Classe Floréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Floréal
Image illustrative de l'article Classe Floréal
F734 Vendémiaire

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Pavillon de la marine royale marocaine Marine royale marocaine
Armé (Floréal)
Statut En service
Caractéristiques techniques
Type Frégate
Longueur 93,5 m
Maître-bau 14 m
Tirant d'eau 4,4 m
Déplacement 2 950 tonnes
Propulsion 4 x diesel SEMT Pielstick 6PA6 L280, 1 x propulseur d'étrave Ulstein de 200 kW, 2 x hélices à pas variable Lips
Puissance 8 800 Ch (6 470 kW)
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 missiles Exocet MM38
1 canon de 100 mm CADAM
2 canon F2 de 20mm
4 mitrailleuses de 12,7 mm
Aéronefs 1 x hélicoptère Panther AS.565SA
Rayon d'action 10 000 nautiques à 15 nœuds ; 13 000 nautiques à 12 nœuds
Autres caractéristiques
Électronique 1 x radar de veille air DRBV-21C (Mars)
1 x radar de navigation Racal Decca RM1290
1 x radar d'appontage Racal Decca RM1290
1 x intercepteur radio Saïgon
2 x lance-leurres Dagaie
récepteurs Navstar et Syracuse 2
Équipage 11 officiers, 36 officiers mariniers, 42 quartier-maîtres
Chantier naval Chantiers de l'Atlantique

La classe Floréal est un type de frégates de surveillance construites en France.

Frégate de surveillance[modifier | modifier le code]

Les conflits de grande envergure semblant moins probables avec la fin de la guerre froide, la Marine nationale considère que ses avisos ne sont plus adaptés aux conflits de basse intensité et demande un nouveau type de navire plus adapté à ce nouvel environnement. Une des principales missions prévues est la surveillance de la Zone économique exclusive (ZEE), d'une étendue de 12 000 000 km² pour la France. Il faut donc des bateaux plus petits, plus rapides et emportant un hélicoptère, moins sophistiqués, mais moins chers et plus faciles à construire.

Fruit d'une expression de besoins datant de 1987, le projet est lancé en avril 1988 avec l’emploi d'un chantier civil, les Chantiers de l'Atlantique, pour construire les six navires. Et pour la première fois ce chantier applique une des règles de construction des bateaux civils, la construction par « blocs ». Les frégates classe La Fayette profitent de ce nouveau savoir-faire. Autre nouveauté, cette classe répond aux normes civiles des bateaux transportant des passagers, cloisons étanches, fourniture d'énergie ou règles de sécurité.

Deux autres bâtiments, les Mohammed V et Hassan II ont été achetés par la marine royale marocaine et sont rentré en service en 2002 et 2003 avec des modifications par rapport aux français.

Construction et tests[modifier | modifier le code]

Une fois la coque et les systèmes « civils » installés, les Chantiers de l'Atlantique s'occupent également des essais à la mer, la Marine nationale n'étant là que comme observatrice. Lorsque le navire est jugé bon, la DCN reprend en main l'équipement en matériels militaires, communications, détection, armement... En effet, pour être crédible dans son rôle, les frégates de surveillance doivent emporter un armement (limité en matière de lutte anti-sous-marine) dont la puissance doit être dissuasive (grâce à des radars, l'emport d'un hélicoptère et d'un canon de 100 mm). Un temps évoquée, la mise en œuvre de 2 affûts Systèmes Intégrés Mistral Bi-munitions pour l’AutoDéfense (SIMBAD) pour missile MBDA Mistral mer-air à très courte portée (5 kilomètres) est abandonnée. Au final, un navire sortira tous les ans des Chantiers de l'Atlantique.

Remplacement[modifier | modifier le code]

La consolidation des capacités de la Marine nationale, évoquée par le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, interviendrait après 2025, au moment où le Germinal atteindrait 31 ans d'âge, sans parler du remplacement des avisos classe d'Estienne d'Orves, toujours pas tranché. Les corvettes Gowind étant jugées trop chères, reste aux bureaux d'étude à proposer un navire « hauturier, rustique et pas cher »[1].

Opérations[modifier | modifier le code]

Ces navires sont en opérations permanentes, leur mission étant essentiellement de temps de paix.

Navires de la classe Floréal[modifier | modifier le code]

Les navires de la classe Floréal portent tous des noms de mois du calendrier républicain.

Indicatif Nom Mise sur cales Mise à l'eau Mise en service Désarmée Base navale
F730 Floréal Port de la Pointe des Galets
F731 Prairial Papeete
F732 Nivôse Port de la Pointe des Galets
F733 Ventôse Fort-de-France
F734 Vendémiaire Nouméa
F735 Germinal Fort-de-France

Marine du Maroc[modifier | modifier le code]

Article connexe : Marine royale (Maroc).
  • Mohammed V (611)
  • Hassan II (612)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)Jean-Jacques Mercier, « Les Floréal sont de toutes saisons », DSI-Technologies, no 13,‎ septembre-octobre 2008, p. 46-47 (ISSN 1953-5953)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]