Cap Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cap Corse
Trois tours génoises du Cap Corse (îles Finocchiarola, Agnello et île de la Giraglia).
Trois tours génoises du Cap Corse (îles Finocchiarola, Agnello et île de la Giraglia).
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Haute-Corse
Coordonnées 42° 50′ 02″ N 9° 25′ 00″ E / 42.833984, 9.416656 ()42° 50′ 02″ Nord 9° 25′ 00″ Est / 42.833984, 9.416656 ()  
Mer Ligure
Géographie
Longueur 40 km
Largeur 15 km
Altitude 1 322 m

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
Cap Corse

Le Cap Corse (en corse Capicorsu) est une presqu'île située au nord-est de la Corse. Ses habitants, les Capcorsins, l'appellent « l'île dans l'île » (l'Isula ind'è l'Isula).

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

« Dans le Cap-Corse, l'air est partout sain, l'eau bonne ; le vin est abondant, excellent et généralement blanc. Les vins de la côte extérieure sont plus renommés comme vins moûts ; ceux de la côte intérieure, lorsqu'ils sont clairs. La quantité de vin que l'on récolte dans le Cap-Corse est considérable ; on y récolte encore un peu d'huile, des figues et quelques autres fruits. Le sol est rebelle aux autres cultures, surtout à celle du blé. Les habitants sont bien habillés et plus polis que les autres Corses, grâce à leurs relations commerciales et au voisinage du continent. Il y a chez eux beaucoup de simplicité et de bonne foi. Leur unique commerce est celui des vins qu'ils vont vendre en terre ferme »

— Mgr Agostino Giustiniani in Dialogo, traduction de Lucien Auguste Letteron in Histoire de la Corse - Description de la Corse, Bulletin de la Société des sciences historiques & naturelles de la Corse – Tome I - 1888.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Secteur littoral entre Nonza et la Punta Bianca

Le Cap Corse est une péninsule schisteuse qui s'étend au nord d'une ligne Bastia - Saint-Florent, sur près de 40 km de long dans le sens nord-sud, et 10 à 15 km de large.

Une chaîne montagneuse, la Serra, s'étend tout le long du cap, depuis la Serra di Pignu (altitude 960 mètres) au sud, jusqu'au Monte di u Castellu (altitude 540 mètres) au nord. La Cima di e Follicie, haute de 1 322 mètres, en est le point culminant ; mais le Cap ne compte pas moins de huit autres sommets dépassant les 1 000 mètres d'altitude, dont le Monte Stellu.

La Serra est la ligne de partage des eaux. À l'est, la côte intérieure[Note 1] est baignée par la mer Tyrrhénienne et le littoral offre des paysages au relief collinaire contrastant avec les paysages aigus et abrupts de la côte extérieure baignée par la mer Méditerranée. Au nord, la côte est baignée par la mer Ligure.

Le littoral capcorsin, déchiqueté et accidenté, comprend peu de plages que l'on trouve uniquement au fond de ses anses. Le relief descend le plus souvent de façon abrupte dans la mer, et la route D80, qui fait le tour du Cap sur 110 km, de Bastia à Saint-Florent, offre un panorama de corniche. Un tiers des tours génoises, destinées à protéger la Corse d'attaques navales des Barbaresques, a été construit autour du cap.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Le Cap Corse a un climat de type Csa (climat méditerranéen) avec comme record de chaleur 39,5 °C le 26/7/1983 et comme record de froid -5 °C le 11/2/1956. La température moyenne annuelle (1971/2000) est de 16,5 °C[1].

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 8,5 8,1 9,3 10,9 14,5 17,9 21,1 21,5 18,9 15,8 11,9 9,5 14
Température moyenne (°C) 10,4 10,2 11,7 13,5 17,4 21 24,3 24,6 21,6 18 13,8 11,4 16,5
Température maximale moyenne (°C) 12,2 12,2 14 16,2 20,4 24,1 27,4 27,6 24,1 20,1 15,7 13,2 19
Record de froid (°C)
date du record
−4
23/1/1963
−5
11/2/1956
−2
6/3/1971
3
7/4/1929 22/4/1938
7
12/5/1928 3/5/1922
10
13/6/1967
12,4
6/7/1925
13,2
24/8/1965
10
30/9/1936 23/9/1931
5,7
31/10/1974
2,4
26/11/1925
−1,2
17/12/1961
−5
11/2/1956
Record de chaleur (°C)
date du record
22
13/1/2004
19,9
16/2/2007
24,8
24/3/2001
29,1
28/4/2012
34
25/5/2007
36,5
20/6/2006
39,5
26/7/1983
37,6
10/8/1994
35,1
11/9/2008
29,5
9/10/1976
24,6
10/11/1985
23,5
16/12/1989
39,5
26/7/1983
Nombre de jours avec gel 0,31 0,14 0,07 0 0 0 0 0 0 0 0 0,07 0,58
Précipitations (mm) 46,8 44 48,9 48 33,7 25,8 7 18,5 64 86,2 83,5 51,2 557,7
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
80
4/1/1926
50,8
20/2/2005
45
18/3/1975
62,8
24/4/1995
70
14/5/1926
74
12/6/1967
90
7/7/1926
46
9/8/1929
405,8
23/9/1993
93,6
18/10/1922
147,9
5/11/1994
62
14/12/1970
405,8
23/9/1993
Nombre de jours avec précipitations 6,53 6,62 5,72 6,52 4,52 3,07 1,1 2,28 4,48 7,41 7,86 6,52 62,71
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 3,2 2,79 3,17 3,41 1,86 1,48 0,45 1 2,86 4,24 4,28 3,17 31,95
Source : Le climat à Cap Corse (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1921)[1]


Les chênaies vertes qui couvraient la péninsule, ont beaucoup souffert des feux ; les forêts qui subsistent, dispersées sur la longueur du Cap Corse, s'étendent depuis la commune de Farinole, à la base du Cap, jusqu'à la commune de Rogliano au nord-est et à la commune de Morsiglia au nord-ouest. Elles représentent les derniers vestiges d'une végétation qui recouvrait en grande partie les montagnes et les versants de cette région. Ravagées par les incendies, les chênaies subsistent actuellement dans les vallons, près des villages[2]. Les paysages du Cap a été grandement modifiés par les incendies. Ceux des crêtes asylvatiques du Cap Corse sont modelés par les feux, principale raison de leur caractère asylvatique[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Côte orientale du cap Corse - Tour de l'Osse

Préhistoire et protohistoire[modifier | modifier le code]

-6000 : découverte de squelettes humains les plus anciens du Cap Corse. Les fouilles entreprises dans des abris à Pietracorbara ont permis de mettre au jour un habitat pré néolithique recelant une sépulture dans son sous-sol, suivi par une occupation qui a livré un mobilier attribuable au Néolithique Ancien et Moyen, et d'une sépulture pouvant dater de la fin du Néolithique ou début de l'âge du bronze[4].

De Jacques Magdeleine, préhistorien : « Peuplé au cours de la Protohistoire par la puissante tribu des Ouanakinoi (J. Jehasse, 1976), dont quelques sépultures et de plus rares habitats ont été retrouvés (J.-C. Ottaviani et P. Nebbia, 1976), son occupation aux époques antérieures n'était jusqu'à présent que suggérée par la présence des peintures de la Grotta Scritta (R. Grosjean, 1959), des menhirs du Pinzu a Verghine (A. Pieretti, 1966) ou de quelques haches polies trouvées par des bergers. Les abris de Torre d'Aquila (1) sont donc les premiers sites à livrer une documentation se rapportant à la Préhistoire ».

Dans le Cap Corse, la peuplade des Vanacini (ou Uanakini) se fortifie à Tesoro (Brando), à Torre (Castello di Luri), à Vitellaggiu (Ersa). Peut-on décoder la signification du nom Vanacini à partir du grec Ԑανος signifiant brillant donc puissant et kɩѵεω voulant dire remuant, […] Les Vanacini : un peuple remuant et puissant (donc armé)[5] ?

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le Cap Corse est le cap Sacrum indiqué par les cartes topographiques de Ptolémée. Ce dernier mentionne également Clunium.

« Clunium oppidum. Var. Cunium. Suivant Cluver et Canari, l'oppidum devait se trouver à Sainte-Catherine de Sisco, et suivant Mûller, à Pietra Corbara. Nous opinons pour Pietra-Corbara (marine), parce que Pietra, signifiant roche ou château, évoque l'idée d'un oppidum »[5].

Au VIIe siècle av. J.-C., les Étrusques commerçaient avec les Vanacini de Spelonche (Cagnano), qui travaillaient le fer et cultivaient la vigne et le blé. Les Carthaginois installent des comptoirs en Corse.

