Gare de Montbéliard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Gare de Belfort - Montbéliard TGV.

Montbéliard
image illustrative de l’article Gare de Montbéliard
La gare, dominée par le château.
Localisation
Pays France
Commune Montbéliard
Coordonnées géographiques 47° 30′ 38″ nord, 6° 48′ 06″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Dole-Ville à Belfort
Montbéliard à Morvillars
Voies 4 (dont 1 en impasse) + voies de service
Quais 2 (dont 1 central)
Transit annuel 496 684 voyageurs (2006)[1]
Altitude 320 m
Correspondances
Bus et cars CTPM
Monts Jura Autocars
Autres Taxi

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Montbéliard

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Montbéliard

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Montbéliard

La gare de Montbéliard , parfois appelée gare de Montbéliard-Ville[2], est une gare ferroviaire française située sur le territoire de la commune de Montbéliard, dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 320 m, la gare de Montbéliard est située au point kilométrique (PK) 483,948[3] de la ligne de Dole-Ville à Belfort. Gare de bifurcation, elle constitue également l'origine, au PK 0,000, de la ligne de Montbéliard à Morvillars actuellement inexploitée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seconde gare de Montbéliard, vers 1910
La première gare de Montbéliard vers 1863

Construite en briques et pans de bois à l'origine, la première gare date de 1858[4]. C'est un bâtiment unique surélevé d'un étage central[4].

Elle fut démolie en 1889 et remplacée par un bâtiment du type PLM avec corps central, à deux niveaux et cinq ouvertures, et deux ailes symétriques à chacune cinq ouvertures[4]. Elle fut dotée de l'électricité en 1901[4]. Les voies sont traversée à niveau jusqu'en 1968 où fut construit un passage souterrain[4].

Elle comporte une halle métallique à fermes cintrées, identique à celle de la gare de Dole, qui fut démolie dans les années cinquante[4]. Elle fut remplacée par des abris métalliques sur les quais 1 et 2[4]. Un buffet (abandonné en 1963), les sanitaires et la poste sont disposés dans des bâtiments annexes à moellons enduits près de celui de la gare côté Besançon[4].

En 1860 sont construites les halles marchandises (démolies pour la construction du bâtiment de la CPAM et de celui des Alliés) et la remise à machines (en 2011 celle-ci est en démolition)[4].

La gare fut desservie de 1904 à 1932 par le Tramway de la Vallée d'Hérimoncourt.

Dans les années à venir, la gare fera l'objet d'une rénovation, notamment par la mise en accessibilité des quais, ainsi qu'une évolution du garage à vélos[5].

Services des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • Agence commerciale SNCF (trois guichets)
  • Deux guichets automatiques TER Bourgogne-Franche-Comté
  • Guichets automatiques "Achat - retrait - échange"
  • Bureau de presse "Relay"
  • Toilettes publiques payantes avec accès handicapé

Desserte[modifier | modifier le code]

Les relations directes vers Épinal et Vesoul ont été supprimées à partir du , date d'un important remaniement des horaires dû au programme de travaux sur l'ensemble du réseau ferré national et au lancement du TGV Rhin-Rhône.

Par ailleurs, la gare était desservie par les trains nationaux Intercités de nuit (ex-Lunéa), sur les relations de Strasbourg à Portbou et Nice (le week-end et en période estivale), jusqu'en 2016.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[6] y compris pour le service des wagons isolés. Elle dessert en outre diverses installations terminales embranchées dont une permet la desserte de l'Usine PSA de Sochaux.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 24 juillet 2018)
  2. Cette dénomination, utilisée sur les sites Internet de la SNCF, permet de la différencier de la gare de Belfort - Montbéliard TGV, située à 10 km et en dehors de la ville.
  3. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 158.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Revue mensuel Ferrovissime numéro 5, mai 2008 page 30 à 32, Montbéliard et son bâtiment voyageurs
  5. « Les infos au 25 juillet », sur http://maligne-ter.com/dijon-belfort/, (consulté le 9 août 2015)
  6. Site Fret SNCF : la gare de Montbéliard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aurélien Prévot, « Montbéliard et ses installations : une gare fille de l'Est et du PLM », Ferrovissime,‎ mai 2008 (n°5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Belfort Héricourt TER Bourgogne-Franche-Comté Terminus
ou Voujeaucourt
ou L'Isle-sur-le-Doubs
Terminus
ou Besançon-Viotte
ou Lons-le-Saunier
ou Bourg-en-Bresse
ou Lyon-Part-Dieu
ou Lyon-Perrache