NHIndustries NH90

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
NH90
Image illustrative de l'article NHIndustries NH90
Un NH90 de la Bundeswehr

Rôle Hélicoptère multirôle
Constructeur Union européenne NHIndustries
Premier vol 18 décembre 1995
Date de retrait Toujours en service
Coût unitaire entre 26 et 39 millions d'euros[1]
Équipage
2 (+20 max)
Motorisation
Moteur Turbomeca RTM322 (01/9 ou 01/9A)
Nombre 2
Type Turbine
Puissance unitaire 2 500 [2] ch
Nombre de pales 4
Dimensions
Image illustrative de l'article NHIndustries NH90
Diamètre du rotor 16,30 m
Longueur 16,09 m
Hauteur 4,20 m
Masses
À vide 6 400 kg
Charge utile 4 000 kg
Carburant 2 000 kg
Maximale 10 600 kg
Performances
Vitesse de croisière 260 km/h
Vitesse maximale 295 km/h
Plafond 3 500 m
Vitesse ascensionnelle 660 m/min
Distance franchissable 880 km
Distance de convoyage 1 600 km
Armement
Externe missile anti-surface, Torpille MU90 Impact, missiles Air-Air

Le NH90 (NATO Helicopter) est un hélicoptère militaire bi-turbine européen de transport militaire de la classe des 11 tonnes conçu en coopération entre la France, l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas, rejoints par le Portugal en juin 2001 et la Belgique en 2006. Il est produit par NHIndustries, une coentreprise européenne qui comprend Airbus Helicopters, Agusta et Stork Fokker (groupe Fokker).

Le NH90 se décline en 2 versions actuellement en service : TTH (transport tactique) et NFH (lutte anti-surface et anti-sous-marine). Si l'on considère le MRH90 australien[3] et la cabine haute suédoise[4] comme des déclinaisons de la version TTH, la gamme est dérivée en 23 versions et sous-versions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après plusieurs vols de prototypes, la production commence le 8 juin 2000. À ce moment-là, Eurocopter confirme un total de 243 NH90 commandés. Par la suite, d'autres pays rejoignent le programme (Portugal, Finlande, Norvège et Suède) avant de lancer à leur tour des commandes. Le premier hélicoptère de série vole le 15 septembre 2004 à Vergiate, Italie.

Pour la Marine française, la première livraison aura lieu le 30 avril 2010. L'armée française lui donne l’appellation de Caïman pour la version destinée à l'armée de terre française et Caïman marine pour la version marine[5]. En décembre 2011, l'aviation légère de l'armée de terre française reçoit son premier NH-90 TTH.

Fin 2011, on compte plus de 100 NH-90 livrés à neuf nations (toutes versions confondues).

En aout 2012, le premier déploiement de NH90 sur un théâtre d'opération extérieur : l'Afghanistan, est effectué par l'armée de terre italienne[6].

Le programme[modifier | modifier le code]

Le programme NH90 est né d'études menées par le NATO Industrial Advisory Group NIAG SG 14 (OTAN) pour un hélicoptère commun de transport tactique et naval. En 1992, l'agence NAHEMA (NAto HElicopter Management Agency) est créée à Aix-en-Provence. Celle-ci représente les quatre nations participantes : l'Italie, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. À cette même époque, NH Industries est créée ; celle-ci est composée de quatre compagnies actionnaires : Agusta (Italie), Eurocopter France (France), Eurocopter Deutschland (Allemagne) et Stork Fokker, succédant à Fokker depuis disparu (Pays-Bas). NHI assure le management du programme NH90, la mercatique et le soutien après-vente.

En juin 2001, le Portugal rejoint le programme NH90 et devient actionnaire à 1,5 %. Il y a alors 5 nations participant au programme.

Fin 2002, la Finlande, la Norvège et la Suède, regroupés au sein du comité de programme NSHP (Nordic Standard Helicopter Project), ont sélectionné le NH90.

