Léo Delibes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delibes.

Léo Delibes

Description de l'image  Leo Delibes 1888 BNF Gallica.jpg.
Nom de naissance Clément Philibert Léo Delibes
Naissance
La Flèche, Drapeau de la France France
Décès (à 54 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur

Clément Philibert Léo Delibes, connu comme Léo Delibes, est un compositeur français né à Saint-Germain-du-Val (aujourd’hui agglomération de La Flèche / Sarthe) le et mort à Paris Ier le au 220, rue de Rivoli.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léo Delibes est le fils d'un père postier — mort prématurément — et d'une mère musicienne amateur talentueuse. Il réside chez sa belle-mère Mademoiselle Denain à Clichy dans les Hauts-de-Seine. Il étudia au Conservatoire de Paris avec Adolphe Adam et obtint un premier prix de solfège en 1850. En 1866, lors de la création du ballet La Source, composé en collaboration avec un spécialiste du genre, Léon Minkus, les pages écrites par Delibes attirèrent l'attention des musiciens et des ballettomanes. Plus tard, on confia à Léo Delibes seul, la composition d'un nouveau ballet, Coppélia, ou la fille aux yeux d'émail. Créé à l’Opéra de Paris en 1870, ce fut un triomphe. Basé sur une histoire de l’écrivain allemand Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, il conte la destinée du vieux Dr Coppelius et de sa poupée Coppélia. En 1874, il mit en musique un texte posthume d'Alfred de Musset intitulé Nous venions de voir le taureau, sous le nom Les Filles de Cadix. En 1876, il publia Sylvia ou la Nymphe de Diane, ballet dont l’action se déroule en Grèce. Grand amateur de danse, Tchaïkovsky admirait ces deux ballets. En 1882, Delibes écrivit un pastiche d’airs et de danses anciens pour Le Roi s’amuse de Victor Hugo, qui avait fourni plus tôt le sujet du Rigoletto de Verdi.

Son célèbre opéra Lakmé, qui narre l’amour impossible d’un officier britannique et de la fille d’un prêtre de Brahma dans l’Inde du XIXe siècle, confirma sa gloire. La Scène et légende de la fille du paria, dit Air des clochettes est un morceau de bravoure pour les sopranos coloratures. Son duo Lakmé/Gérald D’où viens-tu ? Que veux-tu ? est également fameux, ainsi que le Duo des fleurs de l'acte I entre Lakmé et sa servante Mallika. En 1884, Delibes est élu membre de l’Académie des beaux-arts.

Delibes reste dans les mémoires comme un maître de la tradition musicale française, légère et mélodieuse, comme il le proclamait lui-même : « Pour ma part, je suis reconnaissant à Wagner des émotions très vives qu’il m’a fait ressentir, des enthousiasmes qu’il a soulevés en moi. Mais si, comme auditeur, j’ai voué au maître allemand une profonde admiration, je me refuse, comme producteur, à l’imiter. »

Il mourut en laissant un opéra inachevé, Kassya, qui sera orchestré par Jules Massenet.

En 1957, l'une de ses mélodies, Les Filles de Cadix, sous le nom The Maids of Cadiz, fut interprétée par Miles Davis et orchestrée par Gil Evans pour l'album Miles Ahead.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des œuvres de Léo Delibes.
Fichier audio
Bonjour, Suzon (info)
Interprété (en anglais) par Ernestine Schumann-Heink (1913)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
La Source (1866), avec Léon Minkus
Coppélia ou La Fille aux yeux d'émail (1870)
Sylvia ou la Nymphe de Diane (1876)
Monsieur de Bonne-Étoile (1860)
La Cour du roi Pétaud (1869)
Le Roi l’a dit (1873)
Jean de Nivelle (1880)
Lakmé (1883)
Kassya (1893, posthume)
Deux sous de charbon (1856)
Deux vieilles gardes (1859)
L'Omelette à la Follembuche (1859)
Le Serpent à plumes (1864)
L'Écossais de Chatou (1869)
Les Filles de Cadix
Églogue
Bonjour, Suzon !

