Renaud de Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Renaud de Bourgogne
image illustrative de l’article Renaud de Bourgogne
L'octroi de la charte de franchise aux habitants de Belfort par Renaud de Bourgogne en mai 1307, par le peintre Albert Maignan en 1880

Titre Comte de Montbéliard et comte de Belfort
(1282 - 1321)
Prédécesseur Thierry III de Montbéliard
Successeur Othenin de Montbéliard
Allégeance Aux Empereurs du Saint-Empire romain germanique
Souverains Aspire à l'indépendance souveraine de son Comté de Montbéliard
Grade militaire Lieutenant-général du comté de Bourgogne du duc Eudes IV de Bourgogne
Conflits Guerres d'indépendance du Comté de Montbéliard
Biographie
Dynastie Maison d'Ivrée...
Naissance v1260
Décès
Père Comte Hugues de Bourgogne
Mère Comtesse Adélaïde de Bourgogne
Conjoint Guillemette de Neufchâtel
Enfants Othenin de Montbéliard
Agnès de Montbéliard
Jeanne de Montbéliard
Marguerite
Alix
Famille Maison d'Ivrée, Comtes de Bourgogne...
Adversaires Rodolphe Ier de Habsbourg, et les princes-évêques de la Principauté épiscopale de Bâle

image illustrative de l’article Renaud de Bourgogne

Renaud de Bourgogne (v1260-1321) est comte de Montbéliard et comte de Belfort de 1282 à 1321[1], et seigneur héritier entre autres de Montaigu, Lons en partie, Dramelay, Sellières, Pymorin, Montfleur, Binans, Marigna, Le Pin[2]... (ne pas confondre avec Renaud Ier de Bourgogne, Renaud II de Bourgogne, et Renaud III de Bourgogne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Renaud de Bourgogne est le 4e des 11 enfants de la comtesse Adélaïde de Bourgogne (v1209-1279) et du comte Hugues de Chalon (1220-1266), et frère du comte Othon IV de Bourgogne de 1279 à 1303.

En 1282 il épouse Guillemette de Neufchâtel (1260-1317) (héritière des comté de Montbéliard et Comté de Belfort... par son arrière grand père Thierry III de Montbéliard 1205-1283). Ils ont 5 enfants, et résident entre autres dans leurs Château de Montbéliard, Château d'Héricourt, et Château d'Étobon...

Il est nommé lieutenant-général du comté de Bourgogne lorsque le duc Eudes IV de Bourgogne devient également comte de Bourgogne et d'Artois, par mariage en 1318 avec la comtesse héritière Jeanne III de Bourgogne.

Il meurt en 1321, et est inhumé dans la chapelle dite des tombeaux de l'Abbaye Saint-Pierre de Baume-les-Messieurs, où son tombeau et son gisant sont toujours visibles. Un moulage moderne du gisant est également exposé au musée d'histoire et d'archéologie de la Citadelle de Belfort.

Affranchissement de Montbéliard et de Belfort[modifier | modifier le code]

Suite à la Succession de Bourgogne (1032-1034) du début de la féodalité, le comté de Montbéliard est fondé en 1042 par l'empereur du Saint-Empire romain germanique Conrad II le Salique, qui le donne en fief à son vassal Louis de Montbéliard, premier comte de Montbéliard, d'Altkirch, et de Ferrette.

