Saint-Poncy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Poncy
Saint-Poncy : l'église
Saint-Poncy : l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Saint-Flour
Canton Saint-Flour-1
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Jacques Couvret
2014-2020
Code postal 15500
Code commune 15207
Démographie
Population
municipale
339 hab. (2014)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 56″ nord, 3° 11′ 15″ est
Altitude Min. 599 m – Max. 1 065 m
Superficie 40,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Poncy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Poncy

Saint-Poncy est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Saint-Ponciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé dans la vallée de l'Alagnonnette, au nord du massif de la Margeride.

Outre le bourg, la commune regroupe 22 hameaux :

  • Alleret
  • Arches
  • Avenaud
  • La Baraque
  • Le Boucharat
  • Chausse
  • Cheylade
  • Combes
  • La Chau
  • Lair
  • Laveissière
  • Lignerolles
  • Luc
  • La Monte
  • Le Monteil
  • Le Poux
  • Ribes
  • Rochefort
  • Rousseyre
  • Sal Bas
  • Sal Haut
  • Sargues

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Mary-le-Plain Massiac La Chapelle-Laurent Rose des vents
Valjouze N Celoux
O    Saint-Poncy    E
S
Vieillespesse Lastic (Cantal) Rageade

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Poncy se nommait jadis Saint-Pons (et aussi Saint-Pontin). Sa justice se partageait entre le prieur de Rochefort de Saint-Poncy, le seigneur de Nubières et le comte de Lastic.

Blason ville fr Saint-Poncy (Cantal).svg

Il a existé une famille de Saint-Poncy. On croit que Pons, évêque d'Auvergne en 1180, appartenait à cette famille. N. Léonard du Noyer fut baron de Saint-Poncy en 1620 et Michel de la Salle en 1640. Cette baronnie passa en 1689 dans la famille de Molen de la Vernède. Cette maison possédait les terres de Serre et d'Auriac depuis plusieurs siècles. Louise de Molen était abbesse de Blesle en 1783. Le blasonnement de la famille Molen de la Vernède de Saint-Poncy était le suivant : D’azur, à trois sautoirs d’or, deux en chef et un en pointe[1].

Claude de la Rochette et N. Jean de Jacynes furent coseigneurs de Saint-Poncy.

L'église de Saint-Poncy est très ancienne. Elle est dédiée à saint Pontien, pape et martyr au IIe siècle. La seigneurie de cette église fut donnée en 1070 à l'abbaye de Pébrac par Giraud d'Ussel. Le prieuré de Rochefort possédait une autre église dans le village, elle était placée sous l'invocation de saint Jean.

Non loin du bourg, à Rochefort, il y avait un prieuré de l'ordre de Cluny. Il attenait à un château dont on retrouvait, en 1658, quelques ruines. Il a été fondé en 1001 par Antoine de Rochefort, qui avait épousé l'héritière de la famille d'Ally. Cette fondation remonte à la même époque que celui de Bonnac. Les anciens bâtiments furent pillés et ruinés par les huguenots en 1550, et les biens usurpés par plusieurs seigneurs des environs. Des recrues, qui passaient en 1657 à Saint-Poncy, dévastèrent le prieuré et pillèrent le bourg. N.Crouzol fut le dernier prieur avant 1789.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2001 Gérard Couret    
mars 2001 en cours Jacques Couvret[2] DVD Retraité
Les données antérieures ne sont pas encore décrites.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 339 habitants, en augmentation de 3,67 % par rapport à 2009 (Cantal : -1,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 122 976 1 082 1 092 1 196 1 080 1 001 1 041 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
984 961 1 003 912 931 989 991 950 934
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
919 927 929 838 777 756 743 614 543
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
537 473 445 418 376 341 322 332 339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nobiliaire universel de France
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 10 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :