Technikart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Technikart
Image illustrative de l’article Technikart
Logo de Technikart

Pays France
Langue Français
Périodicité Mensuelle, 10 n° par an + 4 hors-séries par an (Art, Cinéma, Littérature, Musique)
Format 210x275 mm, dos carré
Genre actualité culturelle
Prix au numéro 4,90 
Diffusion 38 453 ex.
Date de fondation 1991 (il y a 28 ans)
Ville d’édition Paris

Propriétaire Laurent Courbin
Directeur de publication Fabrice de Rohan-Chabot
Rédacteur en chef Laurence Rémila
ISSN 1162-8731
Site web http://www.technikart.com/

Technikart est un magazine français mensuel, lancé en 1991 par Fabrice de Rohan Chabot et Raphaël Turcat, ayant pour thème l'actualité culturelle et les modes de société.

Histoire[modifier | modifier le code]

Revue socio-culturelle se présentant comme « générationnelle, provocatrice et décalée », Technikart s'adresse aux jeunes adultes urbains.

Technikart appartient au groupe Idéoclean qui comprend aussi des magazines tels que Grand Seigneur, Trax, Technikart Mademoiselle, New London (en collaboration avec l'Eurostar) et Technikart SuperCannes.

D'abord magazine dédié à l'art contemporain et distribué gratuitement dans les galeries, Technikart passe en kiosques en 1995. Le magazine se développe et étend son analyse à la musique, la littérature, le cinéma, la culture internet et, plus largement à tous les grands mouvements qui traversent la société : les raves, les drogues arrivant sur le marché, les nouvelles habitudes sexuelles, les philosophes émergents.

Aux côtés de Raphaël Turcat, une nouvelle équipe vient s'agréger : Jacques Braunstein (rédacteur en chef adjoint), Benoît Sabatier (musique), Olivier Malnuit (société), Pascal Joseph (nouvelles technologies), Léo Haddad et David Martinez (cinéma), Nicolas Santolaria (médias), Emmanuel Poncet (politique), Patrick Williams et Philippe Nassif (société)…

Installé au 30 rue de Charonne dans le XIe arrondissement parisien, le magazine déménage en 1998 passage du Cheval Blanc où il connait une période faste. À une direction artistique audacieuse menée par Thierry Chapuy puis Thomas Gizolme répond une rédaction qui pose sur l'époque un regard acide et pointu.

Technikart est alors présenté comme un descendant des magazines français Actuel, anglais The Face et américain Ray Gun.

En 1999, il lance son site internet dont la rédaction en chef est confiée à Olivier Malnuit.

En 2000, il organise une fête dans un Eurostar qui emmène 300 VIP passer une nuit dans un club londonien.

Le magazine parle aussi bien de la transformation technologique (« Les techno-beaufs attaquent ») que du queer (« La tentation gay »), d'altermondialisme (« Ici l'ombre ») que de l'avenir des branchés (« La hype est-elle un métier d'avenir ? »), des addictions (« Drogues, le dossier aware ») que de souffrance au travail (« Cours connard, ton patron t'attend ») ou des baby-boomers (« Mai 68 était-il bidon ? »).

En 2007, le journal revendique un tirage à 40 000 exemplaires[1] et confie la commercialisation de son espace publicitaire à Média Obs, la régie du groupe Nouvel Observateur[2].

En avril 2011, après son édition franco-chinoise publiée en 2010, le magazine lance une version américaine, diffusée à 70.000 exemplaires[3]. Mais en 2014, le magazine annonce une chute de sa diffusion de 12,5 % en deux ans[4]. En 2014, en proie à des difficultés financières, Technikart se réorganise, en cédant notamment la licence de Trax. Laurence Rémila remplace Raphaël Turcat, qui ne souhaite plus continuer l'aventure, à la rédaction en chef du magazine[5].

Polémique de 2012[modifier | modifier le code]

En mai 2012, une vive polémique éclate à la suite de la publication dans le numéro 162 d'un dossier de six pages intitulé « La bouse ou la vie : Manuel de survie pour branchés de la campagne », écrit par Alexandre Majirus, présenté comme une enquête auprès des jeunes habitants du département de la Creuse. Le journaliste y dépeint notamment une « vie sociale un brin consanguine » et décrit les occupants du territoire comme un ensemble « de ploucs, de viocs et de bovins en surnombre ». Ces propos suscitent de nombreuses réactions des médias locaux et nationaux[6],[7], le député-maire de Guéret Michel Vergnier se déclarant « [blessé et indigné] ». Le journal rétorque en arguant le second degré et en promettant un édito approprié dans le numéro suivant.

Depuis 2016, et le rachat de Technikart par Laurent Courbin[modifier | modifier le code]

En janvier 2016, à la suite d'une décision du tribunal de commerce de Paris, Laurent Courbin, Président-directeur général du groupe Ateo Finance reprend le magazine culturel Technikart. L’offre de reprise proposée par Laurent Courbin a été préférée à celles proposées par dix autres candidats, dont le groupe Vivendi ou Talmont Média[8],[9]. À la suite du rachat par Laurent Courbin, l'équipe de Technikart n'a pas été modifiée, et Fabrice de Rohan-Chabot a été confirmé en tant que directeur de publication du magazine décalé.

Personnel[modifier | modifier le code]

  • Directeur de publication : Fabrice de Rohan-Chabot
  • Rédacteur en chef : Laurence Rémila
  • Rédacteur en chef adjoint : Olivier Malnuit
  • Direction artistique : L'Éclaireur & Alexandre Lasnier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Technikart, Le Point
  2. Mediaobs, Stratégies
  3. Technikart US, Stratégies
  4. Les trois défis de Technikart, Presse News
  5. “Technikart” : après les cendres, la renaissance, La Nouvelle République
  6. Audrey Morel, « Quand Technikart agace les Creusois », sur lefigaro.fr, (consulté le 21 janvier 2016)
  7. « L'affaire Technikart sur le plateau du Petit Journal [vidéo] », sur lamontagne.fr, (consulté le 21 janvier 2016)
  8. « Technikart racheté par Ateo Finance », sur Stratégies, (consulté le 19 juillet 2016)
  9. « Que reste-t-il de l’avant-gardisme dans les médias français ? », sur Mediapart, (consulté le 19 juillet 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]