chef des services administratifs de la 73e Division d'Infanterie à 10 heures du matin à Villers-en-Haye (Meurthe-et-Moselle). Le lieutenant-colonel passe la revue des troupes du régiment sur le terrain de manœuvres de Griscourt (Meurthe-et-Moselle). Il leur présente une dernière fois le drapeau du 368e et leur fait ses adieux.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 5 août 1914 - 21 septembre 1914 : Lieutenant-colonel Duchêne[1] (mortellement blessé le 21 septembre 1914)
  • 21 septembre 1914 - 5 juin 1916 : Lieutenant-colonel Eberlé Georges

Drapeau[modifier | modifier le code]

Bataille inscrite sur le drapeau[2]: BOIS-LE-PRÊTRE 1915

Décorations décernées au régiment

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectation[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

Le 368e régiment d'infanterie est formé à Sens, au dépôt du 168e régiment d'infanterie, le 2 août. Il comprend outre l'état-major du régiment, 2 bataillons, 8 compagnies[3] représentant 2 055 sous-officiers et hommes de troupes.

Le 5 août le régiment quitte Sens par train en passant par Laroche, Dijon-Ville, Dijon-Porte-Neuve, Is-sur-Tille et Gironcourt ou il débarque le 6 août avant de prendre son cantonnement à Soncourt.

Le 7 août le régiment reçoit ordre de se rendre à la « ferme des Quatre-Vents » et cantonne le soir à Toul.

Le 8 août, il reçoit du matériel et ses deux sections de mitrailleuses.

Le 9 août, il se dirige vers sa position en passant par Jaillon, Saizerais ou il cantonne.

Du 10 au 12 août, conformément à la mission confiée à la 146e brigade le régiment doit maintenir la liaison établie avec les corps voisins et interdire à l'ennemi l'accès du plateau de Saizerais en tenant le secteur situé entre les routes 4 Vents et Dieulouard et 4 Vents-Marbache.

Le 13 août, le 368e laisse ses positions de Saizerais au 144e RI et part cantonner à Fontenoy-sur-Moselle qu'il quitte le 17 août pour Saizerais en passant par Aingeray et Liverdun.

Le 18 août, la 73e Division d'Infanterie de Réserve, dont fait partie le 368e RI, se porte sur le front Mamey-Limey-Villers-en-Haye-Martincourt

Le 3 septembre, alors qu'il est en position dans le village de Regniéville, le régiment repousse les incursion de uhlans puis attaqué par la 33e Réserve Infanterie Division allemande, qui déferle par les vallées de la Moselle et du Rupt de Mad, il évacue le village le 5 septembre.

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 368e RI[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Journal Officiel de la République Française du 7 décembre 1914 page 9032. Citation à l'ordre du 20e corps d'armée.
  2. Service Historique de la Défense, Décision No 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007
  3. 17e, 18e, 19e et 20e compagnie pour le 5e bataillon et 21e, 22e, 23e et 24e compagnie pour le 6e bataillon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]