Saint-Mary-le-Plain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Mary.

Saint-Mary-le-Plain
Saint-Mary-le-Plain
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Canton Saint-Flour-1
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Gabriel Testud
2014-2020
Code postal 15500
Code commune 15203
Démographie
Population
municipale
158 hab. (2016 en augmentation de 3,27 % par rapport à 2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 15″ nord, 3° 09′ 45″ est
Altitude Min. 640 m
Max. 1 021 m
Superficie 21,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Saint-Mary-le-Plain

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Saint-Mary-le-Plain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mary-le-Plain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mary-le-Plain

Saint-Mary-le-Plain est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes. En auvergnat, on dit Sant Marc lo Plan[réf. nécessaire], (prononcer "San Mar lou Plo" )[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé aux confins des monts du Cézallier et de la Margeride, à l'extrémité d'un plateau délimité à l'ouest par l'Arcueil et à l'est par le Cérou, affluent de l'Allagnonette.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Charmensac Bonnac Massiac Rose des vents
Ferrières-Saint-Mary N La Chapelle-Laurent
O    Saint-Mary-le-Plain    E
S
Rézentières Vieillespesse Saint-Poncy

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1792 Jean Barthomeuf    
1793 1795 Claude Resche    
1801 1804 Jean Resche    
1804 1805 Guillaume Chabanier    
1806 1817 Jean Resche    
1817 1825 Antoine Armant    
1826 1839 Claude Viallefont    
1840 1859 Jean Resche    
1860 1888 Pierre Resche    
1889 1900 Felix Resche    
1900 1919 Jean Francois Greze    
1920 1924 Alphonse Barthomeuf    
1925 1928 Felix Resche    
1929 1935 Arsene Resche    
1936 1952 Alphonse Barthomeuf    
         
mars 2003 mars 2008 André Chalier    
mars 2008 mars 2014 Nadia Levet    
mars 2014 En cours
(au 10 août 2014)
Gabriel Testud[2] SE Agriculteur retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 158 habitants[Note 1], en augmentation de 3,27 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
686614736635689643662712695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
679713615564576584654583586
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
565569520447553506502366333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
306284245206172156159154159
2016 - - - - - - - -
158--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Saint-Mary-le-Plain.
  • Église Saint-Mary

L'église de Saint-Mary-le-Plain est sous l'invocation de Mary le confesseur. Jean-Baptiste de Ribier du Châtelet relève qu'il s'agissait autrefois d'un prieuré, et qu'elle fut fulminée en 1219 par le pape Honorius III. Le clocher fut réparé en 1773 par Augustin de Molene, chanoine de Saint-Flour[7].

Pierre Moulier relève des similitudes architecturales entre cette église et celle de La Chapelle-Laurent, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, concluant que ce sont « deux églises jumelles, construites à la même époque par les mêmes artisans, cas assez rare pour être signalé[8] ».

  • Tour d'Anval.
  • Chêne de Sully, arbre remarquable répertorié par le Museum d'Histoire naturelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Brunel, homme politique français né le 8 mars 1871 à Saint-Mary-le-Plain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (nom relevé sur place en 2007)
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 10 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Jean-Baptiste de Ribier du Châtelet, Dictionnaire Statistique du Cantal, vol. 2, Aurillac, Veuve Picut, (lire en ligne), p. 185
  8. Pierre Moulier (ill. Pascale Moulier), Églises romanes de Haute-Auvergne : Région de Saint-Flour, t. 3, Éditions Créer, , 187 p. (ISBN 9782909797694, lire en ligne), p. 83-84

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]