Carrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Groupes de carriers à Sankt Margarethen im Burgenland, en Autriche (date inconnue).

Un carrier est un ouvrier travaillant dans une carrière pour l’extraction de matériaux de construction. Le mot carrier désigne aussi l'entrepreneur qui fait ouvrir une carrière pour en tirer de la pierre.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Les sources documentaires (textes littéraires, juridiques), épigraphiques (inscriptions recueillies dans des carrières, sur des monuments ou sur des blocs isolés) et iconographiques, donnent des indications sur l'extraction, la taille et le transport des pierres, ainsi que l'origine (esclaves et hommes libres, civils et militaires) et les conditions de travail que connaissaient mineurs et carriers durant l'Antiquité[1].

Toutes ces sources témoignent de la parfaite maîtrise des carriers dans la prospection et l'exploitation des gisements. Le métier exige en effet une connaissance affinée de la nature des roches, arrachées par les rompeurs (nom des anciens carriers) aux meilleurs filons. Une fois débitées, les roches sont livrées aux picoteurs[2], ancien nom des tailleurs de pierre[3].

Au Moyen Âge, les contrats d'exploitation montrent l'existence de trois types de personnes liées à ce métier : les marchands carriers qui commercialisent la pierre, sans participer au travail, soit parce qu'ils possèdent la terre (laboureurs), soit parce qu'ils possèdent les moyens de transport (voituriers par terre qui fixent le prix des charrois et voituriers par eau, conducteurs de bateaux) ; les employés (compagnons et apprentis carriers) qui semblent plutôt spécialisés dans l'abattage de la pierre ; les carriers professionnels (qualifiés de maîtres carriers ou tout simplement carriers) qui procèdent à l'exploitation de la carrière et supervisent les employés[4].

De nos jours[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Bedon, Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Picard, , p. 11-12
  2. En référence à l'instrument qui leur sert à tailler les pierres, le picot (espèce de marteau pointu).
  3. Jacqueline Lorenz, Carrières et constructions en France et dans les pays limitrophes, Ed. du CTHS, , p. 282
  4. Paul Benoit et Philippe Braunstein, Mines, carrières et métallurgie dans la France médiévale, CRNS éditions, , p. 404

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Robert Bedon, Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Picard, Paris, 1984, 247 p. (ISBN 2-7084-0107-6)
  • Marius Gibelin, « Les carriers », in Métiers et savoir-faire de toujours, De Borée, Romagnat, 2005, 312 p. (ISBN 2-8449-4352-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]