Pour découvrir Delibes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les Trois Ballets – Coppelia, Sylvia & La Source par l'Orchestre du Royal Opera House Covent Garden (La Source / 1987), le National Philharmonic Orchestra (Coppélia / 1984) et le New Philharmonia Orchestra (Sylvia / 1972), dirigés par Richard Bonynge (coffret DECCA 460 418-2).
  • Coppélia, intégrale, par le Minneapolis Symphony Orchestra dirigé par Antal Dorati (1957) et Sylvia, intégrale, par le London Symphony Orchestra dirigé par Anatole Fistoulari (1958 / coffret MERCURY 434 313-2).
  • Coppélia, suite d'orchestre et Sylvia suite d'orchestre, par l'Orchestre Symphonique de Boston dirigé par Pierre Monteux (1953)(1 CD BMG RCA VICTOR 09026 619752), couplé avec le ballet de Faust de Charles Gounod.
  • Coppélia, suite d'orchestre et Sylvia suite d'orchestre, par l'Orchestre du Théâtre national de l'Opéra de Paris dirigé par Jean-Baptiste Mari (1977) (coffret 2 CD EMI 767 2082).
  • Coppélia, suite d'orchestre, par l'Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan (1961) (1 CD DG 459 216-2), couplé avec La Gaîté Parisienne d'Offenbach/Rosenthal et Les Sylphides de Chopin/Douglas.
  • Le Roi s'amuse, six airs de danse dans le style ancien, par le Royal Philharmonic Orchestra dirigé par Sir Thomas Beecham (1958)(1 CD EMI 7 633 792), couplé avec Bizet (Carmen, suite nº 1), Fauré (Pavane & Dolly), Debussy (Prélude à l'après-midi d'un faune), Saint-Saëns (Le Rouet d'Omphale).
  • Messe Brève pour voix de femmes et orgue, par Michel Chapuis (orgue), le Chœur régional de Bourgogne dirigé par Roger Toulet (1989) (1 CD EURO MUSES 2003), couplé avec Charles Gounod (Les 7 Paroles de notre seigneur Jésus-Christ sur la croix), Dominique Berger (Creator Alme Siderum) et Jules Blanc (La Procession de la fête d'un village surprise par un orage).
  • Le Roi l'a dit, opéra-comique en trois actes de 1873 (a) — L'Omelette à la follembuche, opéra-bouffe en un acte, (b) — Le Serpent à plumes, opéra bouffe en un acte, (c) — ouvrages enregistrés en 1958 (a), 1973 (b), 1977 (c) par J.Micheau, M.Sénéchal, A.Martineau, L.Dachary, C.Jacquin, J.Mollien, C.Harbell, M.Stiot, J.Peyron... solistes, chœurs et orchestre Lyrique de l'ORTF dirigés par A. Girard (1958 / Le Roi l'a dit) et J. Brebion (1973 / les 2 opéras-bouffe)(coffret 2 CD MUSIDISC Gaîté Lyrique, 202 392).
  • Lakmé, opéra de 1883 = 4 principales versions intégrales :

1  Mado Robin, Lucio de Luca, Jean Borthayre... solistes, chœurs et orchestre de l'Opéra-Comique de Paris, dirigés par Georges Sébastian (1952) (coffret 2 CD NAXOS Historical 8.111235-36).

2  Joan Sutherland, Alain Vanzo, Gabriel Bacquier... solistes, chœurs et orchestre national de l'Opéra de Monte-Carlo, dirigés par Richard Bonynge (1967) (coffret 2 CD DECCA 455 835-2).

3  Mady Mesplé, Charles Burles, Roger Soyer... solistes, chœurs et orchestre de l'Opéra-Comique de Paris, dirigés par Alain lombard (1970) (coffret 2 CD EMI 7494302).

4  Natalie Dessay, Gregory Kunde, José Van Dam... solistes, chœurs et orchestre du Capitole de Toulouse, dirigés par Michel Plasson (1997) (coffret 2 CD EMI 7243 5 56569 26).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]