Louise Bertin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertin.

Louise Bertin

Description de l'image  Louise_Bertin.jpg.
Naissance
Nainville-les-Roches, Drapeau de la France France
Décès (à 72 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositrice, poétesse
Maîtres François-Joseph Fétis
Ascendants Louis-François Bertin

Louise-Angélique Bertin est une poétesse et compositrice française, née aux Roches le et morte à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Louis-François Bertin, directeur du Journal des débats et de Geneviève-Aimée-Victoire Boutard[1]. Élève de François-Joseph Fétis (chant et tradition italienne de composition) et de Reicha (ami de de Haydn, dans la mouvance allemande de composition de Mozart, Beethoven et Weber), on lui doit la musique de plusieurs opéras, dont un opéra-comique, le Loup-garou, et un opéra, Faust, qui ont obtenu quelque succès à la salle Favart. En 1836, l’Opéra a donné une œuvre plus importante, La Esmeralda, qui ne fut jouée que 6 fois, lors de représentations houleuses dues aux querelles politiques dirigées contre le "Journal des débats" fondé par son père Louis-François Bertin. Le livret écrit par Victor Hugo à partir de son drame "Notre Dame de Paris" est également sous le coup de la censure, Hugo est alors un poète avec de nombreux détracteurs (en 1832 c'est la "bataille d'Hernani" et sa pièce "le Roi s'amuse" est interdite après une unique représentation…). Louise Bertin ne jouira pas de la reconnaissance due à la qualité de ses compositions, en raison aussi de la condescendance des critiques envers une femme handicapée (suite à une poliomyélite, elle se déplace avec des béquilles) qui voient dans ses compositions des "consolations à ses infirmités physiques" (journal Le Siècle), alors que Berlioz qui dirige les répétitions à l'Opéra atteste dans sa correspondance des qualités musicales et des nouveautés harmoniques d'une œuvre qu'il qualifie de "virile, forte et neuve".

On lui doit également quelques œuvres instrumentales dont six ballades pour piano, ainsi que deux recueils de poésies.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musicales[modifier | modifier le code]

Poétiques[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Georges D’Heylli, ‪Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique‪, t. 3‬, Paris, Librairie des Bibliophiles 1877, p. 336.
  • Alphonse Séché, ‪Les Muses françaises : Anthologie des femme poètes, page 261

Lien externe[modifier | modifier le code]

Lettres de Victor Hugo aux Bertin Dans cette correspondance, on trouve les lettres à Louise Bertin à propos de La Esmeralda ; la dernière lettre fait part de la lecture faite par Hugo des Nouvelles glanes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portrait
  2. La Esmeralda, grand opéra de Louise Bertin Thèse de Mateo Crémades, université de Tours
  3. [gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1090825/f58 Victor Hugo après 1830]