Henri Rabaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Rabaud

Description de cette image, également commentée ci-après

Henri Rabaud vers 1919.

Nom de naissance Henri Benjamin Rabaud
Naissance 10 novembre 1873
Paris, Drapeau de la France France
Décès 11 septembre 1949 (à 75 ans)
Neuilly-sur-Seine, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Style Musique classique
Activités annexes Chef d'orchestre, directeur de conservatoire
Lieux d'activité Paris, Boston
Années d'activité 1894–1948
Collaborations Orchestre symphonique de Boston, Orchestre Pasdeloup
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Antoine Taudou, André Gedalge, Jules Massenet
Enseignement Conservatoire de Paris
Récompenses Grand prix de Rome
Distinctions honorifiques Membre de l'Académie des beaux-arts, chevalier de la légion d'honneur, décoré de l'ordre de Léopold.

Œuvres principales

Henri Rabaud né à Paris (8e arrondissement) le 10 novembre 1873[1] et mort à Neuilly-sur-Seine le 11 septembre 1949, est un compositeur et chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Henri Benjamin Rabaud naît dans une famille d'artistes : son grand-père maternel, Vincent-Joseph van Steenkiste (1813-1896), plus connu sous le nom de Louis Dorus[2], est flûtiste solo à l'Opéra de Paris et professeur au Conservatoire. Son père, Hippolyte-François Rabaud est violoncelle solo de la Société des concerts du Conservatoire et professeur au Conservatoire de Paris. Sa mère, cantatrice, aurait été pressentie par Charles Gounod pour créer le rôle de Marguerite dans Faust[réf. nécessaire], attribué finalement à Caroline Miolan-Carvalho. Sa grand-tante, Julie Dorus-Gras (1805-1896), est une cantatrice célèbre qui s'était illustrée dans les opéras de Giacomo Meyerbeer (elle créa le rôle d'Alice dans Robert le Diable), Gioachino Rossini et Jacques Fromental Halévy.

Formation[modifier | modifier le code]

Il poursuit ses études au lycée Condorcet, dans la même classe que Proust, et reçoit une éducation musicale complète. Lorsqu'il rentre au Conservatoire de Paris, en 1891[3], il a déjà composé des Romances sans paroles (1890) pour violoncelle et piano ainsi qu'une Symphonie en ré mineur (1893), son opus 1, qui sera créée aux concerts d'Harcourt. Il a comme professeurs Antoine Taudou pour l'harmonie, André Gedalge et Jules Massenet pour la fugue et le contrepoint. Son condisciple Max d'Ollone témoigne que « ce grand jeune homme de 19 ans, maigre et barbu, [...] aux allures sérieuses et distantes, d'une culture littéraire et philosophique très étendue, dont l'indépendance d'esprit et la volonté tenace se lisaient sur son grave visage, en imposait presque à l'auteur de Manon[4]. » Rabaud trouvait surtout l'enseignement de Massenet superficiel et a plus gagné de ses études personnelles des maîtres classiques viennois[5].

Maturité[modifier | modifier le code]

Pensionnaire de la villa Médicis, il obtient le Prix de Rome en 1894 à sa première tentative avec sa cantate Daphné (texte de Charles Raffalli). Le compositeur s'ouvre à la nouvelle musique[5] et découvre Verdi, Mascagni et Puccini. L'œuvre est suivie d'une Symphonie en mi mineur (1896), créée plus tard par les concerts Colonne et d'un oratorio, Job (1897), qui est influencé par Franck et Wagner après avoir été réticent envers eux[3]. Job porte la marque du mysticisme du premier et de Parsifal du second[3], même si elle est indubitablement française[5]. L'œuvre obtient un vif succès[5]. On lui doit aussi un Quatuor à cordes en sol mineur (1898) qui le rapproche, dit-on, de Felix Mendelssohn[réf. nécessaire], une Églogue inspirée de la première bucolique de Virgile (1899), Deux Divertissements sur des chansons russes (1899), un Psaume IV pour solistes, chœur et orchestre (1901), un Deuxième poème lyrique sur le livre de Job pour baryton solo et orchestre (1905) et un poème symphonique La Procession nocturne (1910), d'après un épisode du Faust de Nikolaus Lenau.

En 1901, il épouse Marguerite Mascart (1878-1935)[6], fille du premier directeur de Supélec puis du Bureau central météorologique, Éleuthère Mascart.

