Thomas Cole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cole.

Thomas Cole

Description de cette image, également commentée ci-après

Thomas Cole

Naissance
Bolton, Lancashire, Royaume-Uni
Décès (à 47 ans)
Catskill, État de New York, États-Unis
Nationalité Américaine
Activités Peintre
Maîtres Autodidacte
Élèves Frederic Edwin Church
Mouvement artistique Hudson River School
Influencé par Romantisme, Joseph Mallord William Turner, John Constable, Claude Lorrain

Œuvres réputées

Le Cours de l’empire
Le Voyage de la vie

Thomas Cole, né le à Bolton et mort le à Catskill, est un artiste américain du XIXe siècle. Il est considéré comme le fondateur de la Hudson River School, école de peinture qui s'épanouit aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les œuvres de Cole et ses amis se caractérisent par leur rendu réaliste et minutieux des paysages américains, notamment des régions sauvages, et témoignent à la fois de l'influence du romantisme et du naturalisme[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Cole naît en Angleterre, à Bolton, dans le Lancashire, en 1801. Il a seize ans et quelques rudiments de dessin acquis auprès d'un artisan lorsqu'en 1818, sa famille émigre vers les États-Unis pour s'installer à Steubenville, dans l'Ohio. C'est là que Cole se forme aux fondamentaux de la peinture auprès d'un artiste itinérant du nom de Stein. Il essaie de gagner sa vie comme portraitiste itinérant, mais sans succès, et se tourne alors vers le paysage. La famille s'installe à Pittsburgh en 1823, mais les affaires de son père se portant mal, Cole gagne Philadelphie en 1824, où il peut dessiner d'après des moulages en plâtre dans l'école des beaux-arts de la ville. En 1825, il rejoint sa famille qui s'est installée à New York.

Carrière[modifier | modifier le code]

Les premiers succès[modifier | modifier le code]

À New York il réussit à vendre cinq tableaux à George W. Bruen, qui l'aide financièrement à effectuer un voyage dans la vallée de l'Hudson. Cole remonte le fleuve Hudson à l'automne 1825, l'année de l'inauguration du canal Érié. Il fait d'abord étape à West Point, puis à Catskill d'où il part explorer la partie orientale des montagnes Catskill, dans l'État de New York, réalisant les premiers paysages de cette région. Les premières mentions de son travail paraissent dans une revue critique du New York Evening Post, le 22 novembre 1825. La même année, il devient l'un des fondateurs de l'Académie américaine de design. À cette époque, Cole, né en Angleterre et habitué aux teintes automnales de son pays natal, où prédominent les bruns et les jaunes, est alors un des rares visiteurs à s'émerveiller des brillantes couleurs de l'automne dans cette région.

Cole rapporte deux vues de Coldspring et une de l'hôtel des monts Catskill (Catskill Mountain House). Il peint également la célèbre chute de Kaaterskill (Les Chutes de Kaaterskill, 1826) et les ruines du fort Putnam[2]. De retour à New York, il expose cinq paysages dans la vitrine du libraire William Coleman. D'après le New York Evening Post, A. Seton se rend acquéreur des deux vues de Coldspring et les prête à l'académie des beaux-arts lors de son exposition annuelle en 1826. Parmi les œuvres exposées figure un paysage intitulé Vue du Fort Ticonderoga depuis Gelyna. Le talent de Cole attire l'attention de John Trumbull, peintre de la Révolution américaine, d'Asher B. Durand et William Dunlap. Trumbull, impressionné par les tableaux du jeune artiste, entre en contact avec lui, lui achète une de ses œuvres et le présente à un grand nombre de ses amis les plus fortunés, parmi lesquels Robert Gilmor de Baltimore et Daniel Wadsworth de Hartford, qui joueront un rôle important comme mécènes de l'artiste.

Toujours en 1826, Cole reçoit commande d'un tableau destiné à la décoration intérieure du bateau à vapeur L'Albany, qui remontait le fleuve Hudson à partir de New York : Cole peint Un paysage avec une scène du Dernier des Mohicans, inspiré du roman éponyme de James Fenimore Cooper[3],[4].

La notoriété[modifier | modifier le code]

Romantic Landscape with Ruined Tower, 1836, Albany Institute of History and Art, Albany (New York)
La Fontaine du Vaucluse, 1841, Dallas Museum of Art, Dallas

En 1827, Cole ouvre un studio dans une ferme à Cedar Grove dans la ville de Catskill. Il exécutera une grande partie de son œuvre dans ce lieu.

En 1828, Cooper lui commande un paysage inspiré de ses romans, « sans les feuilles d’automne » du Paysage avec une scène du Dernier des Mohicans[4] dont il juge l'effet trop voyant[3].

Entre 1829 et 1832, il effectue un premier séjour en Europe, visitant notamment Londres, Paris et l'Italie. À Londres, il est attiré par les œuvres des paysagistes Turner et Constable. À Paris, il découvre les paysages classiques du XVIIe siècle et sera influencé par les œuvres de Claude Lorrain[3].

En 1836, Cole épouse Maria Bartow, une des nièces de son propriétaire, faisant de Catskill son lieu de résidence principal. La jeune femme avait alors 23 ans et lui 35. Cole, qui s'intéressait également à l'architecture à une époque où cette profession était moins règlementée qu'aujourd'hui, participe au concours organisé en 1838 pour la construction du siège de l'exécutif à Columbus. Son projet obtint la troisième place et le monument final est une synthèse entre les projets des trois premiers lauréats.