Histoire du Territoire de Belfort : des comtés de Montbéliard et de Ferrette à l'affranchissement de la ville. Renaud de Bourgogne, comte de Montbéliard et de Belfort, aspire historiquement comme sa famille des comtes de Bourgogne, à l'indépendance vis-à-vis des Habsbourgs du Saint-Empire romain germanique. Pour financer ses guerres d'indépendance ruineuses contre l'Empereur Rodolphe Ier de Habsbourg et les princes-évêques de la Principauté épiscopale de Bâle, il vend contre la somme très élevée de l'époque de 1 000 livres estèvenantes (monnaie de Besançon)[3] des chartes d'affranchissement collectives, franchises, immunités, privilèges, exemption de toute corvée et tout servage aux bourgeois (habitants du bourg) de Montbéliard en mai 1283, puis de Belfort en 1307 (à défaut de ses serfs des campagnes des deux comtés). Cette charte des franchises, dont la cérémonie se déroule au bourg Saint-Martin, fixe le nouveau statut des Montbéliardais. Elle proclame la fin des servitudes, instaure une notion inédite de liberté individuelle assez avancée pour l'époque (inspirée des Ville libre d'Empire, dont l'Archidiocèse de Besançon en 1043, République de Mulhouse de 1347, et Principauté de Montbéliard de 1495...). Dans la charte de 1283, Renaud fonde également une administration urbaine qui perdurera jusqu'à la Révolution française. Ce partage du pouvoir entre le seigneur (souvent absent) et la bourgeoisie constitue un élan vers une conception nouvelle de vie publique. Montbéliard devient ainsi une ville médiévale « moderne ». L'administration de la cité est confiée au Conseil des IX, composé de neuf francs-bourgeois (chacun d'eux est chef d'un des neuf « guets » ou quartiers formant la ville). Ils ont à leur tête deux maîtres-bourgeois et un maire. Ce dernier est le représentant auprès du comte. Tous sont élus annuellement par tirage au sort. L'ensemble forme le « Magistrat », ou Conseil de ville, organe d'administration et de juridiction de celle-ci ; la plupart sont des commerçants, des artisans. Ils se réunissent pour exercer la justice en un tribunal municipal, c’est-à-dire, qu'ils exercent la Basse Justice et jugent les causes ordinaires. Toutefois, le comte souverain reste souverain. Ayant toujours besoin d'argent pour mener sa guerre contre l'Empereur Rodolphe Ier du Saint-Empire, il affranchira encore la ville de Belfort en 1307, moyennant 1 000 livres estèvenantes[4],[5], somme qu'il avait exigée 24 ans plus tôt des bourgeois de Montbéliard.

Descendance[modifier | modifier le code]

En 1282 il épouse Guillemette de Neufchâtel (1260-1317, héritière des comtés de Montbéliard et de Belfort par son arrière-grand-père Thierry III de Montbéliard 1205-1283), dont il un garçon et quatre filles :

Héritage par testament du comté[modifier | modifier le code]

Le testament de Renaud de Bourgogne : le 1er septembre 1314, Renaud rédige un testament qui prévoit la succession de ses biens au profit de son épouse, mais elle décède quelques années plus tard. En 1321, peu avant sa mort, il modifie son testament ; ses biens iront cette fois au profit de ses enfants. Par ailleurs, Othenin, handicapé mental, sera mis sous tutelle en cas d'incapacité de celui-ci à lui succéder. Ce sera Hugues de Bourgogne, le plus jeune frère de Renaud, qui en sera le tuteur et devint pendant 5 ans le régent du comté. Car si cinq ans après le décès de Renaud, Othenin est toujours incapable de gérer les affaires du comté (ce qui fut le cas), alors, le patrimoine sera définitivement partagé entre les enfants, mais le comté de Montbéliard subviendra aux besoins de son fils jusqu'à la fin de ses jours. Othenin meurt 17 ans après son père. Au décès d'Hugues de Bourgogne (vers 1330), Agnès, troisième fille de Renaud et mariée à Henri de Montfaucon hérite du comté de Montbéliard. Jeanne, l'aînée de l'hoirie, reçoit Belfort. Ce fut le début du démembrement du comté de Montbéliard, car Belfort tomba d'abord dans l'escarcelle des comtes de Ferrette, puis, vers 1360, dans le domaine alsacien et autrichien des Habsbourgs (comtes d'Alsace et du Sundgau du Château de Butenheim, Territoires héréditaires des Habsbourg...).

Sources[modifier | modifier le code]

  • D. Seigneur, Le Roman d'une Principauté, Besançon, Éditions Cêtre.
  • D. Seigneur, Renaud de Bourgogne, Prince Belliqueux et Rebelle, Besançon, Éditions Cêtre[3].
  • T. Le Hête, Les comtes Palatins de Bourgogne, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.gw.geneanet.org/loic15?lang=fr&n=de+bourgogne+comte&p=renaud
  2. a et b « Montaigu (39) », sur Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, tome IV, 1854, par Alphonse Rousset ; mis en ligne par le Cegfc (Centre d’entraide généalogique de Franche-Comté)
  3. a et b www.editions-cetre.com/
  4. « Les monnaies de Montbéliard : les monnaies rhénanes aux XIVe-XVe siècles, p. 20-23 », sur Les Monnaies de la Principauté de Montbéliard du XVIe au XVIIIe siècle, par Jean-Marc Debard, Cahier d'Etudes comtoises n° 26, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1980
  5. « 1er février 1283, p. 40 », sur Ephémérides du comté de Montbéliard, par Charles Duvernoy, chez Charles Deis à Besançon, 1832

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]