Il étrenne en 1908 avec la musique de scène du drame Le Premier Glaive une collaboration avec Lucien Népoty, qui sera le librettiste de son plus grand succès : l'opéra-comique Mârouf, savetier du Caire, tiré des Contes des mille et une nuits et créé salle Favart le 15 mai 1914 avec le baryton Jean Périer. C'est un triomphe et son œuvre maîtresse[3]. Il composera encore pour le théâtre des musiques de scène pour Antoine et Cléopâtre et Le Marchand de Venise de Shakespeare, adaptation de Lucien Népoty, mis en scène par Firmin Gémier au théâtre Antoine en 1917-1918 et Paul et Virginie, de Népoty (théâtre Sarah-Bernhardt)

Son premier ouvrage lyrique, La Fille de Roland est une « tragédie musicale », d'après Henri de Bornier, créée à l'Opéra-Comique le 16 mars 1904 avec peu de succès[3], puis reprise après-guerre, à l'Opéra Garnier en 1922. Rabaud écrit lui-même le livret de L'Appel de la mer (d'après Riders to the Sea de J. M. Synge) drame musical créé à l'Opéra-Comique le 10 avril 1924 et dont le sujet présente le désespoir d'une mère (rôle créé par Suzanne Balguerie) à qui l'océan a enlevé cinq fils et s'apprête à lui ravir le sixième. Son opéra suivant, Rolande et le Mauvais Garçon, créé le 25 mai 1934 à l'Opéra avec Georges Thill sur un livret de Népoty, n'a pas le même succès. Martine, « scènes lyriques » d'après la pièce de Jean-Jacques Bernard, est créé à Strasbourg le 26 avril 1947. Son ultime opéra-comique composé en 1948, Le Jeu de l'amour et du hasard d'après la pièce éponyme de Marivaux, est créé de façon posthume le 19 novembre 1954 à l'Opéra de Monte-Carlo. Laissé inachevé, la partition est complétée par Max d'Ollone et Henri Busser[3].

Rabaud s'intéresse aussi au cinéma en composant la partition du film muet de Raymond Bernard Le Miracle des loups, premier drame cinématographique à être projeté à l'Opéra en 1924. Il renouvelle l'expérience en 1927 avec Le Joueur d'échecs du même réalisateur, ouvrant une voie nouvelle aux compositeurs.

Après avoir été élu à l'Académie des beaux-arts le 28 décembre 1918, il succède à Gabriel Fauré à la direction du Conservatoire le 1er octobre 1920, poste qu'il occupera jusqu'en 1941, lorsqu'il prend sa retraite. Son attitude durant l'Occupation lui sera reprochée plus tard, notamment pour s'être adressé spontanément, dès le 3 octobre 1940, aux autorités allemandes de Paris (dont ne dépendait pas le Conservatoire) pour leur soumettre le cas des professeurs et élèves juifs de son établissement, quatre jours avant la promulgation des lois sur le statut des Juifs[7].

Chef d'orchestre[modifier | modifier le code]

Sa carrière de chef d'orchestre débutée en 1897 est non moins importante puisqu'après Vienne et Rome, il dirige l'orchestre Lamoureux puis devient à partir de 1908 premier chef de l'Opéra de Paris. Il y dirige entre autres toutes les œuvres de Wagner. De 1918 à 1919, il est à la tête de l'Orchestre symphonique de Boston. En 1938, il effectue un voyage en Amérique latine où il dirige de nombreux concerts[3]. De 1941 à 1946, il assure par intérim le poste de chef d'orchestre des Concerts Pasdeloup, jusqu'au retour d'Albert Wolff[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Daphné, cantate (1894)
  • Job, oratorio pour soli, chœur et orchestre, opus 9 (1900, éd. Enoch & Cie)
  • Le Premier Glaive, musique de scène (1908), pour le drame en 3 actes et en vers de Lucien Népoty (1878-1945). Création à Béziers, au Théâtre des Arènes, le dimanche 30 août 1908.
  • La Procession nocturne, poème symphonique (1910)

Opéra[modifier | modifier le code]

  • La Fille de Roland, tragédie musicale en quatre actes de Paul Ferrier (1843-1920) d'après la pièce de Henri de Bornier (1825-1901) (1904, Choudens éditeur 1931) Création à Paris, salle Favart le 16 mars 1904
  • Mârouf, savetier du Caire, opéra-comique en 5 actes (1914) Création à Paris, salle Favart le 15 mai 1914
  • L’appel de la mer en un acte (1924) livret de Rabaud, d'après John Millington Synge. Création à Paris, salle Favart le 10 avril 1924
  • Le jeu de l'amour et du hasard, opéra-comique en 3 acte d'après Marivaux (1948, inachevé). Création à Monte Carlo le 19 novembre 1954

Orchestration[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Correspondance[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Encyclopédies[modifier | modifier le code]

Liens contextuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 8/1597/1873 (consulté le 10 octobre 2012)
  2. « Dorus » étant un surnom de la famille depuis la fin du XVIIIe siècle, le premier ancêtre s'étant établi à Valenciennes se prénommant Théodorus.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Vignal 2005, p. 827
  4. Landormy 1943, p. 228–231
  5. a, b, c et d Grove 2001
  6. Le 4 juillet 1901 à Paris : « Marguerite Mathilde », sur gw.geneanet.org (consulté le 30 mars 2015)
  7. Jean Gribenski, « L’exclusion des juifs du conservatoire (1940–1942) » dans Myriam Chimènes (Dir.), Josette Alviset, Agnès Callu et Nathalie Dompnier, La Vie musicale sous Vichy (collectif IHTP-CNRS), Bruxelles, Éditions Complexe, coll. « Histoire du temps présent »,‎ 2001, 420 p. (ISBN 2-87027-864-0, OCLC 407379367, notice BnF no FRBNF37684437), p. 146–155.