Presse satirique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La presse satirique est un type de presse écrite qui utilise la satire – critique moqueuse – comme moyen d'information et d'expression. Apparue en France lors de la Révolution française (1789), elle prend son essor en Europe au XIXe siècle. En Afrique, elle apparaît à la fin du XXe siècle et se développe rapidement au cours de la décennie 1990.

Style et buts[modifier | modifier le code]

Article connexe : Satire.

Faire rire le lecteur en donnant une image volontairement déformée de la réalité, tel est l'un des buts de la presse satirique, but commun à la caricature, utilisée à l'origine dans la presse satirique avant qu'elle n'intègre également la presse généraliste[1]. Mais si le « fondement de sa démarche [la presse satirique] est de mettre à nu, de façon comique, un défaut, un vice, un mensonge observé dans la société », comme le définit Souleymane Bah dans une thèse soutenue en 2004, la presse satirique n'a pas pour seul but de divertir : il s'agit in fine de dénoncer les travers et les fautes morales observés au sein de la société, notamment chez les puissants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Louis-Philippe métamorphosé en poire (dessin de Ch. Philipon).

Les journaux satiriques apparaissent en France avec la Révolution française[3]. Cependant, ils eurent un essor considérable sous la monarchie de Juillet. En effet, observateurs critiques de leur temps et, bien souvent, des gouvernants, ils ne peuvent se développer qu'avec une liberté de la presse minimale[1]. Les titres satiriques sont ainsi bien souvent – avec les journaux d'opinion – les premières victimes de la censure.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du XIXe siècle, l'image – essentiellement la caricature – est souvent privilégiée, à une époque où l’illettrisme demeure important[4] ; la presse satirique est la première à s'approprier réellement l'image pour la fabrication de son discours[5],[6].

Articles connexes : Dessin de presse et Caricature.

De 1830 à 1835, la presse satirique connaît une phase d'expansion importante due à la grande liberté de la presse qui prévaut alors – celle-ci découle de la Charte de 1830, qui abolit la censure, mais cesse avec les lois de septembre 1835, qui instituent un contrôle préalable à la parution[1],[7]. Fondé en 1829 et jusque-là à vocation artistique, le journal illustré La Silhouette devient partisan et satirique – il est même condamné en avril 1830 pour une caricature du roi Charles X de France. Nés durant cette période, Le Corsaire (1823), La Glaneuse (1831, Lyon), La Caricature (1830) et Le Charivari (1832) – républicains – ainsi que Le Revenant (1832) et Le Brid’Oison (1832) – légitimistes – dénoncent Louis-Philippe Ier et la monarchie de Juillet. Le directeur de La Caricature et du Charivari, Charles Philipon, caricature le roi Louis-Philippe en poire à des fins satiriques ; le procédé remporte un grand succès et se répand à travers le pays[8]. Pour contrer l'opposition qu'il rencontre, le régime met la main sur Le Figaro (quotidien satirique fondé en 1826) en janvier 1832 et crée en octobre de la même année La Charge, aux fins satiriques[1]. Si le tirage de ces journaux demeure limité au regard d'autres titres de la même époque, leur influence politique n'en demeure pas moins réelle[9].

Au cours de ce siècle, de nombreux autres titres satiriques se créent et disparaissent : Le Nain Jaune (1863-1876), La Lune (1865-1868), L'Éclipse (1868-1876), Le Grelot (1871-1903), La Petite Lune (1878-1879), Monde plaisant (1878-1885), Les Hommes d'aujourd'hui (1878-1899), etc.