En -545, Cyrus II roi de Perse prend Phocée. 30 000 Ioniens s'imposent à Aléria, piratent les commerces étrusques et puniques, et s'installent un peu partout en Corse, à Morsiglia, à Ampuglia, à Blesinum, à Clunium.

En -111, Rome usurpe maints domaines, chassant les Vanacini de la plaine d'Orto, au sud de Mantinum (Bastia). À cette époque, Rome crée de nombreuses localités : Mariana, Mercuri (Luri), Vicus aureglianus (Rogliano), Tamarone, Minervio, Conchiglio, Nuntia (Nonza)... et organise l'île en pieves (environ 200, dont une vingtaine au cap Corse).

On raconte que Sénèque aurait passé son exil (de 41 à 49 apr. J.-C.) à Lurinum et Ampuglia, dans la tour qui porte aujourd'hui son nom, au col Sainte-Lucie, à Luri.

En ce temps, Jupiter avait un temple au monte Iovu en Lota, Athéna Parthénos était vénérée à Partine di Lota, un culte était rendu à Artémis à Sacro au nord d'Erbalunga, à Mercure à Mercurio di Luri Supranu, à Janus à la Serra di Pietragine à l'ouest de Rogliano, à Minerve à Minervio, un temple romain s'élevait près de Murticciu à Meria. Rome exploitait le marbre cipolin de Brando.

La chute de Rome fut suivie d'une période de troubles et de chaos, au cours de laquelle la population capcorsine ne sembla livrée à aucun puissant seigneur. Elle dut subir les assauts des Vandales, des Lombards et des barbaresques.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fief de Canari.
Article détaillé : Fief de Nonza.

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Extrémité Nord du Cap Corse

Au cours du Haut Moyen Âge, la Corse est envahie par les Vandales dès 457, Vicus Aurelianus (Auria ou Rogliano) est ruiné. L'île sera à nouveau ruinée, dès 534 par les Byzantins, puis dès 754 par les Lombards qui leur succéderont et ravageront Tamina (Tomino).

En 774, vaincus par Pépin le Bref, les Lombards cèdent la Corse au pape Adrien Ier.

Depuis le début du VIIIe siècle, les Sarrasins pillaient ses côtes corses. En 734, ils brûlent Nonza ; en 824 ils détruisent la ville de Nebbio.

Vers le milieu du IXe siècle, le tutor Corsicæ Boniface II, marquis de Toscane, abandonne l'île aux Sarrasins. 20 000 Corses se réfugient à Rome (l'un d'eux, né à Perello (Vivario), sera en 891 le pape Formose).

Les fiefs[modifier | modifier le code]

Vers 860, la féodalité apparaît avec une lente et anarchique reconquête sur les Maures et leur roi Ferrandino par Ugo Colonna, patricien romain nommé comte de Corse par le pape.

Le nord-est de la Corse est reconquis par Oberto, un descendant de Boniface II de Toscane (fondateur de Bonifacio). Oberto est l'ancêtre des Malaspina et des Obertenghi, donc des lignées du marquis Guglielmi di Cortona dit « Cortinco » ancêtre des Cortinchi qui élèveront 40 châteaux dans l'île, avec le concours de plusieurs nobles dont :

  • le génois Ydo ou Ido chef des Peverelli, seigneurs d'Olcani à La Chiappella (pievi civiles) jusqu'en 1082,
  • les cousins des Peverelli :
    • Avogari (mot lombard signifiant avoués) n'étaient seigneurs que de Nonza et Olmeta (pievi civiles) jusqu'en 1109 ;
    • Da Campo di Luri seigneurs de Luri à Rogliano (sans la Chiappella), soit les pievi civiles de Luri, Meria, Tomino et Rogliano, jusqu'en 1250 ;
    • Della Suere (ou Della Suare) seigneurs de Cagnano jusqu'en 1197.
  • Alberto de Loreto ancêtre des Loretesi d'Ajaccio-Castelvecchio au Xe siècle, « juge » (giudice) de plusieurs pievi de l'île dont Lota et Sagro (Brando-Sisco-Pietracorbara). En 1052 les Loretesi sont dépouillés de Lota et Sagro par les Delle Suere, et de leurs autres pievi au-delà du Cap Corse par les Amondaschi et les Cortinchi.
  • Da Pietrabugno qui n'administrent que Ville.
  • Da Furiani qui n'administrent Furiani que jusqu'en 1168. En 1072, avec l'aide du marquis de Massa (de la lignée des Obertinghi), ceux-ci chassent les Delle Suere d'Orto et de Lota.