Le 1er septembre 2003, la Grèce signe la commande de 20 NH90 (plus 14 en option).

Le 24 juillet 2004, le Sultanat d'Oman signe la commande de 20 NH90 pour son armée de l'Air. Il s'agit du premier contrat à l'export hors Europe.

En août 2004, l'Australie décide d'équiper son armée avec le NH90, appelé MRH-90 (Multi-Role Helicopter 90). Il s'agit d'une commande ferme de 12 appareils. L'Australie devient le 11e pays client de NHIndustries.

En avril 2005, la Nouvelle-Zélande annonce son intention de s'équiper d'hélicoptères NH90 en remplacement de sa flotte vieillissante (pour son Armée de l'Air). Le nombre d'appareils commandés devrait tourner autour de 10 ou 12.

Le 14 décembre 2005, la Belgique passe commande de 10 NH90 qui remplaceront ses Sea King et ses Alouette III, commande réduite à 8 en date de 2013. Depuis, de nouvelles commandes sont intervenues avec notamment une commande supplémentaire allemande de 42 exemplaires lors du salon du Bourget 2007.

Ce programme souffre de retards et de surcoûts[7]. De plus, les premiers retours des militaires néerlandais, en juin 2011,sont loin d'être entièrement positifs, car le NH 90 doit à la fois remplir les fonctions du Lynx (marine) et de l'Eurocopter AS-532 Cougar (transport de troupes) [8].

Le 21 décembre 2012, la Direction générale de l’Armement prenait livraison du huitième Caïman Marine de la Marine nationale, son premier au standard 2 (autoprotection par leurres électromagnétiques et infrarouges et lutte ASM avec torpille MU90)[9].

Le 14 février 2013, l’armée de Terre, qui avait à l’origine souhaité 133 appareils, a officiellement adopté son nouvel hélicoptère. Cette adoption officialise l’autorisation d’emploi par le personnel de l’armée de Terre de cet appareil. Elle permet ainsi aux instructeurs du centre de formation interarmées du Cannet-des-Maures de commencer la formation des pilotes opérationnels[10].

Fin mars 2014, le Qatar signe une lettre d'intention pour 22 appareils, dont 12 en version terrestre TH et 10 en version navale NFH. Le contrat est évalué à 2 milliards d'euros[11].

Carnet de commandes et livraisons[modifier | modifier le code]

NH90 à travers le monde (Carte interactive)

Détail des commandes et des livraisons en mars 2014 (sauf Allemagne, commande en mars 2013).

Pays Commandes Livraisons
  TTH     NFH     TTH     NFH  
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 64[12] 18 35
Drapeau de l'Australie Australie 47

[N 1],[13]

20
Drapeau de la Belgique Belgique 4 4 3 2
Drapeau de l'Espagne Espagne 45
Drapeau de la Finlande Finlande 20 16
Drapeau de la France France 68[N 2],[14] 27 13 11
Drapeau de la Grèce Grèce 20 9
Drapeau de l'Italie Italie 70[N 3] 46 28 6
Drapeau du Maroc Maroc 2
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 9[N 4] 5
Drapeau de la Norvège Norvège 14 4
Drapeau d'Oman Oman 20 15
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 20 10
Drapeau du Portugal Portugal 10[N 5]
Drapeau de la Suède Suède 18[N 6] 11
Total 395 131 155 33
514 188
  1. 46 commandés, un supplémentaire donné par l'entreprise.
  2. 34 prévus initialement, achat de 34 supplémentaires.
  3. Dont 10 en variante "M", avec repliage automatique des pales.
  4. Dont 1 machine livrée en tant que 'spare' (rechange).
  5. Contrat en cours d'annulation par le ministre de la défense portugais le 30 juin 2012.
  6. En variante "B" 'Cabine Haute'.
Drapeau de l'Australie Australie - Contrat Export Air 9000 (août 2004, puis juin 2006)

47 au total car un exemplaire de plus est offert par Australian Aerospace pour compenser les retards de livraison. Affectation non précisée.

