Giuseppe Sarti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarti.
Giuseppe Sarti (1729-1802)

Giuseppe Sarti est un compositeur italien né le 1er décembre 1729[1]'[2] à Faenza (Émilie-Romagne) et mort le 28 juillet 1802 à Berlin[2].

Auteur de nombreux opéras, il n'est aujourd'hui connu que grâce à l'allusion à l'air de son opéra Fra i due litiganti, « Come un agnello », que Mozart a cité lors de la scène finale de Don Giovanni[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Giuseppe Sarti, attiré très jeune par la musique, se rendit à Padoue, où il l'étudia avec le Père Francesco Antonio Vallotti[2] (qui codifia la théorie de la dissonance), puis à Bologne avec le fameux Padre Martini.

De retour dans sa ville natale, il fut tout d'abord nommé organiste de la cathédrale, puis en 1752, directeur du théâtre. Son premier opéra, Il re pastore y fut représenté à Pesaro la même année.

À la fin de 1753, Giuseppe Sarti fut invité à Copenhague et chargé de diriger la troupe de Pietro Mingotti. Le 14 octobre 1754 est créé dans la capitale danoise son opéra Antigono. Ses opéras (Vologeso, Antigono, Ciro Riconosciuto) plurent au roi Frédéric V, qui le nomma maître de chapelle de la cour[2], puis directeur de l'opéra italien. Il restera douze ans au Danemark et y composera une quarantaine d'œuvres scéniques. À la fermeture de l'opéra italien (en 1763), il fut nommé directeur de la musique de cour.

En 1765, alors qu'il voyageait en Italie afin d'engager des chanteurs, la mort de Frédéric V amène un changement brutal de sa situation. Perdant son poste à Copenhague, Sarti fut engagé comme maestro di coro au Conservatoire della Pietà de Venise, où il restera deux années (de 1766 à 1768).

En 1769, il se rendit à Londres, où il ne parvint à subsister qu'en donnant des leçons.

En 1770, il retourna à Copenhague et reprit ses fonctions de directeur de la chapelle royale jusqu'en 1775[2].

En 1775, Giuseppe Sarti rentra en Italie et se fixa dans la cité des Doges avec son épouse, la cantatrice Camilla Passi.

En 1779, il remporta le concours de recrutement pour le poste de maître de chapelle de la cathédrale de Milan devant Giovanni Paisiello, qui était alors le maître de chapelle de la tsarine Catherine II de Russie[2]. Il conserva cette fonction jusqu'en 1784 et eut, au cours de son séjour dans la capitale lombarde, comme élève Luigi Cherubini[3].

En janvier 1781, son opéra Giulio Sabino fut créé sur la scène du Teatro San Benedetto à Venise pour le Carnaval.

La cour de Russie cultivait la musique et l’opéra, invitant des compositeurs italiens dont Francesco Araja fut le premier. Giuseppe Sarti fut lui-même invité à la cour impériale russe en 1785, comme cela avait été le cas auparavant de Baldassare Galuppi, Tommaso Traetta et Giovanni Paisiello, et comme ce sera le cas après lui pour Domenico Cimarosa et Vicente Martin y Soler, espagnol de naissance, mais italien de cœur.

Au cours de son voyage pour prendre ses fonctions de directeur de la chapelle impériale de Saint-Pétersbourg, il s'arrêta quelque temps à Vienne, où il fut reçu par l'empereur Joseph II. Il y rencontra Mozart, qui appréciait sa musique, très connue dans la capitale autrichienne, où ses opéras triomphaient au Burgtheater.

À Saint-Pétersbourg fut créée, en janvier 1786 son Armida e Rinaldo, d'après son Armida Abbandonata créée à Copenhague. Les intrigues de la prima donna Luiza Todi, l'éloignèrent de Catherine II. Sarti entra alors au service du prince Potemkine, favori de la tsarine, qu'il suivra même lors de sa campagne contre les Turcs ! Après la mort de Potemkine en 1791, et une période d'enseignement, il retrouva en 1793 ses fonctions de compositeur de la cour. L'assassinat du tsar Paul Ier en 1801, lui fit quitter définitivement la Russie.

C'est au cours de son voyage de retour vers l'Italie, lors d'une halte à Berlin, qu'il mourut le 28 juillet 1802.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique lyrique
  • Il re pastore, opéra, (1752)
  • Il Vologeso, opéra, (1754)
  • Antigono, opéra, (1754)
  • Ciro riconosciuto, (1755)
  • Arianna e Teseo, opéra, (1756)
  • Anagilda, opéra, (1758)
  • Armida abbandonata, opéra, (1759)
  • Achille in Sciro, opéra, (1759)
  • Andromaca, opéra, (1759-1760)
  • Filindo, opéra, (1760)
  • Didone abbandonata (1762)
  • Il gran Tamerlano (1764)
  • Le gelosie villane (1776)
  • Medonte, re di Epiro (1777)
  • Giulio Sabino, opéra, (1781)
  • Fra i due litiganti il terzo gode, opéra, (1782)
  • Gli Amanti Consolati, opéra (1784)
  • Armida e Rinaldo, opéra (1786)
  • Enea nel Lazio, opéra (1799)