Créé opportunément en 1894 alors qu'éclate l'affaire Dreyfus, Le Rire, hebdomadaire humoristique à tendance satirique, remporte un grand succès durant la première moitié du XXe siècle ; il cesse de paraître en 1950.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La presse satirique poursuit son développement dans la première moitié du XXe siècle – 1902 voit ainsi naître L'Assiette au beurre, journal satirique anarchiste – mais disparaît presque totalement durant la Première Guerre mondiale, sous l'effet conjoint de la pénurie d'auteurs due à la mobilisation, des difficultés économiques et de la censure[10]. Naissent toutefois en 1915 Le Canard enchaîné, titre satirique et d'investigation toujours publié aujourd'hui, La Baïonnette, consacré à la Grande Guerre qu'il dépeint avec humour, ainsi que Le Crapouillot, journal de tranchées satirique qui perdure après-guerre[11]. De 1908 à 1919 paraît aussi Les Hommes du jour, une feuille d'inspiration libertaire, qui dresse chaque semaine le portrait d'une personnalité, généralement politique[12].

Le mensuel Hara-Kiri est lui publié de 1960 à 1985. Minute, hebdomadaire satirique de droite puis d'extrême-droite, est créé en 1962. Paraissent sur de courtes périodes Siné Massacre (1962-1963), ouvertement anti-gaulliste, L’Enragé (1968), dont le succès est grand lors de Mai 68, et La Grosse Bertha (1991-1992), engagé à gauche[13].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle, Le Canard enchaîné et Charlie Hebdo font figure de principaux titres satiriques. Sont créés lors des décennies 2000 et 2010 Siné Hebdo (2010) puis Siné Mensuel (2011), après que Siné a quitté Charlie Hebdo en 2008[Note 1], ainsi que le site Internet Bakchich (2006). Il existe également des publications satiriques régionales : le mensuel Le Ravi (2003) à Marseille, le bimestriel Le Fakir (1999) à Amiens, lequel s'ouvre à des sujets nationaux à partir de 2009, etc.

Sur le web, les articles du Gorafi commentent des événements réels ou imaginaires avec un ton satirique, se faisant les pastiches de la presse traditionnelle[14].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

La couverture de Punch, en 1867.

La presse satirique apparaît au Royaume-Uni à l'époque victorienne (XIXe siècle), soit plus tardivement qu'en France. Le plus influent des titres satiriques anglais – il est publié jusqu'en 2002 – est fondé en 1841 : Punch. Inspiré du Charivari français, dont il tire son nom initial – The London Charivari –, il paraît chaque semaine, met l'illustration à l'honneur et est destiné aux classes supérieures[15]. D'autres journaux lui embrayent le pas, tels l'hebdomadaire Fun, lancé en 1861, ou Judy, hebdomadaire humoristique au ton plus policé, fondé en 1867 ; tous deux sont davantage bon marché[16].

Dans la seconde moitié du XXe siècle se développent les journaux satiriques de fausses informations à tendance parodique, tels Private Eye, précurseur britannique créé en 1961, The Onion, journal américain fondé en 1988 et emblème du genre, ou The Daily Mash, site web britannique créé en 2007.

Plusieurs titres satiriques britanniques sont créés dans les années 2000 : The Lemon Press, The Tart, etc.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Première édition de Kladderadatsch en mai 1848.

L'Allemagne voit ses premiers titres satiriques d'envergure paraître au cours du XIXe siècle, à l'image de la France et du Royaume-Uni. Kladderadatsch, fondé à Berlin en 1848 et engagé politiquement, est longtemps populaire ; il devient antisémite dans les années 1920 et cesse de paraître en 1944. Fliegende Blätter, hebdomadaire humoristique à caractère apolitique, paraît quant à lui de 1845 à 1944[17]. En 1872, Rudolf Mosse lance l'hebdomadaire Ulk, qui devient en 1911 le supplément de deux quotidiens allemands ; sa publication se poursuit jusqu'en 1933. Simplicissimus, créé à Munich en 1896 et publié de manière discontinue jusqu'en 1964, s'intéresse à l'autorité et aux injustices. En 1896 naît également Jugend, une revue littéraire et artistique aux textes satiriques qui disparaît en 1940, malgré des opinions esthétiques proches de celles national-socialistes[18].

