Marius Constant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constant.

Marius Constant

Naissance
Bucarest, Roumanie Roumanie
Décès (à 79 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur, chef d'orchestre
Style musique électronique
Lieux d'activité Paris
Maîtres Dinu Lipatti, Georges Enesco, Constantin Silvestri, Tony Aubin, Olivier Messiaen, Nadia Boulanger, Arthur Honegger
Enseignement Conservatoire de Paris

Œuvres principales

Marius Constant est un compositeur et chef d'orchestre français d'origine roumaine, né à Bucarest le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études de piano et de composition au conservatoire de Bucarest jusqu'en 1944 auprès de Dinu Lipatti, Georges Enesco et Constantin Silvestri. En 1946 il arrive en France, où il devient l'élève de Tony Aubin, d'Olivier Messiaen, de Nadia Boulanger et d'Arthur Honegger au Conservatoire de Paris.

À partir de 1950, s'intéressant à la musique électronique, il devient membre du Groupe de recherche de musique concrète de Pierre Schaeffer. Il est cofondateur et directeur de France Musique (1954-1969). En 1963, il crée l'ensemble Ars nova, consacré à la musique nouvelle.

De 1956 à 1966 il est directeur musical des Ballets de Paris de Roland Petit, il compose plusieurs ballets pour Roland Petit et Maurice Béjart (Haut-voltage (1956), Contrepointe (1958), Cyrano de Bergerac (1959), Éloge de la folie (1966) et Paradis perdu (1967)). Pour le festival d'Aix-en-Provence de 1957 il écrit un concerto pour piano, Leonard Bernstein crée 24 Préludes pour Orchestre (1958).

Il écrit d'autres ballets : Septentrion (1975), Nana (1976) et L'ange bleu (1985). La tragédie de Carmen (1981) est écrite en collaboration avec Peter Brook d'après l'opéra Carmen de Georges Bizet. Il enseigne l'orchestration et l'instrumentation au Conservatoire de Paris de 1978 à 1988. Il enseigne à l'université de Stanford et à Hilversum. Amateur de jazz passionné par le travail sur l'improvisation, il écrit Stress avec le pianiste de jazz Martial Solal. Le 9 décembre 1992, il est élu à l'Académie des beaux-arts au fauteuil d'Olivier Messiaen. Charles Chaynes lui succède en 2005 et prononce son éloge sous la Coupole en janvier 2007.

Marius Constant est célèbre auprès du public américain pour avoir composé deux musiques qui servirent de thème principal au générique de début et de fin de la série la Quatrième Dimension produite par Rod Serling[1]. D'abord destinées à la chaîne CBS, les deux courte pièces intitulées Étrange 3 et Milieu 2, étaient composées pour un petit ensemble instrumental. Le directeur musical de la série Lud Gluskin les assembla pour en faire le générique d'ouverture en remplacement de la précédente musique composée par Bernard Herrmann. Le motif principal de quatre notes joué en boucle à la guitare électrique, est depuis connu en tant que Twilight Zone theme[2].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • 1950. Trio pour hautbois, clarinette et basson.
  • 1951. Trois complexes pour contrebasse et piano.
  • 1955. Musique de concert pour saxophone alto.
  • 1959. Cyrano de Bergerac, ballet. Vingt-quatre préludes pour orchestre.
  • 1961. Turner, trois essais pour orchestre.
  • 1962. Chants de Maldoror.
  • 1966. Éloge de la Folie, ballet.
  • 1967. Paradis perdu, ballet.
  • 1968. Winds, pour douze instruments. Chaconne et Marche militaire. Cinq chants et une vocalise.
  • 1969. Le Souper, opéra. Traits-Cadavres exquis. Moulins à prières, pour deux clavecins.
  • 1970. Messe des Pauvres, d'après Erik Satie. Quatorze stations. Equal, pour percussions. Candide, ballet.
  • 1971. 9 mars 1971 pour petite flûte (piccolo) et jeu de timbres (glockenspiel).
  • 1972. Strings, pour clavecin.
  • 1973. Faciebat Anno, pour orchestre.
  • 1974. Le Jeu de Sainte-Agnès, opéra.
  • 1975. Psyché, pour pianos et percussions.
  • 1976. Nana, ballet.
  • 1976-1980. Nana-Symphonie.
  • 1977. Stress, en coll. avec Martial Solal. Gli Elementi, concerto.
  • 1978. Symphonie pour instruments à vent.
  • 1980. Harpalycé pour harpe seul/harpe et quintette à cordes/harpe et orchestre à cordes.
  • 1981. Cent-trois regards dans l'eau, pour violon et orchestre. La Tragédie de Carmen, opéra. Musique pour La Cerisaie, pièce de Tchekhov, FR3 diffusion.
  • 1983. Pelléas et Mélisande, symphonie.
  • 1984. L'Île inconnue.
  • 1985. L'Ange bleu, ballet. L'inauguration de la maison, pour orchestre.
  • 1986. Perpetuo.
  • 1987. Trois poèmes élastiques, chœur.
  • 1988. Concerto pour orgue de barbarie.
  • 1989. Oratorio des Droits de l'Homme.
  • 1990. Konzertstück.
  • 1992. Impressions de Pelléas, opéra d'après Debussy. Brevissima, symphonie. Musique de Napoléon, film d'Abel Gance.
  • 1994-1995. Teresa, mélodrame.
  • 1995. Chant de retour, oratorio.

Hommage[modifier | modifier le code]

En octobre 2011, la ville de Paris renomme le square de la rue Ortolan en square Marius-Constant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. à partir de la deuxième saison, non crédité au générique
  2. Stewart T. Stanyard, Dimensions Behind the Twilight Zone p. 269

Liens externes[modifier | modifier le code]