Musique instrumentale
  • Sonates pour clavecin et autres instruments (catalogue thématique Satta)
    • S. I: 1 Sonate en ré majeur pour clavecin et violon ou flûte (édition fac-similé, SPES 1989)
    • S. I: 2 Sonate en ré majeur pour violon et clavecin
    • S. I: 3 Sonate en mi mineur pour clavecin et violon ou flûte (édition fac-similé, SPES 1989)
    • S. I: 4 Sonate en sol majeur pour clavecin et violon ou flûte (édition fac-similé, SPES 1989)
  • Sonates pour clavecin, orgue ou piano (catalogue thématique Satta)
    • S. II: 1 Sonate en do majeur pour clavecin (édition moderne, Ricordi 1979)
    • S. II: 2 Sonate en ré majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2008)
    • S. II: 2a Sonate en ré majeur pour l'orgue (édition moderne avec facsimile, Esarmonia 2009)
    • S. II: 3 Sonate en ré majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2008)
    • S. II: 4 Sonate en ré majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2008)
    • S. II: 5 Sonate en ré majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2009)
    • S. II: 6 Sonate en ré majeur pour clavecin (manuscript inachevé)
    • S. II: 7 Sonate en mi bémol majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2009)
    • S. II: 8 Sonate en fa majeur pour clavecin (édition moderne, Eurarte 2002)
    • S. II: 9 Sonate en sol majeur pour clavecin (édition moderne, Ricordi 1979)
    • S. II: 10 Sonate en sol majeur pour clavecin (édition moderne, Ricordi 1979)
    • S. II: 11 Sonate en sol majeur pour clavecin (édition moderne, Eurarte 2002)
    • S. II: 12 Sonate en sol majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2008)
    • S. II: 13 Sonate en sol majeur pour clavecin (édition moderne avec fac-similé, Esarmonia 2008)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Sarti, VI sonate a flauto traversiero solo e basso continuo. Paris, s.d. / III sonate per il cembalo con violino o flauto traverso concertante. Amsterdam s.d., Firenze, SPES, 1989 (Archivum Musicum: Flauto Traversiere, 17).
  • Giuseppe Sarti, Ciro riconosciuto, facsimile annoté par Piero Mioli, Firenze, SPES 2002.
  • Giuseppe Sarti, Due sonate inedite per clavicembalo (o pianoforte), annoté par R. Satta, Varenna (LC), Eurarte 2002 (Rarità musicali).
  • Giuseppe Sarti, Sonata Caratteristica « Giulio Sabino ed Epponina », op. 1, annoté par R. Satta, Varenna, Eurarte 2002 (Rarità musicali).
  • Giuseppe Sarti, Quattro sonate inedite per clavicembalo (organo o pianoforte), annoté par R. Satta, Capua (CE), Esarmonia 2008.
  • Giuseppe Sarti, Sonata per clavicembalo (organo o pianoforte) in sol maggiore, annoté par Roberto Satta, Capua (CE), Esarmonia 2008.
  • Giuseppe Sarti, Sonata in mi bemolle maggiore per clavicembalo (organo o pianoforte), annoté par Roberto Satta, Capua (CE), Esarmonia 2009.
  • Giuseppe Sarti, Due sonate per clavicembalo (organo o pianoforte), annoté par Roberto Satta, Capua (CE), Esarmonia 2009.
  • Giuseppe Sarti, Aria Questo core io ti donai dall’opera buffa Gli amanti consolati per soprano e pianoforte, a cura di Roberto Satta, Capua (CE), Esarmonia [in preparazione].
  • Roberto Satta, Le sonate per clavicembalo o forte piano di Giuseppe Sarti, « Studi e documentazioni – rivista umbra di musicologia », XXI/2, 2002, pp. 23 – 63.
  • Roberto Satta, Intorno a Giuseppe Sarti. Giornata internazionale di studi, « Studi e documentazioni – rivista umbra di musicologia », XXI/2, 2002, pp. 88 – 90.
  • Roberto Satta, L’epoca dello stile galante, « Studi e documentazioni – rivista umbra di musicologia », XXII/2, 2003, pp. 3 – 42.
  • Roberto Satta, Le sonate per tastiera di Giuseppe Sarti : Catalogo tematico, « Fonti musicali italiane », XIII, 2008, pp. 93 – 116.
  • Roberto Satta, Giuseppe Sarti. La vita e l'opera, « Studi e documentazioni – rivista umbra di musicologia », XXVIII/1, 2009, pp. 25 – 42.
  • Albino Varotti, L'ambiente in cui operò Giuseppe Sarti musicista europeo. « Studi e documentazioni – rivista umbra di musicologia », XXVIII/1, 2009, pp. 43 – 54.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Date de baptême
  2. a, b, c, d, e et f Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 982
  3. a et b Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1231