Agusta A.129 Mangusta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agusta A.129CBT Mangusta
Image illustrative de l'article Agusta A.129 Mangusta
Un Agusta A.129 en exposition statique.

Rôle Hélicoptère d'attaque
Constructeur Drapeau : Italie Agusta
Premier vol (A.129)
(T-129 ATAK)
Mise en service octobre 1990
Nombre construit 60
Équipage
2
Motorisation
Moteur Piaggio 2-1004D (en) (A.129)
Rolls-Royce/Honeywell LHTEC T800 (en) (T-129 ATAK)
Nombre 2
Type Turbine
Puissance unitaire 890 ch/1 361 ch
Nombre de pales 5
Dimensions
Image illustrative de l'article Agusta A.129 Mangusta
Diamètre du rotor 11,9 m
Longueur 12,62 m
Hauteur 3,35 m
Masses
À vide 2 520 kg
Maximale 4600 kg/5 000 kg
Performances
Vitesse de croisière 229 km/h
Vitesse maximale 278 km/h
Plafond 4 725 m
Plafond avec effet de sol 3 705 m
Vitesse ascensionnelle 612 m/min
Distance franchissable 510 km
Distance de convoyage 1 000 km
Armement
Interne 1 canon ri-tube Alenai Difensa TM-197B de 20 mm
Externe 4 points d'emport pour 38 roquettes de 81 mm ou 76 roquettes de 70 mm ou 1 mitrailleuse de 12,7 mm ; 8 missiles antichar AGM-114K Hellfire ou BGM-71 TOW ; ou 2 missiles air-air AIM-92 Stinger (en)

L'Agusta A.129 Mangusta est un hélicoptère d'attaque léger italien.

Origine[modifier | modifier le code]

En 1978, le constructeur italien Agusta entreprit le développement d’un hélicoptère anti-char pour répondre aux besoins de l’armée italienne et, comme les autres constructeurs européens, envisagea d’adapter un hélicoptère léger polyvalent, en l’occurrence le A.109. Mais rapidement il fallut se rendre compte que ce n’était pas possible et une machine entièrement nouvelle fut mise à l’étude.

Premier hélicoptère spécifiquement conçu en Europe pour des missions de combat, le Mangusta offre l’allure caractéristique des machines de ce type. C’est un biplace en tandem, faisant largement appel aux matériaux composites dans sa construction, le fuselage, large de 95 cm, pouvant résister à des projectiles de 12,7 mm et des déformations importantes. L’équipage est installé dans des sièges Martin-Baker Helicopter Armored Crashworthy Seats Mark 1 (HACS 1), décalés en hauteur, tireur à l’avant et pilote à l’arrière, ce dernier disposant devant lui d'un angle de vue de 23° vers le bas. La verrière est composée de verres plats, blindés et traités anti-reflet. Reposant sur un train composé de deux éléments principaux et d’une roulette arrière, l’appareil est flanqué de courtes ailes, dont le dièdre peut varier de +3° à -12°, supportant chacune 2 points pour les charges externes : missiles TOW, lance-roquettes, canon de 7,62, 12,7 ou 20 mm, la charge maximale étant de 1 200 kg. L’appareil est équipé de 2 turbines Rolls-Royce Gem 2 Mk 1004D de 1 035 ch sur l'arbre, 890 ch en régime continu, produits sous licence par Piaggio avec la désignation RR1004, entraînant un rotor quadripales et un anti-couple bipale. Le rotor principal est doté de pales en matériaux composites et la tête de rotor de roulements élastomère ne nécessitant aucune lubrification.

Les versions réalisées[modifier | modifier le code]

  • A.129 Mangusta : Le premier des 5 prototypes A-129 Mangusta effectua son premier vol le 15 septembre 1983, le 5e en mars 1986. Après des essais réussis l’armée italienne commanda 66 appareils, commande ramenée à 60 par la suite. Après des retards dus essentiellement à des problèmes de mise au point des systèmes de visée des missiles, les 5 premiers appareils de série furent livrés en 1990. À partir de l’appareil de série n° 16 un certain nombre de modifications furent apportées aux appareils de série : pales du rotor principal repliables, réservoirs auxiliaires, éclairage de la planche de bord compatible avec des lunettes de vision nocturne, veille radar et lance-leurres.

La production fut interrompue en 1992 après livraison de 45 appareils, l’armée italienne souhaitant réajuster ses besoins en fonction de la fin de la guerre froide mais aussi de l’émergence de nouvelles tensions dans le monde.