Drapeau de l'Allemagne Allemagne - Contrat NAHEMA / NAHEMO (offre en 2012)

Assemblés par Eurocopter Allemagne

  • 80 TTH pour la Heer
  • 30 TTH pour la Luftwaffe
  • 12 TTH Special Operation Force pour le KSK
  • (12 TTH Special Operation Force pour le KSK en option)
  • (30 NFH en option pour la Deutsche Marine)

Réduit à 82 appareils en mars 2013.

Drapeau de la Belgique Belgique - Contrat NAHEMO (décembre 2005)
Drapeau de l'Espagne Espagne - Contrat Export Espagnol (mai 2005)
Drapeau de la Finlande Finlande - Contrat Nordic (octobre 2001)
Drapeau de la France France - Contrat NAHEMA / NAHEMO

Assemblés par Eurocopter France

  • 27 NFH Caïman marine (ou Caïman NFH) pour la Marine nationale livrables d'ici 2021 (2 à 4 livraisons prévues en 2013)[9]. 13 dont les 7 premiers seront dotés d’une rampe arrière permettant l’embarquement rapide de troupes ou de matériel[9]. 3 livraisons prévues par la loi de finance 2014.
  • 68 TTH Caïman (ou Caïman TTH) pour l'Aviation légère de l'armée de terre. 38 prévus au terme du projet de loi de programmation militaire 2014-2019[15]. Fin des des livraisons en 2024[16]. 4 livraisons prévues par la loi de finance 2014.
Drapeau de la Grèce Grèce - Contrat Export Grèce (août 2003)

Assemblés par Eurocopter France

  • 20 TTH pour l'Armée de terre (Stratos Xiras)
  • (4 TTH Special Operation Force en option)
Drapeau de l'Italie Italie - Contrat NAHEMA / NAHEMO

Assemblés par AgustaWestland [17]

Drapeau du Maroc Maroc - Contrat Export Maroc (2013)

Assemblés par Eurocopter France

Drapeau de la Norvège Norvège - Contrat Nordic (novembre 2001)

Assemblés par AgustaWestland [17]

Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Contrat Export Nouvelle-Zélande (avril 2005)

Assemblés par Eurocopter France

Drapeau d'Oman Oman - Contrat Export Oman (juillet 2004)

Assemblés par Eurocopter France [19]

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas - Contrat NAHEMA / NAHEMO

Assemblés par AgustaWestland [17]

Drapeau du Portugal Portugal - Contrat NAHEMO (juin 2001)

Assemblés par AgustaWestland [17]

Contrat annulé.

Drapeau de la Suède Suède - Contrat Nordic (septembre 2001)

Caractéristiques techniques de base[modifier | modifier le code]

Cockpit d'un NH-90 finlandais

Dimensions de la cabine[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 4,8 mètres
  • Largeur : 2 mètres
  • Hauteur : 1,58 mètre

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Équipage : 1 pilote, 1 chef de bord et 1 mécanicien.
  • Motorisation : bimoteur 2x 1 864 kW avec 2 x RTM 322 (2 500 ch).
  • Fuselage en composites résistant au crash avec une faible signature radar.
  • Réservoirs auto-obturants.
  • Trains d’atterrissage rétractables et résistants aux crashs.
  • MRP (Moyeu Rotor Principal) en titane de type Sphériflex.
  • Commandes de vol électriques.
  • Avionique avec des écrans couleur LCD 8’’x8’’ avec affichages multifonctions : vol, mission, maintenance...
  • Autodiagnostic de pannes et système de maintenance intégré.
  • Redondances multiples pour les systèmes vitaux.
  • Tous les systèmes dynamiques (BTP, BTA, BTI... ) peuvent fonctionner 30 minutes sans lubrification).
  • Système Antivibratoire à Résonateur Intégré à Barres (SARIB).
  • Sièges blindés face aux menaces de petits calibres.
  • Protection contre la foudre.
  • MTTR (Mean Time To Repair) : 4 heures.
  • 2,5 hommes.heure de maintenance par heure de vol.