Après la Seconde Guerre mondiale est publié à Berlin de 1945 à 1954 Ulenspiegel, qui joue un rôle important dans le renouveau démocratique d'alors et la liberté d'expression qui le caractérise[19]. Le XXe siècle voit aussi la création de Eulenspiegel – seul journal satirique de RDA – en 1946[20],[21] et du mensuel Titanic, en 1979, à la large diffusion et toujours publié[22].

Suisse[modifier | modifier le code]

Caricature de l'empereur Guillaume II d'Allemagne, Nebelspalter, 1891.

La Suisse compte un titre satirique en langue allemande publié de 1875 à nos jours : Nebelspalter ; il connaît son apogée dans les années 1930, s'opposant au nazisme et au fascisme. Depuis la fin de la parution du britannique Punch en 2002, Nebelspalter est le plus ancien magazine satirique au monde. Sa parution est mensuelle depuis fin 1996[23].

La presse satirique a la réputation de n'avoir jamais eu grand succès en Suisse romande (francophone), en raison de la faible longévité des titres qui y ont vu le jour[24],[25]. Jack Rollan, rompu à la critique des injustices, lance en 1952 Le Bon Jour de Jack Rollan, qui est publié six années durant et dont la diffusion atteint les 100 000 exemplaires à son paroxysme[26]. En 1970 et 1971, Rolf Kesselring et Jean-Marc Elzingre éditent La Pomme[27]. De 1970 à 1975 est publié La Pilule, puis en 1979 Le Crétin des Alpes, tous deux à l'initiative de Narcisse Praz[28],[29]. Seule la revue La Distinction, sous-titrée « Revue de critique sociale, politique, littéraire, artistique, culturelle et culinaire » et diffusée à Lausanne depuis 1987, peut se targuer d'une longévité supérieure à une décennie – il s'agit de la plus ancienne parution satirique suisse francophone toujours publiée[30].

Au cours des années 2000, plusieurs titres satiriques francophones sont créés mais périclitent rapidement (notamment 1er degré - Le journal des gens aisés par Mix et Remix et Saturne, par Ariane Dayer). Lancé en décembre 2009, l'hebdomadaire Vigousse est le seul à être toujours publié en 2014[31].

Belgique[modifier | modifier le code]

Le premier titre satirique illustré belge, Le Manneken, voit le jour en 1827[32]. En 1838, une copie du Charivari français est publiée à Bruxelles – avec un jour de décalage par rapport à l'édition parisienne ; elle se transforme en 1854 en Charivari belge et bénéficie dès lors de dessins originaux[32].

En Belgique, la liberté de la presse est garantie dès la Constitution de 1831, ce qui permet le développement de feuilles satiriques, mais n'empêche pas que celles-ci fassent l'objet de pressions et procès. Les journaux satiriques Méphistophélès et L’Argus seront ainsi l'objet de poursuites en 1847 pour injure envers « la personne du roi », poursuites qui n'aboutiront toutefois pas[33].

Uylenspiegel (non-daté).

Le XIXe siècle est marqué par l'opposition entre cléricaux catholiques et libéraux, auxquels s'ajoutent un temps les unionistes – ils prônent une alliance entre les précités contre la politique du roi Guillaume Ier des Pays-Bas ; cette vive confrontation offre un terreau fertile au développement de la presse satirique, notamment anti-cléricale. D'autant qu'en 1848, le droit de timbre est aboli. Comme l'explique Laurence Van Ypersele, docteur en histoire à l'Université catholique de Louvain :

« Dès cette époque, les journaux satiriques anticléricaux se mettent à foisonner : L’Argus est créé en 1844 et Méphistophélès en 1848, l’Uylenspiegel de Félicien Rops naît en 1856, Le Rasoir de Victor Lemaître paraît de 1869 à 1884 et La Bombe où sévit G. P. Gargousse, de 1878 à 1884, etc. L’arrivée des catholiques au pouvoir en 1884, et ce jusqu’en 1914, suscite de nouvelles feuilles telles que La Patrouille de 1884 à 1891, Le Gourdin de 1885 à 1887 ou La Trique en 1905[33]. »

