Heinrich von Kleist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Von Kleist.

Heinrich von Kleist

Description de l'image  Kleist, Heinrich von.jpg.
Activités poète, dramaturge, officier
Naissance
Francfort-sur-l'Oder
Décès (à 34 ans)
Berlin, Wannsee
Langue d'écriture allemande
Mouvement Romantisme
Genres Poésie et théâtre

Œuvres principales

Le Prince de Hombourg
La Bataille d'Arminius
La Marquise d'O...

Signature

Signature de Heinrich von Kleist

Heinrich von Kleist, de son nom complet Bernd Heinrich Wilhelm von Kleist, (Francfort-sur-l'Oder le Berlin, Wannsee, le ) est un écrivain allemand, poète, dramaturge et essayiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque apposée sur la maison natale de Kleist, à Francfort-sur-l'Oder.

Issu d'une famille noble de militaires, fils de Joachim Friedrich von Kleist et de sa seconde épouse Juliane Ulrike von Pannwitz, il est confié à un précepteur à Francfort-sur-l'Oder et étudie avec son cousin, Charles von Pannwitz. En 1788, alors qu'il n'a que onze ans, son père, capitaine au régiment de Léopold von Braunschweig à Francfort, décède, laissant sa femme et ses enfants dans une situation financière difficile. Une demande de pension ayant été rejetée, de même qu'une requête pour intégrer Heinrich dans l'académie militaire de Prusse, ce dernier étudie à l'école de la communauté réformée française de Berlin, avant d'entrer en 1792 dans l'armée prussienne comme caporal[1] au régiment de la Garde de Potsdam. Il participe au Siège de Mayence (1793) et au Blocus de Mayence. Le , il perd sa mère.

En 1799, il démissionne de l'armée et s'inscrit à l'université de Francfort: il y étudie les mathématiques et les sciences naturelles. En 1800, il se fiance avec Wilhelmine von Zenge. Refusant de réintégrer l'armée, il travaille comme fonctionnaire à Berlin. En 1801, il lit Kant, ce qui le plonge dans une profonde dépression.

Après un voyage en France avec sa demi-sœur, Ulrike, de 3 ans son aîné, il s'installe à Thun près de Berne où il termine sa première pièce, La Famille Schroffenstein. En 1802 il se brouille avec sa fiancée Wilhelmine et tombe malade. Un médecin lui diagnostique une « mélancolie morbide ». Sa sœur le ramène à Weimar. La Famille Schroffenstein est publiée anonymement l'année suivante. Cette année 1803 est synonyme de voyages: Leipzig, Dresde, Berne (en juillet), Milan, Genève, Paris (à la mi-octobre). En octobre, après avoir brûlé le manuscrit de Robert Guiscard, il quitte secrètement la capitale française et part, à pied et sans passeport, jusqu'au camp de Boulogne, afin de s'engager dans l'armée française, qui prépare l'invasion de l'Angleterre, et y mourir. Tandis qu'à Paris, son ami Ernst von Pfuel recherche son cadavre à la morgue, le croyant mort, il arrive à Saint-Omer le 23 octobre. Après un premier échec il retourne à Paris, avant de faire une nouvelle tentative le 18 novembre. Puis, renonçant à ses projets, il obtient un passeport auprès de l'ambassade de Prusse et retourne en Allemagne. Tombé malade peu après, il s'arrête à Mayence où il demeure alité six mois et termine Robert Guiscard. Il est soigné par Georg Wedekind, médecin jacobin, qui tente de lui obtenir une place dans l'administration française de Coblence, mais il repart vers Berlin où il arrive au début de l'été 1804, après une visite à Ludwig Wieland, fils de Christoph Martin Wieland, à Weimar et un passage par Francfort-sur-l'Oder et Potsdam[1].

Lettre de suicide de Kleist.

À l'automne suivant, ses amis lui obtiennent une place d'apprenti à l'administration des Domaines à Kœnigsberg, où il arrive en , revoit ses premières compositions et écrit Michael Kohlhaas, la Marquise d'O et Amphitryon d'après Molière[1].

En , il demande un rallongement de six mois de ses études. Toutefois, en juin, renonçant définitivement à une carrière de fonctionnaire, il demande à quitter le service, prétextant des problèmes de santé[1]. Il termine la pièce La Cruche cassée.