En 1082, aidés par Gênes, les Peverelli prennent le Sagro aux Delle Suere.

1109 : soutenus par Pise, les Avogari enlèvent aux Peverelli les pieves d'Olcani et de Sagro (Brando, Sisco et Pietracorbara). Ils attribuent des statuts à leurs vassaux.

1130 : les sires de Bagnaria, riches et actifs commerçants devenues une puissante famille, sont promus seigneurs. Ils construisent un castello à Belgodère d'Orto (dit plus tard « Belgodère de Bagnaria ») et y établissent leur résidence. Grâce à Pise, ils obtiennent l'administration des pieves d'Orto (qui comprenait La Bastia), de la Marana et des Costiere, s'appuyant sur les châteaux (ou castra) de Furiani, Biguglia, Ischia, Montechiaro et Stella des Da Furiani. Leur fief s’étendait de la vallée du Golo au Cap Corse. Au XIIIe siècle ils seront en conflit avec les seigneurs voisins pour Pietrabugno, Montebello-Cotone et Croce d'Oletta.

En 1250, le Cap Corse comptait les châteaux suivants :

La société[modifier | modifier le code]

Excepté Cagnano, le Cap Corse vécut de la fin du IXe siècle au XIIe siècle sous des régimes populaires. Les propriétés privées étaient rares. Les terres démaquisées (prèsa du latin pop. prensionem signifiant "appréhendé"), étaient des biens collectifs gérés comme les bois par toute la pieve, base des administrations. Le paysan cultivait une lènza (latin linea signifiant "ligne"). Chaque paèse était une communauté n'ayant droit de regard que sur son circulu (cercle des terres proches).

La classe dominante était celle des sgiò (latin "gens") dont les draps et vêtements utilisés étaient créés avec des étoffes de qualité en lin, à l'inverse des petites gens qui revêtaient des habits en poil de chèvre (pilèni du latin pilus). Le lin dont les fibres étaient rouies en cuves, étaient ensuite séchées et filées dans une dizaine de pièves du Cap Corse, puis tissées pour obtenir des tissus larges de 60 cm fournissant une toile grise. Le Cap s'enrichait d'un florissant commerce avec la Toscane où déjà, la diaspora cap-corsine était importante.

« On pense qu'au Cap Corse il y avait à cette époque vingt pièves peu différentes des pièves romaines et plus d'une centaine de communautés » - Alerius Tardy[6].

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • 1358 éclate une révolte populaire dirigée par Sambucucciu d'Alandu. Les seigneurs sont chassés de leurs fiefs et sont remplacés par des caporali (tribuns). Tous les châteaux sont détruits exceptés 6 dont Nonza et San Colombano qui protégeait le commerce maritime du Cap. Le peuple s'administre et les communes émancipées s'unissent en une confédération de « Terra del Comune » (triangle Calvi - Miomo - Solenzara), opposée au Cap Corse et à « Terra dei Signori » (l'actuelle Corse-du-Sud) où les seigneurs retrouvent vite leurs fiefs. De nombreuses petites communautés, ancêtres des communes, sont créées.
  • 1372 - L'Aragon réalisant ses droits sur la Corse, aide Arrigo Della Rocca, descendant de Giudice, comte de Corse. Arrigo occupe Nonza mais il est repoussé par Colombano Da Mare, fils de Babiano.

Gênes qui ne possède plus que Calvi et Bonifacio, inféode l'île à des gentilshommes génois. Arrigo s'entend avec ceux-ci pour créer la société de la Maona et être gouverneur de La Rocca. Lucchino Gentilli retrouve son fief de Nonza et peu après se voit confier le château de Farinole.

La Maona se brouille avec Arrigo, le combat mais doit capituler. 1379 Arrigo ruine le bourg d'Ajaccio qui avait reçu les soldats génois de la Maona. Il devient maître de presque toute la Corse en 1785. Après 12 ans de pouvoir, en 1397, il est vaincu par Gênes. Il meurt en 1401.