Armement[modifier | modifier le code]

  • Dans sa configuration anti-sous-marine, le NFH pourra mettre en œuvre un sonar trempé FLASH, des bouées acoustiques et des torpilles MU90.

Versions[modifier | modifier le code]

Caïman en vol de démonstration

Tactical Transport Helicopter[modifier | modifier le code]

Forces néozélandaises en briefing avant leur déploiement en Afghanistan.

Rôle et missions[modifier | modifier le code]

Le rôle principal de la version TTH est le transport de troupes, l'appareil peut accueillir jusqu'à 20 soldats et leur équipement ou plus de 2 500 kg de charge d'emport. Il peut être rapidement adapté aux missions d'évacuation sanitaire en installant jusqu'à 12 civières. Ses missions supplémentaires comprennent le transport silencieux de groupes d'opérations spéciales, la guerre électronique, l'utilisation de l'appareil en tant que poste de commandement volant, le largage de parachutistes, le transport de VIP et de la formation de vol.

La Suède a commandé des modèles équipés de cabines hautes, dans lesquels la hauteur de la cabine est portée à 1 82 m et un système spécifique de missions tactiques développé par Saab est intégré, les appareils sont appelés HKP14.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le NH90 fait appel à un nombre important d'innovations technologiques dans l'emploi de matériaux composites au niveau de la structure et l'intégration de systèmes modulaires utilisant la technologie numérique. Premier hélicoptère de série doté de commandes de vol électriques (Fly by Wire), cet appareil possède une grande manœuvrabilité et agilité qui lui permettent d'assurer des missions de jour comme de nuit même dans de très mauvaises conditions météo[21].

La version terrestre TTH peut emporter jusqu'à 20 combattants, 2 500 kg de matériel ou un véhicule léger. Les pilotes sont équipés d'un visuel de casque intégrant un dispositif de vision nocturne de dernière génération comparable à celui du EC665 Tigre. L'appareil dispose également d'une rampe arrière afin de débarquer un plus grand nombre de troupes rapidement et de mitrailleuses légères sur les flancs.

  • Masse maximale : 10.6T (11T en sling)
  • Masse à vide : ~7.0T
  • Vitesse maximale : 175 nœuds
  • Vitesse de croisière : 150 nœuds
  • Autonomie : 3h30 sans réservoir supplémentaire
  • Distance max franchissable : >400 nautiques
  • Motorisation : 2 RRTM 322 Pw : 2x 1864 kw (2500 cv), 2x 1500 kw en continu
  • Équipage normal : 1 Chef de bord (pilote expérimenté responsable de la mission), 1 pilote (responsable de la conduite du vol) et 1 mécanicien navigant (MVAVT responsable technique du vol et conseiller technique du chef de bord) (en fonction de la mission : + 1 chef de soute, +1 treuilliste, +1 ou 2 gunners)[22]

Nato Frigate Helicopter[modifier | modifier le code]

Appareil néerlandais embarqué

Rôle et missions[modifier | modifier le code]

Le rôle principal de la version NFH est de pouvoir accomplir de manière autonome des missions de lutte anti-sous-marine et de anti-navire en surface, et ce, principalement à partir de bâtiments de guerre équipés de pont d'envol. Ces appareils peuvent intervenir de jour et de nuit, dans des conditions météorologiques défavorables, notamment au décollage et sont équipés en conséquences. Leurs missions additionnelles incluent le soutien anti-aérienne, le ravitaillement, la recherche et sauvetage et le transport de troupes.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le NH90 fait appel à un nombre important d'innovations technologiques dans l'emploi de matériaux composites au niveau de la structure et l'intégration de systèmes modulaires utilisant la technologie numérique. Premier hélicoptère de série doté de commandes de vol électriques, cet appareil possède une grande manœuvrabilité et agilité qui lui permettent d'assurer des missions de jour comme de nuit même dans de très mauvaises conditions météo[21].

