Magdalena Kopp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Magdalena Cecilina Kopp, née à Neu-Ulm, en Allemagne, en 1948, est une ancienne terroriste d'extrême gauche qui a été photographe et membre fondatrice des Cellules révolutionnaires.

Carrière terroriste[modifier | modifier le code]

En 1973, Magdalena Kopp est amoureuse de Johannes Weinrich, un autre membre fondateur des cellules. Magdalena s'installe en France et rejoint la cellule Boudia dirigé par Ilich Ramirez Sanchez, dit « Carlos », qui devient son amant. Le 16 février 1982, à Paris, elle est arrêtée par la police française avec le terroriste Bruno Breguet dit « Luca » : ce dernier tente d'ouvrir le feu sur un policier qui demande les papiers de leur Peugeot, mal garée sur l'avenue George-V. Luca tente d'actionner son arme mais omet de retirer la sécurité. Magdalena Kopp est capturée un pâté de maisons plus loin alors qu'elle essaie de fuir. Dans le véhicule sont saisis deux bouteilles de gaz, cinq kilos de penthrite, un explosif destiné à l'usage exclusif de la marine française, et des schémas détaillés de divers endroits. La police détermine qu'ils projetaient une attaque contre le bureau de Al Watan Al Arabi et saisit plusieurs faux passeports.

Incarcération[modifier | modifier le code]

Le 24 mai 1982, Kopp est condamnée à quatre ans de prison. Boudia lance plusieurs attaques terroristes visant à obtenir la libération de Kopp et Bréguet. Magdalena est libérée le 4 mai 1985 suite à une remise de peine pour bonne conduite et est expulsée vers la République fédérale d'Allemagne, où elle est détenue et interrogée de nouveau, cette fois par la police allemande. Par la suite, elle est remise en liberté et moins d'un mois plus tard, elle s'installe à Damas, en Syrie, où elle retrouve Carlos, qu'elle épouse la même année.

Vie postérieure[modifier | modifier le code]

Le 17 août 1986, elle donne naissance à sa deuxième fille, Elba Rosa Ramirez Kopp. En 1990, comme la Syrie est alliée aux États-Unis dans la guerre du Golfe, la famille est priée de quitter le pays. Ils passent en Libye où l'on rejette leur visa de séjour et ils doivent retourner brièvement en Syrie. Kopp et Carlos décident de se séparer : elle se rend au Venezuela avec sa fille, il se rend au Soudan avec un passeport diplomatique. Elle s'installe quelques mois à Valencia (Venezuela) ), jusqu'à ce que la presse vénézuélienne fasse de nombreuses références à sa personne et son passé. Kopp prend des mesures pour retourner en Allemagne et constate que le gouvernement ne fait plus peser de charges contre elle. Elle revient donc en Allemagne avec sa fille et se retire de la vie politique.

En 2007 elle publie ses mémoires intitulées Les années de terreur, ma vie avec Carlos. Elle vit actuellement avec sa fille dans sa ville natale de Neu-Ulm, en Allemagne.