Technikart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Technikart
Image illustrative de l'article Technikart

Pays France
Langue Français
Périodicité Mensuelle, 10 n° par an + 4 hors-séries par an (Art, Cinéma, Littérature, Musique)
Format 210x275 mm, dos carré
Genre actualité culturelle
Prix au numéro 3,90 €
Diffusion 38 453 ex.
Date de fondation 1991
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Fabrice de Rohan-Chabot
Rédacteur en chef Laureen Langendorff
ISSN 1162-8731
Site web http://www.technikart.com/

Technikart est un magazine français mensuel, lancé en 1991, ayant pour thème l'actualité culturelle et les modes de société.

Histoire[modifier | modifier le code]

Revue socio-culturelle se présentant comme « générationnelle, provocatrice et décalée », le cœur de cible de Technikart est âgé d'une trentaine d'années et comprend donc les jeunes adultes, ainsi que les urbains et les catégories socio-professionnelles supérieures.

Technikart appartient au groupe Idéoclean qui comprend aussi des magazines tels que Grand Seigneur, Trax Magazine, Technikart Mademoiselle, New London (en collaboration avec l'Eurostar) et Technikart SuperCannes.

En 2001, Olivier Malnuit quitte la rédaction en chef du site internet, pour rejoindre celle du magazine Max[1]. En 2007, le journal revendique un tirage à 40 000 exemplaires[2] et confie la commercialisation de son espace publicitaire à Média Obs, la régie du groupe Nouvel Observateur[3].

En avril 2011, après son édition franco-chinoise publiée en 2010, le magazine lance une version américaine, diffusée à 70.000 exemplaires[4]. Mais en 2014, le magazine annonce une chute de sa diffusion de 12,5 % en deux ans[5]. Arrivé en kiosques très tardivement et composé majoritairement d'archives, le numéro d'octobre 2014 provoque des plaintes d'abonnés sur le site de 60 millions de consommateurs, certains ne recevant plus le magazine chez eux depuis plusieurs mois. Le magazine spécialisé Presse News annonce de son côté que le directeur de la publication Fabrice de Rohan-Chabot, PDG d'Ideo Clean, souhaite réorganiser son groupe, en cédant notamment la licence de Trax. Laureen Langendorff remplace Raphaël Turcat à la rédaction en chef du magazine[6].

Polémique de 2012[modifier | modifier le code]

En mai 2012, une vive polémique éclate à la suite de la publication dans le numéro 162 d'un dossier de six pages intitulé « La bouse ou la vie : Manuel de survie pour branchés de la campagne », écrit par Alexandre Majirus, présenté comme une enquête auprès des jeunes habitants du département de la Creuse. Le journaliste y dépeint notamment une « vie sociale un brin consanguine » et décrit les occupants du territoire comme un ensemble « de ploucs, de viocs et de bovins en surnombre ». Ces propos suscitent de nombreuses réactions des médias locaux et nationaux[7],[8], le député-maire de Guéret Michel Vergnier se déclarant « [blessé et indigné] ». Le journal rétorque en arguant le second degré et en promettant un édito approprié dans le numéro suivant.

Depuis 2016, et le rachat de Technikart par Laurent Courbin[modifier | modifier le code]

En janvier 2016, suite à une décision du tribunal de commerce de Paris, Laurent Courbin, Président-directeur général du groupe Ateo Finance reprend le magazine culturel Technikart. L’offre de reprise proposée par Laurent Courbin a été préférée à celles proposées par dix autres candidats, dont le groupe Vivendi ou Talmont Média [9],[10]. À la suite du rachat par Laurent Courbin, l'équipe de Technikart n'a pas été modifiée, et Fabrice de Rohan-Chabot a été confirmé en tant que directeur de publication du magazine décalé.

Personnel[modifier | modifier le code]

  • Directeur de publication : Fabrice de Rohan-Chabot
  • Administrateur: Guillaume de Roquemaurel.
  • Rédacteur en chef : Laureen Langendorff
  • Rédacteurs en chef adjoints : Olivier Malnuit, Benoît Sabatier
  • Directrice Artristique: Sophie Jouanneault.
  • Web & Digital: Alexis Lemoine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Malnuit, Stratégies
  2. Technikart, Le Point
  3. Mediaobs, Stratégies
  4. Technikart US, Stratégies
  5. Les trois défis de Technikart, Presse News
  6. “Technikart” : après les cendres, la renaissance, La Nouvelle République
  7. Audrey Morel, « Quand Technikart agace les Creusois », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 21 janvier 2016)
  8. « L'affaire Technikart sur le plateau du Petit Journal [vidéo] », sur lamontagne.fr,‎ (consulté le 21 janvier 2016)
  9. « Technikart racheté par Ateo Finance », sur Stratégies,‎ (consulté le 19 juillet 2016)
  10. « Que reste-t-il de l’avant-gardisme dans les médias français ? », sur Mediapart,‎ (consulté le 19 juillet 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]