Ainsi, Baes Kimpe, journal néerlandophone libéral et radicalement anti-clergé, est quant à lui fondé en 1857 à l'occasion des élections communales belges. Baes Kimpe est publié jusqu'en 1859 et voit sa diffusion atteindre les 10 000 exemplaires – un nombre élevé pour l'époque[34],[35]. À l'inverse, les titres satiriques cléricaux se font rares. Les deux seuls notables, toujours selon Laurence Van Ypersele, seraient Le Tirailleur (1881-1891) et son successeur Le Sifflet (1904-1914)[33].

Pourquoi Pas ?, fondé en 1910, est essentiellement consacré à la politique jusqu'à sa disparition en 1989[36]. En 1945 est créé Pan, inspiré du Canard enchaîné français et très lu du « Tout-Bruxelles »[37]. Toujours en langue française, parait en 1990 Ubu-Pan, à caractère politique[38]. En néerlandais, 't Pallieterke, une revue satirique conservatrice, est publiée depuis 1945.

En 2010, Le Poiscaille voit le jour dans la région de Liège ; bimensuel satirique, il est animé par des bénévoles[39].

En 2014 naît le site NordPresse qui parodie le tabloïd Sud Info ; l'auteur de ce site crée d'ailleurs d'autres sites qui n'en prodiguent pas moins de fausses informations[40].

Italie[modifier | modifier le code]

Les premiers journaux satiriques italiens apparaissent au cours du XIXe siècle. En 1856, Il Pasquino est fondé à Turin, afin d'offrir une vitrine à Casimiro Teja. Ce journal satirique ne disparaît qu'en 1930 sous le fascisme. À Bologne est fondé La Rana (de 1864 à 1900) et à Milan Lo Spirito Folleto (1848). La nouvelle capitale, Rome, voit naître en 1892 L'Asino, un journal satirique engagé à gauche[41]. En 1907 naissent deux périodiques nommés Il Mulo : l'un disparaît en 1908, l'autre en 1925[42]. Il Becco Giallo, fondé en 1926, est un influent magazine satirique antifasciste des années vingt ; il est contraint à l'exil en 1926 et trouve refuge en France, où il paraît jusqu'en 1931[43]. Pino Zac crée en 1978 Il Male, l'un des magazines satiriques italiens les plus célèbres, avec une diffusion qui atteint parfois les 48 000 exemplaires[44] ; il disparaît en 1982 mais renaît en 2011[45]. En 1982 à Livourne est créé Il Vernacoliere, un mensuel axé sur la satire politique et sociale initialement diffusé en Toscane ; il est toujours publié[46].

Autres[modifier | modifier le code]

L'Irlande possède un journal d'investigation politique au ton satirique, The Phoenix, créé en 1983 et toujours publié[47].

En Amérique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

En Afrique[modifier | modifier le code]

Le continent africain est marqué par de nombreux régimes peu démocratiques voire autoritaires ; la presse satirique peine ainsi parfois à s'y développer librement, mais lorsqu'elle y parvient, elle rencontre un large succès (l'audience reste néanmoins limitée du fait du manque d'infrastructures de communication et de transport). Ce notamment car elle s'attache alors à dénoncer avec virulence les régimes en place et la corruption qui les accompagne couramment[48]. Au milieu du XXe siècle, la décolonisation de nombreux pays africains débute ; jusqu'alors, la presse existante, au main des colons occidentaux et guère satirique, se veut média d'instruction voire d'acculturation. Avec l'émancipation des peuples africains, le besoin de fédérer chaque nation autour d'un État conduit bien souvent à l'instauration de partis unique et à l'instauration d'une censure étatique[49]. Laquelle n'empêche pas la naissance de nombreux titres satiriques, particulièrement dans les années 1990[50].

Il existe depuis 2001 un bimensuel satirique panafricain, Le Gri-Gri international, originaire du Gabon (où sa publication est interdite) et édité à Paris.

