Ministère de la Sécurité d'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Stasi (homonymie)
Ministère de la Sécurité d’État
Blason de la Stasi.
Blason de la Stasi.

Devise : « Schild und Schwert der Partei »

Création 8 février 1950
Siège Berlin-Est, RDA
Coordonnées 52° 30′ 52″ N 13° 29′ 15″ E / 52.5144, 13.487552° 30′ 52″ N 13° 29′ 15″ E / 52.5144, 13.4875  
Effectifs 91 000 en 1989
Dirigeant Wilhelm Zaisser (1950–1953)
Ernst Wollweber (1953–1957)
Erich Mielke (1957–1989)
Wolfgang Schwanitz (1989–1990)

Le Ministère de la Sécurité d’État (Ministerium für Staatssicherheit, MfS), dit la Stasi (abréviation de Staatssicherheit), était le service de police politique, de renseignements, d'espionnage et de contre-espionnage de la République démocratique allemande (RDA) créé le 8 février 1950. Sous tutelle du gouvernement de la RDA, la Stasi était désignée comme « le glaive et le bouclier du parti » (« Schild und Schwert der Partei ») par la propagande du régime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le Ministère de la Sécurité d'État fut créé le 8 février 1950 sur le modèle du MGB (Ministère à la sécurité gouvernementale) soviétique, pour remplir les fonctions de police politique : renseignement, espionnage et contre-espionnage de la République démocratique allemande. Il était considéré par l'URSS comme un partenaire extrêmement loyal et efficace. Wilhelm Zaisser fut le premier ministre de la Sécurité d'État, assisté par Erich Mielke.

De Zaisser à Mielke[modifier | modifier le code]

Après que Zaisser eut essayé de renverser le Secrétaire général du SED, Walter Ulbricht, après l'insurrection de juin 1953[1], il fut congédié par Ulbricht et remplacé par Ernst Wollweber. Ce dernier démissionna en 1957 après des différends avec Ulbricht et Erich Honecker. Son assistant, Erich Mielke, lui succéda.

Cette même année, Markus Wolf prit la tête du Hauptverwaltung Aufklärung (HVA) ou « administration centrale de reconnaissance », la section de la Stasi qui s'occupait de contre-espionnage et d'espionnage. À ce poste, il se fit connaître comme un redoutable maître-espion, surnommé « l'homme sans visage » car il refusait de se faire photographier, en infiltrant le gouvernement et les cercles politiques et économiques de l'Allemagne de l'Ouest. Il a participé à l'affaire de Günter Guillaume, qui a mené à la chute du chancelier ouest-allemand Willy Brandt en mai 1974. Wolf se retira en 1986 et fut remplacé par Werner Grossmann.

Bien que la Stasi de Mielke fût déclarée indépendante en 1957, le KGB conserva jusqu'en 1990 des agents de liaison dans les huit principaux services, chacun d'entre eux disposant d'un bureau personnel dans les bâtiments berlinois et d'Allemagne de l'Est[2]. La collaboration était si étroite que le KGB a invité la Stasi à établir des bases opérationnelles à Moscou et Léningrad pour surveiller les touristes est-allemands. Mielke appelait les agents de la Stasi « tchékistes de l'Union soviétique ». En 1978, Mielke octroya formellement aux agents du KGB les mêmes droits et pouvoirs que ceux dont ils jouissaient en URSS[3].

Dissolution[modifier | modifier le code]

C'est seulement après la chute du mur de Berlin et la réunification de l'Allemagne, en 1989 et 1990, que la Stasi fut dissoute. Elle laisse un encombrant héritage : ses archives, qui contiennent les noms des suspects mais également ceux des agents et de leurs informateurs.

Organisation[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre d'agents officiels de la Stasi.

Le Ministère de la Sécurité d'État s'appuyait sur des agents officiels et un grand nombre d'informateurs, appelés « IM » (Inoffizieller Mitarbeiter, c'est-à-dire collaborateurs officieux).

Liste des ministres[modifier | modifier le code]

Nom Début du mandat Fin du mandat
1. Wilhelm Zaisser 1950 1953
2. Ernst Wollweber 1953 1957
3. Erich Mielke 1957 1989
4. Wolfgang Schwanitz[4] 1989 1989

Structure[modifier | modifier le code]

Siège de la Ruchestrasse et bâtiment administratif de la Stasi

Le quartier général était localisé au 103 de la Ruschestrasse à Berlin-Est et était structuré sur le modèle du NKVD soviétique (ancêtre du KGB). Entre 1950 et 1989, la Stasi comptait dix-sept prisons préventives où étaient internés les détenus.