Compte tenu de sa masse et de ses dimensions d'une part, et de ses pales et son pylône de queue à repliage automatique d'autre part, le Caïman Marine peut opérer à partir de frégates et de porte-hélicoptères d'intervention. Il répond aux spécificités de l'embarquement à la mer.

  • Masse maximale : 11T
  • Masse à vide : ~7.5T
  • Vitesse maximale : 175 nœuds
  • Vitesse de croisière : 150 nœuds
  • Autonomie : 3h30 sans réservoir supplémentaire
  • Distance max franchissable : >400 nautiques
  • Motorisation : 2RRTM 322 Pw : 2343 ch. au régime max d'urgence
  • Équipage normal : 1 pilote, 1 coordinateur tactique/assistant pilote (Tacco) et 1 opérateur multisenseurs/treuilliste (Senso) (+1 plongeur d'hélicoptère et une équipe médicale lors des missions de service public)

Appareils en service en Australie et en Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

MRH90 de la Royal Australian Navy

La filiale d'Airbus Helicopters en Australie, AGAP (Airbus Group Australia Pacific), emploie 1 200 personnes et va produire les 43 des 47 appareils destinés aux forces armées australiennes ainsi que les 9 vendus à l' armée de terre néozélandaise en 2006. Les commandes passées par le département de la Défense australien ayant pris du retard et les relations entre le gouvernent et Australian Aerospace s'étant tendues depuis 2011, un appareil supplémentaire a été offert à l'Australie ainsi que certaines améliorations de leurs unités[23].

MRH90 Taipan[modifier | modifier le code]

Le MRH90 désigné par le nom de code Taipan (serpent venimeux endémique d'Australie) ou parfois Cobra, est la version australienne des TTH qui va remplacer les Black Hawk et Sea King de l'Australian Army et de la Royal Australian Navy. Le ministère australien de la Défense a initialement approuvé l'achat de 12 hélicoptères MRH-90 dans le cadre du programme Air 9000 en août 2004 et de 34 appareils supplémentaires en juin 2006. Les premiers ont été livrés en décembre 2007 mais suite à une panne moteur en 2010, son exploitation a été gelée pendant quatre mois[24]. Australian Aerospace a signé un accord avec l'Australie en novembre 2011 pour résoudre les défauts identifiés sur les MRH90, et ce, afin d'assurer la ponctualité et la qualité des livraisons[24].

NH90 néozélandais[modifier | modifier le code]

En avril 2005, le ministère de la Défense choisit le NH90 en version TTH pour remplacer ses 14 UH1 Huey en raison de ses capacités opérationnelles de tout temps (notamment pour les patrouilles maritimes près de l'Arctique) et de sa capacité d'emport pour un hélicoptère utilitaire de tonnage moyen, la commande est passée en juillet 2006 et le premier vol a lieu le 4 mai 2009. Huit des appareils seront en service dans le 3e escadron de la Royal New Zealand Air Force et le dernier sera en rechange. Les dernières livraisons sont achevées en 2014, mais les appareils demeurent en test et développement avant de pouvoir être mis en situation opérationnelle pour les missions de l'armée de terre et de la marine[25].

Appareils en service en France[modifier | modifier le code]

Les forces armées françaises utilisent les deux versions principales du NH90, la Marine nationale utilise la version navale (NFH) qu'elle a renommée Caïman marine dans sa nomenclature, le premier appareil lui a été livré en 2010. La version destinée à l'Armée de terre est appelée Caïman (ou Caïman terre) et est en service depuis 2012.