  • 1410 - Vincentello d'Istria, neveu d'Arrigo, soutenu par l'Aragon, se fait proclamer comte de Corse, puis vice-roi en 1418 par le peuple à Biguglia. En 1417 il rétablit Mathieu De Gentile, chassé de Brando par Gênes.
  • 1419 - Vincentello emprisonne André De Gentile, le seigneur de Canari et Urbain Da Mare, fils de Colombano, au château d'Orese (Ocana).
  • 1430 - Les caporali de « Terra del Comune » rejettent la tutelle de Vincentello. Ils proclament Simon 1er Da Mare, frère d'Urbain, gouverneur général de la Corse.
  • 1420 - Vincentello prend Bastia avec l'aide de Manfred De Gentile, seigneur de Nonza.
  • 1424 - Aidé par Gênes, Giudicello d'Ornano (les Ornano descendent de Trufetta, frère de Sinucello Della Rocca) enlève Orese, délivre André De Gentile. Ce dernier ravit Sisco et Pietracorbara au seigneur de Brando.
  • 1430 - Les caporali de « Terra del Comune » rejettent la tutelle de Vincentello. Ils proclament Simon 1er Da Mare, frère d'Urbain, gouverneur général de la Corse.
  • 1434 - Après la mort de Vincentello décapité à Gênes, Simon 1er se retrouve comte de Corse. Il ne règnera durant quelques années que sur les deux tiers de l'île, malgré l'appui de Gênes, des caporali et de son fils Carlo.
  • 1438 - Mathieu De Gentile décède ; Jacques De Gentile hérite du fief de Brando excepté Erbalunga qui revient à Vinciguerra De Gentile.
  • 1439 - Mort de Simon 1er Da Mare
  • 1446 - Mort de Piero Da Mare, derniers fils de Simon 1er. Le fief entier (San Colombano + Centuri, Morsiglia et Pino), soit la moitié nord du Cap Corse, revient à Simon II son fils, marié à Maria De Fieschi, fille d'un puissant patricien de Gênes.
  • 1453 - Gênes inféode la Corse à l'Office de Saint Georges.
Tours de Tollare et de la Giraglia
  • 1455 - La malaria devient redoutable. Les Barbaresques commencent à razzier les côtes ; ils le feront durant près de 3 siècles. Conséquence : les villages côtiers commencent à être abandonnés. Pour rassurer les populations, Gênes impose la construction de tours littorales, aux frais des pièves et des communautés. En 1530, le Cap Corse comptait 10 tours. Il y en aura 30 en 1730.
  • 1483 - Giacomo-Santo 1er succède à son père Simon II Da Mare. Les 6 fiefs du Cap (San Colombano, Canari, Nonza, Sisco -fief de 1483 à 1491 pour Melchior De Gentile, Brando et Erbalunga) font promesse de vassalité à l'Office de Saint Georges.
Les fiefs du Cap Corse entre 1350 et 1536[modifier | modifier le code]

Durant cette période les fiefs du Cap Corse ont subi d'importantes modifications territoriales à la suite de luttes contre Gênes ou entre seigneurs.

  • 1350 : San Colombano, Centuri, Morsiglia, Pino, Brando (y compris Luri et Sisco), Canari, Nonza
  • 1438 : San Colombano (y compris Centuri, Morsiglia et Pino), Canari (y compris Luri et Sisco), Nonza, Brando et Erbalunga
  • 1484 : San Colombano, Canari (sans Sisco), Sisco, Nonza, Brando et Erbalunga
  • 1492 : San Colombano, Canari (y compris Sisco), Nonza, Brando et Erbalunga
  • 1510 : San Colombano, Nonza, Brando (y compris Canari) et Erbalunga
  • 1536 : San Colombano, Nonza, Canari, Brando et Erbalunga

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle, Gênes profite d'un différend fiscal opposant Giacomo-Santo 1er et les Capraiais pour annexer l'île de Capraia qui était aux Da Mare. Les fiefs de Brando et de Canari sont unis sous la domination de Pâris Gentile.

  • 1511 - Gênes fait assassiner le comte Rinuccio Della Rocca, beau-père de Maria Da Mare, fille de Giacomo-Santo 1er. Les fiefs corses ne jouent plus aucun rôle politique.
  • 1524 - Après le décès de Giacomo-Santo 1er, les enfants se partagent le fief San Colombano des Da Mare, représenté territorialement par la moitié nord du Cap Corse :
    • Georgette mariée à François de Negroni marquis génois, reçoit le tiers des vassaux ainsi que les tours des Motti[7], de Santa Severa, de Meria et de Macinaggio ;
    • Simon II son frère hérite du reste, soit le nord et le nord-ouest de San Colombano.