Au moment de sa dissolution, elle comptait environ 91 000 agents officiels et 175 000 informateurs, soit 1 % de la population est-allemande[5]. La Stasi comportait donc 266 000 agents, qui constituaient une surveillance très présente et très efficace.

La Stasi comprenait les entités suivantes :

Missions[modifier | modifier le code]

En tant que police politique, la Stasi avait pour principal objectif de traquer les opposants au régime instauré à la suite de l’occupation des Länder de l’Est par l’Armée rouge. Ses méthodes évoluent, passant de la terreur ouverte à des techniques plus larvées comme la décomposition.

Lorsque la Stasi connaissait l’opinion de quelqu’un, elle préférait utiliser des pressions discrètes en forçant un homme à démissionner, un étudiant à arrêter ses études ou à « conserver ses fonctions sociales » en le forçant à devenir informateur à son tour : IM (Inoffizieller Mitarbeiter).

Un document, daté du 1er octobre 1973 et retrouvé dans les archives de la Stasi en 2007 atteste que les soldats étaient autorisés à ouvrir le feu sur toute personne essayant de franchir le mur de Berlin, y compris les femmes et les enfants[6].

Ce service de renseignement était pour l'époque un des plus actifs à travers le monde. À sa dissolution, on a estimé à 90 000 à 91 000 agents sur le territoire de la RDA. Mais on a aussi estimé à 190 000 le nombre d'agents informels (IM) en RFA. La Stasi avait complètement infiltré les systèmes administratifs et politique de la RFA. Elle pouvait connaître et anticiper les prises de décision ouest-allemandes sur le plan national, comme international.

L'affaire Guillaume[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Günter Guillaume.

Günter Guillaume est envoyé comme réfugié à l'ouest dans les années 1950 pour être agent dormant de la Stasi (IM) en RFA. Sur ordre du MfS, sa femme (elle aussi agent de la Stasi) et lui prennent une carte du SPD, parti politique ouest-allemand. Au fil du temps, Guillaume grimpe les échelons du parti, de chef de bureau à responsable de région, et y montre son talent d'organisateur. Grâce à l'élection du chancelier Willy Brandt, il arrive début 1970 au sein de la Chancellerie de l'Allemagne fédérale, qui cherche à remplacer son personnel par des partisans fidèles. Il est vite nommé conseiller, très proche du chancelier.

C'est alors que Markus Wolf et son adjoint Werner Grossmann se sont trouvés face à un dilemme. Utiliser cet agent ou bien le laisser inactif ? Au risque qu'il soit découvert par la RFA, dégradant les relations avec elle et voir se fâcher l'URSS. Car le KGB aimait maîtriser ses pays satellites. Ils prirent la décision de l'exploiter avec la plus grande prudence pour ne pas le mettre en danger. Les relations furent espacées. Même quand la Stasi a appris que Christel, l'épouse de Guillaume, était suivie par la DST lors d'un déplacement à Paris, il n'a pas été avisé.

Mais depuis 1973, le contre-espionnage ouest-allemand avait des doutes sur la fiabilité de Guillaume  : le MfS envoyait des télégrammes en code pour souhaiter à ses agents un bon anniversaire. C'est en déchiffrant un de ces télégrammes que les pisteurs ouest-allemands parvinrent à l'identifier. Mais cette preuve était mince. Le 24 avril 1974, l'espion est-allemand fut quand même arrêté à son domicile avec son épouse. Il déclara être officier du MfS, et demanda à être traité avec les honneurs dus à son rang. Une perquisition trouva que des informations, des photos et des films compromettants avaient été collectés, tirés et tournés par Günter Guillaume. Cette documentation mettait le chancelier allemand à la merci d'un chantage. Le scandale fut tel que le chancelier donna sa démission peu après. Le couple Guillaume fut condamné.

Après la chute du Mur[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Archives de la Stasi.

Musée dans les anciens locaux[modifier | modifier le code]

Le secrétariat
Appareil photo espion minuscule utilisé par la Stasi. L'appareil photo était caché dans les vêtements. Il se trouve au Musée Stasi.

