Achille Leclère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Achille Leclère
Présentation
Nom de naissance Achille François René Leclère
Naissance 29 octobre 1785
Paris, France
Décès 23 décembre 1853
Paris, France
Œuvre
Distinctions Premier prix de Rome
Tombeau de Casimir Perier au cimetière du Père-Lachaise.

Achille-François-René Leclère est un architecte français, né à Paris le 29 octobre 1785, et mort dans la même ville le 23 décembre 1853.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence à suivre les cours de Durand, professeur à l'École polytechnique, puis il entre à seize ans dans l'atelier de Charles Percier. En 1806, Achille Leclère entre en loge et gagne le Second prix d'architecture en 1807 sur le projet de concours : palais pour l'éducation de jeunes princes. En 1808, il remporte le Premier prix de Rome d'architecture sur le projet de concours : bains publics pour une grande capitale.

Il quitte Paris pour Rome en novembre 1808 en compagnie de François Mazois. Il arrive à la villa Médicis le 12 décembre 1808. En 1809, il parcourt Rome, en 1810, il est à Naples, l'année suivante en Toscane. Il passe les années 1812-1812 à son projet de restauration du Panthéon d'Agrippa qui constitue son envoi de cinquième année.

Il retourne à Paris en parcourant le Midi de la France et y arrive 7 mars 1814 au moment de la première invasion. Il ouvre un atelier en 1815. L'installation de la Restauration lui permet de diriger ses premiers travaux dans les châteaux de Mouthuchet, de Bandville et de Verneuil, la restauration de l'hôtel du comte de Pourtalès à Paris. Le 5 novembre 1818, il est désigné membre du jury de l'école d'architecture.

En 1820, il édifie le monument au général Bonchamps à Saint-Florent-le-Vieil. En 1821, il restaure le château du comte de Chastellus. En 1822, il construit une première chapelle pour le couvent du Sacré-Cœur décorée de peintures murales par Abel de Pujol. Pour le même couvent, il fait une seconde chapelle et le cloître. Il construit une partir du château de M. d'Harcourt à Metz et la restauration du château de M. de Montesquiou, à Villebois. En 1823 il participe au concours pour la construction de l'église Notre-Dame-de-Lorette, à Paris. Louis-Hippolyte Lebas est sorti vainqueur du concours.

À partir de 1824, il va être pris par le projet d'aménagement du nouveau quartier Poissonnière construit dans l'enclos Saint-Lazare et de construction des immeubles autour de la place Lafayette (aujourd'hui place Franz-Liszt) dont il donne les plans[1]. La construction de l'église Saint-Vincent-de-Paul est confiée à l'architecte Jean-Baptiste Lepère. Il construit les maisons de Blondel et Abel de Pujol, rue Albouy (aujourd'hui rue Lucien-Sampaix), le château du comte de Nicolaï, à Montfort. Après 1828, il construit le château de Mareuil, plusieurs maisons d'habitation à Paris, les grands magasins édifiés rue du Sentier pour Francœur et Boissaye. Il réalise le tombeau de Casimir Perier au cimetière du Père-Lachaise.

En 1831, il est désigné pour être membre de l'Académie des Beaux-Arts, section Architecture, au fauteuil no 7, après la mort de Jacques Molinos. En 1832, membre honoraire du Conseil des bâtiments civils, il en devient membre titulaire en 1832 et inspecteur général en 1840. Nommé en 1847 archiviste de l'École nationale supérieure des beaux-arts, il va entreprendre de faire la classement de tous les projets qui y sont déposés.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sur commande des amis et élèves de Leclère, une médaille posthume à son effigie fut exécutée par le graveur Joseph Dantzell d'après David d'Angers. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 0311).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA75100001 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Lance, Notice sur la vie et les travaux de M. Achille Leclère, architecte, membre de l'Institut, Paris, Librairie d'architecture B. Bance,‎ 1854, 15 p. (lien notice BnF?, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]