Dupuy-de-Lôme (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le navire français collecteur de renseignement. Pour le croiseur-cuirassé français de 1890, voir Dupuy-de-Lôme (cuirassé). Pour l'ingénieur Henri Dupuy de Lôme et les autres homonymies, voir Dupuy de Lôme.
Dupuy-de-Lôme
Image illustrative de l'article Dupuy-de-Lôme (navire)

Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Quille posée 1er décembre 2002
Lancement 27 mars 2004
Armé 23 juin 2006
Statut En service
Caractéristiques techniques
Type Navire de collecte de renseignement
Longueur 101,7
Maître-bau 15,8
Tirant d'eau 4,9
Déplacement 3 100 t standard, 4 000 t à pleine charge
Propulsion 2 moteurs diesel MaK 9M25
Puissance 8 075 cv
Vitesse 16 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 mitrailleuses de 12,7 mm
Rayon d'action 3 400 nautiques à 16 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 33 marins + jusqu'à 71 spécialistes
Chantier naval Royal Niestern Sander (Delfzijl, Pays-Bas)

Le Dupuy-de-Lôme (indicatif visuel A759) est un navire collecteur de renseignements de la marine française travaillant au profit de la direction du renseignement militaire (DRM).

Historique[modifier | modifier le code]

Il porte le nom de l'ingénieur du génie maritime Henri Dupuy de Lôme (1816-1885).

Long de 101 m, il a été dessiné par Thales Naval France, selon des normes civiles et a été spécialement étudié pour répondre au besoin du recueil de renseignement d'origine électronique (ROEM) depuis la mer : interception, analyse, goniométrie et écoute des communications radios (COMINT), interception, analyse et goniométrie des signaux radar (ELINT), pour des missions de longue durée. C'est le premier navire de la Marine française conçu spécialement pour cette mission.

Basé à Brest, il a remplacé le Bougainville.

Il est servi par deux équipages et a une disponiblilité technique de 350 jours par an dont 240 à la mer. Chaque équipage est composé de 66 personnes (33 marins et 33 spécialistes du renseignement affectés) auxquelles peuvent se joindrent jusqu'à 38 spécialistes du renseignement en fonction des missions.

Il a coûté 140 millions d'euros, maintien en conditions opérationnelles sur 5 ans incluse.

Lutte antiterrorisme[modifier | modifier le code]

Si le Dupuy-de-Lôme peut tout à fait servir de navire espion, ce navire arrive surtout dans un contexte international très troublé, marqué par l’émergence de réseaux terroristes tentaculaires, organisés en petites cellules autonomes et internationales. Comme le disait Michèle Alliot-Marie : « La protection de la France ne peut pas être efficace si la surveillance se limite au territoire national. Il faut aller de plus en plus loin dans le renseignement et être capable d’intercepter les communications partout dans le monde [...] ce bateau doit nous permettre d’obtenir un maximum d’informations, ce qui nous permettra d’anticiper la menace et d’essayer de l’éliminer à la base ».[réf. nécessaire]

Même si la France dispose d'importants moyens de renseignement, la mise en place de cet outil est jugée cruciale. L’énorme avantage d’un navire, c’est qu’il a le droit de rester dans les eaux internationales et peut donc se positionner au meilleur endroit possible pour recueillir les meilleures données : « Les moyens en métropole ne nous le permettent pas. Le terrorisme est une menace globale et mondiale qui nécessite des renseignements lointains. Il faut donc être au plus proche des foyers cruciaux, comme en Océan Indien ou dans le Pacifique ».
Dans ce genre de mission, un navire seul ne sert à rien. Il faut en effet le guider vers les lieux stratégiques et l’orienter dans ses écoutes afin qu’il soit efficace c'est donc pour cela qu'un énorme travail est réalisé en amont pour indiquer à l’équipage ce qu’il doit chercher, et où le trouver. Ces indices, ces pistes, sont fournies par les différents services et moyens matériels dont dispose l’État, de l’imagerie satellite et aérienne à l’espionnage, en passant par les opérations de reconnaissance.

Technologies mises en place[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment est truffé d'électronique qui fait la fierté de la DRM : « Un fossé technologique a été franchi. C’est la première fois que nous disposons de tels moyens sur un navire. C’est le plus moderne de sa catégorie dans le monde entier, notamment par rapport aux Norvégiens ou Russes qui utilisent des bâtiments datant des années 80 »[réf. nécessaire]. Comme équipements visibles, nous pouvons noter la présence :

  • De deux radômes entre les mâts, qui cachent des antennes paraboliques permettant de pointer un satellite et de capter ce qu’il envoie.
  • D'un long mât avant, en forme de fin cylindre, qui abrite un détecteur de radar ARBR 21, un intercepteur goniomètre de transmissions Elite, ainsi qu’une antenne d’écoute et de goniométrie.
  • De systèmes de transmission par satellite Inmarsat et Syracuse III.

L’ensemble des données recueillies seront traitées et analysées en salles d’opérations par 78 spécialistes civils et militaires, issus de l’Armée de terre, de la Marine nationale et de l’Armée de l’air, avec panachage des services suivant les missions. À l’origine, il était prévu d’installer un hangar pour hélicoptère léger mais cette solution n’a finalement pas été retenue. Même chose pour les drones.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]