À cette époque, le Cap Corse était peuplé d'environ 11 000 habitants ; il avait sa propre monnaie, le reste de l'île avait également la sienne. Gesalmina avait reçu de son frère Vincenzio, fils de Vincentello d'Istria, le fief de Canari. Elle l'apporte en dot à Geromino Gentile qui le céde à Pâris Gentile son frère.

  • 1536 - Pier-Battista Santelli, génois de Saint-Florent, achète le fief de Canari à Pâris Gentile.
  • 1553 - L'hostilité des Corses envers les Génois favorise l'occupation de l'île par la France qui rallie à elle de nombreux insulaires.
Ruines du castellaciu San Colombano
  • 1554 - Les autorités génoises reprennent le Cap Corse, Bastia et Murato ; elles démantèlent en représailles le castellaciu San Colombano. Giacomo Santo II Da Mare se rallia, sous la menace, à la cause de Sampiero Corso, et lutta en faveur de l'intervention française en Corse. Sampiero Corso, colonel-général français, écrase les Génois à la bocca di Tenda[8] où est tué Giacomo-Santo II Da Mare, colonel français, petit-fils de Giacomo-Santo 1er. Les Da Mare et les De Gentile combattent Gênes. Seuls, les seigneurs d'Erbalunga luttent contre la France (Erbalunga sera ruiné en 1557).
  • 1555 - Les Turcs alliés des Français, ravagent Bonifacio et le Cap Corse, tuant Pierre-Jean De Negroni. Acarèse corsaire turc base ses galiotes dans l'anse d'Agnellu. Il occupe pendant des années le pays d'Ersa.
  • 1556 - Altobello De Gentile reprend à Gênes son fief de Brando (qui englobait Sisco et Pietracorbara). Barbara Da Mare et Jacques De Negroni reprennent le gouvernement de leur fief à partir de la Tour du Cap.

Les Génois sont alliés de Charles Quint qui était en guerre avec la France. Malgré la Trêve de Vaucelles signée le 5 février 1556, ils occupent temporairement les tours de Grisgione, d'Erbalunga, de Casaiula, de Santa Severa ainsi que le château de Morsiglia. En 1558 Gênes n'a plus que Bastia et Calvi.

De 1559 à 1563 les barbaresques ravagent Centuri, Morsiglia, Minerbio, Cocollo, Ogliastro.

Gênes dote l'île de « statuts civils et criminels » qui seront en vigueur jusqu'en 1789. Ils rétablissent l'ancien régime de la taille.

  • 1571 - Octobre : Ambroise De Negroni avec 4 felouques construites à Santa Severa, participent victorieusement à la bataille de Lépante au cours de laquelle les Ottomans perdent 260 navires (117 navires leur sont pris).
  • 1579 - Nonza est sévèrement touchée par une épidémie de peste.
  • 1582 - Décès de Barbara Da Mare.
  • 1583 à 1590 - Les barbaresques razzient toutes les côtes de l'île, créant famine et misère. Pietracorbara, Morsiglia, Minerbio, Albo, Cocollo sont ravagées ; 60 personnes sont enlevées à Cocollo. De nombreux villages sont ruinés ou abandonnés, 76 en Corse-du-Sud, 21 en Haute-Corse dont le Poggiu di Morsiglia, Marianda di Farinole, Serra di Marana, Agriata, Ostriconi, …
  • 1592 - Profitant du désaccord des héritiers de Barbara Da Mare, Gênes fait intervenir le gouverneur Agostino D'Oria pour s'emparer du fief San Colombano et le placer sous son administration. La province du Capocorso est créée.
  • 1599 - À la mort d'Alphonse, seigneur d'Erbalunga, son fief disparaît.

Province du Capocorso[modifier | modifier le code]

C'est en 1592 que fut créée officiellement la province du Capocorso, traduit Cap Corse, en même temps que disparaissait le fief Da Mare qui était installé au nord de l'île. Des podestats remplacent dans chaque commune les gonfaloniers seigneuriaux. Dans le reste de l'île, Gênes réduit les pouvoirs des caporaux et des féodaux par la création d'un pouvoir communal et la mise en place dans chaque fief d'un amingo, tribunal populaire.

Cette province historique qui couvrait les 3/4 de la péninsule géographique du Cap aux XVIIe et XVIIIe siècles, a été respectée par la France jusqu'en 1789, date de la création du district de Bastia unissant les anciennes provinces de Bastia et du Cap Corse.