Sénégal[modifier | modifier le code]

Le Sénégal – indépendant depuis 1960 et doté d'un régime démocratique – voit naître en 1977 l'un des tous premiers journaux satiriques africains, et premier du genre au Sénégal, Le Politicien, qui s'inspire du Canard enchaîné français[51]. Le titre sénégalais tire parfois jusqu'à 70 000 exemplaires et, par son indépendance des formations politiques et de l'État (avec lequel il est parfois en délicatesse), séduit un large public[52],[53]. En 1987, des difficultés financières voient le jour et le titre périclite ; plusieurs de ses journalistes fondent alors l'hebdomadaire satirique et d'investigation Le Cafard libéré, toujours publié dans les années 2010[51].

Burkina Faso[modifier | modifier le code]

Au Burkina Faso, à l'orée des années 1990, sous le régime de Blaise Compaoré, la liberté de la presse se développe – de manière éphémère et limitée[Note 2]. Plusieurs titres indépendants sont créés, parmi lesquels un hebdomadaire satirique francophone : le Journal du jeudi. Fondé en août 1991, il traite essentiellement de l'actualité burkinabé[51],[54]. Un mensuel, Le Marabout, hébergé par le Journal du jeudi, paraît une année durant, de 2001 à 2002[55].

Guinée[modifier | modifier le code]

Article connexe : Presse écrite guinéenne.

Sous la dictature d'Ahmed Sékou Touré, un seul titre paraît en Guinée : Horoya, le journal officiel du régime. À la mort du président en 1984, Lansana Conté renverse le gouvernement intérimaire ; au début des années 1990, le multipartisme et une certaine liberté de la presse sont instaurés, avant que le régime ne devienne dictatorial. C'est durant cette période de liberté, en 1992, que naît l'hebdomadaire Le Lynx, inspiré du Canard enchaîné français. Il ne cesse, tout au long de la décennie, de s'opposer au pouvoir, incarné par Lansana Conté[51].

Cameroun[modifier | modifier le code]

Au Cameroun, Le Popoli, créé en 2003 sur les vestiges du satirique éphémère Le Messager Popoli (édité par Le Messager), se présente sous forme de bande dessinée. Avec 8 000 exemplaires diffusés en moyenne, il est l'un des journaux les plus lus au Cameroun, ce qui n'empêche pas son fondateur et rédacteur en chef, Nyemb Popoli, d'être à plusieurs reprises menacé, placé en détention, voire roué de coups par les forces de l'ordre, en 2011[56],[50].

Togo[modifier | modifier le code]

Au Togo, Le Kpakpa désenchanté voit le jour en 1991[57]. En Côte d'Ivoire, Gbich allie humour et satire politique depuis 1997 ; son tirage a un temps atteint les 37 000 exemplaires[58].

Algérie[modifier | modifier le code]

En Algérie, dans les années 1990, El Menchar fut l'un des premiers journaux satiriques dans le genre, mettant en scène le ballet des partis politiques survenu à la suite du printemps algérien.

Tunisie[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire satirique El Gattous est publié en Tunisie depuis 2011, lors de la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali.

Maroc[modifier | modifier le code]