En , voulant se rendre à Dresde, il est à nouveau soupçonné d'espionnage par l'état-major français à Berlin, qui lui a refusé un laissez-passer. À cette époque, Napoléon Ier, fraîchement couronné empereur des Français le , et successivement vainqueur à Ulm et à Austerlitz en 1805, puis à Iéna et Auerstadt en 1806, est entré en vainqueur à Berlin (), où il a décrété le blocus continental. Kleist, arrêté avec ses amis Karl Franz von Gauvain et Christoph Adalbert von Ehrenberg par les Français, est envoyé comme prisonnier de guerre en France, où il est incarcéré au fort de Joux du 5 mars au , puis transféré à Châlons-sur-Marne, avant d'être libéré le 13 juillet, après la paix de Tilsit[1].

La tombe de Kleist avec un vers tiré de sa pièce Le Prince de Hombourg

Sa pièce Amphitryon est publiée à Dresde par Adam Müller, avec lequel il se lie d'amitié et qui est à la tête d'un groupe littéraire actif (avec Körner von Bual, Tieck, Sophie von Haza…). Installé à Dresde le [1], Kleist publie sa nouvelle Tremblement de terre au Chili, finit Penthésilée et La Petite Catherine de Heilbronn.

En 1808, paraît le premier numéro de la revue littéraire Phœbus, fondée avec Adam Müller. Kleist propose à Goethe d'y collaborer, mais celui-ci refuse, critiquant sévèrement Kleist. Phœbus ne dure qu'un an. La même année paraît La Marquise d'O..., tandis qu'est représentée pour la première fois La Cruche Cassée. Un fragment de Michael Kohlhaas voit le jour, ainsi que La Bataille d'Hermann, pièce qui sera interdite de représentation en 1809 et qui sera publiée seulement dix ans après la mort de l'auteur.

En 1810, Kleist est animé par l'espoir d'une coalition entre la Prusse et l'Autriche, contre Napoléon. Il décide d'écrire un drame en honneur de la famille Hohenzollern: Le Prince de Hombourg, inspiré des Mémoires pour servir à l'histoire de la maison de Brandebourg de Frédéric II. La même année, Kleist lance sa deuxième revue littéraire : des journaux destinés à être publiés cinq fois par semaine, les Abendblätter, aux contenus fort patriotiques. En novembre, il rencontre une femme mariée, par ailleurs musicienne, Henriette Vogel, avec qui il échange une correspondance amoureuse.

En 1811, sont publiés La Cruche cassée et sa nouvelle, Les Fiancés de Saint-Domingue. Les Abendblätter s'arrêtent. Kleist demande et obtient sa réintégration dans l'armée. Il adresse à Henriette les Litanies de la Mort. Ils se donnent rendez-vous à Wannsee, près de Potsdam, où ils se donnent la mort ; Kleist tue Henriette, atteinte d'un cancer, puis retourne l'arme contre lui.

On peut lire sur sa tombe un vers tiré du Prince de Hombourg : « Nun, o Unsterblichkeit, bist du ganz mein » (Maintenant, ô immortalité, tu es toute à moi !)

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Histoires (Erzählungen), 2 tomes, 1810-1811:
    • Le Tremblement de terre au Chili (Das Erdbeben in Chili), paru dans le Morgenblatt à Suttgart en  ;
    • La Marquise d'O... (Die Marquise von O...), paru dans Phœbus en (traduit par Armel Guerne, Phébus, 1976 ; adapté au cinéma par Éric Rohmer en 1976) ;
    • Michael Kohlhaas, 1810 (traduit par Armel Guerne, Phébus, 1983) ;
    • Les Fiançailles à Saint-Domingue (Die Verlobung in St. domingo), 1808 ;
    • La Mendiante de Locarno (Das Bettelweib von Locarno), 1810 ;
    • L'enfant trouvé (Der Findling), 1811 ;
    • Sainte Cécile ou la puissance de la musique (Die heilige Cäcilie oder die Gewalt der Musik), 1810 ;
    • Le Duel (Der Zweikampf), 1811.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Œuvres théoriques[modifier | modifier le code]

  • Essai sur le bonheur (Aufsatz, den sichern Weg des Glücks zu finden), écrit probablement en 1799 ;
  • Essai sur l'élaboration progressive des idées pendant le discours (Über die allmähliche Verfertigung der Gedanken beim Reden), écrit vers 1805-1806 ;
  • Considérations sur le cours du monde (Betrachtungen uber den Weltlauf), paru dans les Berliner Abendblätter le  ;
  • Paradoxe de la réflexion (Von der Überlegung. (Eine Paradoxe)), paru dans les Berliner Abendblätter le  ;
  • Essai sur le théâtre des marionnettes (Uber das Marionettentheater), 1810 ;
  • Lettre d'un jeune poète à un jeune peintre (Brief eines jungen Dichters an einen jungen Maler), 1810 ;
  • Lettre d'un poète à un autre poète (Brief eines Dichters an einen anderen), 1811.

