Antoine Wiertz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportait à l'âge de 18 ans (1824)

Antoine Wiertz, surnommé le philosophe au pinceau, est un peintre et sculpteur belge né à Dinant en 1806 et mort en 1865 dans son atelier de la rue Vautier à Bruxelles.

L'atelier-musée de la rue Wiertz[modifier | modifier le code]

« Cet atelier est comme un cerveau, avec ses pensées visibles, le grand mêlé au trivial, et çà et là, parmi la clarté, des trous d’ombre, des hantises hideuses, un effrayant cauchemar. De la cervelle humaine coule le long des murs, bouillonnante de vie et de pensée, et ailleurs semble figée sous un coup de folie. Le peintre, on le voit, est de la race des grands faiseurs de songes. » (Camille Lemonnier)

L'atelier converti en musée

Peintre rebelle, maniaque fantasque, exalté et idéaliste intransigeant, la réputation d’Antoine Wiertz est à la démesure de son atelier-musée, situé au n° 65 de la rue Vautier à Bruxelles. Les toiles accrochées à ses cimaises impressionnent autant par leur taille que par leur réalisme terrifiant, dans la plus pure tradition de la peinture expressive et monumentale. Converti en musée après sa mort, l’atelier agit comme un aimant sur les curieux mais aussi sur les peintres qui s’installent volontiers dans le Quartier Léopold. Longtemps, sa proximité se révèle stratégique pour proposer des toiles à la vente ou obtenir des commandes.

L'atelier-musée n'attire guère aujourd'hui plus de 5 000 visiteurs par an. Musée méconnu ?

Les sujets mythologiques[modifier | modifier le code]

Masque mortuaire de Wiertz (Musée Wiertz à Ixelles)

Artiste précoce, le petit Antoine, âgé d’à peine dix ans, passait son temps libre à tailler des grenouilles en bois dans la boutique de son père, tailleur d’habits à Dinant. Ses aptitudes pour les arts plastiques seront mis en forme auprès de Guillaume Herreyns et Mathieu-Ignace Van Brée à l'académie de peinture d'Anvers, où il est admis en 1820 grâce à une bourse d’études du roi Guillaume Ier des Pays-Bas. Le retour des œuvres de Pierre-Paul Rubens dans sa ville natale impressionne d’autant plus notre jeune artiste qu’il se revendique haut et fort de l’esthétique baroque flamande.

Comme nombre de ses contemporains, son séjour en Italie – à la suite d’un prix de Rome obtenu en 1832 – lui bourre la tête de sujets mythologiques. Il ramène dans ses bagages une gigantesque toile applaudie à Anvers mais dédaignée à Paris : Les Grecs et les Troyens se disputant le corps de Patrocle. Il en gardera une rancœur tenace à l’égard de la France, lui qui prétend « peindre des tableaux pour la gloire et des portraits pour la soupe. » Formidable pied de nez à ses détracteurs, il parvient à faire refuser une toile de Rubens maquillée sous sa signature par le jury du Salon de Paris.

Après la mort de sa mère, modeste journalière mosane, il s’installe définitivement à Bruxelles. Il s’installe d’abord dans le vaste hangar d’une usine désaffectée de la rue des Renards où il peint Le triomphe du Christ, La belle Rosine, L’enfant brûlé et La fuite d’Égypte que l’on retrouvera bientôt dans le chœur de l’église Saint-Joseph au quartier Léopold. Ses expositions remportent un franc succès mais il n’y vend rien, et pour cause. Estimant que ses œuvres n’ont pas de prix – « de pareilles œuvres se payent en millions ou ne se vendent pas… on meurt de faim, au besoin, à côté d’elles » - il manie la dérision jusqu’à organiser une tombola dont le prix, remporté par un épicier du quartier, n’est autre que le fameux Patrocle…

Un atelier en échange de mes tableaux[modifier | modifier le code]

Sa réputation aidant, il propose au ministre de l’Intérieur, Charles Rogier, de léguer son œuvre à l’État en échange du financement de la construction d’un atelier à sa démesure, assez vaste, commode et lumineux pour accueillir ses œuvres colossales. À sa mort, il serait reconverti en musée ou en refuge artistique. Il a trouvé un terrain sur un remblai du chemin de fer du Luxembourg en plein chantier. Isolé et peu coûteux, il est à un jet de pierre d’un nouveau quartier, promis à un bel avenir. Antoine veut y édifier un temple humanitaire « dédié à la religion de l’avenir dont la Bible devait être la croyance au Progrès ». Prenant pour modèle un temple de Neptune qui l’a ébloui à Paestum, il en dresse les plans. Les façades de son vaste cube – 35x15x15 m – recouvert d’une verrière sont enserrées de colonnes grecques et curetées de niches à fresques destinées à vanter son œuvre. Clin d’œil du Destin, seul Le démon de l’orgueil sera peint. En fidèle gardien des deniers de l’État, les ministres lui allouent le budget au compte-gouttes au fur et à mesure de l’élévation de l’édifice en échange de tableaux toujours plus nombreux. Le Combat d’Homère, La Chute des Anges, Le Triomphe du Christ et Le Phare du Golgotha tombent ainsi dans son escarcelle.

Le peintre humaniste[modifier | modifier le code]

Installé dans son ermitage, Wiertz s’inscrit désormais dans les combats philosophiques de son temps. Il prend la défense des petites gens contre la guerre (Napoléon aux enfers, De la chair à canon, Le dernier canon, La paix), milite pour la démocratie et l’abolition de la peine de mort (La Vision d’une Tête coupée). Soucieux de pédagogie, il rêve d’accrocher ses toiles pacifistes dans les gares, les hôtels de ville ou les palais de justice. Pour supprimer les reflets des tableaux exposés dans de telles conditions, il travaille sur une peinture mate, à base de térébenthine. Ses expériences n’aboutissent qu’à lui empoisonner le sang. Le Triomphe de la lumière, étudié pour dominer le rocher de Dinant, a inspiré la statue de la Liberté à Frédéric-Auguste Bartholdi (New York, 1886). Il a simplement remplacé le glaive du personnage de Wiertz par les tables de la Constitution américaine. [réf. nécessaire]

Sous le prétexte qu'elles n'étaient jamais finies, Wiertz refusait de vendre ses œuvres.

Pour vivre au quotidien, Wiertz se contentait de monnayer des portraits réalisés sur commande. Comme il l'écrivait à un de ses amis en 1839 : "Peindre des tableaux pour la gloire, des portraits en buste pour la soupe, telle sera l'occupation invariable de ma vie". On ne sait toutefois pas précisément combien il réalisa de portraits de famille durant sa carrière. Une cinquantaine de portraits ont été recensés à ce jour par l'IRPA.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • D. Couvreur, Le Caprice des Dieux, vie et mort des ateliers d'artiste du quartier Léopold, Bruxelles, Altera éditions, 1996, 125 p.
  • Willy Koninckx, Le portrait dans l'œuvre d'Antoine Wiertz, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 1942, 24 p. (Conférences 1941-1942).
  • Louis Labarre "Antoine Wiertz. Etude biographique", Bruxelles, 1866, 182 p., avec en frontispice une photographie du "Patrocle" par Edmond Fierlants.
  • B. Velghe, "Antoine Wiertz 'Faire bien n'est que question de temps'" Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2000, 6 p.
  • A. Wiertz "Oeuvres littéraires", Bruxelles, 1869, 447p.