Corte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corte (homonymie).
Corte
Corti (co)
Vue de Corte avec la citadelle et le campanile de l'église de l'Annonciation
Vue de Corte avec la citadelle et le campanile de l'église de l'Annonciation
Blason de CorteCorti (co)
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Corte
Intercommunalité Communauté de communes du Centre Corse
Maire
Mandat
Antoine Sindali
20082014
Code postal 20250
Code commune 2B096
Démographie
Gentilé Cortenais
Curtinesi (co)
Population
municipale
7 098 hab. (2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 18′ 23″ N 9° 09′ 05″ E / 42.30639, 9.15139 ()42° 18′ 23″ Nord 9° 09′ 05″ Est / 42.30639, 9.15139 ()  
Altitude Min. 299 m – Max. 2 622 m
Superficie 149,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Corte
Corti (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Corte
Corti (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corte
Corti (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corte
Corti (co)

Corte[Note 1] (en corse Corti, prononcé [ˈkɔˑr.tĭ]) est une commune française du département de la Haute-Corse et de la collectivité territoriale de Corse, qui a le rang de sous-préfecture. Ses habitants sont les Cortenais (Curtinesi en corse).

Occupant une position centrale dans l'île, Corte est la capitale historique et culturelle de la Corse. La « cité paoline » fut en effet choisie par Pascal Paoli comme capitale de la Corse indépendante (entre 1755 et 1769). Sa citadelle abrite depuis 1997 le musée de la Corse. Corte est également le siège de l'Université de Corse Pascal-Paoli, rouverte en 1981, qui accueille environ 4000 étudiants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est située au centre de la Corse, à 68 kilomètres de Bastia et 81 kilomètres d'Ajaccio, villes auxquelles elle est reliée par la route nationale 193 et par la voie ferrée Bastia-Ajaccio (gare de Corte du réseau des chemins de fer de la Corse). C'est la principale agglomération de l'intérieur de l'île.

La ville s'est implantée au confluent du Tavignano et de la Restonica à 450 mètres d'altitude, au pied d'une citadelle perchée sur un piton rocheux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Corte
Calacuccia, Corscia Soveria Tralonca
Casamaccioli Corte Santa-Lucia-di-Mercurio
Letia, Soccia, Orto, Guagno Casanova,
Santo-Pietro-di-Venaco,
Venaco
Poggio-di-Venaco

Relief[modifier | modifier le code]

Corte est située au pied du massif du Monte Rotondo, deuxième plus haut massif de l'île. La commune englobe la totalité de la vallée de la Restonica et partage la haute vallée du Tavignano avec Casamaccioli. Elle compte de nombreux sommets d'importance comme le Monte Rotondo (2 622 m), le Monte Cardo (2 453 m) et la Punta alle Porte (2 313 m).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Corte est accessible :

La D623 dessert en cul-de-sac la vallée de la Restonica.

La ville est distante, par route, de :

Transports[modifier | modifier le code]

Ferroviaires

La gare de Corte, appartenant aux Chemins de fer de Corse permet des liaisons vers Ajaccio, Bastia et Calvi.

Aériens

Corte ne dispose pas d'aéroport, hormis un aérodrome de tourisme. L'aéroport le plus proche est celui de Bastia-Poretta, situé à 52 km au nord-est de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Corte fut jadis l'ancienne capitale de la Corse, quand celle-ci était une République corse indépendante. Siège du Palazzu Naziunale sous Pascal Paoli, à l'époque déjà elle abritait une université, encore en activité aujourd'hui.

Durant la Seconde Guerre mondiale et l'occupation italienne, les premiers membres de la mission secrète Pearl Harbour (Toussaint et Pierre Griffi, Laurent Preziosi et Roger de Saule) sont venus coordonner le 2e réseau de résistance après avoir créé le premier dans la région de Piana/Cargèse. Ils débarquèrent clandestinement du sous-marin Casabianca dans la baie de Topiti le 14 décembre 1942.

Rouverte en 1981, l'Université de Corse Pascal-Paoli accueillait en 2007 4 900 étudiants, ce qui en fait la plus petite ville de France ayant le siège d'une université. Des administrations régionales sont également implantées dans la ville, qui bénéficie outre son passé historique d'une position centrale au sein de l'île.

Enseignement et culture[modifier | modifier le code]

Corte est le siège de l'Université de Corse Pascal-Paoli qui enseigne le droit, l'économie, la gestion, les lettres, les sciences humaines, les sciences et techniques, la formation continue. Elle a aussi une école d'ingénieurs Paoli Tech et est également le siège du Fonds régional d'art contemporain de la région corse.

Corte a été le siège de la maintenance des confréries de pénitents du 18 au 20 mai 2007 (500 confrères présents). Une grande procession a eu lieu dans la ville depuis l'église de l'Annonciation.

Corte est la ville où se trouve U museu di a Corsica.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corte

Écartelé : au premier et au quatrième d’azur à une fleur de lys d’or, au deuxième et au troisième de gueules à une étoile d’argent, une croix du même brochant sur le tout.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Antoine Sindali DVD conseiller à l'Assemblée de Corse
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 098 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
2 092 3 073 2 735 3 282 3 587 3 505 4 599 4 719 4 676
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
5 754 6 094 5 426 5 018 5 136 5 002 5 029 5 000 5 425
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
5 188 5 211 5 094 5 267 5 396 6 014 5 310 5 033 5 066
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
4 948 5 230 5 177 5 693 6 329 6 735 6 747 7 098 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Corte avec plus de 6000 habitants, est la ville corse la plus peuplée de l'intérieur.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Citadelle de Corte, qui ne se visite pas, mais peut se voir d'un promontoire appelé belvédère.
  • Le Musée de la Corse sous la citadelle.
  • l'Église de l'Annonciation de Corte (connue pour y être conservée un morceau d'étoffe de l'une des robes du Bienheureux Jean-Paul II, offert le 1er mai 2011 par un paroissien qui conservait une relique de l'ancien Pape.)
  • Le Palazzu Naziunale où se réunissait le gouvernement.
  • l'Hôtel de ville.
  • La Statue de Pascal Paoli sur la place du même nom.
  • Le Square à la mémoire de Pierre Griffi (grand héros de la Résistance.)
  • Pieve Santa Mariona di Talcini.
  • Le Hameau du Tavignano (près de la gendarmerie).
  • La place Gaffori et sa statue.
  • La gare des Chemins de fer de la Corse.
  • Le cours Paoli, l'artère principale.
  • La maison de Joseph Bonaparte.
  • La fontaine de la rampe Sainte-Croix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue de Pasquale Paoli à Corte, fondateur de la République corse en 1755

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Corte est une ville très sportive, elle possède plusieurs clubs à l'échelon national.

  • En football, l'USCC est en 2008 en CFA2 et cela depuis deux années, le club compte un match contre Rennes en 32e de finales de la coupe de France en 2005/2006.
  • En handball, le HB Corte s'est maintenu en National 2 lors de la saison 2006/2007.
  • En volley, les filles de l'Inter cortenais sont parvenues à monter en National 3 pour la seconde fois de l'histoire du club.
  • L'équipe de football de l'université a réussi plusieurs exploits au championnat universitaire les années précédentes.
  • Une nouvelle équipe de rugby universitaire a vu le jour en 2007.
  • passage de la 2e étape du Tour de France 2013

Jumelages[modifier | modifier le code]

Films tournés à Corte[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Se prononce "Corté" en français.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. À Ajaccio selon « Arrighi (Hyacinthe) », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore].
  4. Éléments pour un dictionnaire des noms propres Corse A-D. Monti ADECEC

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]