Ithorots-Olhaïby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ithorots et Olhaïby.
Ithorots-Olhaïby
Ithorots (Aroue-Ithorots-Olhaïbe, Pyr-Atl,Fr) vue du village.JPG
Géographie
Pays
Région
Département français
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Identifiants
INSEE
64278Voir et modifier les données sur Wikidata

Ancienne commune des Pyrénées-Atlantiques, la commune d'Ithorots-Olhaïby a existé de la Révolution française à 1973. Elle a été créée entre 1790 et 1794 par la fusion[1] des communes d'Ithorots et d'Olhaïby. Le (par arrêté préfectoral du ), la commune d'Aroue absorbe à son tour Ithorots-Olhaïby pour constituer la nouvelle commune d'Aroue-Ithorots-Olhaïby.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ithorots-Olhaïby fait partie de la province basque de Soule.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom basque est Ithorrotze-Olhaibi. Jean-Baptiste Orpustan[2] indique qu'Ithorots pourrait signifier « source, fontaine froide » et Olhaïby « le gué des cabanes ».

Le toponyme Ithorots apparaît sous les formes Ithorrodz (1337[2]), Uthorrotz (1469[2]), Itorrotz, Utorrotz, Uturrotz et Ytorrotz (respectivement[3] 1469, 1478, vers 1480 et 1482, contrats d'Ohix[4]), Uthurrotz (1480[2]), Yptorrotz et Iptorrotz (1690[2]), Ithorrots (1793[1] ou an II) et Ittorolz (1801[1], Bulletin des Lois).

Le toponyme Olhaïbi apparaît sous les formes Olhaivie (1308[2]), Olhabie (1375[3], contrats de Luntz[5]), Olƒabie (1376[3], montre militaire de Béarn[6]), Olhaibie et Olhabia (respectivement[3] 1385 et 1407, collection Duchesne volume CXIV[7]), Olhayvi (1496[3], contrats d'Ohix[4]), Olharby (1563[3], aveux de Languedoc[8]), Olhayby et Olhaybié (1690[2]) et Olhaiby (1793[9] ou an II).

Bartulague désignait une ferme d’Ithorots-Olhaïby, déjà mentionnée sous les graphies Bairulague (1477[3], contrats d'Ohix[4]) et Barhulague (1863[3], dictionnaire topographique Béarn-Pays basque).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait à Ithorots une abbaye laïque[3] vassale de la vicomté de Soule. Le fief d'Olhaïby était vassal de la vicomté de Soule, et son titulaire était l'un des dix potestats de Soule[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
257265254312292302298300264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
263249241211224220207205205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
19919919616315314213612293
1962 1968 - - - - - - -
8785-------
(Sources : projet Cassini de l'EHESS[1].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Samson[10] date du XIXe siècle.

L'église d'Olhaïby recèle du mobilier[11] du XVIIIe siècle, inventorié par le ministère de la Culture (retables, chandeliers, statues, tableaux, croix).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Fiche de Ithorots sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  2. a b c d e f et g Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque, Presses universitaires de Bordeaux 2006 (ISBN 2 86781 396 4)
  3. a b c d e f g h i et j Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. a b et c Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Contrats retenus par Luntz, notaire de Béarn - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  8. Aveux de Languedoc, Archives de l'Empire
  9. Fiche d'Olhaïby sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  10. « L'église Saint-Samson », notice no IA64000692, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église d'Olhaïby

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]