Le premier fils du couple, Theodore Alexander Cole, est né le 1er janvier de cette même année. L'année suivante naît Mary Bartow Cole, le 23 septembre 1839. Cole effectue alors un second séjour européen, de 1841 à 1842, accumulant les dessins et les esquisses dont il tirera les tableaux peints plus tard dans son studio de Catskill. Il exerce une influence significative sur ses pairs, notamment sur Asher Durand, Jasper Francis Cropsey et Frederic Edwin Church. Ce dernier fut d'ailleurs son élève de 1844 à 1846.

Lui et Maria auront encore trois enfants : Emily, née le 27 août 1843, Elizabeth, née le 5 avril 1847 et morte en bas âge, enfin Thomas Jr., né le 16 septembre 1848[5].

Thomas Cole meurt à Catskill le 11 février 1848, à l'âge de 47 ans, des suites d'une pneumonie.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Paysages et allégories[modifier | modifier le code]

Si Cole fut avant tout paysagiste, il se consacre également à la peinture allégorique. La plus célèbre de ces allégories est un ensemble de cinq toiles, Le Cours de l'Empire, qui retrace l'évolution d'un même lieu de l'état sauvage à la naissance de la civilisation, son développement son déclin et sa mort. L'œuvre se trouve dans la collection de la société d'histoire de New York.

Également connu est son Voyage de la vie (The Voyage of Life) en quatre tableaux, Enfance, Jeunesse, Maturité et Vieillesse. Il existe deux versions de cette dernière allégorie, dont l'une appartient à la National Gallery de Washington et l'autre au Munson-Williams-Proctor Arts Institute à Utica. L'artiste donne cette interprétation de l’Enfance dans l'académie nationale de dessin où les tableaux furent exposés pour la première fois en 1840 :

« La caverne sombre représente notre origine terrestre et les mystères du passé. L'esquif, composé des représentations des Heures, incarne l'idée que c'est porté par elles que nous nous descendons le fleuve du temps. L'embarcation dénote ce thème dans chaque image. La lumière rose du matin, les plantes et les fleurs luxuriantes sont les métaphores des premières années de la vie. Les rives rapprochées, et l'étroitesse du paysage reflètent les limites de l'expérience de l'enfant et la nature de ses plaisirs et de ses désirs. Le lotus égyptien, au premier plan de la toile, est le symbole de la vie. La joie et l'émerveillement sont les émotions caractéristiques de l'enfance. »

La Boucle des bœufs (The Oxbox), 1836, Metropolitan Museum of Art, New York

Parmi les tableaux de Cole qui ont acquis une certaine notoriété figurent également The Oxbow (La Boucle des bœufs, représentant un méandre du Connecticut) qui date de 1836, The Notch of the White Mountains (L'Encoche des Montagnes Blanches, représentant un défilé rocheux au fond d'une plaine), Daniel Boone près de sa cabane sur les bords du grand lac Osage et Lac aux arbres morts qui appartient aux collections de l’Allen Memorial Art Museum[6]. Il est aussi l'auteur d'un Jardin d’Eden (1828), qui, avec un grand luxe de détails, montre Adam et Ève dans un paysage idyllique où abondent chutes d'eau, plantes luxuriantes et cervidés (musée Amon Carter, Fort Worth, Texas).

Catalogue[modifier | modifier le code]

Dessins et esquisses[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Cedar Grove

Le peintre Asher Brown Durand rendit hommage à Cole en 1849 en peignant Kindred Spirits (Âmes sœurs) qui montre Thomas Cole en compagnie du poète William Cullen Bryant au milieu d'un paysage des Catskills. Le tableau, donné par la fille de Bryant à la New York Public Library (Bibliothèque publique de New York) en 1904, fut revendu en 2005 pour une somme restée confidentielle à l'héritière de Walmart, Alice Walton[7].

Le quatrième sommet des Catskills porte le nom de « mont Thomas Cole » en son honneur[8]. Le studio de Cedar Grove, ou « La Maison de Thomas Cole », a été classé monument historique en 1999 et ouvert au public[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Legrand Noble, Thomas Cole, The Life and Works of Thomas Cole, Black Dome Press,‎ 1997 (ISBN 9781883789138)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Britannica page consultée le 15, 2010
  2. http://hamiltonauctiongalleries.com/COLE-T25FP.JPG
  3. a, b et c Grande Galerie - Le Journal du Louvre, décembre/janvier/février 2011-2012, n° 18.
  4. a et b Dans Un paysage avec une scène du Dernier des Mohicans, on aperçoit le héros du roman, Bas-de-Cuir, pointer son arme vers l'Indien Magua, pour venger Uncas, le dernier des Mohicans, qui gît à ses pieds. Près de lui gît également Cora, victime aussi de Magua après son refus de l'épouser. Le tableau est célèbre pour les arbres rougeoyants au centre de la composition.
  5. (en) Albany Institute of History and Art, « A Guide to the Thomas Cole Collection » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2009-01-06
  6. Property and Progress: Antebellum Landscape Art and Property Law (Propriété et progrès : le paysage dans la peinture d'avant-guerre et les lois sur la propriété)
  7. National Gallery
  8. Cedar Grove History
  9. The Thomas Cole National Historic Site, « History of Cedar Grove (Histoire de Cedar Grove) » (consulté en 2007-10-30)

Sur les autres projets Wikimedia :