Au Maroc, Le Canard libéré est publié depuis 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'article « Affaire Siné ».
  2. En témoigne l'assassinat du journaliste d'investigation et directeur de L'Indépendant Norbert Zongo en 1998.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Erre 2004
  2. Bah 2004, introduction de la première partie : « Penser la satire »
  3. Fabrice Erre, « L'arme du rire : la presse satirique en France 1789-1848 », thèse soutenue en 2007 à l'université Panthéon-Sorbonne (OCLC 494776448).
  4. « Histoire de la caricature et de la presse satirique en France. Des origines à 1945 », Bibliothèque nationale de France,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  5. Bertrand Tillier, « Le journal, magasin d’images. L’Illustration dans la presse du premier XIXe siècle », Bibliothèque nationale de France (consulté le 9 novembre 2014)
  6. Guillaume Doizy, « La caricature dans la mécanique de la presse satirique », sur caricaturesetcaricature.com,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  7. « Monarchie de Juillet », Éditions Larousse (consulté le 9 novembre 2014)
  8. Grégoire Franconie, « Fabrice ERRE, Le règne de la poire. Caricatures de l’esprit bourgeois de Louis-Philippe à nos jours », Revue d'histoire du XIXe siècle, no 44,‎ , p. 207-208 (lire en ligne).
  9. Jean-Pierre Aguet, « Le tirage des quotidiens de Paris sous la Monarchie de Juillet », La Revue suisse d’histoire, tome X, fascicule 2, 1960, p. 278.
  10. Laurent Bihl, « La presse satirique en guerre - Les principaux titres », sur centenaire.org (consulté le 9 novembre 2014)
  11. « journal « La Baionnette » (1915 - 1918) », sur collections.citebd.org (consulté le 10 novembre 2014)
  12. « Les Hommes du jour (périodique. - France. - 1908-194?) », Bibliothèque nationale de France (consulté le 10 novembre 2014)
  13. Laetitia Puertas, Mathias Reymond, « La presse satirique (1) : De Siné Massacre à L’Enragé (avec vidéo) », Acrimed,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  14. « Les sites parodiques comme le Gorafi sont-ils si inoffensifs ? », sur 20 minutes.fr,‎
  15. Stanley Appelbaum et Richard Michael Kelly, Great Drawings and Illustrations from Punch, 1841-1901: 192 Works by Leech, Keene, Du Maurier, May and 21 Others, Courier Dover Publications, (ISBN 978-0-486-24110-4, lire en ligne), p. 14
  16. David Kunzle, Busch Abroad: How a German Caricaturist Willy Nilly Helped Launch the New Cheap Comic Magazines in Britain and the United States, vol. 25, (lire en ligne), chap. 3, p. 99
  17. (en) Richard S. Levy, Antisemitism: A Historical Encyclopedia Of Prejudice And Persecution, Volume 1, ABC-CLIO, , 828 p. (ISBN 9781851094394, lire en ligne)
  18. (de) « Jugend – Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben – digital », sur ub.uni-heidelberg.de, Bibliothèque universitaire de Heidelberg (consulté le 9 novembre 2014)
  19. Giles Scott-Smith, Hans Krabbendam, The cultural Cold War in Western Europe, 1945-1960 Frank Cass Publishers (2003), p. 294–96. [lire en ligne]
  20. « Eulenspiegel », Courrier international (consulté le 9 novembre 2014)
  21. « Eulenspiegel (périodique) », Bibliothèque nationale de France (consulté le 9 novembre 2014)
  22. « Titanic et la satire en Allemagne », sur dw.de (consulté le 9 novembre 2014)
  23. Bruno Knobel, « Nebelspalter, Der », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  24. Ariane Dayer, « Presse satirique: genre maudit en Suisse ? »,‎ (consulté le 10 novembre 2014)
  25. Lionel Chiuch, « La presse satirique fait l’humour, pas la guerre », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  26. « Bonjour de Jack Rollan », sur rts.ch (consulté le 10 novembre 2014)
  27. « Fonds Jean-Marc Elzingre », Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (consulté le 10 novembre 2014)
  28. Xavier Filliez, « Vigousse, énième cartouche de la satire romande », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  29. « Le crétin des Alpes », sur doc.rero.ch (consulté le 9 novembre 2014)