L'association ASTAK (Antistalinistische Aktion Berlin-Normannenstraße), fondée par d'anciens comités de citoyens de la RDA, a transformé les anciens quartiers généraux de la Stasi en musée, sur deux étages.

Le rez-de-chaussée a été conservé tel qu'il était, avec les nombreuses statues et drapeaux qui le décoraient. Au premier étage, les visiteurs peuvent découvrir le bureau de Mielke, celui du colonel Heinz Volpert et du général de division Hans Carlsohn, le secrétariat, la salle de conférence et sa carte géante de l'Allemagne, la cafétéria, la cuisine, un vestiaire et le salon des chauffeurs et gardes du corps. Entre ces deux étages sont exposés des symboles de la Stasi et des objets de surveillance utilisés par les agents officiels pour traquer les citoyens : tissus imprégnés de la transpiration d'une personne interrogée, vêtements, caméras miniatures cachées dans des paquets de cigarettes ou des cravates, armes... Une exposition photographique retrace l'histoire du Ministère, de sa création à la chute du mur de Berlin.

Par plaisanterie, les Est-Allemands avaient donné comme devise à cette institution : « Si tu ne viens pas à nous, nous irons à toi ».

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le film La Vie des autres décrit une opération de la Stasi contre un groupe d'écrivains, opération qui échoue suite aux scrupules de l'agent principal. Après la chute de la RDA, le chef du groupe dissident vient consulter son dossier, comme il en a désormais le droit, et apprend à quoi il a échappé. Le dossier fait plusieurs volumes, preuve de la minutie de la Stasi.

Le Français Jacques Kaufmann[7] a publié plusieurs fictions dont les personnages principaux sont d'anciens agents de la Stasi, notamment Vengeance à l'Est et Otages des Andes.

L'Islandais Arnaldur Indriðason a également écrit un livre dont les personnages principaux sont reliés à la Stasi : L'Homme du lac (en).

Gérard Guégan, Markus Wolf avait une sœur, je l'ai aimée, roman, Paris, Grasset, 1997 ISBN 2-246-55651-1.

Dany Kuchel a écrit, en novembre 2011, un roman-documentaire sur la Stasi Le Glaive et le Bouclier, sur l'activité des agents clandestins de la Stasi, en Europe de l'Ouest, notamment en France.

Le film D'une vie à l'autre, sorti en 2014 et réalisé par Georg Maas, traite de la présence de la Stasi en Norvège, ainsi que son implication dans l'embauche de jeunes enfants issus d'orphelinats (Lebensborn) et qui deviendront espions pour la Stasi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Grieder, The East German leadership, 1946-73: conflict and crisis, Manchester University Press,‎ 1999 (ISBN 0719054982, lire en ligne), p. 53-85
  2. Koehler 2000, p. 74
  3. Koehler 2000
  4. Officiellement « chef de l'Office de sécurité nationale ».
  5. Vincent Fertey, « Les permis de tuer de la Stasi mis au grand jour », le Figaro,‎ 14 octobre 2007
  6. Patrick Saint-Paul, « La Stasi hantent toujours ses victimes », le Figaro,‎ 9 novembre 2009
  7. (en) Notice bibliographique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John O. Koehler, Stasi: the untold story of the East German secret police, Westview Press,‎ 2000 (ISBN 0813337445)
  • Sonia Combe, Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Albin Michel, 1999.
  • Yacine le Forestier et Luc Rosenzweig, L'Empire des mouchards, les dossiers de la Stasi, Ed. Jacques Bertoin 1992
  • Markus Wolf, L'Œil de Berlin, Balland
  • Pour l'amour du peuple. Un officier de la Stasi parle, Albin Michel, 1999.
  • Anna Funder, Stasiland, éditions Héloïse d’Ormesson
  • (de) Jens Gieseke, Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi, 1946-1990"", DVA, Stuttgart, 2001.
  • Sonia Combe, « Figures de l'officier traitant à travers les archives de la Stasi », Cultures & Conflits n° 53, janvier 2004, p. 99-112 [lire en ligne]
  • Sandrine Kott, « Comment la Stasi a mis la RDA sous surveillance », L’Histoire, 317, février 2007, p.68-73
  • Deux anciens de la Stasi au Berliner Zeitung', Pierre Bocev, Le Figaro économie, n°19807, 5 - 6 avril 2008, p 28
  • Dany Kuchel, auteur du roman "Le Glaive et le Bouclier", une histoire de la Stasi en France, publié novembre 2011

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]