Thématiques kleistiennes[modifier | modifier le code]

  • Sa Correspondance complète 1793 - 1811.

Le journal que tenait Kleist et qu'il appelait Histoire de mon âme ayant disparu sans doute à jamais, c'est dans sa Correspondance qu'il faut aller chercher ce que cet homme qui se disait « inexprimable » a pu tenter de livrer directement de lui-même. Kleist, en qui chacun reconnaît aujourd'hui le « vrai poète tragique de l'Allemagne », resta tout à fait incompris de ses contemporains. Rejeté par Goethe avec la brutalité meurtrière que l'on sait, alors que Kleist lui soumettait sa Penthésilée dans les termes d'une humilité devenue fameuse (« je mets mon cœur à genoux devant vous  » - lettre du ), il ne fut jamais accepté par les Romantiques eux-mêmes qu'avec réticence, gêne ou embarras. Il faudra attendre Nietzsche pour que la « singularité » encombrante de Kleist soit reconnue pour ce qu'elle est : la sublime « impossibilité de vivre » une existence privée d'absolu. Et Nietzsche cite la lettre, devenue fameuse elle aussi, où Kleist dit comment la lecture de Kant l'a réduit au désespoir, lui retirant tout but, une existence condamnée au relatif devenant l'« incurable » même[2].

  • De l'élaboration progressive des idées par la parole.

« Si tu veux savoir quelque chose et ne peux le trouver par la méditation, je te conseille (...) d'en parler avec la première personne de ta connaissance que tu rencontreras ». Voilà les premiers mots de cet essai, qui soutient une idée peu commune. Kleist y énonce que, comme l'appétit vient en mangeant, les idées viennent en parlant. Que l'on ne conçoit donc pas ces idées d'abord, pour les exprimer ensuite, mais que les idées se conçoivent au fur et à mesure que l'on parle.

  • Sur le théâtre de marionnettes.

Cet essai aborde la question de la grâce au théâtre. Le poète converse avec un premier danseur de l'opéra, qui place les marionnettes au-dessus de l'homme. Il prétend qu'un danseur qui veut se perfectionner peut beaucoup apprendre d'elles. Car elles ont un avantage : l'absence de sentiments, d'affectation. L'homme, au contraire, est un être conscient et est le plus souvent à la recherche de l'effet à produire. Or voilà ce qui empêche la grâce d'advenir. La grâce apparaît si le danseur est inconscient de la beauté du geste effectué. L'homme, qui possède la connaissance et l'affectation, est plus lourd que la marionnette, innocente, spontanée. Elles ne connaissent rien de l'inertie de la matière : elles effleurent seulement le sol. Leur état d'innocence les place entre la conscience infinie d'un dieu et la spontanéité d'un animal. L'artiste qui veut convoquer la grâce dans son art devra travailler à se rapprocher de ces deux extrémités : conscience infinie ou inconscience animale.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • Penthésilée
    • Mise en scène d'André Engel, Théâtre National de Strasbourg, 1980-1981
    • Mise en scène de Pierre Romans, Festival d'Avignon, Théâtre Nanterre-Amandiers, 1987-1988.
    • Mise en scène de Julie Brochen, Théâtre de l'Odéon, Paris, 1998.
    • Michèle Jung www.kleist.fr. Das Paradies ist verriegelt…. Intro du livret de l'Opéra en un acte de René Koering. Scènes de Chasse, d'après Penthesilea. Créé à l'Opéra Berlioz en 2008.
  • La Marquise d'O
    • Mise en scène de Lukas Hemleb, Maison de la culture d'Amiens, 2006.
    • Mise en scène et adaptation de Nikson Pitaqaj, Compagnie Libre d'Esprit, Théâtre de l'Epée de Bois, Cartoucherie, 2010.
  • Amphitryon

Belgique[modifier | modifier le code]

À l'affiche : Kohlhaas, par le Théâtre Agora, de Saint-Vith, 2012, inspiré de Michael Kohlhaas, le marchand de chevaux, également en version allemande : Heute : Kohlhaas.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

