Alfred Bruneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruneau.

Alfred Bruneau

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alfred Bruneau, ca. 1895, Bibliothèque nationale de France.

Nom de naissance Louis Charles Bonaventure Alfred Bruneau
Naissance 3 mars 1857
Paris, Drapeau de la France France
Décès 15 juin 1934 (à 77 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur, chef d'orchestre
Activités annexes violoncelliste, critique musical, inspecteur de l'instruction musicale
Collaborations Émile Zola
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Auguste-Joseph Franchomme, Augustin Savard, Jules Massenet
Récompenses Prix de Rome (1881)
Distinctions honorifiques Légion d'honneur (1895)
Académie des beaux-arts

Louis Charles Bonaventure Alfred Bruneau, né à Paris le 3 mars 1857 et mort à Paris le 15 juin 1934, est un compositeur et chef d'orchestre français. Il joua un rôle déterminant pour introduire le réalisme sur la scène lyrique française, adaptant le naturalisme d'Émile Zola à la musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Bruneau est entré au Conservatoire de Paris en 1873. Il y étudia le violoncelle avec Auguste-Joseph Franchomme, l'harmonie avec Augustin Savard et la composition avec Jules Massenet. Il joua pour les concerts Pasdeloup. Il commença bientôt à composer, écrivant une cantate, Geneviève de Paris qui lui a permis de remporter le second Prix de Rome en 1881. Il a mené une carrière de critique musical au Gil Blas (1892-1895), puis au Figaro et au Matin.

En 1903 et 1904, il est le premier chef à l'Opéra-Comique. En 1900, il est nommé membre du Conseil supérieur du Conservatoire de Paris. En 1909, il devient inspecteur de l'instruction musicale à la place d'Ernest Reyer.

Il a fait des tournées en Russie, en Angleterre, en Espagne et aux Pays-Bas, lors desquelles il a dirigé ses œuvres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En 1884, il fit jouer son Ouverture héroïque, suivie par la symphonie chorale Léda (1884) et le poème symphonique La Belle au bois dormant (1886) puis, en 1887, par son premier opéra, Kérim.

L'année suivante, Bruneau fit la connaissance d'Émile Zola. Les deux hommes entamèrent une amitié et une collaboration qui allaient durer près de quinze ans, jusqu'à l'assassinat de Zola. En 1891, Bruneau compose un opéra intitulé Le Rêve, basé sur Le Rêve. Dans les années suivantes, Zola fournit le sujet de plusieurs des ouvrages du compositeur, telle que L'Attaque du moulin (1893). Zola écrit lui-même le livret de Messidor (1897) et de L'Ouragan (1901) ainsi que de L'Enfant roi (1905). Parmi d'autres opéras influencés par Zola, on peut citer le drame lyrique en 1 acte Lazare (1903, sur le poème éponyme de Zola, exécuté en 1896 à Londres puis en 1907 à Amsterdam, enfin recréé à titre posthume en 1994 par Jacques Mercier), Naïs Micoulin (1907), Les Quatre Journées (1916).

Dans ses opéras, Bruneau s'est également inspiré d'Hans Christian Andersen, (Le Jardin de Paris, 1923) et de Victor Hugo (Angelo, tyran de Padoue, 1928).

Ses pièces pour orchestre révèlent l'influence de Wagner. Ses autres œuvres comprennent un Requiem (1888), des pièces instrumentales ainsi que de nombreuses mélodies dont les Lieds de France et Chansons à danser sur des poèmes de Catulle Mendès.

Son livre de souvenirs, À l'ombre d'un grand cœur (1931), évoque sa belle amitié et sa collaboration fructueuse avec Émile Zola.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Messidor, Acte I, mesure 136 : voix et réduction d'orchestre pour piano
  • Le Roi Candaule, en collaboration avec Maurice Donnay, comédie lyrique en 4 actes, représentée pour la première fois, le 1er décembre 1920 à l'Opéra-Comique
  • En 1912, "Les Bacchantes", ballet en deux actes et trois tableaux, d'après Euripide, poème de MM.Félix Naquet et Alfred Bruneau, musique d'Alfred Bruneau, décors Georges Mouveau.

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Alfred Bruneau : un compositeur au cœur de la bataille naturaliste. Lettres à Étienne Destranges. Paris-Nantes (1891-1915), rassemblées, présentées et annotées par Jean-Christophe Branger, Paris, Champion, 2003
  • Alfred Bruneau et Gustave Charpentier : une amitié indestructible et tendre : correspondances inédites (sous la direction de Sylvie Douche et Jean-Christophe Branger). Paris : Université de Paris-Sorbonne, coll. « Observatoire musical français », série « Correspondances, entretiens, souvenirs » no 2, 2004. 120 p., 21 cm. (ISBN 2-84591-107-6)
    Ouvrage résultant des travaux d'un séminaire. En appendice : « Les cours de Mimi Pinson seront mon unique récréation » de Michela Niccolai.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bruneau obtint la Légion d'honneur en 1895 et fut également élu en 1925 à l'Académie des beaux-arts où il succéda à Gabriel Fauré.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de Paris porte son nom, dans le 16e arrondissement.
  • Une rue de Niort porte son nom (département Deux-Sèvres)
  • Une avenue porte son nom à La Baule Escoublac ( département de Loire-Atlantique)

Liens externes[modifier | modifier le code]