Osserain (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Osserain.

Osserain est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. Le , la commune fusionne avec Rivareyte pour former la nouvelle commune d'Osserain-Rivareyte.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune font partie de la province basque de Soule et du Lauhire.

Osserain est le dernier établissement souletin sur la rive gauche du Saison, situé à peu de distance de sa confluence avec le gave d'Oloron.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom basque est Ozaraine et son nom béarnais est Aussaranh. Jean-Batiste Orpustan[1] considère qu'Osserain est un nom de domaine en -ain basé sur l'anthroponyme otsar[2] (sans pouvoir écarter une formation toponymique *otso-arrain « lieu rocheux du loup »).

Le toponyme Osserain apparaît sous les formes Ossran et Osƒran (1186[1]), Castrum de Osaranho (1256[3], titres de Came[4]), Lo Saranh (XIIIe siècle[3], fors de Béarn[5]), Lo Sarainh et Osran (XIIIe siècle[3] pour les deux formes, collection Duchesne volume CXIV[6]), Lo pont deu Ssaranh (1342[3], chapitre de Bayonne[7]), Osserannum (1352[3], rôles gascons), Lo borc d'Ossaranh et la Magdalene d'Ossaranh (1400 pour les deux formes[3], notaires de Navarrenx[8]), Osaranh (1542[3], réformation de Béarn[9]), Ossarayn, Ossarainh et Ossaraing (1690[1]).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1462, Louis XI rencontre Jean II d'Aragon sur le pont d'Osserain, limite entre Béarn et Soule pour conclure un traité qui sera signé le 9 mai à Bayonne[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
242257253295248371
(Sources : projet Cassini de l'EHESS[11].)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Marie-Madeleine[12] date de 1857.

Le prieuré d'Osserain accueillait les pèlerins du chemin de Saint-Jacques de Compostelle[13] sur la route des ports de Cize, du prieuré de Saint-Palais à celui de Saint-Michel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux (monographie), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques », [éd. revue et corrigée] (1re éd. ), 244 p., 21 cm (ISBN 2867813964 et 9782867813962, OCLC 72757865, notice BnF no FRBNF40190262, présentation en ligne)
  2. documenté sous les graphies ochar, oxarra
  3. a b c d e f et g Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. Titres de Came - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Fors de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit du xive siècle.
  6. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  7. Chapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Notaires de Navarrenx - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle ».
  10. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975, (ISBN 978-2-7003-0038-3, LCCN 76466747), page 133.
  11. Fiche d'Osserain sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  12. « L'église Sainte-Marie-Madeleine », notice no IA64000698, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975, (ISBN 978-2-7003-0038-3, LCCN 76466747) page 110.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]