Propriano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Propriano
Prupià (co)
La quartier de l'église Notre-Dame de la Miséricorde vu depuis le port.
La quartier de l'église Notre-Dame de la Miséricorde vu depuis le port.
Blason de ProprianoPrupià (co)
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Canton Olmeto
Intercommunalité Communauté de communes du Sartenais-Valinco
Maire
Mandat
Paul-Marie Bartoli
2014-2020
Code postal 20110
Code commune 2A249
Démographie
Gentilé Proprianais
Prupianinchi (co)
Population
municipale
3 509 hab. (2011)
Densité 187 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 40′ 34″ N 8° 54′ 18″ E / 41.6761111111, 8.905 ()41° 40′ 34″ Nord 8° 54′ 18″ Est / 41.6761111111, 8.905 ()  
Altitude 12 m (min. : 0 m) (max. : 609 m)
Superficie 18,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Propriano
Prupià (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Propriano
Prupià (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Propriano
Prupià (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Propriano
Prupià (co)

Propriano (en corse Prupià, prononcé [pru.ˈpja]) est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud en région Corse. La ville appartient à la microrégion de la Rocca, dans le sud-ouest de l'île.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le golfe et la ville

Propriano est une ville portuaire située sur la rive sud du golfe éponyme (couramment nommé de façon abusive golfe de Valinco), sur la côte sud-ouest de la Corse et au nord de l'embouchure du Rizzanese.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 mars 2014 Paul-Marie Bartoli PRG Conseiller général de 2004 à 2010, membre du Conseil exécutif de la Corse depuis 2010
mars 2014 mai 2014 (démission) Caroline Bartoli[1] DVG  
juin 2014 en cours Paul-Marie Bartoli PRG Conseiller général de 2004 à 2010, membre du Conseil exécutif de la Corse depuis 2010
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 509 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
300 467 338 501 633 806 894 1 135 1 515
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 860 1 809 1 959 2 105 1 862 1 959 1 946 2 011 1 554
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008
1 722 1 530 1 846 2 950 3 098 3 217 3 166 3 232 3 254
2011 - - - - - - - -
3 509 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Histoire[modifier | modifier le code]

Sur l'actuel territoire de la commune, des communautés grecques, romaines, pisanes et turques se sont développées. L'existence du village a été troublée par plusieurs vagues d'invasions, Vandales au Ve siècle et Sarrasins au VIIIe siècle.

La découverte des vestiges de deux églises (la plus ancienne datant du VIe ou du VIIe siècle) constitue l'un des témoignages les plus précoces de la christianisation de la Corse[4]. La plus ancienne est également la plus vaste (16 mètres sur 8 mètres 50), laissant envisager la présence d'un évêché. Les abords de ces deux églises (imbriquées l'une dans l'autre, la seconde, plus petite, ayant été construite à l'emplacement de l'ancienne) ont révélé la présence d'une nécropole remontant au IVe siècle[5].

Propriano doit son développement, au XIXe siècle, à la construction de la route reliant Ajaccio à Bonifacio, tracée en 1873. Le premier bâtiment fut construit avec un entrepôt à Fozzano. Le port devient à la même période le débouché maritime de Sartène, au détriment de Tizzano.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Propriano.svg

Le blason de la ville : « Au premier d'argent à la tour soudée d'or, au second d'azur au poisson d'argent renversé en pal ; à la vergette de gueules brochant sur la partition. »

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Propriano vue depuis le Nord

Activités économiques et touristiques[modifier | modifier le code]

  • Portu Valincu, le port de plaisance et de pêche est, lui, géré par la commune depuis sa reprise en régie directe courant 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Municipales à Propriano : Caroline Bartoli élue maire », Corse Matin, 30 mars 2014
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Savatier F, Propriano, vieille paroisse corse, Pour la Science, février 2010, p 8
  5. La christianisation de la Corse, Historia, mars 2010, p.13