(liste partielle)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Bernd Fischer, A companion to the works of Heinrich von Kleist, Boydell & Brewer, 2003, 258 pages, introduction, p. 2-5 (ISBN 1571131779).
  2. Friedrich Nietzsche, IIIe Considération inactuelle (« Schopenhauer éducateur »), Gallimard, 1990, « Folio essais », p. 30-34.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stefan Zweig lui a consacré une biographie particulièrement psychologique dans l'ouvrage intitulé Le combat avec le démon paru en allemand en 1925.
En français
  • Roger Ayrault:
    • La Légende de Heinrich von Kleist: un poète devant la critique, Librairie Nizet & Bastard, 1934.
    • Heinrich von Kleist, Aubier-Montaigne, 1966.
  • Claude Gaudin, La Marionnette et son théâtre : le théâtre de Kleist et sa postérité, Presses universitaires de Rennes, 2007.
  • Jean-Paul Goux, La Voix sans repos, Éditions du Rocher, Monaco, 2003.
  • Jean Grosjean, Kleist, Gallimard, 1985.
  • Friedrich Gundolf, Heinrich von Kleist, éditions du Félin, 2011.
  • Michèle Jung http://www.kleist.fr/category/lire-kleist/recherche/ La perversion dans l'écriture de Heinrich von Kleist. Éditions Septentrion (ANRT 27734), 1996, ISBN 2-284-01044-X
  • Michèle Jung, Lire Kleist aujourd'hui, Climats, 1997.
  • Joachim Maass, Heinrich von Kleist : histoire de sa vie (traduction de l'allemand par Jean Ruffet), Payot, 1989.
  • Pierre Mari, Kleist, un jour d'orgueil, Perspectives critiques, PUF, 2003.
  • Alain Muzelle, L'Écriture de Kleist comme élaboration progressive du discours : une étude stylistique des nouvelles, Lang, 1991.
  • Marthe Robert :
    • Heinrich von Kleist: dramaturge, L'Arche, 1955.
    • Un homme inexprimable: essai sur l'œuvre de Heinrich von Kleist, L'Arche, 1981.
  • Joël Schmidt, Heinrich von Kleist : biographie, Éditions Julliard, 1995.
En allemand
  • Suzan Bacher & Wolfgang Pütz, Heinrich von Kleist: Die Marquise von O./Das Erdbeben in Chili. Lektürehilfen inklusive Abitur-Fragen mit Lösungen, Klett Lerntraining, Stuttgart, 2009, 144 pages (ISBN 978-3-12-923055-8)
  • Otto Brahm, Heinrich von Kleist, Allgemeiner Verein für Deutsche Literatur, 1884.
  • Michèle Jung vvv.kleist.fr. La perversion dans l'écriture de Heinrich von Kleist. In : Beiträge zur Kleist-Forschung, Kleist-Museum Frankfurt (Oder), 1998. ISBN 3-9805717-7-7
  • Michèle Jung www.kleist.fr. Das Käthchen von Heibronn und die Feuerprobe. Jean Anouilh Inszenierung von 1966. In : Heilbronner Kleist Blätter nº 12, Herausgegeben vom Kleist-Archiv Semdner, Dez. 2002.
  • Michèle Jung, Die Familie Schroffenstein. Ein Beitrag zur Inszenierung des Stückes. Psychoanalyse und Theater, in : Beiträge zur Kleist-Forschung, Kleist-Museum Frankfurt (Oder), 21. Jahrgang, 2007/2008, Verlag Königshausen&Neumann (Würzburg). ISBN 978-3-8260-4207-2
  • Joachim Maass, Kleist: die Geschichte seines Lebens, Scherz, 1977.
  • Georg Minde-Pouet, Heinrich von Kleist, seine Sprache und sein Stil, 1897.
  • Heinz Ohff, Heinrich von Kleist: Ein preussisches Schicksal, Piper Verlag, Munich, 2004.
  • Wolfgang Pütz: Heinrich von Kleist: 'Texte und Materialien' (Themenhefte Zentralabitur). Klett, Stuttgart 2009. 80 S. ISBN 978-3-12-347494-1
  • Franz Servaes, Heinrich von Kleist, 1902.
  • Reinhold Steig, Heinrich von Kleist's Berliner Kämpfe, Berlin & Stuttgart 1901.
En anglais
  • Carol Jacobs, Uncontainable romanticism : Shelley, Brontë, Kleist, 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]