En 1757, Pascal Paoli libéra le Cap Corse de la tutelle génoise. En 1768, Rogliano devint la capitale de la nouvelle province française du Cap-Corse (sous-préfecture du département du Golo en 1790).

Administration[modifier | modifier le code]

Le Cap Corse recouvre les cantons de Capobianco et de Sagro-di-Santa-Giulia, et une partie de ceux de la Conca-d'Oro et de San-Martino-di-Lota.

La communauté de communes du Cap Corse regroupe 18 communes :

Quelques communes plus méridionales sont en général également considérées comme capcorsines :

Économie et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'habitat humain s'est développé dans le Cap en fonction du relief, selon un rapport entre villages et marines très caractéristique. Presque toutes les communes du Cap regroupent leurs hameaux en altitude, autour d'églises et de chapelles souvent riches, tandis qu'elles s'ouvrent sur la mer par une ou deux "marines". Autrefois, ces ports de pêche minuscules, nichés au fond des criques et le long des plages, étaient menacés des attaques des Barbaresques. Ils étaient donc protégés par une ou plusieurs tours de guet et, en cas d'alerte, dépendaient des chefs-lieux en altitude pour le repli de leur population. Aujourd'hui les marines sont des ports de plaisance et de pêche qui attirent plus de population que leurs chefs-lieux, et sont souvent pris d'assaut par les touristes en été.

Extrême nord du Cap - Vue sur l'île de la Giraglia

En longeant la côte de Bastia à Saint-Florent, on trouve les marines suivantes :

Parmi les dix communes du Cap « historique », seule Olcani n'a aucun accès à la mer ; Nonza, village perché surplombant sa célèbre plage de galets gris, n'a plus de marine.

Par le biais de ses marines, le Cap Corse constitue la région de Corse la plus tournée vers la mer. On y trouve d'ailleurs encore aujourd'hui les deux plus grands ports de pêche de l'île : Centuri et Macinaghju.

Le Cap est également une terre fertile et propice aux cultures variées : vigne, olivier, arbres fruitiers. La culture et le commerce du cédrat, en particulier, constitua pendant très longtemps une importante source de revenus pour les Capcorsins. Aujourd'hui, d'importants vignobles s'étendent sur son versant oriental (AOC « Muscat du Cap Corse » à Pietracorbara et Rogliano) et dans sa partie méridionale (AOC « Patrimonio » à Patrimonio et Barbaggio).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'île est par lui divisée du nord au sud en deux parties, dont l'une, celle qui fait face à l'Italie, est appelée banda di dentro (côte intérieure), et l'autre, par opposition, banda di fuori (côte extérieure). Elle est en outre divisée de l'Ouest à l'Est en deux autres parties, qui conservent encore dans le langage du pays leurs dénominations anciennes de qua da'Monti et de là da'Monti, c'est-à-dire pays en deçà et pays au-delà des monts qui partagent l'île - Abbé Letteron in Histoire de la Corse - Introduction, Bulletin de la Société des sciences historiques & naturelles de la Corse – Tome I - 1888

Références[modifier | modifier le code]

  1. Relevés chaque jour à Cap Corse depuis 1921
  2. ZNIEFF 940004078 - Chênaies vertes du Cap Corse sur le site de l’INPN.
  3. ZNIEFF 940004076 - Crêtes asylvatiques du Cap Corse sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  4. Magdeleine Jacques Préhistoire du cap Corse : les abris de Torre d'Aquila, Pietracorbara (Haute-Corse) In Bulletin de la Société préhistorique française. 1995, tome 92, N. 3. p. 363-377
  5. a et b Xavier Poli in La Corse dans l'Antiquité et dans le Haut Moyen Âge, Paris, Fontemoing, 1907
  6. Alerius Tardy in Fascinant Cap Corse Bastia-Toga 1994
  7. La tour des Motti est un ancien édifice fortifié, bâti en 1390 par Giovanni Da Mare sur l'emplacement du Castel di Motti démoli en 1358 par la révolte populaire. Ce château avait été élevé au XIe siècle ou XIIe siècle par les seigneurs Peverelli, sur un site préhistorique. Vers 1470 le château est pris par les habitants de Barrettali
  8. Bocca di Tenda est un col de 1 219 m au sud du Monte Astu, « à cheval » sur Pietralba, Sorio et Piève