  • Mai 2006 : 1er vol du premier NFH
  • Mai 2010 : livraison du premier Caïman à la Marine
  • Octobre 2011 : livraison du cinquième Caïman à la Marine
  • Décembre 2011 : livraison du premier appareil au Groupement AéroMobilité de la Section Technique de l'Armée de terre[26]
  • Décembre 2011 : mise en service opérationnel et réactivation de la flottille 33F
  • Janvier 2012 : livraison du premier appareil à l'Armée de terre[27]
  • Avril 2012 : embarquement des premiers appareils sur frégate
  • Octobre 2012 : réactivation de la flottille 31F
  • Décembre 2013 : 8 appareils sont disponibles dans la Marine, avec un taux de disponibilité de 47 % et un coût de 33,5 millions d'euros d'entretien programmé pour l'année 2013[28]
  • Décembre 2013 : les 3 premiers NH90 TTH sont livrés au 1er RHC de Phalsbourg, ils sont opérationnels à l'été 2014[26]
  • Avril 2014 : 11e livraison pour la Marine, une autre prévue dans l'année, 4 en 2015 puis 2 par an jusqu'au 27e exemplaire

Caïman terre[modifier | modifier le code]

Le Caïman en version terrestre présenté à Paris

Le Caïman (ou Caïman terre) est le nom opérationnel donné au NHIndustries NH90 qui est déployé au sein de l'Aviation légère de l'armée de terre à partir de 2014[29]. Il s'agit de la version de l'Armée de terre (Tactical Transport Helicopter) de l'hélicoptère européen.

Déploiement[modifier | modifier le code]

Le Caïman marine de la Marine nationale

L'Aviation légère de l'armée de terre dispose en 2014 de quatre appareils pouvant être projetés à l'extérieur, ainsi que de six équipages opérationnels et six appareils 1er régiment d'hélicoptères de combat (1er RHC) de Phalsbourg[30]. À terme, le ministère de la Défense compte équiper l'Armée de terre de 133 Caïmans (soit 90 hélicoptères déployables). Début 2013, 68 appareils ont été commandés, les livraisons qui en 2012 devaient s'étaler jusqu'en 2020[31] seront étalés dans le temps avec, selon le projet de loi de programmation militaire 2014-2019, 38 NH90 Caïman à cette dernière date[15].

Un premier appareil a été livré à la Section technique de l'armée de terre (STAT) de Valence le 22 décembre 2011[30] et la formation au centre de formation interarmées du Cannet-des-Maures (CFIA) débute en avril 2013[32].

Caïman marine[modifier | modifier le code]

Le Caïman marine est le nom opérationnel donné au NHIndustries NH90 déployé au sein des forces aéronautiques navales françaises. Il s'agit de la version de la Marine nationale (Nato Frigate Helicopter) de l'hélicoptère européen.

Missions[modifier | modifier le code]

Les missions qui lui sont confiées :

  • prioritairement, des missions de combat naval : lutte anti-surface, anti sous-marine, actions de vive force en mer (dont contre-terrorisme maritime)
  • des missions de soutien : sauvetage en mer, assistance aux bâtiments en détresse, évacuation sanitaire, logistique navale, transport de commandos.

Pourvus de tous les équipements nécessaires à un hélicoptère de combat embarqué, les 27 exemplaires commandés par la Marine Nationale, pourront accueillir un kit de lutte anti sous-marine.

Mis en service opérationnel au Step A, le 8 décembre 2011, le Caïman Marine est reconnu capable d'assurer les missions de secours maritime et de contre terrorisme maritime. Dès le second semestre 2012, ils débutent les embarquements sur frégates, et au Step B auront la capacité de tirer des torpilles[33].

Le Caïman est appelé à évoluer à partir de plusieurs bâtiments et bases aéronautiques navales (BAN) :