  30. « Le Grand Prix du maire de Champignac, ou mettre sans risque les pieds dans le plat municipal... », France Culture,‎ (consulté le 10 novembre 2014)
  31. Félix Tybalt, « "Vigousse", la nouvelle revue satirique romande », rts.ch,‎ (lire en ligne)
  32. a et b Frédéric Paques, « La bande dessinée en Belgique francophone au XIXe siècle », Comicalités,‎ (lire en ligne)
  33. a, b et c Laurence Van Ypersele, « Sus au cléricalisme ! », Université catholique de Louvain (consulté le 11 novembre 2014)
  34. G. Braive, « Les groupes de presse belges en 1858 », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 45, no 45-2,‎ , p. 427 (lire en ligne)
  35. (nl) « Een volledige reeks van het gentse satirische weekblad "Baes Kimpe" (1857-1859) », sur liberaalarchief.be (consulté le 11 novembre 2014)
  36. Philippe de Boeck, « Revoilà Pourquoi Pas ? », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  37. Pierre Stéphany, Les Années 60 en Belgique, Lannoo Uitgeverij, (ISBN 2873864877, lire en ligne), p. 52-53
  38. « Bogaerts préparait un pamphlet sur l'entourage royal », La Libre Belgique,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  39. « Le "Poiscaille", journal satirique liégeois », RTBF,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  40. Tomas Statius, « NordPresse, le cousin belge et demeuré du Gorafi », sur streetpress.com,‎ (consulté le 30 juillet 2016)
  41. Guillaume Doizy, « Presse satirique illustrée italienne : L'Asino », sur caricaturesetcaricature.com,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  42. Guillaume Doizy, « Presse satirique illustrée italienne : Il Mulo », sur caricaturesetcaricature.com,‎ (consulté le 9 novembre 2014)
  43. Adolfo Chiesa, La satira politica in Italia: con un'intervista a Tullio Pericoli, 1990, p. 38 [lire en ligne]
  44. Simone Castaldi, Drawn and dangerous: Italian comics of the 1970s and 1980s, Univ. Press of Mississippi, (ISBN 1604737778, lire en ligne), p. 59
  45. « Il Male, journal satirique », sur theworkshops.fr (consulté le 9 novembre 2014)
  46. (it) Mario Cardinali, « Vernacoliere, 30 anni di satira in 30 locandine », teladoiofirenze,‎ (lire en ligne)
  47. [PDF] (en) « 30 years in business », sur thephoenix.ie,‎ (consulté le 10 novembre 2014)
  48. Bah 2004, introduction générale
  49. Bah 2004, chapitre 1 : « Histoire des médias en Afrique »
  50. a et b Damien Glez, « Presse satirique africaine : entre aridité politique et sécheresse économique », Africultures, no 72,‎ , p. 106-109 (ISBN 9782296045033, DOI 10.3917/afcul.071.0106)
  51. a, b, c et d Bah 2004, chapitre 2 : « La presse satirique africaine »
  52. Thierry Perret, Le temps des journalistes: l'invention de la presse en Afrique francophone, Karthala éditions, (ISBN 2845866593, lire en ligne), p. 91-93
  53. Gerti Hesseling, Histoire politique du Sénégal: institutions, droit et société, Karthala éditions, (ISBN 2865371182, lire en ligne), p. 313-314
  54. « Journal du jeudi », Courrier international (consulté le 15 novembre 2014)
  55. « Le Marabout », Courrier international (consulté le 15 novembre 2014)
  56. « Popoli: les risques du métier », sur projetj.ca, Observatoire du journalisme,‎ (consulté le 15 novembre 2014)
  57. « Kpakpa désenchanté », sur searchworks.stanford.edu (consulté le 15 novembre 2014)
  58. Damien Glez, « Gbich!, un éclat de rire ivoirien », Slate,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Fabrice Erre, « Les discours politiques de la presse satirique. Étude des réactions à l’« attentat horrible » du 19 novembre 1832 », [[Revue d'histoire du XIXe siècle|Revue d'histoire du XIXe siècle]], no 29,‎ (DOI 10.4000/rh19.694, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Souleymane Bah (thèse soutenue à l'université Lumière Lyon-II), La presse satirique en Afrique — Un discours politique et une médiation culturelle pour la construction d’une identité », (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « La presse satirique dans le monde » (hors-série), Ridiculosa (Eiris – Université de Bretagne occidentale), 600 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]