Ligne de Bort-les-Orgues à Neussargues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Bort-les-Orgues à Neussargues
Image illustrative de l’article Ligne de Bort-les-Orgues à Neussargues
Matériel historique X 2725 passant gare de Condat - Saint-Amandin, gare typique de la ligne avec la halle marchandise accolée au bâtiment voyageurs.
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1908
Fermeture 1990 – 1991
Concessionnaires PO (1892 – 1938)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (à partir de 1997)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 721 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 30 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire RFF
Trafic touristique (sur un tronçon)

La ligne de Bort-les-Orgues à Neussargues est une ligne de chemin de fer de montagne établie sur les départements de la Corrèze et du Cantal en régions Limousin et Auvergne. Mise en service en 1908 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) afin de compléter une radiale entre Paris et la Méditerranée, elle est reprise en 1938 par la SNCF puis fermée à tout trafic en 1991. Aujourd'hui propriété de Réseau ferré de France (RFF), elle a le statut de ligne non exploitée (elle n'est pas déclassée).

Elle constitue la ligne 721 000[1] du réseau ferré national.

Depuis 1997 l'association des Chemins de fer de Haute-Auvergne (CFHA) fait circuler des trains touristiques en saison entre Riom-ès-Montagnes et Lugarde - Marchastel sous le nom de Gentiane express[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction et mise en service[modifier | modifier le code]

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 108, une ligne de « Bort à Neussargues (Cantal) »[3].

La Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) obtient par une convention signée avec le Ministre des travaux publics le 17 juin 1892 la concession à titre éventuel d'une ligne de Bort-les-Orgues à Neussargues. Cette convention a été entérinée par une loi le 20 mars 1893[4]. La ligne a été déclarée d'utilité publique et concédée à titre définitif par une loi le 15 avril 1898[5].

L'ingénieur en chef du PO, Paul Séjourné, fait plusieurs études de tracés avant d'établir le plan définitif de la voie ferrée qui traverse une région difficile sur les départements de la Corrèze et du Cantal. Les travaux, pour une voie unique à écartement normal de 1 435 mm, débutent en 1901. Les mises en service vont s'échelonner sur quelques mois avec une ouverture le 2 décembre 1907, de deux sections situées aux extrémités : de Bort-les-Orgues à Riom-ès-Montagnes et de Allanche à Neussargues. La construction s'achève le 11 mai 1908, avec la mise en service du tronçon central, entre Riom-ès-Montagnes et Allanche, qui permet l'ouverture de la totalité de la ligne de la gare de Bort-les-Orgues à la gare de Neussargues.

Fermeture[modifier | modifier le code]

La mise en eau du barrage de Bort-les-Orgues en 1950 a noyé une partie de la section d'Eygurande - Merlines à Bort-les-Orgues de la ligne de Bourges à Miécaze. Bort-les-Orgues est ainsi devenu une gare en cul de sac ce qui a conduit à une lente agonie de la ligne privée d'un trafic en direction du nord. La ligne de substitution prévue entre Ussel et Bort a pourtant été entreprise (début du percement du tunnel de la Fourcherie) mais les travaux ont été rapidement abandonnés.

La ligne a été fermée au service des voyageurs le 26 mai 1990 et au trafic des marchandises le 31 août 1991.

Train touristique[modifier | modifier le code]

Des passionnés décident de fonder l'Association des chemins de fer de la Haute-Auvergne (CFHA) et d'exploiter une partie de la ligne en chemin de fer touristique pour le Tour du Cantal en train. Pour cela, l'association fait circuler des autorails sous le nom de « Gentiane Express ».

Tracé[modifier | modifier le code]

Ouvrage d'art[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 87.
  2. Site Gentiane Express, Le gentiane Express - Train touristique de la Haute-Auvergne lire en ligne (consulté le 26 novembre 2011).
  3. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  4. « N° 26346 - Loi qui concède diverses lignes de chemin de fer à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans : 20 mars 1893 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 46, no 1546,‎ , p. 841-846 (lire en ligne).
  5. « N° 34677 - Loi ayant pour objet de déclarer d'utilité publique, à titre d'intérêt général, l'établissement du chemin de fer de Bort à Neussargues : 15 avril 1898 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 57, no 1978,‎ , p. 880 - 881 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • GEO, « Gentiane Express : les Bougnats l'empruntaient jadis pour monter à Paris », dans Les plus beaux trains de France, n° Hors-Série GEO5, GEO, 2010, pp. 12-13
  • Le triangle du Cantal (1) - Bort-Les-Oorgues Neussargues (Garinot Patrick), (ISBN 9782905447166), P.E.F. (Presses et Editions Ferroviaires), 2001, 160 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]