Bonnac (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bonnac
Bonnac (Cantal)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Canton Saint-Flour-1
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Marie-Claire Tuffery
2014-2020
Code postal 15500
Code commune 15022
Démographie
Gentilé Bonnacois, Bonnacoises
Population
municipale
165 hab. (2016 en diminution de 1,79 % par rapport à 2011)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 31″ nord, 3° 09′ 33″ est
Altitude 680 m
Min. 560 m
Max. 1 007 m
Superficie 22,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Bonnac

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Bonnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnac

Bonnac est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Bonnac est situé dans la partie inférieure de la vallée de l'Arcueil.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Molompize Massiac Massiac Rose des vents
Charmensac N Saint-Poncy
O    Bonnac    E
S
Ferrières-Saint-Mary Saint-Mary-le-Plain

Villages et hameaux[modifier | modifier le code]

En plus du bourg de Bonnac, la commune compte plusieurs villages et hameaux :

  • La Besseyre
  • Chalagnac
  • Chazeloux
  • Coussargues
  • Croute
  • Pierrefitte
  • Pouzol
  • Tempel

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1837, la commune a absorbé, conjointement avec Massiac, l'ancienne commune de Saint-Étienne-sur-Massiac[1],[Note 1].

Tempel[modifier | modifier le code]

Le hameau de Tempel était à l'origine un établissement des Templiers. Vers 1150, les Chevaliers du Temple sont venus s'établir sur le plateau fertile qui surplombe Bonnac et y ont fondé trois villages : Croûte, le Chausse et Tempel. Ce dernier aurait appartenu à la Commanderie de Celles. Ils y auraient installé un village de lépreux, entièrement clos de murs, que les habitants du voisinage ravitaillaient en déposant des provisions à la porte. En 1307 Philippe le Bel fit arrêter tous les chevaliers du temple ; leurs biens furent confisquée et dévolus aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Il ne subsiste aujourd’hui que les hameaux de Tempel et de Crôute. Le Chausse, situé à 1500 mètres au nord-est de Tempel, a perdu tous ses habitants lors de l'épidémie de peste de 1694 qui ravagea Massiac et sa région. Le village du Chausse avait semble-t-il d'une certaine importance au vu des ruines et des fondements qui subsistent aujourd’hui. On trouve à Tempel deux croix remarquables : l’une est gravée dans la pierre dite « des Templiers », elle date probablement du 12e siècle, et une autre métallique plus récente qui est fixée sur une meule gallo-romaine[2].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Jean-Louis Morel    
avril 2014 En cours
(au 15 juillet 2014)
Marie-Claire Tuffery[3] DVG Employée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 165 habitants[Note 2], en diminution de 1,79 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7525327321 032810854813755843
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
780750703647685641747661632
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
574576595467434420386408349
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
314277234175170158151168165
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a longtemps hébergé le centre de vacances de la ville de Noisy-le-Sec.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le hameau actuel de Saint-Étienne-sur-Massiac se trouve sur les hauteurs, au sud de la commune de Massiac, à proximité de l'ancienne RN 9.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Panneau d'informations touristiques de Hautes Terres Communauté installé à Tempel consulté le 26/12/2018
  3. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 15 juillet 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :