Pablo de Sarasate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pablo de Sarasate

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pablo de Sarasate

Nom de naissance Pablo Martín Melitón de Sarasate y Navascués
Naissance 10 mars 1844
Pampelune, Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès 20 septembre 1908 (à 64 ans)
Biarritz, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, Violoniste
Lieux d'activité Europe, Amérique
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Joseph Massart

Œuvres principales

Répertoire

Pablo de Sarasate, de son nom complet Pablo Martín Melitón de Sarasate y Navascués était un violoniste et compositeur espagnol, né le 10 mars 1844 à Pampelune, mort le 20 septembre 1908 à Biarritz. Il était l’un des violonistes virtuoses les plus célèbres de son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pablo Sarasate était fils d’un chef de fanfare militaire. Il se produisit pour la première fois en public à l’âge de huit ans, puis étudia tout d’abord à Madrid puis au Conservatoire de Paris (dans la classe de Joseph Massart) où il remporte des premiers prix de violon et de solfège en 1857 et d'harmonie en 1859. Dès 1859, il se produisit en tournée dans toute l’Europe aussi bien que dans les deux Amériques, du Nord et du Sud. Il acquiert un stradivarius en 1866 avec lequel il parfait sa technique sans faille ainsi que sa grâce. Sarasate a fait don à sa ville natale des multiples présents qu'il a reçus de ses nombreux admirateurs.

Les propres compositions de Sarasate sont principalement des morceaux brillants destinés à mettre en valeur sa virtuosité. La plus connue de ses œuvres est probablement Zigeunerweisen (1878), morceau pour violon et orchestre. Cinq ans plus tard, en 1883, il composa un autre morceau pour violon et orchestre, Carmen-Fantaisie, qui reprenait des thèmes utilisés dans l'opéra Carmen de Georges Bizet. Il réalisa également des arrangements pour violon de diverses œuvres d’autres compositeurs.

Postérité et hommages[modifier | modifier le code]

Sarasate est le dédicataire d'un certain nombre d'œuvres, dont la Symphonie espagnole d’Édouard Lalo, le Concerto pour violon n° 3 op. 61 et l’Introduction et Rondo Capricioso op. 28 de Camille Saint-Saëns ou la Fantaisie écossaise (Scottish Fantasy) de Max Bruch et du second concerto op.22 de Henryk Wieniawski.

Le peintre américain James McNeill Whistler a réalisé, en 1884, un portrait de Sarasate intitulé Arrangement in Black: Pablo de Sarasate.

Dans la nouvelle La ligue des rouquins (1891) de Conan Doyle, Sherlock Holmes et le Dr. John H. Watson assistent à un concert de Sarasate. Dans le roman policier d'Andrea Camilleri La voix du violon, une vieille dame, amie du commissaire, écoute le violoniste du dessus jouer pour elle la Danse espagnole de Sarasate et le Scherzo-Tarentelle de Wieniawski.

Enregistrements par le compositeur[modifier | modifier le code]

Dans les premières années du XXe siècle, il a participé à quelques enregistrements. Un disque « Gramophone » avec l'ange graveur (marque de fabrique de Berliner, inventeur du disque phonographique) contient deux enregistrements de Sarasate, l'un, « Miramar-Zortzico », op. 42, sur une face, l'autre « Tarentelle » (de « Introduction et Tarentelle », op. 43), sur l'autre face. Ce sont deux solos de violon, exécuté par l'auteur, cela est précisé sur l'étiquette du disque. La référence du disque sur l'étiquette est G.C.-37933. Les références gravées au centre du disque sont pour une face « 42600 » et 37933 VI et sur la seconde « 42610 » et 37934 VIII. Il a également enregistré « Zigeunerweisen » op. 20 no 1, « Caprice Basque » op. 24, « Capriccio Jota » (de « Introduction et caprice-jota » op. 41), « Habanera » op. 26 no 2, « Zapateado » op. 23 no 2, « Nocturne » op. 9 no 2 et le « Prélude » de la Partita no 3 en mi maj. de Jean-Sébastien Bach.

L'oeuvre[modifier | modifier le code]

  • Sans numéro d'opus:
    • Fantasía Capricho pour violon et piano
    • Souvenir de Fausto pour violon et piano
    • Mazurka en mi pour violon et piano
  • Fantaisie sur La « Forza del destino » (de Verdi) op. 1 - Violon et piano: encore tout jeune, Sarasate écrit plus dans le style de son professeur Delphin Allard.
  • Hommage à Rossini op. 2 - Violon et piano : Cette pièce a été écrite avec le concours de Louis Diémer, camarade de classe et ami de Sarasate et grâce à qui nous avons droit dans cette œuvre à une partie piano remarquable. Les thèmes de cette composition, pastichant Rossini sont tirés du « Barbier de Séville », « Moïse » et « Othello ». Le grand compositeur italien était charmé par le jeune Sarasate, qui était souvent invité à ses célèbres « soirées ».
  • La Dame blanche de Boildieu op. 3 - Violon et Orchestre
  • Rêverie op. 4 - Violon et piano
  • Fantasía de Romeo y Juliette op. 5 - Violon et piano : la pièce fait un peu plus de dix minutes, dédicacée à sa mère adoptive, Mme Lassabathie[1].
  • Caprice on Mireille op. 6 - Violon et piano
  • Confidence op. 7 - Violon et piano
  • Souvenir de Domont op. 8 - Violon et piano
  • Les Adieux op. 9 n° 1 - Violon et piano
  • Transcription du Nocturne n°2 en Mi bémol Majeur de Chopin op. 9 n° 2- Violon et piano
  • Sérénade Andalouse op. 10 - Violon et piano
  • Le sommeil op. 11 - Violon et piano
  • Moscovienne op. 12 - Violon et piano
  • Fantasía de Fausto op. 13 - Violon et Orchestre
  • Fantasy on Der Freischütz op. 14- Violon et Orchestre
  • Mosaíque de Zampa op. 15 - Violon et piano: basée sur l'opéra de Hérold
  • Gavota on Mignon op. 16 - Violon et piano: Basée sur l'opéra d'Ambroise Thomas, cette pièce fut l'une des plus célèbres de Sarasate et les envolées lyriques du violon sont très dans le style « Bel canto »
  • Priére at Berceuse op. 17 - Violon et piano
  • Airs espagnols op. 18 - Violon et piano
  • Fantasy on Martha op. 19 - Violon et piano: Basée sur l'opéra de Flotow, Sarasate utilise l'air fameux de ténor « M'appari » comme thème central
  • Zigeunerweisen op. 20 n° 1 - Violon et Orchestre
  • Malagueña (Danse Espagnole no 1) op. 21 n° 1- Violon et piano: Probablement une œuvre originale (c'est-à-dire non inspirée d'un air composé par quelqu'un d'autre), la partie centrale, traitée comme si c'était de la guitare, met en valeur les pizzicati de la main gauche
  • Habanera (Danse Espagnole n°2) op. 21 n° 2 - Violon et piano: Cette œuvre se base sur l'air « De la patria del cacao, del chocolate y del café » tiré de la zarzuela « La Gallina Ciega » de Fernando Caballero. L'ami de Sarasate, Edouard Lalo a utilisé le même thème dans son concerto pour Violoncelle.
  • Romanza andaluza (Danse Espagnole no 3) op. 22 n° 1 - Violon et piano: Une œuvre originale, bien dans le style andalou.
  • Jota navarra (Danse Espagnole n°4) op. 22 n° 2 - Violon et piano: Contient des citations d'une zarzuela de Ondrid ainsi que de la jota « Viva Navarra » de Joaquin Larregla.
  • Playera (Danse Espagnole no 5) op. 23 n° 1 - Violon et piano: Cette pièce est un exemple de « canto hondo », chanson bohémienne passionnée du sud de l'Espagne et très flamenco dans son caractère.
  • Zapateado (Danse Espagnole n°6) op. 23 n° 2 - Violon et Piano: À l'origine une danse espagnole.
  • Capricho vasco op. 24 - Violon et piano
  • Fantasia de Carmen op. 25 - Violon et Orchestre
  • Vito (Danse Espagnole no 7) op. 26 n° 1 - Violon et piano: Semble être plus une transcription qu'une œuvre originale puisqu'elle reprend presque entièrement la chanson de Fermin Maria Alvarez connue sous le titre « La Partida ». L'enregistrement de cette chanson par Caruso offre d'ailleurs une intéressante comparaison.
  • Habanera (Danse Espagnole n°8) op. 26 n° 2 - Violon et piano
  • Jota aragonesa op. 27 - Violon et piano
  • Serenata andaluza op. 28 - Violon et piano
  • El canto del ruiseñor op. 29 - Violon et Orchestre : « le chant du rossignol » a été orchestré secondairement par Édouard Lalo[1].
  • Bolero op. 30 - Violon et piano
  • Balada op. 31 - Violon et piano
  • Muñeira op. 32 - Violon et Orchestre
  • Navarra op. 33 - Violon et Orchestre
  • Airs Écossais op. 34 - Violon et Orchestre
  • Peteneras, caprice espagnol op. 35 - Violon et piano
  • Jota de San Fermín op. 36 - Violon et piano
  • Zortzico Adiós montañas mías op. 37 - Violon et piano
  • Viva Sevilla! op. 38 - Violon et Orchestre
  • Zortzico de Iparraguirre op. 39- Violon et piano
  • Introduction et fandango varié op. 40- Violon et piano
  • Introduction et caprice-jota op. 41 - Violon et Orchestre
  • Zortzico Miramar op. 42 - Violon et Orchestre
  • Introduction et tarantelle op. 43 - Violon et Orchestre
  • La chase op. 44- Violon et Orchestre : « La Chasse » a été dédicacée au violoniste belge César Thomson[1].
  • Nocturno — Serenata op. 45 - Violon et Orchestre
  • Gondoliéra Veneziana op. 46 - Violon et piano
  • Melodía rumana op. 47 - Violon et piano: basée sur deux airs de flûte de Pan de Transylvanie.
  • L'Esprit Follet op. 48 - Violon et Orchestre
  • Canciones rusas op. 49 - Violon et Orchestre: l'oeuvre fait un peu moins de dix minutes, repreant deux chants folkloriques
  • Jota de Pamplona op. 50 - Violon et Orchestre
  • Fantaisie sur Don Giovanni op. 51 - Violon et piano
  • Jota de Pablo op. 52 - Violon et Orchestre
  • Le Rêve op. 53 - Violon et piano
  • Fantaisie sur La Flûte Enchantée op. 54 - Violon et Orchestre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gold J, notice de l'enregistrement de l'oeuvre par Tianwa Yang, éditions Naxos

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernando Pérez Ollo. Sarasate. Fondo de Publicaciones del Gobierno de Navarra. Pamplona, 1980.
  • Luis Gracia Iberni. Pablo Sarasate. Iberautor Promociones Culturales, S.L. Madrid, 1994.
  • Alberto Huarte Myers. Vuestro amigo y paisano Pablo Sarasate. Huarte Myers, Alberto. Pamplona, 1996.
  • Custodia Platón Meilán. Pablo Sarasate (1844-1908). Eunsa, Ediciones Universidad de Navarra, S.A. Barañáin, 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]