  • les bâtiments de la Marine nationale: de façon permanente et en priorité sur frégates (Frégates de Défense Aérienne, Frégates multimissions), mais également sur porte-avions, Bâtiment de Projection et de Commandement ou Transport de Chalands de Débarquement.
  • la BAN de Lanvéoc-Poulmic (Finistère) au sein de la flottille 33F.
  • la BAN Hyères (Var) au sein de la flottille 31F.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Projet de loi de finances pour 2011 : Défense - Equipement des forces », sur le site du Sénat français,‎ 18 novembre 2010.
  2. « DGA-L'hélicoptère NH90-TTH », sur Ministère de la défense,‎ 05 juin 2012.
  3. (en) Présentation du MRH90, sur le site du département de la Défense australien.
  4. (en) La Suède reçoit son premier appareil en décembre 2013.
  5. Le NH90 français s'appellera Caïman.
  6. Commandement de l'aviation de l'armée de terre italienne, « NH-90 in teatro », sur le site officiel de l'armée de terre italienne,‎ 23 août 2012 (consulté le 23 août 2012)
  7. « COUR DES COMPTES - Le prix du Rafale dévoilé », sur Le Point,‎ 9 février 2010
  8. (nl) « Nieuwe heli defensie presteert ondermaats », sur Nieuws.nl,‎ 1 juin 2011
  9. a, b et c « NH90 : Standard 2 pour la marine française et première livraison pour la Belgique »
  10. « L’armée de Terre adopte le Caïman », sur meretmarine.com/,‎ 22 février 2013 (consulté le 28 février 2013)
  11. Laurent Lagneau, « Le Qatar a l’intention d’acquérir 22 hélicoptères NH-90 »,‎ 27 mars 2014
  12. Philippe Chapleau, « Moins d'hélicos pour la Bundeswehr: la commande de 45 appareils annulée », sur http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr,‎ 15 mars 2013 (consulté le 15 mars 2013)
  13. Philippe Chapleau, « Australie: 46 MRH-90 commandés, 47 livrés! », sur http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr,‎ 16 mai 2013 (consulté le 16 mai 2013)
  14. « L’achat de 34 hélicoptères NH-90 TTH supplémentaires pour l’armée de Terre a été signé »,‎ 29 mai 2013 (consulté le 29 mai 2013)
  15. a et b Ministère de la Défense, « projet de loi de programmation militaire 2014-2019 - Dossier Thématique »,‎ 2 aout 2013 (consulté le 11 aout 2013)
  16. « Armée de terre: LPM phrases clés du CEMAT », sur Athena-Défense,‎ novembre 2013 (consulté le 7 novembre 2013)
  17. a, b, c et d « Venice Tessera NH90 Assembly Line Celebrates Its First Anniversary with a Double Delivery »
  18. (en) « Replacement Helicopter Capability : Medium Utility Helicopter. »
  19. (en) « Delivery of 2 NH90 to the Royal Air Force of Oman. »
  20. (en) « Swedish Defence Agency takes delivery of the first NH90 helicopter assembled in Finland. »
  21. a et b Dossier de présentation du NH0.
  22. Le NH90 Caïman de l'armée de terre française.
  23. « NH90 : l'Australie et Eurocopter enterrent la hache de guerre », sur le site de La Tribune.
  24. a et b « MRH90 Multirole Helicopter from Australia », sur army-technology.com.
  25. (en) « Présentation du NH90 néozélandais », sur le site des forces aériennes néo-zélandaises.
  26. a et b « L'hélicoptère de transport NH90 TTH Caïman de l'ALAT française », sur le site Hélico passion (consulté le 25 septembre 2014)
  27. « Le NH90 arrive dans l'armée de Terre », sur le site Mer et Marine (consulté le 25 septembre 2014)
  28. « Question posée à l'Assemblée nationale française sur le programme Caïman marine », sur le site personnel de François Cornut-Gentille (consulté le 17 mai 2014)
  29. Adoption du NH90 par l'Armée de terre française.
  30. a et b Déploiement des Caïmans dans l'Armée de terre.
  31. L'hélicoptère Caïman arrive dans l'armée de terre.
  32. Ministère de la Défense, « Première pierre du futur centre de formation interarmées Caïman NH90 », sur defense.gouv.fr,‎ 2011 (consulté le 24 septembre 2014)
  33. Les Caïmans aux nouveaux standards livrés à la Marine.

Compléments[modifier | modifier le code]

Crédit d'Auteur[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :