Gendarmerie maritime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Gendarmerie maritime est une composante de la gendarmerie nationale française mise pour emploi auprès du chef d'état-major de la Marine nationale. La gendarmerie maritime fait partie de la nouvelle fonction garde-côte créée en 2010 et placée sous l'autorité du secrétariat général de la mer. Son effectif compte environ 1 100 militaires et elle dispose d'une trentaine de patrouilleurs et vedettes répartis sur tout le littoral ainsi que d'une dizaine d'embarcations pneumatiques armées par les brigades de surveillance du littoral.

Missions[modifier | modifier le code]

La Gendarmerie maritime assure :

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandée actuellement par une générale (Isabelle Guion de Méritens[1]), assisté d'un état-major implanté à Houilles, la gendarmerie maritime, dont l'effectif en 2012 est de 1 100 personnes, est articulée en 3 groupements, 8 compagnies et 75 unités (brigades de recherches, brigades de surveillance du littoral, pelotons de sûreté des zones protégées, pelotons de surveillance d'intervention et de renfort, Peloton de Sûreté Maritime et Portuaire (PSMP le Havre et Marseille/port de bouc), patrouilleurs, vedettes côtières de surveillance maritime) dont la répartition géographique est la suivante [Quand ?]:

  • Métropole :
    • groupement de la Manche et de la Mer du Nord à Cherbourg ( 2 compagnies  : Le Havre et Cherbourg)
      • 2 patrouilleurs (Glaive et Géranium)
      • 4 vedettes (Dunkerque, Boulogne sur Mer, Dieppe, le Havre)
    • groupement de l'Atlantique à Brest ( 3 compagnies : Brest, Ile Longue et Lorient) ;
      • 9 vedettes (Saint-Malo, Brest, Concarneau, Lorient, Pornichet, Les Sables d'Olonne, Rochefort, Anglet)
    • groupement de la Méditerranée à Toulon ( 2 compagnies : Marseille et Toulon) ;
      • 1 patrouilleur (Jonquille)
      • 8 vedettes (Port-Vendres, Gruissan, Sète, Marseille, Toulon, Saint-Raphaël, Nice, Ajaccio)
    • section de recherches de la gendarmerie maritime (unité de police judiciaire) à Houilles
      • détachement de la section de recherches de Cherbourg
      • détachement de la section de recherches de Brest
      • détachement de la section de recherches de Toulon
    • peloton de Paris à Houilles (sous l'autorité directe de l'état major) ;
    • centre national d'instruction de la gendarmerie maritime (C.N.I.G.M) à Toulon.
  • Outre-mer :
    • Guadeloupe : 1 patrouilleur (Violette) ;
    • Guyane : 2 vedettes de 20 mètres ;
    • Réunion : 1 vedette de 20 mètres ;
    • Polynésie Française : 1 patrouilleur (Jasmin) et une brigade de base navale ;
    • Nouvelle Calédonie : 1 vedette de 20 mètres et 1 brigade de base navale ;
    • Mayotte : 1 vedette de 20 mètres

Groupements[modifier | modifier le code]

Le patrouilleur Epée amarré à Brest, dans la Penfeld (1er novembre 2006)
  • Groupement de la Manche et de la Mer du Nord (Cherbourg)
  • Groupement de l'Atlantique (Brest)
  • Groupement de la Méditerranée (Toulon)

Compagnies[modifier | modifier le code]

  • 2 compagnies dépendent du groupement de la Manche et de la Mer du Nord (Cherbourg et le Havre)
  • 3 compagnies dépendent du groupement de l'Atlantique (Brest, Ile Longue et Lorient)
  • 2 compagnies dépendent du groupement de la Méditerranée (Toulon et Marseille)
  • Le peloton de gendarmerie maritime de Paris est implanté à Houilles et dépend directement de l'état-major
  • Le Centre National d'instruction de la Gendarmerie Maritime (CNIGM) est situé à Toulon

Des moyens sont également mis en œuvre dans les DOM et les TOM.

Moyens nautiques[modifier | modifier le code]

Une vedette côtière de surveillance maritime

Dans les années 2000, elle dispose [Quand ?] des navires suivant :

  • 1 patrouilleur rapide de 37 mètres (Glaive P671 à Cherbourg) - entré en service en 1977, intégré dans la gendarmerie en 1981[2];
  • 4 patrouilleurs côtiers de 32 mètres (Géranium P720 à Cherbourg; Violette P722 à Pointe-à-Pitre; Jonquille P721 à Toulon; Jasmin P723 à Papeete);
  • 24 vedettes côtières de surveillance maritime de 20 mètres (type Raidco Marine);
  • 2 vedettes de surveillance côtière de 14 mètres;
  • 8 Vedettes de Surveillance Maritime et Portuaires (VSMP) de 11 mètres livrées en 2011 par le chantier naval UFAST de Quimper.
  • 1 vedette de surveillance côtière de 10 mètres;

auxquels s'ajoutent :

  • 10 embarcations pneumatiques dans les brigades de surveillance du littoral;
  • 32 embarcations pneumatiques sur les patrouilleurs et les vedettes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le colonel Isabelle Guion de Méritens a pris le commandement de la gendarmerie maritime », sur Opex360,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 6 septembre 2012)
  2. « Patrouilleur rapide Glaive », sur Net Marine,‎ 2007 (consulté le 6 septembre 2012)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]