  • A.129 International (AW-129) : Malgré l’échec du Tonal, Agusta poursuivit le développement du Mangusta dans la perspective de ventes à l’exportation. Un prototype fut donc remotorisé en 1988 avec 2 turbines Allison-Garrett LHTEC (en) T800 de 1 200 ch, une nouvelle transmission et un système Fadec. En 1992 le même appareil fut équipé d’une tourelle avant équipée d’une mitrailleuse Lucas de 12,7 mm. Ces essais aboutirent au premier vol, le 9 janvier 1995, de l’A.129 International, appareil équipé de 2 turbines LT800 et d’une tourelle avant OtoBreda équipée d’un canon de 20 mm tri-tube Alenia Difensa TM-197B (General Electric Gatling M197 sous licence). L’A.129 International se distinguait aussi par son rotor 5 pales, une capacité de carburant accrue, une nouvelle avionique et un cockpit modifié avec écrans multi-fonctions. Cet appareil pouvait recevoir des missiles anti-char AGM-114L Hellfire ou des missiles air-air Stinger. L’A.129 a servi de base au T-129 ATAK.
  • A.129CBT Mangusta : Si l’A.129 International n’a pas réussi à attirer des clients export, l’armée italienne avait constaté en Somalie que le Mangusta, conçu pour la lutte anti-char, était inadapté aux opérations de maintien de l’ordre et de lutte anti-guérilla. Elle transforma donc en 1999 son option sur les 15 A.129 restant à lui livrer en commande ferme pour une nouvelle version de l’appareil, dite Combattimento (CBT) qui reprenait une partie des caractéristiques du modèle destiné à l’exportation : rotor 5 pales, tourelle avant, avionique et utilisation possible de missiles Stinger ou Hellfire. La transmission renforcée était aussi adoptée mais la motorisation était inchangée. Le premier A.129CBT fut livré à l’armée italienne fin 2002. Entre-temps un nouveau contrat avait été notifié en janvier 2002 à Agusta pour mise au standard des 41 A.129 encore en service en A.129CBT.

Des projets sans suite[modifier | modifier le code]

  • A.129 LBH : Hélicoptère polyvalent utilitaire (Light Battlefield Helicopter) devant transporter 8 hommes équipés en plus des deux pilotes. Ce projet qui nécessitait de redessiner complètement le fuselage fut abandonné au profit d’une machine plus ambitieuse, l’AgustaWestland AW139.
  • A.129 Multi-Role :
  • A.129 Scout : Appareil de reconnaissance.
  • A.129 Shipboard : Projet de version navalisée, parfois désigné Gannet, resté au niveau de la planche à dessins.
  • A129 Tonal : En 1986, les gouvernements britannique, italien, néerlandais et espagnol signèrent un accord de développement pour la réalisation d’une version améliorée de l’A.129 sous la désignation Joint European Helicopter Tonal. Ce nouvel appareil devait être plus puissant, avec un train escamotable et un armement renforcé. En 1990, les gouvernements britannique et néerlandais décidèrent cependant de commander des AH-64 Apache, entraînant l’abandon du programme Tonal. L'Espagne est devenue partenaire du programme Eurocopter EC-665 Tigre, tandis que la Royal Australian Army en faisait également l'acquisition après avoir considéré l'A.129 International dans le cadre du programme AIR 87.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Italie Italie : Participant à l’intervention de l’ONU en Somalie, l’Italie détacha 3 A.129 de fin 1992 au printemps 1994, puis 4 A.129 embarquèrent sur le porte hélicoptère Garibaldi début 1995. Armés de missiles TOW et de conteneurs de roquettes non guidées de 81 mm, les Mangusta se révélèrent d’emploi facile dans un environnement rudimentaire. En 1997, les Mangusta furent également employés en Albanie dans le cadre de l’intervention de l’OTAN, armés de canons FN Herstal HMP-50 de 12,7 mm en conteneurs. Quelques appareils ont été détachés en Afghanistan courant 2007.

Culture Populaire[modifier | modifier le code]

L'Augusta apparaît dans le jeu World in Conflict où il sert d'hélicoptère léger dans l'OTAN.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Croft, « ATAK team flies first T129 prototype », sur flightglobal.com, Flight Global,‎ (consulté le )
  2. (fr) Emmanuel Vivenot, « Du F-16 aux drones : L'aéronautique militaire turque », Défense et Sécurité internationale, no 52,‎ octobre 2009, p. 81-85 (ISSN 1772-788X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]